English web translation here

Vendredi 21 Août 2015 Lerwick

Belle journée finalement, même si un peu nuageuse. Un peu de soleil en début d’après-midi, mais pas de caméra sur moi! Pas de photo soleil!

Nous avons été bien occupés à remettre le bateau en ordre, changer les drapeaux anglais pour le norvégien, changer mon pistolet du boyau d’arrosage (mon vieux va faire l’affaire pour l’instant), refaire le plein d’eau, d’épicerie… Nous sommes allés à vélo faire deux commandes dans deux épiceries différentes à deux km chacune dans deux directions opposées avec retour au bateau au milieu pour vider nos sacoches de vélos et nos sacs à dos! Promenade dans les belles rues et ruelles de la vieille Lerwick…

1
Promenade bien aménagée vers l’école de voile et le Lerwick Boating Club, sur la rue des Lodberries

2

Au bout de la promenade, en se retournant, on voit la vieille ville et le zèbre qui défigure un peu le tout!

3
Ma belle rue commerciale qui vient des lodberrries, derrière moi.

4

Les lodberrries, ces maisons entrepôt sur le bord de l’eau, sièges de contrebande.

5
Un exemple de lodberry

6Une autre lodberry et un Drakkar à l’ancre au loin, réplique d’un bateau ancestral des vikings.

Souper au Fish And Chips du port, puis encore le Boating club, où huit musiciens amateurs se rencontrent le vendredi soir pour jouer de leurs divers instruments, guitare, accordéon, tambour, flûte traversière, violon, violoncelle… Très belle ambiance pour faire notre Wi-Fi!

Au quai il y avait plusieurs voiliers, dont Exodus, un américain de Jupiter, Florida mais nous n’avons pas eu la chance de le voir, probablement en visite sur les îles. Deux bateaux néo-zélandais, un à moteur, énorme, et l’autre, un gros catamaran fermé à l’arrière comme une tente ronde mongole, une yourte! Un norvégien, arrivé durant la nuit sur un Bavaria de 36 pieds qu’il a amarré temporairement sur le mur au bout du quai, est venu nous voir pour changer de place et venir se mettre au quai devant nous, entre nous et notre bon vieux Swan, le gros voilier ancien que l’on avait vu à Fair Isle en 2013. Très gentil, il a vécu à Montréal deux ans. Et aussi à Vancouver. Il a fait du ski de fond à Morin Heights, mais aussi toute sorte de sport, semble-t-il, “When I was skating in Montreal” a-t-il dit à son ami devant nous, skating ???? Un athlète, mon premier pari, ou bien un joueur de hockey finalement? Aussi deux autres voiliers français, Jovel et un autre parti en après-midi, comme Swan.

Retour dans les belles rues anciennes de Lerwick, une atmosphère particulière de soir, on se croirait au Moyen Âge si ce n’était de l’éclairage électrique et des autos.

7Le port la nuit

8Et le zèbre la nuit, avec sa passerelle mobile au toit ondulé!

Samedi 22 Août 2015 En mer 61º01′N 000º15′E

13:45 Nous sommes en mer depuis ce matin 9:30 environ… Après le plein de diesel et avoir redonné clef et paperasse de douane, nous avons rangé planches et défenses, monté les voiles sur une mer agitée, un peu désagréable par son roulis incessant et sa houle de deux mètres.. Temps brumeux mais pas de pluie, à date! J’ai dormi de 11::15 à 13:15 et après dîner, ce sera le tour de Claude, tout de suite après son verre de liqueur. On doit mettre nos verres fumés car la clarté est aveuglante même sans soleil… Le ciel est tellement blanc de brume! Et le radar on and off…

15:17 Claude a repris le banc du capitaine après une petite heure de sommeil, sans plus… La mer est plus tranquille que ce matin, moins de roulis, moins de houle, mais le temps est encore gris, pas froid cependant… Il n’y a plus que deux cargos sur notre AIS, au lieu d’une vingtaine ce matin à notre départ de Lerwick!

Et nous nous dirigeons vers Bodø, en Norvège, pas mal au nord finalement, à  67*17′N, au delà du cercle polaire! Ce sera la position la plus nordique qu’Andrée Anne Rachel aura atteinte, au-delà même de la pointe nord-ouest de l’Islande, en 2013, à 66*32′N, notre record à date en bateau… Et à pied au nord de l’île Grimsey, l’île la plus nordique de l’Islande.  Et ce ne sera qu’un début, vu que nous nous dirigerons ensuite sur Tromsø, 300 ou 400 milles nautiques plus haut,  à 69*39′N. Et après l’hiver 2015-2016 passé à Tromsø hors de l’eau, à la fin juillet 2016, nous irons aux Svalbard ou les Spitsbergen, les îles les plus nordiques de la Norvège, à 600-700 milles nautiques de Tromsø, ou 400-500 milles au large de la côte norvégienne, et habitées d’ours polaires… À 79*51′N… En fait, Claude vise le 80ème degré de latitude nord, 9 minutes (9′) plus haut que 79*51′N.

24
Notre position et notre direction (ligne rouge: notre cap, ligne verte: notre vraie direction considérant la dérive).. Nous nous dirigeons vers la Norvège, vers Bodø West… ? x rouge dans un carré?? ! Notre waypoint

Je lis que Tromsø est la Paris du Nord ! Non en raison de sa vie de café, mais de la mode très suivie là bas! Ville universitaire très bien organisée, sophistiquée et attirante, très amicale selon le guide de croisière norvégienne écrit par un couple de britanniques (je pense). Nous avons la 7ème édition.

16:20 Vent arrière de 11-12 noeuds du sud, sud-est qui nous fait avancer à petits pas à 4 noeuds sur une houle réduite à 1.5 mètres et peu de vagues… Ça fait du bien!

18:00 Je file vraiment mal… Trop lu, trop écrit… Souper à faire…

Dimanche 23 août 2015 – en mer 62º45′N 003°12′E

138.00mn, 710.95mn(2015.2), 1157.22mn(total 2015) M

03:35 Je suis à la roue depuis 35 minutes, 03:00 am, depuis que Claude s’est couché alors que je m’éveillais. Je me suis couchée hier soir à 19:00, trop nauséeuse après avoir fait le souper et mangé un peu… Heureusement souper facile, je réchauffais du poisson fait il y a deux jours et faisais rissoler les pommes de terre déjà cuites, puis dessert 3 cerises de France pour moi, c’était déjà beaucoup pour moi, c’est donc dire, moi la gourmande! Puis je me suis couchée et endormie rapidement jusqu’à 21:30 puis roule et roule jusqu’à 23:00 environ, quand je me suis rendormie solidement enfin! Je ne pensais avoir qu’une heure à dormir de plus, jusqu’à minuit et quelque mais Claude attendait que je me réveille! Merciiii mais il faut que tu dormes toi aussi!

Nous sommes dans un no man’s land depuis quelques heures, il n’y a plus de carte marine car nous ne sommes dans aucune eau reconnue par un pays! Aucune des cartes que nous avons, Islande, Norvège, Royaume Uni… Pour 48 milles nautiques! Donc 10 heures de temps! Actuellement, il me reste 18 milles, je pense avant d’atteindre un carré de carte appartenant au Royaume Uni!

9

Le No Man’s Land! Ou Waters!

10

Écran Raymarine de nuit avec le radar 30 sec/3min …L’écran est ici divisé en deux parties, radar à gauche: nous sommes au milieu de la tache jaune centrale, et la ligne est notre direction, le gros écho jaune à gauche est de la pluie et les petits échos en ligne sont les bateaux ou les plateformes… Carte marine à droite: on voit les bateaux sous forme de triangle gris AIS, le gros écho rose à gauche de notre direction est la pluie, et les lignes roses, les plateformes.

Heureusement, nous avons un radar qui m’indique probablement deux plateformes pétrolières et deux cargos selon mon AIS, à 4, 6 et 12 milles nautiques… Et je vois des lumières au loin sur mon travers, mais rien devant! Parfait! Un nouvel écho 6 milles derrière moi, non identifié, mais qui semble me suivre… Et tout le monde  a semblé avoir fermé leurs AIS tout d’un coup, les échos y sont mais pas d’AIS… Les deux cargos sont arrivés probablement à leur plateforme, et l’écho derrière moi n’a jamais ouvert son AIS s’il en a un!

Il commence à faire clair, il est 04:18… Je peux distinguer le ciel de la mer… Bonne visibilité, pas de brume ni de brouillard ce matin! Nos feux de navigation, Running Lights, vert et rouge à l’avant et blanc à l’arrière fonctionnent bien, mais maintenant nous ne voyons plus le feu de navigation à moteur, Steaming Light, blanc, en haut du mât… Un autre projet pour le prochain port!

05:00 Claude se lève pour vérifier ma plateforme droit devant à 18 milles nautiques environ… Selon la carte, on passerait à côté??? Selon le radar, droit dessus! On verra rendus là! Il se recouche, gelé! On ferme toutes les lumières, comme la plateforme, pourtant si éclairée il y a encore quelques minutes! Il fait jour!

1Soleil levant du dimanche matin 23

06:23 Claude dort toujours, le vent forcit jusqu’à 20 noeuds, au grand largue sur tribord, nous roulons ad 8.14 noeuds dans 599 pieds d’eau, en gîtant de façon stable.
Nous sommes à 6.7 milles nautiques d’une carte marine répertoriée! Yesss! Et ma plateforme sera évitée.

06:55 Claude est maintenant couché depuis quatre heures! Mon iPod est mort! Alors je branche mon écouteur sur mon iPad sur lequel j’ai plein de chansons inconnues de moi  de Joe Dassin que je me suis achetées sur iTunes… Des vieilles affaires, plus vieilles même que toutes celles que j’ai déjà, des chansons jamais entendues! Caro n’y croit pas, mais c’est vrai!

07:10 Je viens de rencontrer un beau voilier, pas mal gros, sur mon bâbord, à environ deux milles et je devine à l’avant à 4.5 milles sur mon tribord le profil inquiétant de la plateforme… Ne pas savoir qu’il s’agit d’une plateforme me ferait imaginer un très haut vaisseau fantôme avec plein de cheminées ou de mâts tout croches! Voire des canons! Oui, un vaisseau de guerre fantomatique! Je mesure sur l’écran que l’on passera à 1.69 milles nautiques… J’espère que c’est suffisant et qu’ils ne me mettront pas la police maritime aux trousses! Ou lancer un appel radio pour réveiller Claude! Je crois que ça nous était déjà arrivé entre l’Islande et les Faeroe je crois, pas la police, mais l’appel radio dans la nuit… Et j’en vois une autre se profiler plusieurs milles plus loin! Très bonne visibilité aujourd’hui!

A son lever vers 07:50, après cinq heures de dodo cockpit (donc pas solide), Claude s’est rendu compte,oups, (avec fureur et raison!) que je n’avais pas mon AIS ouvert! En révisant mes notes, je vois que j’avais dû l’accrocher et donc le fermer sans m’en rendre compte pas mal plus tôt, quand j’ai fait tomber et raccrocher le petit gps portable sur la console du computer, juste à côté du commutateur AIS! Et donc, quand le dernier bateau a disparu de l’écran, vers 03:35! Moi qui étais choquée contre les gens qui n’ont pas d’AIS émetteurs, donc ne sont pas visibles! Comme je l’étais donc ce matin, invisible pendant un bon trois heures! Oups, oups, oups! Mea culpa!

Et finalement, avec l’AIS OUVERT (!) je vois que ce n’était pas une autre plateforme à l’horizon mais un gros bateau Search And Rescue qui doit se tenir pas loin des plateformes…

Et aussi, que le “pas mal gros” voilier était vraiment “très gros”! 102 pieds! Chimera…
Vive l’AIS! Et je vais surveiller mon interrupteur dorénavant… Le petit icône sur l’écran signifie seulement que l’alarme AIS va retentir si un bateau dangereux s’annonce!

Et je laisse ma place au capitaine… Pour aller préparer le déjeuner (fraises, viennoise à l’érable et pacanes, yogourt et fromage)…

3

Mon vaisseau fantomatique (il en avant plus l’air une heure avant! Plus loin!)

4

Mon vaisseau fantôme est devenu une plateforme! Magnus, et le bateau est celui de Search And Rescue.

12:21 Après le petit déjeuner de 7:30 am et une bonne sieste de 9:am ad 11:30am, on vient d’avoir un bon dîner tranquille, toujours au grand largue, mais un peu moins de vent 13-15 au lieu du 19-20 de cette nuit et trois voiles au lieu de deux, encore un bon 7 noeuds de vitesse sur une houle 1.5 mètres et beaucoup de soleil! Donc pieds nus et super bonne salade fraîche (salade iceberg, champignons hachés, échalote, mangue, noix mélangées, mélange de Mayo, huile, jus de citron, sel et poivre et surmontée de ma petite ciboulette restante de mon plant!)… Pas d’autre voilier en vue actuellement.

14:05 Claude se réveille d’une petite sieste d’une heure trente peut-être… Il fait beau et chaud, sur une mer calme (pas miroir, quand même, mais léger ballotage d’une houle d’un mètre tout au plus) avec un vent encore réduit à 10-12 noeuds du sud, sud-est, donc au grand largue pour nous, ms donnant une vitesse à voile de 6 noeuds environ.
Bon temps pour la lecture, je viens de finir le National Geographic d’août 2015, particulièrement l’article sur le pape Francis, l’espoir du renouveau de l’église catholique, comme tous l’espèrent, mais peut-être pas tout le Vatican! Brrr! On verra!

18:56 Belle journée ensoleillée, tranquille… J’ai pu faire de la couture de “patches” pour ma toile… Et un souper élaboré et plein de vaisselle! Sauce rosée et pâtes fraîches farcies aux saucisses épicées! Il faudra me rappeler de ne pas racheter cette sorte là, vraiment fade! Je me suis alors rattrapée avec le dessert: gâteau au fromage décoré de fraises et nappé de sirop d’érable! Je devrai me coucher bientôt pour prendre mon quart de nuit par la suite…

Le vent a tourné Est, Nord-Est, donc de face, autour de 10 noeuds. Heureusement la mer n’est pas encore montée contre nous, à date! Nous sommes donc à moteur depuis deux heures… J’ai donc pu laver ma vaisselle à l’eau chaude!

21:26 Je viens de lire mes premiers chapitres de “L’île des chasseurs d’oiseaux ” de Peter May que m’a offert Isabelle Autissier lors de notre visite sur Ada en juin. Très bon à date, belles descriptions de Stornoway sur l’île de Lewis aux Hébrides Extérieures…
Et là, je dois me coucher!

Lundi 24 Août 2015 – En mer – 64°03′N 005°46′E
121.40mn, 832.35mn(2015-2),1278.62mn(total 2015) M

02:00 Ooohhh! J’ai bien dormi, mais juste 3 heures, de 21:30 à 00:30 ou 01:30 notre nouvelle heure norvégienne! Il est maintenant 02:00 am… Il ne fait pas froid, juste un peu humide… Le vent, de face, est à 8.5 noeuds Est, Nord-Est et notre vitesse de 4.5 noeuds. Il nous reste 371 milles nautiques à faire d’ici Bodø ou entre 79 à 103 heures selon les variations de notre vitesse… Hier il restait 60 heures car on roulait à 8 noeuds!

L’eau s’est réchauffée à 12.4 au lieu de 12.1 même si on est plus au nord! S sommes dans 2500 pieds de profondeur! Notre record est quand même 12000 pieds aux Bahamas, je pense. Nous sommes à moteur assisté de la grand voile qui ne sert à rien!

04:33 Une bande pastel orangé et bleu très pâle s’installe tranquillement à l’horizon depuis environ trente minutes… Le jour arrivera bientôt, une heure plus tard qu’hier…à l’heure norvégienne. Et un cargo arrive dans l’écran à 39 milles nautiques derrière moi… Le Golden Bull… Et oups, un second à 56 milles nautiques, à mon bâbord, fonçant sur nous, mais nous ne serons plus là!

1

Une bande orangée apparaît avant le soleil…

04:53 À part une légère houle d’un ou deux pieds, la mer devient miroir, comme je l’aime! On n’a même plus d’écho de vague de déplace,ent sur le radar! Yeeeesss! J’adore!

06:41 Claude dort toujours et a manqué le lever de soleil sur mer miroir vers 06:06… Le vent faiblit toujours, il est maintenant à 2.9 noeuds même s’il vient du sud, sud-est il ne nous aidera pas beaucoup! Nous sommes maintenant dans 3281 pieds d’eau! Très bonne visibilité ce matin encore…

2Lever de soleil du lundi 24…

07:26 Claude dort depuis six heures! Le soleil commence à me réchauffer… Il est aussi aveuglant!

10:48 Aaaaaaahhhh! Je m’assois enfin! Grand ménage ce matin… Quand Claude s’est levé à 07:30, nous avons déjeuné et comme la journée était parfaite pour cela, le grand ménage! Toilette, pont, plancher, vêtements, douches, et tout replacer! Ça valait la peine même si je n’ai pas beaucoup dormi, seulement trois heures… Je dormirai après-midi ou en soirée plus tôt avant mon quart de nuit… Beau soleil

3

Séchage du linge sur les filières sur le pont et sous le dodger!

15:06 Je viens de me réveiller après 1,5 heures de 13::00 à 14:30… Il fait super chaud dans le cockpit, fenêtres ouvertes! Nous décidons d’aller tous les deux sur le pont… L’été! Et le lavage sur le pont est presque sec…  Nous rencontrons un cargo qui va vite!    Et je vois que la poche arrière  du pantalon North Face de Claude est défoncée! Il comprend maintenant pourquoi son portefeuille serait resté sur un banc au Boatclub à Lerwick en se relevantg! Ouf! Il aurait pu le perdre à vélo, ou dans l’eau!

16:01 Nous venons de rencontrer une baleine, probablement un rorqual commun, qui a fait un détour entre 500 et 1000 pieds du bateau, en soufflant une quinzaine de fois et restant en surface tout le long, loin derrière encore!

4

Un rorqual commun souffle au loin

19:54 On ne s’ennuie jamais sur un voilier! Toujours quelquechose à réparer ou faire! Désalinateur d’eau, souper, vaisselle, couture, rotation du séchage, pliage du linge, poubelles, lavage de toilette, remplissage des cruches d’eau pour la toilette, rechargée des batteries de tout un chacun, et les nôtres! Pas le goût de dormir! J’aimerais mieux lire!

Mardi 25 Août 2015 – En mer – 65°26′N 008°37′E
103mn, 935.35mn (2015-2), 1381.62mn (total 2015) M

00:35 Claude vient de me réveiller, il ne tient plus debout et s’endort immédiatement! J’ai dormi profondément depuis 20:30, un bon quatre heures, (hier toute ma nuit et ma journée 4.5 heures! Claude six heures)…

01:30 Hier soir, à 23:00, j’ai entendu Claude appeler un cargo derrière nous qui ne semblait pas nous voir à 2.5 milles nautiques alors qu’on avait un gisement de collision depuis 15 milles nautiques! Il ne devait pas regarder son AIS souvent! Et le nôtre était ouvert! Après l’appel de Claude il a changé de cap et nous a dépassé sur notre tribord à 0.4 milles nautiques finalement! Il est maintenant rendu à bâbord à 19 milles nautiques en avant, ce que je vois bien sur mon radar mais son AIS n’est pas tout le temps ouvert… Il pouvait bien ne pas nous voir, hier soir.

02:14 Nous roulons à moteur depuis l’autre soir, plus de 36 heures maintenant, et moins vite, ce qui fait que notre waypoint est encore entre 66 et 103 heures de route! En fait on a quand même avancé! Il reste 265 milles nautiques d’ici Bodø West. Nous roulons à 4.34 noeuds max contre un vent presque de face de 14 noeuds de l’est, à 64 milles nautiques de la côte. On galope sur la mère, pas dans le sens aller vite, mais monter descendre!

02:50 Ouf, le temps restant a grimpé jusqu’à 126 heures! 263 milles nautiques à faire! On avance, mais pas vite, entre 2.65 et 4.06 noeuds… Malgré l’ajustement des voiles par Claude. Rien à faire… Vent trop de face et vagues!

06:50 Un autre 3.5 heures, total 7.5 pour moi cette nuit! C’est au tour de Claude d’être sur la corde à linge! Il n’a dormi cette nuit que deux heures, relevé à 2:50 et faisant de la voile depuis… Un beau lever de soleil manqué, bcp de nuages enflammés, mais trop de brassage pr le photographier…

Je suis donc maintenant à voile aussi, à 6.20 noeuds, au vent de 16-17 noeuds Est, Sud-Est, donc au près, près serré. Il reste 243 milles nautiques en 38-44 heures, plus ou moins, plus plus que moins… Donc, au moins deux autres nuits en mer, ce qui fera cinq au total depuis notre départ de Lerwick le 22 août.

5

Carte marine du 25-08… On grimpe le long de la Norvège! Voir la flèche jaune…

07:30 Nous sommes à 64 milles nautiques de la côte…  Et huit cargos tout autour! Dont un seul ds notre direction, à 12.9 milles nautiques de nous et qui devrait croiser notre route incessamment d’ici une heure, (s’il roulait à sa vitesse normale de 10-15 noeuds alors qu’actuellement il semble rouler à 0.7 noeuds, donc, arrêté?) au point où nous serons dans deux heures, donc pas de collision! En fait, six des huit cargos affichent une vitesse quasi nulle de 0.1 noeuds, donc arrêtés… Un seul roule rapidement vers le sud.

Sur une bonne houle de 1 à 1.5 mètre et le bateau tremble, cogne et craque comme tout le temps dans ces conditions de  vagues et de vent de face qui semblent s’aggraver aujourd’hui selon le message de Phil, remplaçant Michel depuis quatre jours maintenant. De mémoire, je crois qu’il annonçait jaune ce matin avec des vents ad 20 noeuds et vert cet après-midi… Il y a de l’espoir!

08:50 Claude s’est levé à 07:50 pour diminuer la voilure! J’allais trop vite, 8 noeuds! Non, mais nous avions trop de voile pour les vents attendus jusqu’à 26 noeuds bientôt… Alors un point de ris sur la grand-voile, réduction du génois en ouvrant le foc… Beaucoup moins de gîte! 19 noeuds de vent Est, Sud-Est, nous roulons maintenant à 5.5 noeuds. Plus agréable, et maintenant je me couche!

12:40 Claude est maintenant couché et je viens de reprendre la roue après avoir dormi jusqu’à midi puis avoir fait le dîner et dîné de façon un peu acrobatique, en gîtant Pas mal de montagnes russes up & down aussi! De plus, on est forcés de remonter vers le nord un degré à la fois pour éviter le vent de face, plus de l’Est que de l’Est, Sud-Est, à 20-23 noeuds maintenant… Contre une houle grandissante de deux mètres sûrement!

Et il fait chaud dans le coin! Un gros soleil arrière me plombe le dos et l’eau est à 14.5°C! Rien vu de tel depuis des lunes et des années! Surtout si au nord! Je viens d’entendre un bruit d’hélicoptère mais je suis incapable de le voir, probablement caché par les voiles…

Ohhhh! J’ai réussi à remonter d’un degré à la fois de 38º jusqu’à 50°, et on va peut-être reprendre notre cap original éventuellement! Dans de nombreuses, nombreuses heures! Si le vent continue à redescendre vers le Sud-est, au lieu de l’Est, Sud-Est…

13:34 Claude se lève! Après une seule petite heure où il dit avoir juste rêvé! Et moi j’ai découvert une chanson spécialement faite pour les grosses vagues que je monte et descend sans cesse comme à l’instant même où la chanson jouait sur mon iPod! “L’instant présent” de Plamondon, chanté par Cocciante, un bijou très adapté à nos voyages marins des dernières années! “Pour vivre intensément l’instant présent je vais t’amener sur un bateau blanc, (…), que le vent nous emporte, (…), sans laisser d’adresse, en laissant un mot sur la porte “Partis pour un moment, pour cause de stress”… ” Hihihi! Le timing était parfait!

6Andrée Anne Rachel éclaboussant la vague


VIDÉO montrant les ups & downs de la mer du 25-08 by Boathouse_ca
 

15:20 Séance radis et piments rouges doux! Les vagues sont encore surmontées d’écume au loin et autour de nous, mais c’est plus confortable, le vent s’affaiblissant un peu, 17-19 noeuds au lieu de 24-27.4 noeuds, quoique plus de l’Est, ce qui est franchement moins bon pour notre direction! Et on ne va pas vite! 2.7 à 4.11 noeuds max! 203.4 milles nautiques à faire… Mais nous allons plus au large que supposé! Il faudra corriger encore! Je pourrais faire de la couture!  Mais j’ai peur de la nausée! Er de me piquer dans des mouvements imprévus! On va laisser faire!

16:50 Je me relève d’une sieste depuis 15:40 et Claude prend ma place, et il dort! Nous roulons toujours à voile à 4-5 noeuds, 4.5 en moyenne, dans une mer démontée de houle et de moutons… Les jours se suivent et ne se ressemblent pas! En tout cas j’espère que demain ne ressemblera pas à cela! J’aimerais comme hier, une mer plate, miroir! Il reste 197 milles nautiques donc 40-50 heures…

18:20 Claude est à la barre finalement depuis trente minutes, incapable de dormir plus, gelé… Il ne fait pourtant pas si froid. On va souper chips. Trop de mouvement et j’ai un mal d’œil à me l’arracher! Je m’étais cogné la tempe sur le moyeu de la roue en lavant le plancher du cockpit depuis quelques jours et quand je l’Islande plus que trente minutes, l’œil veut me sortir de la tete!

21:48 Je me relève après une sieste de deux heures après avoir soupé chips, noix, fromage, biscuit… Et maintenant Claude est couché et je n’ai plus mal à l’œil ni l’hémiface droite (arcade sourcilière, sinus maxillaire, maxillaire supérieur… Les dents d’en haut… Tout ça à cause de ma tempe droite!)… Le tylenol fonctionne bien avec du repos!

Actuellement il reste 173 milles nautiques d’ici Bodø soit de 30 à 43 heures ça  achève! Deux autres nuits, celles du 25-26 et du 26-27, on devrait arriver jeudi matin 27!???
Le vent est malheureusement même franc Est des fois! Nous roulons entre 4.6 et 5.6 noeuds pour un vent de 17-18.5 noeuds de l’Est… Et nous sommes à 5 milles nautiques à l’ouest de notre direction souhaitée! Pas le choix de dériver en raison du vent trop de face depuis plus d’une centaine de milles… Au début, quelques degrés signifiaient une déviation de notre route d’à peine 300 mètres, mais au bout de plusieurs heures, l’erreur se multiplie! Il faudra corriger ceci plus loin, encore beaucoup plus loin!

France et Claude

English web translation here

  Fair Isle , 59,32’ N  1,36 W
110.70mn, 455.00mn (2015-2) 901.07mn (total 205)

Dimanche 16 août,

02:11 En mer, Mer du Nord, au nord est du Cape Wrath 58*57′.513N 004*17′.426W

Claude m’a éveillée à 01:20 am pour prendre la relève… Ouf j’ai dormi de 22:00 à 01:20 seulement, j’ai trop lu jusqu’à la nuit tombante! Nous sommes maintenant en train de boucler la boucle, complétant notre circuit en huit autour de l’Écosse et de l’Irlande. En effet, la carte annotée de nos positions a l’air du chiffre huit, deux boules, ou un bonhomme de neige à deux boules, la troisième étant les Shetlands! Un huit en italique, étiré vers le nord est! La mer est tranquille, un peu de roulis, pas trop de houle, vent à 12 noeuds quand même, du sud, sud-ouest. Un courant de 1.7 noeuds contre nous, avec une vitesse finale apparente de 6.13 noeuds mais réelle de 4-5 au sol…

03:43 Claude dort toujours mais vient de me demander s’il peut continuer à dormir! Mais oui, minou! Tout est sous contrôle! Deux cargos, un en arrière à 9 milles nautiques, l’autre en avant à 24 milles nautiques. Vent stable, 12 noeuds, le jour commence à poindre, je vois l’horizon s’allumer tranquillement… Et de petites traînées nuageuses minces et noires sur un fond pastel encore sombre et délavé…

04:44 Claude dort encore!!! Une belle journée semble s’annoncer? Peu de nuages à date… Je suis toujours à la voile tranquille, (quoiqu’un peu, beaucoup aidée par le moteur), sur un vent arrière stable sud sud-ouest de 12 noeuds, voguant vers un ciel pâle orangé traversé de temps en temps par une mouette esseulée… Au loin, à bâbord, une petite rangée de mignons cumulus, troupeau allongé de moutons floconneux tous alignés à la queue leu leu…  Une île montagneuse lointaine se profile au loin sur mon tribord, les Orkneys? Eh oui, après vérification sur l’ordinateur de bord! Tellement pratique, cet engin! On ne pourrait plus s’en passer! Moins de travail que sur les cartes papier! Oh! Petit brise fraîche sur le capot! Je me tiens juste derrière le pare-brise du dodger, debout sur la plus haute marche de l’escalier de l’écoutille arrière… Meilleure place pour surveiller et écrire en même temps! Mais frisquet à cette jeune heure du matin! J’ai le bout du nez gelé! Je me suis réchauffée tout à l’heure en faisant des squats, mais ça ne semble pas suffisant! Même si je me dandine sur ma musique au rythme endiablé de Rickie Martin et  Lost Fingers, entre autres, sur mon iPod! Dont la batterie est en train de mourir! Longue nuit à jouer aux cartes (solitaire)! Vivement ma batterie de poche! Ça aussi, très pratique! Ma trouvaille 2014! J’en ai offert à plein de monde depuis Noël dernier! Ah je vois se pointer le cargo Dettifoss, sûrement islandais avec un nom pareil (foss signifie chute d’eau en Islande)… Selon l’ordinateur de bord, nos routes devaient se croiser! Il est à 6.5 milles nautiques droit devant, disparaissant par moments derrière la houle grandissante! Je ferme maintenant les feux de route et l’éclairage de cabine, il fait clair à 05:12… Et Claude dort encore… Il lui reste encore 2.5 heures à dormir pour dépasser son record de sommeil dans le cockpit d’hier (6.5h)… Gageons qu’il ne se rendra pas à 08:00 ce matin… Une ligne rouge-feu droit devant annonce la levée officielle du soleil, 05:17…

05:47 Finalement, 05:33 est l’heure du lever du soleil, la grosse boule de feu droit devant moi, et 05:45, celle du minou! Pas battu son record! Alors, c’est moi qui vais me coucher!

image4

Lever de soleil du 16 août

13:54 Et je me suis réveillée à 12:54 il y a une heure après avoir dormi un bon sept heures! Nous roulons à voile, au près serré, et il commence à faire chaud au soleil sous mes deux couches de polar et la couverture! On ôte les souliers aussi! Diner sandwich salade jambon fromage et encore quelques biscuits de juin! Il ne reste plus qu’une boite de Walkers, ces bons sablés écossais donnés au début par Phil et Amélie, puis rachetés compulsivement par la suite!… Comme les bons biscuits maison faits chez Morrison’s… Ces derniers étaient moins bons hier que d’habitude, trop vieux et non industrialisés… Même au Rollo! De juin quand même!

Je suis à faire de l’eau avec le désalinateur, on avait sauté une journée hier car nous étions à voile et voulions économiser de l’électricité. Ça prend quand même 12 minutes par bouteille, au moins deux bouteilles test, puis la vraie! Mais là, il faut bien le faire fonctionner souvent! Au moins une fois par semaine, et pas au quai comme nous le serons dans quelques heures pour quelques jours, à Fair Isle, 25 milles nautiques d’ici. Nous longeons les dernières Orkneys, plus plates que l’île d’entrée et sa belle montagne que j’apercevais plus tôt ce matin.

15:24 Claude se recouche… Nous sommes à 2.5 heures de notre destination, Fair Isle! Et un peu plus vraiment pour l’approche finale et entrer dans le port…  Ça aura pris 4 jours et 3 nuits pour nous rendre! Nous sommes en avance de trois jours sur notre horaire qui prévoit toujours du temps de plus au cas où (mauvais vent, mauvais temps, maladie, whatever!)… Quel sage capitaine prévoyant!

Il fait super beau encore, gros soleil, vent de 12 noeuds, juste confortable même si on gîte pas mal au vent de travers! Nous roulons toujours aux alentours de 5.5 à 6 noeuds. Légère houle d’un mètre nous fait galoper sur la mer, sans plus, pas trop de roulis, on a la houle de face-travers (mon invention de terminologie, désolée, Richard! Hihi)

Quelques photos de notre position et de notre itinéraire depuis 2011 sur la carte d’Ecosse, d’Europe, et du monde nord Atlantique! On a passé l’hiver 2011-2012 au Labrador, à l’Anse au Diable,  l’hiver 2012-2013 en Islande à Reykjavik, les hivers 2013-2014 et 2014-2015 en Écosse à Troon… On passera les hivers 2015-2016 et 2016-2017 en Norvège à Tromsø. Pas nous, mais Andrée Anne Rachel! De beaux étés depuis 2010: 2010 et 2011 au Labrador, 2012 au Groenland, 2013  autour de l’Islande, puis aux Faeroe, Shetlands, Fair Isle et le nord de l’Écosse, 2014 autour de l’Irlande, des Hébrides et des Orkneys en Écosse. Cette année, à date, nous avons refait les canaux d’Ecosse (Canal Crinan et Canal Calédonien) pour nos invités Phil et Amélie en juin et nous voguons vers la Norvège, Tromsø, en passant par le Fifth of Clyde, le Ñorth Channel, la mer des Hébrides, la mer du Nord, les Orkneys, Fair Isle et les Shetlands, soit l’ouest, le nord-ouest, le nord puis le nord-est de l’Écosse.

Notre position vers Fair Isle, entre les Orkneys (en bas à gauche) et les Shetlands (en haut à droite)

image3
Le beau HUIT rouge autour de l’Irlande et de l’Écosse ! Notre position sur l’accent aigu! (Avec la flèche jaune)

5
Notre périple parcouru depuis 2011… Montréal, Labrador, Groenland, Islande, Faeroe, Shetlands,  Écosse, Irlande, Hébrides Extérieures, Orkneys… Vers la Norvège!

6

16:15 Je vois clairement, au loin encore, Fair Isle, son profil particulier aux flancs de montagne très pentus…  On arrivera dans 1.5 à 2h environ…

7

La partie sud de Fair Isle, son phare et le village

8

À droite, la partie nord de l’île, sauvage, réserve naturelle pour les oiseaux migrateurs

16:58 Claude s’est réveillé et prend la relève.

20:06 Nous sommes maintenant amarrés au quai de Fair Isle et Claude a  le mal de terre! Tout étourdi! Il fait beau, temps calme, un cormoran pêche à côté du bateau… 12£ pour rester ici jusqu’à 4 jours en tout!

 17 Aout 2015

Fair Isle

19

La côte rugueuse de sud de l’île

20

Plein de piliers (ou “stacks”) tout le long des falaises, tout autour de l’île

10

Notre marche tout autour de l’île, sur ce beau gazon vert jusqu’au bord des falaises!

21

Et le phare du Nord pour compléter notre journée de hiking

Au retour, le bateau de l’île, “Good Shepherd IV” est revenu au quai après ses aller-retour vers Lerwick, mais il est sorti de l’eau, sur son ber, au bout des rails qui le mènent hors de l’eau… Attend il une tempête? Pourquoi être sorti de l’eau? Il nous inquiète un peu… Un autre voilier arrivant pendant que je préparais le souper, Claude est allé à la quête d’infos météo, mais non, pas de tempête en vue! Ouf! Plus tard un autre voilier arriva et se mît à l’épaule de notre voisin qui l’attendait.

 

Mardi 18 août 2015 Fair Isle

15:37 Le lunch est prêt, mais pas le capitaine, encore dans la cale à fixer les fils pour les feux arrière et le compas que nous avons changés complètement, à partir de la boîte de disjoncteurs en haut de la table à carte jusqu’au fond du cokpit près du compas…sous le banc, place magnifique entre toutes… Il avait commencé la journée dans le fond de la cale arrière complètement, pire encore!

12

Claude me tendant la main pour sortir de son trou! Sous le banc du capitaine…

13Il progresse…

14
Il s’extirpe dans un mouvement de rotation, et beaucoup de friction et d’efforts!

21:55 Et il l’a refaite plusieurs fois, ce trou d’enfer, où quelqu’un de juste un peu plus grand ou moins mince que lui ne pourrait  s’y faufiler! Pour sûr! Il a toujours peur d’y rester coincé de plus, et ça se pourrait presque! Il a toujours besoin que je le tire par les pieds ou une main pour sortir!

Nous avons réussi à faire fonctionner les feux de route, arrière ainsi que la lumière du compas, et en même temps Claude a filé à nouveau l’ancien feu de route arrière, plus bas, qui était alors caché par le dinghy situé plus bas à l’époque … Comme il a allongé le David qui soutient le dinghy dans les airs à l’arrière, trouvant le dinghy trop près de l’eau en mer aux Bahamas, le feu arrière maintenant apparent pourra servir en cas d’urgence!

Nous avons travaillé toute la journée, moi comme poteau de lumière ou valet d’outils, de tierap, de corde, de tape, de ci, de çà… J’avais sorti ma grande, énorme toile, la partie qui recouvre tout le bateau en avant du mât… Je l’ai dépliée partiellement sur la table dans la salle à dîner, encore occupée par la dite toile… Je n’ai réussi à coudre que deux “patches” pour un seul des huit trous! Je me suis équipée à Laval de trois dés à coudre en cuir et métal et deux en métal et silicone qui tiennent vraiment bien par succion… Je suis déjà à courber mon aiguille ultra solide de cordonnier! La dame de Laval ne voulait pas m’en vendre plus que deux, me disant qu’elles étaient très solides, même si je lui disais en casser souvent! Les voiles, le tissu du dodger et les toiles sont tellement épaisses!

15

Ma toile, un gros paquet déroulé!

16

Mes dés très spéciaux! Deux en silicone et métal (jaune et rose) et un en cuir et métal (rose ancien sur mon majeur), et mon aiguille meurtrière de doigts, en biseau à trois côtés…

Nous sommes au lit! Après un souper rapide à 21:00 et une douche tiède ensuite au bateau!

Nous partons demain très tôt pour Lerwick! 41 milles nautiques et je pourrai faire du lavage, m’acheter du yogourt et du savon à vaisselle! Aaahhh

Mercredi 19 août 2015 Fair Isle

10:30 Eh bien, non! Nous ne sommes pas partis, le vent étant contraire, du nord-est… Nous partirons demain!

13:07 Il ne fait pas très beau mais au moins il ne pleut plus! Après au moins 36 heures de pluie en ligne, si ce n’est plus, les champs sont délavés, des rigoles coulent partout, même des cascades se forment! Les fossés secs d’hier se sont remplis d’eau et sont devenus des ruisseaux et les crottes de mouton deviennent dangereusement baveuses tout le long de la route à vélo! Ouache! Au retour, j’ai nettoyé mes pneus sur le ciment du quai, exempt des dites mines antipneus! Pendant que Claude continue des réparations dans le cockpit, je suis allée faire à vélo une petite épicerie au village… J’ai changé un 15 livres anglaises pour au moins vingt livres en poids dans mon sac à dos! Des patates, une mangue, 6 yogourts, du lait, du savon à vaisselle, un cantaloup, du poisson (whitefish), et du pain congelé… Le proprio de l’épicerie m’a confirmé ce que j’en avais compris! Le bateau ravitailleur qu’il attendait hier, n’a jamais quitté le port, resté encore au sec à côté de nous… Oui, le Good Shepherd IV ne sort pas par mauvais temps! Le retour à vélo fut par contre finalement plus facile, vent de côté, pentes descendantes! Yahoo! Fallait juste éviter les moutons et leurs cadeaux!

Remplissage des bouteilles d’eau douce du quai, puis ajustement de nos amarres dont l’une raguait sur le quai de ciment et était sur le point de briser quand un bon samaritain nous en a avisés! Ouf! Nous avançons donc Andrée Anne Rachel et changeons les amarres… Puis on ôte la lumière de secours qu’on avait fixée avec plein de ruban adhésif sur le mât de l’éolienne… Claude continue de faire ses réparations dans le cockpit… Bon, je vais faire le dîner!

16:47 Ouf! De retour au bateau après une longue promenade à vélo sur toutes les routes carrossables de l’île, du sud au nord! Et du vent de face incroyable sur la montagne jusqu’à 30 noeuds, et de la petite brumasse dans les lunettes!

Et d’en haut de la montagne, je vois arriver un nouveau voilier, qui lutte contre le vent pour éviter récifs et brisants en se dirigeant vers le port! Oh la! La seule place qui reste sera à notre épaule ou celle d’Atlantica, l’énorme gros voilier ancien! J’espère qu’il le choisira! Mais, ne pas prendre de chance, il faut pédaler à toute vitesse pour les aider dans ce gros vent! Quand j’arrive, il y a déjà un jeune marin de l’autre gros voilier anglais devant nous qui me demande s’il peut m’aider à mettre l’arrivant à couple avec nous! Claude, arrivé sous peu, va compléter le trio pour les attacher à nous puis finalement les aider à aller plutôt se mettre à couple sur Atlantica, plus long, 80 pieds, plus adapté à recevoir ce gros voilier d’une quarantaine de pieds et beaucoup plus haut que nous… Ce qui était un peu apeurant avec cette marée de six pieds… La rencontre fut quand même agréable: en attachant des défenses sur leur bateau, la fille du couple français  me racontait que ses parents sont partis de Nantes, en Bretagne, il y a deux mois, pour faire le tour de l’Irlande et ils se dirigent demain vers Lerwick puis la Norvège comme nous. Elle, sa sœur et son frère sont venus les rejoindre pour une semaine dans les Orkneys et les Shetlands.

17

Cinq voiliers au quai de Fair Isle.

18

Et encore notre Good Shepherd au sec!

19:35 Et un sixième arriva pendant le souper! Parti se mettre à l’épaule du Français.
Souper morue tomates basilic petites patates et pour dessert un melon de miel mûr à point acheté ce matin.
Finalement Philippe reçoit nos messages via cell satellitaire! Enfin! Ça faisait trois messages qu’il ne recevait pas et il devait prendre la relève de Michel dans quelques jours pour nous donner la météo et nous surveiller à distance! Ouf! Ça fonctionne! Super! Prise 2 pour la préparation du bateau pour la mer demain matin 6:00!

Jeudi 20 août, 2015 Lerwick– Shetlands 60,09’ N 1,09 W

44.55mn, 499.55mn (2015-2) 945.83mn (total 2015) QPL

11:23 Nous venons de faire 30.15 milles nautiques depuis Fair Isle aux gros vents de travers, puis petit largue, et maintenant grand largue, plus tranquilles maintenant mais quand même encore assez forts ,  28-29 noeuds et on en a eu jusqu’à 34 noeuds… Assez pour en parler! Ou juste dormir! Après avoir fait plein de manœuvres ma foi pas mal efficaces ce matin et bien réussies, même si assez périlleuses! Comme détacher le bateau du mur en ne gardant que l’écoute arrière et y descendre par l’échelle du bout des pieds en sautant sur la petite lisière arrière du bateau… Fixer les cinq amarres, puis remonter planches et défenses alors que la mer nous ballottait en tout sens et les planches me remontaient jusqu’au bord du pont et tout près du nez car j’étais penchée au dessus des filières, donc de l’eau! Puis, rapatrier toutes ces défenses et les ranger à l’arrière du bateau… Puis aider Claude à  monter la grandvoile avec deux points de ris et sortir le foc, et un quart du génois pour nous stabiliser! Brrrrr, malgré la pluie et le froid, j’étais en sueur quand je suis rentrée… Et là, dans le cockpit, brassée en tout sens, j’avais le cœur au bord des lèvres! J’ai ôté toutes mes pelures, ceinture de flottaison, manteau de pluie rouge, polar marine… Et j’ai tenté de me coucher pour apaiser mon oreille interne et mon estomac! Ça m’a pris plus long que d’habitude, j’ai failli vomir deux fois, je ne réussissais pas à m’endormir, et finalement, mon esprit a disparu dans les limbes du sommeil profond jusqu’à 11:00… Maintenant au grand largue, c’est plus confortable mais la houle de deux ou trois mètres, inconstante,  est plutôt agaçante avec ses vagues de côté qui éclaboussent de temps en temps nos fenêtres latérales de dodger! Pas mal contents d’avoir le dodger fermé! Je me répète à chaque année, à chaque tempête,  tous les jours même, je ne sais pas comment font les autres équipages pour vivre constamment dans leurs imperméables à ciel ouvert, même sans dodger du tout parfois! Pour nous c’est un luxe dont nous ne pourrions nous passer! Même s’il se découd souvent et que je doive me trouer les doigts pour le réparer!

On vient de dîner Pringles et biscuit au chocolat et coke diète! Menu de grosse mer!

Zéro photo aujourd’hui! Jusqu’à Lerwick, ma belle, où nous sommes arrivés vers 15-16:00, accueillis par la douanière! Qui nous a reconnus, et nous aussi, de 2013… C’est elle qui nous avait alors annoncé la taxe et les frais de douanes grimpant à 30% de la valeur du bateau si nous restions plus de 18 mois au Royaume-Uni…

22

Les quais de plaisanciers de Lerwick… À droite, le bateau français de Fair Isle nous a rejoints dans le temps de le dire, à dix noeuds!

23

Et voici le zèbre! “Sans vitesse” est son nom! C’est un genre de bloc appartement flottant sur une barge, déplacée pour accommoder les travailleurs d’une grosse industrie, au centre ville ou près d’une plateforme pétrolière, ou une île inhabitée!

Puis, souper dans un resto chinois, The Great wall, Far East… Et la soirée douche, lavage et Wi-Fi au Lerwick Boating Club… Jusqu’à minuit passé! Trois brassées, et bien des mails de mon journal, on hold depuis le 20 juin! Claude a fait ses labos et nous avons jasé longuement avec les Français, le couple et leurs trois enfants (sur six!) tous adultes, un ingénieur civil, les deux filles sont médecins, dont une s’en vient à Ste-Justine comme fellow en pédiatrie, l’autre encore interne se dirige en pneumo et la mère est pédopsychiatre! Le père est à sa retraite toute récente comme pilote de port. Très gentils, plaisante soirée!

France

 

Written on August 30th, 2015 , Croisière/Cruising, Croisière/Cruising info, Photos, Voyages

Web translation in English here

Du 11 au 15 Août 2015 – Andrée Anne Rachel vers la Norvège 2015

Nous voici revenus en Écosse après cinq semaines de travail au Canada, du 4 Juillet au 10 Août 2015… Voici la suite de notre été en Écosse, la partie 2, vers la Norvège, en passant par le nord de l’Irlande du Nord, la Mer des Hébrides, le Cape Wrath, la Mer du Nord vers les Orkney.  Après plusieurs jours en mer sans toucher terre, nous atteindrons d’abord Fair Isle, au nord est des Orkneys. Déjà visitée en 2013 lors de notre voyage Islande – Faeroe – Shetlands – Écosse, située entre les Shetlands et l’Écosse mère, Fair Isle est une île des Shetlands mais spéciale, hébergeant un complexe hôtelier et de recherche pour ornithologues avertis.  Après une autre petite traversée de 24heures, nous resterons quelques jours aux Shetlands, dans ma belle ville médiévale de Lerwick, mon coup de cœur 2013! Puis, longue traversée vers la Norvège, périple avorté par des réparations futiles exigées par un inspecteur trop consciencieux en mai 2015 à Troon. Après avoir déposé nos invités Phil et Amélie à Inverness au bout des canaux Crinan  et Calédonien, à la mi-Juin 2015, nous avons dû rebrousser chemin vers Troon, notre port d’attache depuis septembre 2014, afin de ressortir le bateau de l’eau et faire réparer des fissures à notre coque-quille (ne pas lire “coquille”, quoique notre Bayfield 36, Andrée Anne Rachel, nous semble bien petit parfois, en mer ou en comparaison avec d’autres merveilleux gros voiliers de 50 à 150 pieds vus dans les environs!)…

Mercredi 12 août 2015, Troon, au quai

Journée où l’on passe au cash!
Encore une mise à l’eau! Notre deuxième cette saison! La coque améliorée est lisse: un beau lifting au coût minime de 9000$! Et la sortie de l’eau, l’entreposage requis, la remise à l’eau,  un autre $1600!

image1

Il n’y a plus de fissure entre la coque et la quille, et le devant de la quille a été réparé aussi. On a fait changer sa botte! (Vieille réparation à Montréal)
Et en retournant notre auto de location, la gentille demoiselle a remarqué une bosse que nous n’avions pas vue, couverte de saleté au bas de la carrosserie… Même si ce n’est pas de notre faute, ça nous coûtera $1000, sûrement causé par le client précédent! La veille, à l’aéroport de Glasgow, le représentant d’Europcar nous avait prévenus que l’auto était pleine d’égratignures… Nous avons donc fait le tour visuel de l’auto comme à l’habitude: nous avions vu les mottes de terre et de foin sous les roues et sur les pneus mais pas vu le léger renfoncement du bas de la porte avant gauche, caché par de la saleté résiduelle. Nous n’avons fait aucun chemin de terre, nous n’avons pas traversé de champ ou de fossé entre l’aéroport de Glasgow et la marina de Troon, ni même en route vers l’épicerie de Troon ou cet après-midi vers l’aéroport de Prestwick! Nous n’avons eu aucune pluie dans les dernières 23 heures où nous avons eu possession de cette auto Corsa gris souris, nuit incluse!  Grrrrrr! Une autre réclamation à faire! L’employée d’Europcar nous a dit qu’elle nous croyait, que ce n’était pas nous qui avions bossé l’auto mais que nous n’aurions pas dû accepter l’auto sale comme elle était, propre sur le dessus mais le dessous de la carrosserie plein de terre et de foin… L’auto aurait dû être complètement propre… Mais ça, ce n’est pas notre faute!!! Et qu’elle n’a pas le choix de nous charger la facture de 1000$!!!

image

Notez la bosse sale au bas arrière de la porte avant! Pas évident!

image2

Voyez le foin et la boue, tels qu’on a pris l’auto la veille!
À notre arrivée au bateau, mardi soir, hier, nous avons inspecté la réparation de la quille, superbe, et vérifié avec Neil que le boute-hors était bel et bien en bon ordre… En effet, ils ont pris deux carottes dans le bois et elles étaient parfaites, aucune pourriture! Ils ont rempli avec de l’époxy les trous faits ainsi que l’espace entre les madriers qui, en tout premier lieu, avait achalé notre inspecteur obsessionnel… Et cet espace n’allait nulle part et existait depuis que nous avons le bateau, soit depuis 24 ans (acheté par nous en 1991) sur 27 ans de vie (construit en 1988)… L’inspecteur était revenu visiter après les réparations et semblait très satisfait! Ça nous a coûté plus de $10600 et beaucoup de temps perdu! En plus du billet d’avion du 3 juillet pour nous rendre à Bergen, Norvège au lieu de nous y rendre en voilier à la mi-juin…

À l’intérieur, une autre surprise nous attendait! Une forte odeur de diesel! En remettant en fonction les disjoncteurs, un bruit inattendu se fit entendre: l’une de nos trois pompes de cale, électriques,  celle qui est automatique en avant du mât, donc plus haut, donc celle qui ne fonctionne jamais (grâce au ciel, nous n’avons jamais pris l’eau tant que ça! La cale était remplie de liquide brunâtre, allure diesel et eau! Rappelons que nous sommes au sec, sur terre! Donc beaucoup, beaucoup de pluie, (ce que Neil nous a dit) ou une fuite du réservoir d’eau ou d’un tuyau, et/ ou une fuite de diesel, soit d’un tuyau ou du réservoir, ou d’une pompe… Et Claude de s’écrier, quelqu’un est venu changer ma pompe de diesel… Mais Neil nie ceci, et personne n’a utilisé notre clef laissée au bureau de la marina… Donc, Claude a oublié qu’il avait lui même installée, au printemps, l’ancienne pompe 2011 qui avait l’air neuve, contrairement à celle de nos bagages qu’il vient de faire vérifier au Québec en juillet… pompe pour le système de chauffage qui ne fonctionnera donc toujours pas!  Et finalement, Claude  a sorti 80 gallons dont 70 d’eau et 10 de diesel de la cale… On ne sait toujours pas d’où c’est venu! Le réservoir de diesel rempli le jour de la sortie de l’eau début juillet a quand même baissé de 26 à 23 po… Mystère et boule de gomme! On verra? Espérons que je n’aurai pas à réécrire sur ce sujet cet été, ou les autres!

Puis, mardi soir, nous avons fait une grosse épicerie, la dernière avant de partir en mer, demain jeudi très tôt… Puis remplir le frigo, souper avec nos salades de chez Morrison’s, peut-être les dernières! Vider les valises, tout serrer et nous coucher, après 16 heures d’aéroport, d’avion et de transport de Montréal à Troon!

Aujourd’hui mercredi, la mise à l’eau ce matin, puis quelques réparations, préparer les vélos et redistribuer les  valises vides au fond (pas très loin, le fond de cette cabine est déjà rempli jusqu’au plafond!) Lavage des vêtements de la dernière semaine de travaux début juillet… Lavage du bateau à grande eau savonneuse pour se débarrasser de quelques  cadeaux de mouettes!  Une nouvelle bonbonne de propane, yeeeesss, un peu encombrant par contre, on a les deux petites jaunes islandaises de 2 kg chacune, vides, à droite du poste de pilotage dans le cockpit, et à gauche, la nouvelle écossaise rouge de 3.9 kg… Enfin on en aura une de rechange! Nous avions été chanceux en juillet d’être à Inverness dans une grosse marina avec une auto de location quand la seule et unique bonbonne de propane s’était vidée! Nous avons toujours eu au Canada une bonbonne de rechange, mais ici, en Europe ils ne rechargent pas les bonbonnes vides, et nous gardions celles de l’Islande, vides, pour les échanger en Norvège, car elle vient de la Norvège, semble-t-il… Car on ne recharge rien  en Europe!  Mais finalement Claude a décidé  d’en acheter une troisième! Yeeeessss! On pourra chauffer un peu le bateau le soir venu, car notre système de chauffage n’est toujours pas réparé. On va le changer l’an prochain, mais comment? Il faudra trouver un dépositaire Espar en Norvège ou faire livrer un système neuf en Norvège à partir de l’Allemagne… Et le changer! Pas facile, surtout les tuyaux sous le lit de la cabine arrière, dans la cale, avec si peu d’accès!

En revenant à vélo de l’aéroport de Prestwick où nous sommes allés rapporter l’auto, nous sommes passés par le bureau de poste pour acheter quatre timbres pour mes cartes de fête/anniversaire/félicitations pour le mois d’août, car ce ne sont pas des cartes postales et le prix n’est pas le même, ni fixe! La dame a refusé de me vendre des timbres sans peser les cartes, que j’ai donc dû aller chercher au bateau, déjà adressées, et remplies partiellement car je voulais les poster plus loin, à ma belle ville de Lerwick dans les Shetlands… Mais comme je ne sais jamais si je trouverai un bureau de poste ouvert, pas le choix! Car, après Lerwick, ce sera la Norvège mais au bout de plusieurs jours, voire plus d’une semaine! Trop tard! Pas le choix! Retournons au bateau chercher les dites cartes, qu’en rétrospective, j’aurais bien dû poster ici! (C’est ce que viens de penser, dans le cockpit sur la mer, car Lerwick c’est bien le 22 août quand même un peu tard! Tant pis! Peut-être qu’à Fair Isle, quelques jours avant Lerwick, je pourrai les poster! À Fair Isle, il y a un magnifique complexe hôtelier spécialisé pour les ornithologues amateurs sérieux et chercheurs… Ils doivent sûrement avoir un service postal!?!?)

Puis, après le bureau de poste, nous sommes passés par la corniche du bord de l’eau, promenade de pierre façonnée dans la côte d’un promontoire artificiel protégeant la ville des marées, embruns et tempêtes maritimes. Au bout, l’idée nous vint d’aller au fameux Take Away Weee Hurry, pour s’y procurer de succulents fish and chips à déguster au bateau, non loin. Yesss! Pas de vaisselle! Ni de dessert! Copieux repas! Nous y étions allés avec Phil et Amélie en juin dernier… Belle trouvaille bien cotée sur Trip Advisor… On a tout de même fait 14-15 km de vélo!

Et ce soir, en revenant de la douche, Claude me demande d’allumer les feux de route (running lights) pour vérifier notre réparation d’en avant, les feux vert et rouge dont nous avons changé le filage avec difficultés et grand succès néanmoins après une journée de travail! Le fil passait par le balcon avant, dans les tubes d’acier inoxydable, avec des courbes et des angles droits! Ouf! Réussi!

Et oui, elles s’allument, mais pas le feu arrière, posé sur le mât de l’éolienne! Et pourtant, ce feu arrière fonctionnait! On ressort le voltmètre, et surprise horrible, ce n’est pas l’ampoule qui est brûlée! Il n’y a pas de courant! Et en replaçant son volt mètre Claude l’échappe sur le plancher et il ne fonctionne plus lui non plus! Il est 22:30 et on part à 7:00 am… Pas de magasin! Finalement, en vérifiant la batterie du voltmètre, c’est le châssis qui tient la batterie qui est un peu écartelé! Ouf, sauvés! Au moins le voltmètre fonctionne à nouveau, mais fragile! Quant au feu arrière, je trouve le système temporaire de lumière d’ancrage que mon beau-père avait fabriqué avec un long fil sur 12v, une petite et faible ampoule dans un contenant clair de médicaments! On l’installera demain à partir d’une prise 12 v dans le cockpit! Sauvés! “Merci, papa!”, s’est écrié Claude! C’est pour ces raisons qu’on garde plein de “cossins” sur le bateau!  Au cas où! Et de plus, la lumière du compas ne fonctionne pas non plus, elle aussi sur le même fil des “Running Lights”…

Jeudi 13 août 2015, en mer

13:56 En route depuis ce matin 7:00 pour passer à l’ouest de la partie nord de l’Écosse, en mer jusqu’à Fair Isle, dans six ou sept jours sans toucher terre.

Levés à 6:30, partis à 7:00, nous avons rangé les défenses à l’arrière du bateau pour éviter de les perdre à la flotte et d’être obligés de sortir du cockpit les récupérer, pendues à l’extérieur du bateau. Puis déjeuner sur une mer tranquille, heureusement…

Après la vaisselle, dodo sur le nouveau coussin de cockpit, que nous venons de faire fabriquer, rouge vin, beaucoup plus épais et confo que les minces matelas de sol bleus d’un cm d’épaisseur… Et j’ai dormi jusqu’à 11:36! Oups! Je m’étais éveillée au bout de deux heures, vers 9:36, pour laisser la place à Claude, qu’il a refusée! Donc je me suis tournée de côté et j’ai dormi un autre deux heures, jusqu’au diner!

15:56 Nous  venons de contourner Sanda Island, Écosse et nous passons au nord de l’Irlande du Nord… Rathlin Island…

Nous avons installé le feu arrière temporaire (le kit de mon beau-père) et j’ai fait de l’eau avec le désalinateur… Il fonctionne bien… Et je viens de convaincre Claude de s’allonger et dormir…

16:46 Claude se relève, ne peut pas, ne veut pas dormir! Il fait vraiment  beau aujourd’hui, peu de vent, 9 noeuds maintenant, vent arrière, aucune voile, mer plate, mais la houle vient tout juste de commencer… Il fait chaud, pieds nus, et fenêtres du cockpit ouvertes!

Je viens de terminer mon journal de bord des 29-30 juin et 1-2 juillet! Je peux recommencer à envoyer ces mails… Mais j’ai peur de mélanger le monde… On verra! J’avais eu des problèmes de mémoire de iPad la dernière fois à partir du 20 juin… Tous les courriels étaient prêts mais je n’ai pas pu les envoyer en  juin du bateau… Je m’étais promis de les envoyer de la maison en juillet, mais la vie folle du retour à la maison et au travail, préparant le présent départ, en plus de s’occuper des autos pendant la saison de l’antirouille, avec un bonus cette année, le bris du feu arrière de ma Malibu, qui m’est tombée dans les mains après deux semaines de cliquetis dans le hayon arrière, dont l’origine m’était encore inconnue! Et rappel pour concessionnaire pour le camion! Donc, divers garages  plusieurs fois en cinq semaines, même deux fois par semaine!  Quelques fêtes familiales chez nous et chez Phil et Amélie, une rencontre familiale à la ferme de maman pour faire sa recette de pain maison un beau samedi, après le précédent dimanche de très grand ménage de la dite cuisine, habitée seulement par nos gars bûcherons de fins de semaine (un jour à la fois) depuis quelques années ainsi que des souris pas mal tous les jours, peut-être surtout pendant les mois de froidure!??? Et deux soupers d’amis, l’un après plus d’un an sans s’être vus (le temps passe si vite, c’est incroyable) et l’autre, la veille de notre envolée, dimanche soir 9 août, deux couples de Lavallois en exil, des rats de campagne et des rats de ville!!! Et le ménage de la maison, ayant perdu ma femme de ménage re fracture de la hanche, (non, pas chez nous, ouf, mais en autobus qui a freiné trop vite)… Espérons qu’elle reviendra, car franchement, je n’ai épousseté, passé la balayeuse et lavé le plancher que de trois étages sur quatre, laissant le sous sol tout seul et sale! Sauf la salle de bain, quand même! Faut dire que chaque fois que je faisais le ménage, c’était le jour que je recevais en soirée! Donc manque de temps! Mais ça sentait bon! En plus, désherber le pavé uni, et le jour du départ en avion, la dernière heure avant de souper et partir vers l’aéroport, donc “à la dernière heure”,  (plus long que “à la dernière minute”, hihi) nettoyer les platebandes de Hostas, dont les longues tiges fanées trahiraient notre absence… De plus, plein de téléphones et de courriels faits pour des retours sur garantie! Deux claviers de iPad, l’étui Otter Box de mon iPhone, (deux fois car erreur de numéro, même numéro pour une pièce de silicone et une pièce de plastic! ), deux couvercles de bacs de la ville (recyclage et poubelles), ma gourde d’eau de hiking Camelback finalement remboursée et remplacée par un modèle Osprey, qui sera plus solide et ne perdra pas mon eau dans le désert du Utah, mon nouveau modèle de bouteille filtre d’eau Kathadyn qui, neuve en octobre 2013, perdait son eau par manque d’une valve, comme j’ai réalisé en juin 2015 en voyant celle de Philippe être bien étanche, (elle!),  des réparations de bijoux, de montres, et visites/sorties avec Caro et maman à voir régulièrement, ainsi que la Dermato deux fois, toujours pour mon fameux pouce (toujours enrubanné depuis plus de deux ans  et demi maintenant! Évitez les manucures en série et en manque de stérilisation!) Et je suis même allée travailler un lundi de plus pour baisser mes piles de dossiers et éviter de sortir à des heures indues! Rien à faire! Il n’y avait plus de pile à mon départ final, mais je suis convaincue qu’elles sont déjà hautes à l’heure qu’il est!

Et une journée de sept heures à faire les valises! Compliqué! Car nous transportons plein d’objets fragiles ou très lourds, ou très gros, ou très longs pour le bateau,  alors nous nous servons de gros sacs de toile, allure sacs de hockey, très longs et souples pour accommoder nos caprices… Et aussi se ranger plus facilement ds le bateau… Mais ces sacs n’offrent aucune protection, et il faut éviter le ballotage! Donc je range dans des boites de diverses grosseurs les petits ou gros objets lourds (des outils, des fois tranchants, des pompes, etc), les petits ou gros objets super fragiles (bulbes d’ampoules, liquides, lampes en vitre, etc)… Toutes ces boîtes sont ensuite réunies dans de grands sacs de magasinage, noués pour éviter le vagabondage! Je place dans des sacs Thermos d’épicerie des victuailles rares ou trop chères  en Europe (beurre d’arachides, du vrai Kraft et non l’insipide sans sucre, ni sel, qui ne pourrait pas nous sauver la vie, hihi; une grosse boîte Costco de 48 barres Mars; deux gros sacs Costco d’amandes au chocolat; deux paquets Costco de sachets d’amandes salées; deux gros sacs de peanuts salées en écale; deux sacs d’arachides salées cocktail Planters; trois sacs de mélange perlé, style Trail mix; trois boites Costco de noix mélangées de luxe, une fortune ici en petits sacs de 45 g; un gros sac Costco de pistaches, hors de prix ici en Europe, et bien sûr, des réserves de petits contenants de sirop et de beurre d’érable pour donner en souvenir ou cadeau d’invités)… Et du Purell! Introuvable en Angleterre… Je crois qu’il y en avait au Groenland et en Islande, par contre! Et tout ceci emballé séparément, un dans chaque valise,  pour ne pas perdre un item si l’on perdait un sac en transit! Et des défis de taille, c’est le cas de le dire, comme les moustiquaires et le coussin de cockpit cette année! Trop long et trop rigide, ce dernier doit être défait en deux morceaux, la mousse et l’étui de vinyle enroulés chacun de leur côté, mais dans le même sac on s’entend, dans ce cas! Collés ensemble et avec les moustiquaires montés sur des cadres très fragiles à ne pas plier! Donc, les moustiquaires sur cadre doivent être plastrés dans des morceaux de carton coupés d’une énorme boîte, tous entortillés avec du gros ruban adhésif, qui relie aussi coussin, étui, moustiquaires afin d’éviter un déplacement fatal pour les moustiquaires! Au final, quatre longs sacs de tissu, l’un très volumineux et léger (les coussins et moustiquaires, bourré de petites affaires légères au bout des moustiquaires), les trois autres de 32 – 34 livres chacun … J’aurais dû, finalement, faire deux sacs de 45 -50 livres chacun pour éviter de payer le quatrième sac au coût de 95$ pièce, les deux premiers étant gratuits… Pour 95$ est ce que j’aurais pu avoir en Europe plein d’amandes au chocolat, de pistaches, d’amandes, de sirop d’érable, de noix, etc?? Peut-être bien? Il faudrait calculer! Mais pas de beurre d’arachides Kraft, ni de Purell!

19:36 Je viens de sortir de ma cuisine! Vaisselle finie après un souper élaboré juste à temps! Le mal de cœur s’annonce qd on se tient trop longtemps à l’intérieur! Pâtes fraîches farcies à la bolonaise avec ma sauce maison (ail, romarin frais haché, piment rouge fort, épinards, tomates assaisonnées d’huile d’olive aux herbes et agrémentées de coulis de vinaigre balsamique, fromage restant du 2 juillet (ce qu’il en restait, pas grand chose finalement après manucure!), et parmeggiano, et j’oubliais , ma crème fouettée en bonbonne! Délice, mais là, la houle de deux mètres va finir par m’atteindre! Je devais sortir de la cuisine!

Vendredi 14 août 2015, en mer

01:15 am En mer, à l’ouest de l’Écosse et au nord de l’Irlande, vers Tilee,
55*48′.123″N 006*48′.693W

Claude est enfin couché depuis environ 45 minutes, me laissant la surveillance de nuit depuis minuit trente environ. Le courant nous a brassés pas mal dans les dernières heures,  rendant difficile la position couchée sur le nouveau coussin, fait de vinyle, un peu glissant finalement… J’ai dû mettre un antidérapant entre moi et le coussin! Habituellement, on n’en mettait qu’entre le coussin et le banc!

Nous venons de croiser deux cargos, plutôt un cargo et son tug, Toisa Élan et Toisa Explorer… Un autre vient d’apparaître sur le radar… Sur la route des cargos, plus loin dans ma direction… Vent de 6 noeuds, arrière. Dans 175 pieds d’eau. Courant de 1.2 noeuds de travers… Je me suis branchée sur mon iPod, mon vieux, car je n’ai pas eu le temps encore de configurer mon neuf, reçu en cadeau à ma fête en mai!

Petites gorgées de coke diète car nous n’en avons pas prévu assez finalement!

3

Vue de nuit dans le cockpit! Du poste de pilotage devant l’ordinateur de bord, on voit les instruments au mur au dessus de Claude couché, une rareté!

02:26 Claude reprend du service… Après deux heures de repos seulement! Je reprends le banc…

06:44 Je reprends la surveillance et Claude essaie de dormir après quatre heures de voile à moteur que je vais continuer sous un beau soleil chaud déjà…

07:22 Le beau soleil se cache derrière les nuages qui avancent… Au loin, une barre plus foncée à l’horizon… Ouache!

08:04 Claude reprend la roue: le vent est de face, on change de waypoint, le vent est limite encore, au près trop serré… 9-10 noeuds, le moteur est fermé. On va déjeuner….euh non… Claude n’est pas prêt…et le vent surtout! Ballottés par une houle de 3.5 à 4 mètres aux 16 secondes..

10:00 Je suis finalement à la roue, au moteur, yeeesssss… Le vent est trop faible et erratique, quoique maintenant arrière tout croche à plus ou moins 45 degrés de chaque côté!… Plus tôt, quand Claude a repris la roue, le vent errait ainsi mais de face et avec les voiles!

11:34 Claude se relève… Je reprends la couche! Moi je ne me fais pas prier pour dormir en bateau, ça vient tout seul! Hihihi!

14:00 Claude est couché, je n’écris pas “dort” car il surveille la surveillante! Faut dire qu’il m’a éveillée à 13:24 pour que je fasse le diner, et là, je surveille le désalinateur aussi en même temps que le bateau à l’extérieur et ma vaisselle, et la poubelle! Nous avons dîné léger, salade iceberg, tomates, pommes, raisins secs, croûtons, Mayo… Ça fait du bien! Ce matin, nous avions mangé une brioche, du fromage et de jolies fraises rouge clair et quand même succulentes! Surprenantes!

20:18 Le temps s’est calmé pas mal, la houle de 3-4 mètres est maintenant réduite à presque rien, des vaguelettes au pire! Claude a ainsi dormi un petit bout, une autre heure et demie, levé à 15:30 environ… Puis il a fait de la voile, vérifié les communications satellite avec Michel et Phil qui le remplacera fin août. Souper de morue, pommes de terre et tomates, et ma fondue Mars! J’ai lu deux éditions de la presse sur mon iPad, mais la troisième n’était pas vraiment téléchargée! Il fait un beau soleil sur Barra et les îles des Hébrides Extérieures que nous longeons de l’intérieur…

Samedi 15 août 2015 , en mer, sur la Mer des Hébrides

03:16 Je suis à la roue depuis minuit trente environ, c’est un record de dodo pour Claude… Il doit être épuisé afin de pouvoir dormir! Nous sommes à voile et moteur depuis environ 1 heure maintenant, au début juste à la voile, mais le vent a faibli et rendait la route erratique avec le gros courant de 2 noeuds… Belle soirée et belle nuit, calmes toutes les deux à date! Mieux qu’hier!

05:00 Grand record! Il fait bientôt jour et Claude dort encore malgré son éveil  pour m’aider à changer les voiles pour mon quatrième  waypoint, il y a quinze minutes! Retourné se coucher parce que je ne veux pas manquer le lever de soleil quoique beaucoup de nuages risquent de gâcher le spectacle! Rien d’impressionnant encore!, sauf que c’est plaisant de ne plus voguer à l’aveugle, dans le noir d’encre de la nuit, percé de temps en temps par une lumière de phare, de bouée, de cargo ou de pêcheur… Vent de 8-9 noeuds du sud-ouest, au grand largue sur tribord maintenant… On roule un peu moins vite, 5.25-5.5 noeuds au lieu de 6-6.5 comme tout à l’heure sur l’autre amure… courant de 0.9 noeuds, pas pire. L’eau est à 12.1C mais on dirait qu’il fait frisquet! Et gros nuages noirs tout droit à l’horizon! Chanceux à date, nous n’avons eu que de brèves averses, de nuit. Mais mettons que la couverture est de mise par dessus les polars en double! Et la tuque pour Claude!

4

Mon lever de soleil du 15 août (la nuit du 14 au 15 août)

06:57 Claude se lève après 6.5 heures de sommeil, entrecoupé de deux brefs éveils pour des ajustements de voile… Je vais faire le déjeuner puis me coucher dans le cockpit, cette fois bien réchauffée par le soleil dans le solarium très chaud que nous procure notre dodger fermé…

10:26 Claude me réveille car l’écoute du génois est prise dans mon boyau d’arrosage sur le pont à l’avant. Par mesure de prudence, nous ne sortons du cockpit que si l’autre en est conscient… Ou bien on s’attache! Je vais donc mieux fixer mon boyau. Puis je me mets à la recherche de mon Plexus, ce fameux produit tellement efficace et merveilleux pour nettoyer et protéger nos fenêtres de Lexan à l’avant du dodger, notre pare-brise, quoi! Le Lexan est un genre de plastic très rigide, très  clair, mais très  fragile aux égratignures et on ne peut pas le laver avec n’importe quoi… Il ne me reste qu’une seule petite cannette de Plexus fait aux USA et je ne peux pas m’en procurer en Europe, et je ne peux pas le transporter dans nos bagages en avion car c’est en aérosol! Mal informée à l’époque, j’ai  tenté de poster des produits par Postes Canada vers l’Islande il y a deux ans, mais certains ont été retirés, non acceptés, d’autres ouverts pour vérifier, mal refermés et la teinture avait coulé, le pot complètement vidé à l’arrivée en Islande. Au retour au Canada, j’ai fait des recherches pour faire transporter par bateau en container, mais au prix astronomique de 600$ pour une valeur de 60$ de produits! Oublions cela! C’est fou! Alors, cette fois-ci, j’ai acheté au Canada à nouveau un ancien produit, également pour nettoyer et protéger le Lexan, Klear-to-Sea, en vaporisateur légal en avion! Bref, je viens de laver mon Lexan et ce n’est pas si mal, finalement! Après avoir découvert Plexus  il y a quelques années, j’avais fini ma bouteille de Klear-to-Sea sur les hublots et les miroirs! Je vais encore épargner ma petite cannette de Plexus pour les cas extrêmes!

15:02 J’ai lavé (encore une fois, il faut faire cela tous les jours si possible!) mes planchers de la cabine et du cockpit! Plus agréable quand on se promène pieds nus et quand on se fait une manucure d’orteils! Il faut dire que le temps est très calme, beau soleil, vent arrière de 15 noeuds, léger roulis… Un beau grand voilier de 97 pieds (un cotre, comme nous, à deux voiles en avant) apparaît soudain derrière nous, sur tribord, avec une grand voile marine (rare) et un beau drifter deux couleurs, marine et turquoise, voile spéciale pour vent arrière que nous n’avons pas et qui fait avancer plus vite, hein?! 8 noeuds qu’il fait, nous seulement de 5 à 6 actuellement! Mais nous n’allons pas exactement dans la même direction! Hum! Il nous a croisés par en arrière! Et il est plus long que nous, un avantage certain pour la vitesse!

Je disais donc que j’ai peaufiné ma lettre de réclamation à Europcar, rédigée cette nuit et complétée avec les photos de divers documents (facture, rapport d’accident ou dommage) ainsi que l’avis sur l’enveloppe du contrat de déclarer dans les 24 heures un dommage non vu au moment de la prise de l’auto! Ce qui était le cas, 23 heures 39 minutes après la prise de l’auto, toute couverte de bouette sous les ailes, sur les pneus, sous l’auto près des portes avec du foin coincé ici et là en plus! On avait remarqué le foin mais pas le léger renfoncement du bas de porte! En tout cas, qui n’essaie rien, n’a rien, on verra, ça ne nous tente pas de payer $1000 pour des dommages déjà présents sur l’auto quand on l’a prise! Mais c’est notre parole seulement!

5

Ciboulette et basilic!
Un jardin au bateau! Je me suis acheté des plants de ciboulette et de basilic! La gîte et le roulis les affectent un peu, mais j’utilise les tiges tombantes au fur et à mesure!

17:28 Piqué par la rapidité de l’autre bateau (3 fois plus long que nous, il faut bien dire!), Claude a décidé de mettre les voiles en ciseau… Plus stable. Moins de roulis, mais le vent capricieux fait flacotter les voiles, et ne nous fait pas avancer plus vite! Ça prendrait un spinnaker ou un drifter! Hein! Mais où le ranger? Telle est la question!

18:47 Ouf! De jolis marsouins s’amusant autour du bateau ont attiré mon regard vers mon fameux boyau d’arrosage, dont la base accrochait encore dans l’écoute du génois, ou le contraire! En allant rectifier la situation, en rajoutant d’autres élastiques, je me suis aperçue que le manche de mon pistolet arroseur a été cassé par la dite (mau—-) écoute! Et que le bout piquant risque d’accrocher aussi l’écoute! Un amour infernal, ces deux-là! Donc d’autres élastiques! De retour dans le cockpit, je suis rassurée par Claude qui a trouvé dans le coffre un vieux pistolet à eau! Merciiiiii! Mon pauvre boyau neuf n’aurait pas pu servir aussi bien sans son pistolet! Je viens de racheter ce boyau noir de 75 pieds remplaçant mon boyau bleu de 50 pieds mort en juillet, fuyant de sa base… Ce sont des boyaux “racotillants” que je les appelle! Sans pression d’eau, il raccourcissent comme un accordéon! Je vais devoir me trouver un nouveau pistolet à Lerwick, système anglais, ma dernière chance avant le système métrique de la Norvège!

France et Claude

Written on August 19th, 2015 , Video Tags: , ,

Written on August 6th, 2015 , Tall ships, Video Tags: , ,

Written on August 6th, 2015 , Video Tags: ,

Written on August 6th, 2015 , Video Tags: ,

Boathouse Blog is proudly powered by WordPress and the Theme Adventure by Eric Schwarz
Entries (RSS) and Comments (RSS).

Boathouse Blog

Boathouse blog