Lundi 5 septembre 2016 – Tromsø

11:21 Nous venons de rentrer les voiles, mouillées, sous la pluie, entre des averses! Quel plaisir! J’ai commencé à vider les garde-robes en avant pour les faire sécher et en sortir l’équipement d’automne, de remisage du bateau. Et j’ai trouvé d’autres trous à patcher sur ma toile!

Après diner, nous avons fait 12 km de vélo jusqu’à 14:39 jusqu’à l’aéroport, sans pluie, pour aller chercher notre auto de location, une Ford Fiesta noire 4 portes manuelle de Hertz. Puis, nous sommes allés faire des commissions dans notre grosse quincaillerie habituelle, JULA, pour acheter de l’antigel, de la peinture en vente pour la quille, un briquet à butane, un pinceau à pâtisserie pour moi ainsi qu’un ciseau à herbes fraîches que j’avais trouvé ici l’an dernier, en grande primeur je croyais, et acheté en 6-7 exemplaires comme cadeaux pour plusieurs de mes amies et de ma famille, alors qu’on en a chez nous, chez Stokes! Je ne connaissais pas ça! Alors je m’en suis acheté un à la maison pour la maison et un ici pour le bateau!

Oh, miracle, j’ai pu avoir internet, enfin! Rien depuis le 14 août! J’ai pu envoyer deux mails du 29-30 juillet de peine et de misère, de l’aéroport et à l’épicerie, j’ai pu lire des mails de ma fille et des amies, sans pouvoir leur répondre à toutes, juste deux, l’internet était si lent! Et nous avions si peu de temps! Mais c’est si plaisant de lire des mots de nos proches!

Ce matin, nous avons réussi à ôter les voiles et apporter  le dinghy en morceaux dans la belle salle de rangement de Skattora Marina pour le faire sécher afin de réparer l’attache décollée par le “hit and run” de Juin, quelqu’un à la marina qui a certainement frappé assez fort sur le dinghy pour en arracher l’attache et briser deux vis sur quatre du montant tribord du davit!

En revenant cet après-midi, Claude a désserré étais et patarras sous la pluie, pendant que je finissais ma couture de toile de remisage! Enfin finie! Ou presque! Il me reste à enduire de colle certains points d’usure! Pendant ce temps, je faisais sécher garde-robes et  gros manteaux oranges  et jaunes de flottaison ainsi que les ceintures auto gonflantes, afin de les ensacher dans de nouveaux sacs de toile puis de plastic. On verra! J’ai tout essayé contre les moisissures, à l’air, dans des sacs, rien n’y fait! J’ai aussi vidé le banc babord pour en faire l’inventaire. Il me reste plein d’armoires, de bancs, de hiloirs, et un garde robe à vider! Et vérifier ce que je dois rapporter en mai 2017!

Bon souper au poisson réchauffé ce soir sur le poêle au propane qui a daigné fonctionner sans chichi! Bien meilleur qu’au microondes! En rajoutant beurre et  oignons, ça donne une autre saveur! En plus du bon vin rouge Valpolicella  Ripasso de Lamberti 2013 que m’avait donné une allemande en juin au camping pour avoir mis son linge dans la sécheuse, plié par la suite et lui avoir expliqué le fonctionnement des machines! Et comme dessert, un gâteau au toffee, tellement délicieux! Sucré, contrairement aux desserts norvégiens habituels! Et au goût de caramel! Un délice!

image10Ma belle bouteille de rouge reçue en cadeau en juin 2016. Derrière, comme centre de table, ma toile de remisage! Et le bordel en arrière!

Après souper et vaisselle, cap sur le hangar de la marina où nous avions entreposé cet été l’assemblage de morceaux de bois que Claude avait fait l’automne dernier pour soutenir la toile de remisage sur Andrée Anne Rachel. Pour faire changement, il pleuvasse! En fait, il a plu pratiquement toute la journée, de façon intermittente, mais heureusement pas pendant nos 12 km de vélo pour se rendre à l’aéroport! Chanceux!

Nous sortons demain Andrée Anne Rachel de l’eau, espérons sans pluie!

Aujourd’hui, pas d’autre photo! Pluie et travaux!

Mardi 6 septembre 2016 – Tromsø

11:02 Claude est dans le haut du mât pour ôter la girouette sous un ciel parfaitement bleu sans vent. Nous sortons de l’eau cet après-midi. J’ai sorti d’en dessous du lit avant, toute une aventure, les paddings pour protéger la toile des pièces métalliques diverses, haubans, etc. Claude les a installés partiellement, on finira en fixant la toile. Moi j’ai fini mon tube de colle Stormsure que j’avais acheté à Troon en 2015 et deja utilisé un peu sur la toile. Il m’en manque un peu!

16:37 Andrée Anne Rachel est sur le lift, deuxième tentative de sortir de l’eau car au premier coup la courroie arrière était trop en avant donc le patarras toucherait le haut de la grue. Donc on redescend Andrée Anne Rachel à l’eau et on l’avance de 6 pouces (on recule la courroie). Il commence à pleuvoir, évidemment!

La bôme est enveloppée, le Dodger enlevé et transporté dans la pièce de rangement de la marina  à côté du dinghy pour sécher afin de l’imperméabiliser demain.

J’ai vidé les hiloirs et y ai épongé au moins une tasse d’eau à babord! Pas fait encore à tribord! J’ai fait sécher nos bottes de voile, des vestes de flottaison pour les ensacher dans des sacs de toile puis de plastic, ma nouvelle stratégie antimoisissure 2016!

On a jasé longuement ce midi avec les suisses sur Despina, et John, sur Dorinda, assis les pieds pendants sur le quai à côté de notre bateau. Les suisses sont venus à vélo de la Marina Municipale de Tromsø où ils sont amarrés depuis une semaine pendant qu’ils sont retournés en avion en Suisse pour  fêter les 25 ans de leur compagnie, et, revenus hier soir pour reprendre maintenant leurs vacances en Norvège jusqu’à la fin du mois. Ils font cinq mois de voile, de mai à fin septembre! Ils reviendront ici à Skattora pour sortir de l’eau comme nous et hiverniser et revenir en mai 2017, comme nous! Pour redescendre la côte norvégienne, comme nous aussi! Mais plus longtemps que nous! Par contre, nous irons hiverniser Andrée Anne Rachel à Stockholm ou ailleurs en Suède en Septembre 2017.

John, lui, laissera Dorinda à un quai de Skattora jusqu’en octobre 2016 quand il reviendra en automobile chercher son moteur pour le faire réparer chez lui en Suède et le rapporter en mai ou juin 2017.

Nous avons aussi appris, du bateau de recherche et sauvetage venu faire le plein de carburant,  qu’ils ont retrouvé le jeune de 22 ans qui manquait à l’appel sur son voilier Maxi 7.7, parti de Tromsø vers Longyearbyen le 25 août. Panne de moteur, il était pris à l’île de Sorøya, mais sain et sauf. Bonne nouvelle!

Minuit 14

Quelle soirée!

Juste après la sortie de l’eau d’Andrée Anne Rachel, nous sommes allés aider John, le jeune suédois à déplacer son voilier Dorinda privé de moteur. John dans son dinghy motorisait le tout, attaché au milieu du voilier. Claude dans le cockpit était à la barre. John avait commencé 1 heure plus tôt à tirer seul son voilier par l’avant du bateau, mais clairement, ça n’allait pas bien! Il fonçait sur nous! Alors, comment se rendre à son quai beaucoup plus loin? Impossible de faire ça seul comme ça, je lui ai offert qu’on l’aide s’il voulait bien attendre qu’on sorte de l’eau d’un instant à l’autre. Ce qu’il a accepté avec joie.

Puis Claude a hivernisé le moteur, la pompe de mon boyau d’arrosage, ainsi que le désalinateur pendant que je vidais, ensachais encore et puis, préparais un bon souper aux crevettes.

Après souper, Claude s’est encore une fois attaqué au problème du moteur qui ne s’arrête pas! Est-ce le Solénoïde??? Non, c’est le relay possiblement! “J’en ai un de rechange dans la cabine arrière!”, me dit-il!  Aaaaaah oui? Aaaah non! Depuis des heures je joue au banc musical, au lit musical pour vider, placer et déplacer encore! J’avais réussi à remplir la cabine arrière jusqu’à ce qu’on remonte les vélos en fin de la semaine! Oooook!
Je vide toute la cabine et replace ça un peu partout dans les petits trous en équilibre instable parfois. Claude quant à lui plonge sous le matelas de la cabine arrière et en ressort bredouille! Grrrr! On a dû vider la cabine arrière pour rien! Et la remplir à nouveau! il faudra aller acheter son morceau demain!

Ça fera pour ce soir!

Mercredi 7 septembre 2016 – Tromsø

12:57 Encore plein de menus et plus gros travaux de préparation du bateau pour l’hiver, dinghy à réparer, Dodger à imperméabiliser, bateau à déplacer (on a passé la nuit sur le lift), armoires à continuer de vider et ensacher, et laver. Jouer au banc musical! Déplace ceci pour avoir accès à cela, etc.

image11Andrée Anne Rachel est transportée par le lift jusqu’à son ber.

image12Le positionnement final sur terre! Sur son ber!

image13Andrée Anne Rachel à la même place que l’hiver dernier!

Il ne fait pas beau, il a plu beaucoup depuis hier, le pont du bateau était rempli d’eau car le bateau était penché vers l’avant sur le lift. Maintenant en position bien assise sur son ber, il s’est vidé de son excédent d’eau, ça coulait comme deux gros robinets de bain, un de chaque côté!

Il fait frisquet et nuageux, mais la chaufferette électrique achetée ce printemps est vraiment utile pour sécher mes garde-robes et les choses mouillées! Mais ça ne prend pas de temps, quelques heures et l’humidité reprend et noircit à nouveau le bois des garde-robes!

J’ai vidé mon armoire à déshydraté! Le “déshydraté” est de la bouffe de Hiking qu’on ne voulait plus avaler et qu’on garde au bateau au cas où, en extrême urgence ! Les sacs déjà très imperméables sont rangés dans de gros Ziplocs et comme cette armoire est profonde, je mets tous les sacs dans un gros sac poubelle incolore bien noué. Bien, il y avait de l’eau dans le gros sac ainsi que dans un Ziploc! Incroyable! Je déteste! En plus, pour aller essuyer le fond de cette armoire, je dois plonger avec, à la main, une longue pince de cuisine tenant des essuietout! Super pratique! Condensation ou entrée d’eau? Je n’ai pas goûté, mais encore, ce ne serait pas nécessairement de l’eau salée mais ce pourrait être de l’eau de pluie!

Claude est actuellement chez JH Motors pour voir le mécano et acheter un relay pour réparer le moteur qui ne se ferme pas normalement avec son bouton rouge! Je me repose le dos dans l’auto aux sièges chauffants, heu, qui chauffaient en route.

21:24 Nous sommes en train de souper “restants”! Moi, les pâtes d’il y a  longtemps, Claude, les crevettes, choux de Bruxelles et patates d’hier! Nous avons fini une première étape de la toile de remisage à 20:50! Il nous restera à fixer les cordes demain et finir le padding avec les défenses, les fers à cheval et les oreillers cheapettes achetées expressément pour cela!

La toile fut très difficile à installer cette année! Il manquait presque trois pouces pour fermer le zipper à l’arrière!  Est-ce le rapiéçage, nous sommes-nous trompés à quelque part? Bref, si ça déchire, ou même si ça ne déchire pas, je vais l’agrandir de quatre pouces l’été prochain! En losange trois pouces en bas, quatre pouces max au milieu, et presque rien en haut à la hauteur des bases du davit. On verra!

Bon, on ira prendre notre douche ce soir! Ça devrait faire du bien au dos, aux mains et aux bras, et au cou endoloris! Demain soir, le lavage après une autre journée bien remplie!

La vaisselle maintenant! Après le bon dessert – restant de beigne “pas sucré” à la norvégienne, coupé en morceaux avec des biscuits sablés réduits en miettes, le tout arrosé de crème, crème fouettée et sirop d’érable. Décoré de perles de chocolat et de sucre d’érable! Ça fait du bien!

Ciao France et Claude

loft_fr

map1

Web translation here

Tromsø vers la Mer de Norvège… 70°10′N 19°32′E – 40.8 milles nautiques – en mer

18:04 Nous sommes en route! Vers la Mer de Norvège! Direction Svalbard, mais arrêt à Bjornøya,  l’Ile aux Ours, à mi-chemin entre Tromsø et Svalbard, et ce, dans 300 milles!  Ou quelques jours, selon notre vitesse! Donc, selon les vents et la mer!


Vidéo by Boathouse_ca

Petit vidéo tranquille du début de la nuit! Ça s’est empironné par la suite! Mer confuse!

 

20:27 Bon! Je viens d’équiper mon iPad mini, en l’habillant de façon assez grotesque, lui, qui a déjà perdu sa minceur dans son étui imperméable et antichocs à bandoulière! Noir celui là, mais maintenant, il vient de revêtir sa ceinture de sauvetage orange! De toute beauté! Ouache! J’espère que ça flotte vraiment! Et que c’est imperméable!

Nous venons de faire, dans le fjord Langsundet,  21.6 milles nautiques, toujours dans la grisaille et sous la pluie, sur une mer agitée mais pas trop, un vent variable, de 1.5 à 28 noeuds, et même des pointes jusqu’à 37.2 noeuds! Heureusement nous sommes par vent arrière… Nous avons donc pu souper, faire la vaisselle à l’eau chaude, enfin! L’eau très chaude,  car notre eau est chauffée par le moteur, donc en juin, sans moteur, hors de l’eau, l’eau de vaisselle était très froide!

Et le moteur semble bien fonctionner après  sa remise en forme par le mécano de Yanmar JH Motors. On l’espère, car ça nous a coûté ce matin 2000$ Can! Et non, nous n’avons pas eu de retour de taxes, après deux heures de perte de temps, retour chez JH Motors pour faire remplir un questionnaire finalement refusé par les douanes! On a payé $2000 de taxes en tout  en réparations depuis septembre 2015, genre 25% des dépenses de 8000$! Mais on n’a pas droit au retour de taxes car ce ne sont pas des cadeaux ou des objets que l’on sortirait de la Norvège dans une belle boîte intacte! Donc, ces retours de taxes pour étrangers, ce n’est que pour des touristes sans voilier!

Après ces deux heures perdues, nous avons fait une grosse épicerie et j’ai réussi à tout rentrer dans le frigo, presque tous les articles bien enveloppés dans des ziploc pour éviter les dégâts fâcheux qui se retrouvent au fond de la glacière, quatre pieds plus bas (je déteste laver le fond du frigo! Et les odeurs!). Donc les douzaines d’œufs bien fermées par des élastiques en plus, les légumes et fruits avec doublure d’essuie-tout dans du papier aluminium, ce qui garde tout intact pour plus longtemps! C’est incroyable tout ce que j’ai pu rentrer dans le frigo!

Puis il nous faut retourner l’auto de location à l’aéroport, et revenir à vélo au bateau, sous la pluie.
Quelle belle journée!

Nous sommes partis du quai vers 16:30, facilement, le vent étant moins fort qu’en matinée! Une chance!  J’ai le nez gelé dans le cockpit, je dois le rentrer dans mon cache cou, remettre mon bandeau et mes gants et faire des squats! Et là, j’ai de la buée dans mes lunettes!

Et je m’endors! Courte nuit, la dernière, hier! On a fini de préparer le bateau très tard dimanche soir, vers 2300; puis la douche de la marina, où nous avons lavé nos vêtements à étendre ensuite dans le cockpit, espérant que ça sèche au froid! Hum! Et finalement couchés vers 1:30 am… Levés à 7:00, mais Claude était réveillé deux heures plus tôt. À réfléchir à tous les problèmes à venir, réels ou imaginaires, anxiété d’anticipation, quoi!

23:59 J’ai dormi 1.5 heures d’un sommeil profondément agité par un rêve des plus fous! Une pièce de théâtre in vivo! Compliquée!

Et là, Claude fait son point de minuit,  70°10′N 19°32′E  – Nous avons franchi la ligne des 70° de latitude et parcouru 40.8 milles nautiques depuis 16:30…. Nous sommes finalement  en mer au lieu de nous arrêter pour la nuit dans un petit village de la côte très au nord de la Norvège car les vents du sud ouest nous sont très favorables et rarement de ce côté! Les vents dominants du nord reviendront jeudi ou vendredi, dans trois jours… Nous sommes encore dans les îles côtières … Nous contournerons Tornvag, la dernière île où nous devions coucher, mais on devrait se lever à 5:00 de toute façon, alors aussi bien continuer à voguer!

Et surtout qu’il fait clair jour et nuit! Pas besoin de feux de route, de radar !

Mercredi 20 Juillet 2016 19:40 20-7 M Sorhamna, Bjornøya 74°22′N 19°09′E- 151.5 mn- Ancré

Enfin arrivés à Bjornøya, l’Île aux Ours (selon un thriller écrit par Alistair Maclean), ancrés dans la baie de Sørhamna sous la pluie et surtout les embruns d’une mer démontée qui n’a pas voulu lâcher depuis trois jours!

Comme mon estomac d’ailleurs, qui n’a pu garder que mon souper de lundi soir, puis UN croûton à salade mardi après-midi, finalement un yogourt et quelques chips mercredi pour souper! Tout le reste, en fait très peu, deux nectarines,  quelques arachides, quelques chips, quelques croûtons à salade n’avaient pu être tolérés en plusieurs essais! Vomi cinq fois! Mon record! Et surtout celui de Claude! Il a vomi quatre fois en six heures alors qu’il n’avait vomi auparavant que deux fois en plus de trente six ans de voile! Probablement très fatigués (je ne sais pas pourquoi! Hihi, voir partie 1), nous n’avons pas eu le temps de nous acclimater à la mer, embarquant tout de suite sur une grosse mer confuse, avec de la houle incroyable, des vagues venant des deux côtés à la fois, lundi en fin d’après midi.

Bref, nous fûmes malaaaades! J’ai dormi pas mal plus que Claude, et lui une à deux heures Max à la fois, pas beaucoup de fois!

Nous avons été à voile tout au long de la traversée, babord amures, vent arrière, entre travers et petit largue, entre 20 et 30 noeuds… Pluie pas mal tout le temps, assez bonne visibilité sauf en arrivant à l’Ile aux Ours, où la brume de mer nous enveloppa…
En émergea tout près des côtes, un beau voilier sous voile, un petit bout de grand voile seulement… Il nous croisa sans qu’on ne le voit sous radar! Par contre, il avait heureusement un AIS, alors on savait qu’il était autour!

image16Notre arrivée à l’île de Bjornøya: on rencontre un autre voilier!

image17Bjornøya. La baie de Sørhamna.

Jeudi 21 Juillet 2016 – Kvalrossbukta – 74°22′N 19°10′E – 0.96mn – ancré

15:16 Aaaah du repos enfin! Nous venons de prendre nos douches après avoir changé de baie en raison de roulis excessif! On a roulé toute la nuit dans notre lit jusqu’à 11:00 ce matin! Bon déjeuner et placé tous les vêtements secs, vidé la salle de bain de ses réservoirs d’essence et les sacs d’épicerie pour y prendre notre douche… J’ai aussi vidé le garde robe avant pour faire sécher nos grandes combinaisons flottantes toutes racotillées dans ce petit espace de cèdre malheureusement mouillé dans le bas, étant dans l’étrave, le devant du bateau qui fend les vagues de façon répétitive!

Idem dans la garde-robe du fusil! Celui en face de la salle de bain, que j’ai vidé hier soir pour en sortir le fusil… Petit cours de rattrapage en maniement d’arme à feu afin de nous défendre contre une éventuelle attaque polaire!

Hier soir aussi, bon souper, GARDÉ, au gâteau à la pâte d’amandes et à la crème de bananes, suivant un plat principal fait de concombre et crevettes dégelées… Oups frigo pas assez froid pour garder mes réserves de poisson et de viande! Remonter la froidure svp, ça presse! Pas dehors, c’est ok, mais dans le frigo!

L’eau dehors est maintenant à 5.6°C… En partant de Tromsø, l’eau était à 8.5 puis en route à un moment donné, 9.2! Je n’en revenais pas! Mais là, on revient bien dans les eaux du Labrador entre 1 à 5° alors qu’en Islande la température de l’eau se chiffrait à 8-10°C… Au Groenland, je ne m’en souviens plus!

Puis dodo! Oh dans un lit! Et du chauffage!

Et ce matin tout était plus sec…

19:40 Retour d’une excursion sur l’île, une pratique pour sortir avec l’arme à feu, nos bottes de voile et de montagne, le dinghy de rechange sur mon dos avec rames et pompe et les caméras, mon iPad orange se confondant avec ma belle combinaison flottante orange! Un chic fou!

image18Claude et son fusil en bandoulière à côté de notre dinghy, et  Andrée Anne Rachel au loin à l’ancre, dans la baie de Kvalrossbukta, Bjornøya.

image19Notre arme à feu, on déteste tellement ça qu’on a gardé l’une des deux barrures!

Et, oh surprise, en haut de la rive, un gros dinghy d’expédition polaire plein de stock et tout neuf trônait au milieu des ruines de station baleinière de 1905-1908…

image20Plus haut que notre dinghy blanc sur la plage, on voit le gros dinghy gris foncé sur la butte.

Et du haut du petit sommet, non loin, en allant voir la baie que nous avons quittée à midi, nous y découvrons deux voiliers rouges à l’ancre! Au soleil, quelle belle vue!

 image21Claude en combinaison orange au dessus de la Baie de Sørhamna où deux voiliers nous ont remplacés! Tout petits points blancs et rouge au pied de la falaise immense!

 

image22Le petit passage utilisé pour passer à la baie de Kvalrossbukta, derrière le mur, cet après-midi du 21 juillet . On le voit depuis la falaise au dessus de la baie de Sørhamna

Aucun ours!

Mais, eh oui, nous nous rendons compte que notre dinghy a bel et bien été victime d’un hit and run à Tromsø! En effet, en plus de l’attache décollée dont on s’était rendu compte dimanche, on voit maintenant que le bras tribord du davit branle trop! Deux vis sur quatre sont cassées! Donc il est tout probable qu’un autre bateau ait renfoncé notre dinghy et le davit, en allant faire le plein ou en sortant de l’eau, en tournant dans l’espace exigu entre les quais, et sans laisser sa carte d’affaires! Lui! Alors demain, il faudra tenter de réparer en changeant ces grosses vis, et ce, oui, dans le coffre du cockpit! Quelle joie pour Claude, qui voudrait rétrécir de 6  pouces dans toutes ses dimensions, hanches, épaules, ventre et grandeur, pour pouvoir se faufiler dans l’espace très réduit.

Ciao France et Claude

Written on July 29th, 2016 , Croisière/Cruising, Photos, Video Tags: , , ,

aar_map

Web translation here

Mercredi 22 juin, 13:30

Il pleut! Rien à faire d’autre que d’aller magasiner et faire du lavage! Et faire des crêpes pour un brunch de midi.

Levés tard car nous sommes partis tard hier soir en soirée  à 23:34 du camping de Tromsø où nous avons réussi à laver encore deux brassées en 4 heures!  Deux laveuses à la fois! Ça prend un peu moins de quatre heures pour laver et sécher une brassée! Ouf! Heureusement qu’on peut surfer sur internet!

Il pleuvait,  alors j’ai pu faire du repérage! Pas de lait écrémé en poudre à Tromsø, non! “Acheté juste par les vieilles personnes”, m’a dit le vendeur, (de notre âge, quand même!), “alors on n’en tient pas beaucoup, voyez, la tablette est vide!” Pourtant pratique sur un voilier dans les îles polaires où les épiceries ne feront pas légion!

“Et avez vous du thon en conserve dans l’huile? Je n’en vois que dans l’eau.”
“Non, il n’en reste plus”, me répond-il en me montrant encore une tablette vide, ” c’est à cause du prix. Deux fois moins cher que celui dans l’eau, alors les gens vident la tablette! “

Bon, c’est bien de demander, deux tablettes vides ne veulent pas dire la même chose!

Ensuite de chercher du vin et du rhum! Il faut aller, tenez vous bien, à la boutique “VinMonopollet”! Eh oui, au monopole du vin! On a enfin trouvé dans le gros centre d’achat allure Carrefour Laval, par sa circularité, mais deux étages bas, remplis de magasins très mode, dont on reconnaît plusieurs bannières.

Claude s’est trouvé chez JULA  (genre de Canadian Tire) du WD40, du nettoyant à connections électriques et de la peinture aérosol pour peindre notre petite planche pour rallonger le banc du cockpit afin de mieux y dormir, pieds étendus! Il va la peinturer dans le hangar à l’abri de la pluie.

Puis vers 14:00 on aboutit au camping pour faire du lavage, mais la salle est occupée. Une seule laveuse est libre! Non, mieux vaut revenir pour deux laveuses à la fois. On réserve alors 20:00 ce soir.

Et on retourne au bateau pour faire des bricoles dans la cabine car il recommence à pleuvoir de plus belle!

Pendant que je range dans des sacs ziploc le linge lavé la dernière fois, puis dans les armoires qui commencent à être bourrées, Claude répare la planche de bois près du bain, encore une fois cassée l’été dernier par un coup intempestif d’une grosse vague, comme en 92 à Ocracoke, au Cap Hatteras dans les Outer Banks, Caroline du Nord, sur la côte est américaine, grosse vague donc qui avait levé les bancs de la cabine principale ainsi que les armoires de la salle de bain,  cassant ainsi les barrures des portes qui, en s’ouvrant, déversèrent leur contenu sur le sol! Presque la même chose l’an dernier, portes ouvertes, tout par terre et barrure encore cassée! Ça joue rough en mer!

Et nous récupérons les coussins bleus des bancs du cockpit pour tapisser et protéger le fond et les côtés du bain contre les coups et l’abrasion créée par les réservoirs de réserve de diesel qui y seront désormais tous les cinq entreposés (au lieu de juste deux, vu que le nouveau système de chauffage  Espar est plus gros et plus fort, donc plus chaud que l’ancien dans le coffre arrière du cockpit et donc ce serait trop dangereux d’y ranger encore les 3 autres réservoirs!). Le plus achalant sera de tout vider pour prendre notre douche!

Pour l’instant, on prend notre douche à la marina, et hier soir, après le lavage, vers minuit et demi, je l’ai prise après le chien d’un autre capitaine! Il avait tout nettoyé, il, le maître, mais ça sentait le chien mouillé quand même! Ouache un peu!

Et le lavage hier soir fut un peu ardu. Arrivés en avance vers 19:30 pour être sûrs d’avoir nos deux laveuses de 20:00, nous avons trouvé la salle bien pleine! Une française vêtue d’une combinaison de voile parlait au cell alors que toutes les machines fonctionnaient, une autre femme avait son panier de linge mouillé propre qui attendait une sécheuse, un jeune homme tout frais sorti de sa douche, pieds nus, vêtu uniquement de sa petite serviette et de son manteau de pluie,  venait laver son linge dans un évier et les femmes lui ont laissé spinner ses vêtements pour qu’ils sèchent plus vite sur le séchoir! Un autre gars, un néerlandais, guide au Chili, est venu finir de laver son linge qui trempait dans le second évier! Ouf! Bien du monde! Finalement j’ai pu rentrer deux brassées de linge dans deux laveuses gratuites! Et faire sécher l’une des deux aussi gratuitement! Mais quand la première laveuse termina son cycle, Ô surprise, rien n’avait été essoré! Gorgées d’eau, les douillettes ne pouvaient être essorées à la main. Trop lourd, trop gros! J’envoie la moitié dans l’autre laveuse que j’avais arrêtée avant la fin de l’essorage très rapide, puissant et efficace… Et l’autre laveuse j’y laisse la moitié, pensant que si elle est moins pleine elle essorera mieux! En pressant le cycle spin, elle recommence à se remplir d’eau et à laver, et marque 3 heures 23 minutes! Claude à son grand désespoir, tente de débarrer la porte, impossible, une frontale ne veut pas ouvrir tant qu’elle a de l’eau! Il va chercher le gars du camping, qui ne peut rien faire non plus, sauf de mettre ma carte dans la  machine, et me faire perdre pour rien mon 100 kr ou 17$! Zut! Car il faut attendre la fin du remplissage et la fin du trempage avant de pouvoir débarrer la laveuse et y récupérer notre linge! Finalement on sortira à minuit vingt, après cinq heures de lavage et d’Internet! Hihi!
Il reste encore une poche de lavage!

De retour au bateau, il fait clair, et très beau.  On pourrait travailler sur le bateau, sauf la teinture car ça prend du bois sec! Mais on va se coucher, car jeudi midi, le mécano viendra vérifier le moteur et ses injecteurs!

Il nous restera, s’il fait beau, plusieurs travaux extérieurs:

Nettoyer le pont awlgrip avec du awlcare
Laver les fenêtres et moustiquaires du  Dodger
Resserrer les étais, patarras et haubans
Remettre les voiles
Finir la teinture extérieure sur le pont et derrière le cockpit
Réparer la pompe de pont (mon boyau d’arrosage à l’eau de mer)
Remettre les  balises sur l’étai arrière
Frotter les winches avec du Métal Wax
Arranger le mât pour qu’il cesse de couler dans la salle à diner!
Remplir la bonbonne rouge de propane, vidée en septembre 2015.

Et commencer à coudre mes patches pour la toile de remisage! Ce serait une bonne idée! Mais ça ne me tente pas du tout!

Jeudi 23 juin 2016

13:20 Le mécano vient de repartir, pas les bons outils pour sortir les injecteurs qui sont probablement la cause du problème de la fumée blanche bleuâtre… Il va revenir dans 1 heure et demie car quelqu’un d’autre l’attend!

Et il pleut toujours, et Claude pleure toujours le soleil! Snif!

18:55 Je prépare le souper pendant que Claude vide l’eau du dinghy! Il a plu à verse! Une accalmie cet après-midi nous a permis de resserrer étais, haubans et patarras, remettre divers bidules en fonction sur le pont, ranger la gaffe et les planches dont j’ai encore changé l’un des six mousquetons de laiton, toujours cassés l’un après l’autre! On a pu revoiler Andrée Anne Rachel qui a de plus en plus l’air d’un beau voilier! Remettre en fonction mon boyau d’arrosage, la pompe fonctionnait finalement! Probablement qu’elle aime mieux être dans l’eau pour s’activer! Qui sait?

Et surtout, bonne nouvelle, le mécano a trouvé le problème! Deux des quatre  injecteurs sont défectueux… Ils vont commander les pièces, changer les morceaux, remettre des washers neufs au cœur du moteur… Pour la modique somme de 12000 kr ou 2000$ incluant le temps du mécano qui reviendra installer le tout pendant notre absence le 11 juillet! Un moteur Yanmar comme ça vaut 35000$ ici! Ça vaut la peine de réparer! Espérons que c’est vraiment le seul et unique problème! Car nous serons de retour le 16 juillet pour quitter Tromsø vers le nord  le 17 ou le 18 juillet selon les marées et le vent!

Ce soir, congé de lavage. Peut-être que je me mettrai sur le lavage du pont par contre! Mais non, car Claude veut teindre sur du bois sec!

Ou continuer mes patches pour la toile de remisage. Les deux petites sont faites, recto et verso, puis à coudre sur la toile même , donc trois épaisseurs, idéal pour les doigts, d’où quatre dés à coudre recouverts d’un gant de nitryle pour retenir le tout! Il me restera à faire les deux grosses patches d’un pied sur deux!

Vendredi 24 Juin 2016

22:30 Belle journée relaxe malgré la pluie et le lavage, encore!

Nous nous sommes levés sous la pluie, pas mal tard, 11 h 30am, et pendant que je préparais les crêpes pour le brunch du midi, encore, aussi, Claude est parti faire remplir la bonbonne de propane rouge, vidée en septembre 2015… Nous en avons donc maintenant trois en réserve, mais deux islandaises jaunes de 2 kg seulement et l’écossaise rouge de 3.9 kg. C’est pas gros! On avait auparavant deux bonbonnes canadiennes de 12 lbs ou 5 kg chacune! Et c’est cher! 31$ pour faire le plein de 3.9 kg au lieu de 12$ chez nous pour 10 lbs! Enfin! Au moins on a rempli!

Après diner, cap sur le camping pour nos deux dernières brassées de lavage si on peut réserver ! Eh oui aucune réservation à 14:00! Je prends! 2 machines! Merci! Et nous passerons l’après-midi là à faire internet, Claude en montrant ses photos d’Islande, d’Ecosse et du Groenland à une retraitée allemand en motorisé pour 8 semaines en Scandinavie, mais  qui adore l’Écosse ! Très gentille dame. Et moi j’ai passé mon temps à expliquer les machines à tous les nouveaux arrivants, et ainsi, j’ai reçu d’une gentille suisse une bouteille de vin rouge pour lui avoir plié son linge tout chaud et lui avoir expliqué les machines si gentiment, m’a-t-elle dit! Je n’en revenais  pas de ce cadeau, bien trop pour pas grand chose, mais merci! C’est très gentil!

Puis, profitant encore d’avoir premièrement une auto et deuxièmement plein de choix, nous ferons une dernière épicerie dans une autre succursale bien plus nantie de Coop Extra, près du camping, bien meilleure que l’autre près de la marina pour des réserves de chips, savon à main, à vaisselle, vinaigrette César, essuie tout, sauce worcestershire (truc écologique pour nettoyer du brass semble-t-il, à essayer au retour),  huile d’olive au basilic (-aahhhhhh yesssss! Si bonne au basilic!), mélange à crêpes, crème fouettée en aérosol qui sauve bien des desserts secs!

Puis retour au bateau pour serrer le tout dans les bancs bien remplis maintenant, et pour faire sécher complètement les gros morceaux (douillette et couvre matelas récalcitrants au séchage!) devant la chaufferette!

Vérification des vélos et des pneus pour notre retour de l’aéroport quand nous irons porter l’auto de location en juillet juste avant de décoller de Tromsø pour Svalbard.

Préparation de la valise de retour contenant les trois autres valises, en fait des sacs gigognes! Nous sommes arrivés avec trois gros sacs de 50 lbs, pleins de bouffe, de  produits divers, d’outils et de morceaux pour le bateau, et le fusil! Et un gros sac vide au cas où les douaniers ou la sécurité auraient exigé un sac tout  seul pour le fusil… Nous repartons avec un seul sac contenant les trois autres et le fameux chargeur 110-220 ProMariner mort pendant notre première nuit, à ses cinq ou six ans d’âge!  Et des shorts trop froids pour le canton! Juste 28 lbs à date! Et ça ne coûtera que 100$ de bagages! $100 la valise en avion, c’est du vol! C’est le cas de le dire, vol, vol d’avion! Hihi!

Demain samedi sera notre première et seule journée de congé en deux semaines: nous irons faire du Hiking sur la montagne derrière le camping! Celle du téléphérique! On peut la monter à pied il parait. Espérons qu’il fera beau! Mais, j’en doute!

Samedi 25 juin 2016

Belle journée de Hiking sur deux sommets qui surplombent Tromsø, et sous un ciel bleu orné de magnifiques cumulus blancs, très ouatés, énormes, mais un ciel occasionnellement ennuagé au début après une matinée pluvieuse, d’où le départ tardif à 13:00 et retour à 18:30 à notre auto au pied de la montagne du téléphérique.

image10

Nous avions monté par le côté, à travers une forêt magnifique sur une pente très pentue! On a monté 600 pieds dans le temps de le dire! Puis nous avons longé un beau ruisseau jusqu’à de la neige!

image11

Eh oui! Plein de belles plaques de neige, un peu difficiles à grimper, mais très amusantes à glisser en redescendant en ski-bottine! Puis nous avons finalement atteint la région du téléphérique et continué vers les deux sommets, le premier, Fløya, 2140 pieds, marqué d’un énorme cairn maintenant une grosse girouette de métal agrémentée de drapeaux de prière tibétains/népalais.

image12

Sommet de Fløya.

Nous avons poursuivi notre randonnée sur cette grande région plate, mais qui montait tout le temps, vers notre second sommet,  Spandoya, 776 m ou 2571 pieds, lui aussi marqué d’un gros cairn mais pas de livre à signer, ni de drapeaux, et pourtant plus haut et plus loin!

image13

image14Vers Spandoya

image15Sommet de Spandoya

Et les nuages décidèrent d’en finir avec le beau temps, envahissant toute la région et colorant de gris foncé la belle lumière que nous avions jusqu’à 16:00 pour notre lunch sur la montagne! Et du vent! Brrr! Nous redescendrons donc dans le brouillard, rencontrant encore des gens mais pas mal moins! Un arrêt au téléphérique pour avoir une belle vue sur Tromsø, finalement dégagée pour l’occasion.

Et nous retournons au bateau après avoir fait le plein de notre petite Polo à  remettre demain matin aux aurores, $47 pour 290 km /18 litres  (45 milles au ballon ou 16 km au litre) utilisés dans nos deux semaines ici. Elle n’est malheureusement pas électrique! Et la location nous aura coûté $1000, quand même! Mais au retour, elle nous coûtera 200 ou 300$ pour deux jours! Pas mal pire!

Valise peaufinée et autres préparatifs de départ, teinture  extérieure finalement, le bois ayant un peu séché, souper à  21:30 malgré le propane qui ne veut pas fonctionner (alarme continuelle empêchant la valve d’ouvrir! À vérifier en juillet!) puis douche et séchage de cheveux! Finis les cheveux bouclés pour trois semaines! Sinon ma fille ne me reconnaît pas!

Cadran à 5:00 demain matin, ou plutôt ce matin! Il nous reste 5 heures à dormir avant  de partir pour l’aéroport! Bonne nuit!

Dimanche 26 juin, levés à  5:08am, il fait toujours  la même  clarté de jour  ou de nuit!
On emporte le reste du linge sale et le chargeur! Il est 6h10 quand nous arrivons à l’aéroport. Et nous sommes fichés, “Où se trouve votre arme à feu?”, nous demande l’agent de bord qui enregistre notre bagage. “Nous le laissons ici au bateau pour revenir en juillet vers Svalbard. Svp mettez une note que nous n’avons pas d’arme à feu dans nos bagages!” Nous partons enfin pour le Canada afin d’aller travailler au bureau trois semaines et revenir pour huit semaines de la mi-juillet à la mi-septembre pour la suite de nos aventures polaires!

Ciao

France et Claude

cobraCliquez sur l’image pour en savoir plus

Written on June 27th, 2016 , Info, Nouvelles/News, Photos, Voyages Tags: , , ,

English web translation here

24 Septembre 2015, Tromsø

23:57 Longue journée de travaux, et peu de travaux… Lavage des moisissures sur les combinaisons flottantes jaune et orange de Claude et de son pantalon imper jaune, sur la table de pique-nique et à grande eau…
1
La combinaison flottante orange ainsi qu’un pantalon imper tentent de sécher au soleil bas , bas même le matin!

Puis la sortie du réservoir de diesel! Pas une mince affaire! D’abord il a fallu dévisser la table et la retirer pour avoir accès à la cale et le réservoir, caché sous des fils électriques de toute sorte ainsi que des tuyaux, le ground, et des renforts de fibre de verre fixant le tout!  Il a fallu driller des trous pour faire une ligne pointillée tout en cachant les fils du côté tribord et les tuyaux du côté babord afin de briser la mince couche de fibre de verre retenant le réservoir dans la cale… Ça a marché… On avait aussi pompé le diesel restant, environ 55 litres. Puis hisser le réservoir et le sortir!!! D’abord du trou pas plus large et long que lui! Ensuite par l’escalier de l’écoutille, puis dans le cockpit et finalement par le petit trou constituant la porte de la toile pour enfin la redescendre par l’échelle haute d’une dizaine de pieds! J’ai mesuré et dessiné les formes bizarres du réservoir, genre de pyramide inversée, plus large en haut qu’en bas, et en arrière qu’en avant, et en escalier! Spécial! Et heureusement, elle était bien en train de percer lentement, montrant trois points faibles d’où le diesel semblait suinter! L’aluminium de 27 ans n’aurait pas tenu le coup longtemps! Ouf! On n’a pas fait cela pour rien! On va en faire faire une en acier inoxydable, beaucoup plus résistant et durable.

2
Vue plongeante de notre belle salle à dîner! Le bordel! On voit la table déplacée avec une partie du plancher à droite en haut, un autre morceau du plancher à moitié remis au milieu, au dessus de la fosse septique à droite et du réservoir de diesel à gauche en bas.

3
Claude sale et fatigué posant douloureusement avec son réservoir, sorti à grand peine du voilier, et descendu à bout de bras dans l’échelle à 10 pieds de hauteur!

4
Le réservoir tête en bas. On voit les endroits suintants sur les parois de “l’escalier”.

5
Le trou béant laissé par le réservoir qui descendait en escalier jusqu’au fond de la quille.

Puis Claude s’est attaqué à l’arbre d’hélice et au manchon qu’il rapportera à là maison pour le faire machiner et refaire de nouvelles vis spéciales. Sa réparation temporaire a tenu le coup mais la vis patentée avait quand même crochi et n’aurait peut-être pas tenu le coup bien longtemps! Il a retiré le PSS, genre d’accordéon en caoutchouc qui rend étanche le trou d’hélice. A changer aussi au retour. Il a enlevé l’anode au pied de l’hélice, complètement rongé par l’eau de mer salée. Le coupe-corde a été retiré également pour l’amincir et gagner quelques millimètres. Par contre, le couplent de brass résiste et ne veut pas bouger! On arrête là. Souper, vaisselle et Wi-Fi en auto à l’arrêt de bus à côté de l’info touristique!

 25 Septembre 2015, Tromsø

Belle journée ensoleillée et malgré le soleil bas, assez chaude pour finir de faire sécher encore les combinaisons et les linges à vaisselle et notre petite corde à linge de quelques vêtements.

Nous n’avons pas réussi à rejoindre le proprio de Maritim Slip And Motor. Ici, la marina est fermée ce matin! Bjorn n’est pas ici et c’est vendredi, notre dernière journée ouvrable pour régler nos affaires de moteur et de réservoir! Nous avons finalement réussi à attraper deux de ses hommes arrivés en fin d’avant midi. Au moins nous pourrons leur laisser la clef du bateau et de la paperasse pour faire bâtir un nouveau réservoir de diesel, mesures et dessins.

Heureusement qu’il a fait beau toute la journée! J’ai pu recoudre (encore!) ma toile, une autre fermeture éclair près des haubans babord, ce que j’ai fait, juchée dans l’échelle, à 10-15 pieds du sol. Une bonne heure au moins, sinon plus. Un peu peur de tomber! Je ne sais pas pourquoi!

6
Mon installation pour recoudre la fermeture éclair de la toile, en haut complètement, près des cheminées faites pour faire passer les haubans.

Entre-temps Claude est allé voir un mécanicien un peu plus loin sur la route pour faire couper un cutlass bearing et faire sortir le vieux, bien emprisonné dans l’étambeau. Opération réussie! Ce dernier nous a suggéré un autre nom pour faire construire notre nouveau réservoir, Maritim Sveiseservice, non loin. En même temps, Claude a fait égaliser son coupe-corde afin de l’amincir pour qu’il prenne moins de place sur l’arbre d’hélice. Nous avons remis l’étambeau  en place, bien étanchéifié par un tube de Mastic marin, tube neuf que nous avons dû éventrer pour sortir le produit qui ne coulait pas trop! Il semble encore bien efficace, nous étions tout collés et en perdions des bouts de gants de vinyle, tellement ça collait! Claude serrait à partir de la cale et moi, dehors! L’eau ne devrait pas rentrer par là! On ne devrait pas couler en 2016! L’hélice, quant à elle, fut toute démontée et remontée minutieusement, bien graissée elle aussi!

Claude est retourné dans la cale pour fixer un nouveau moustiquaire de métal dans le fond afin de pouvoir récupérer les outils qui pourraient s’échapper pendant les travaux, l’ancien étant tout troué. Et moi, pendant qu’il replaçait la cale, ses outils etc, je me suis attaquée au laiton de l’hélice, pas mal terni par au moins deux automnes de paresse de ma part! AF-FREUX! J’ai dû passer les deux tiers de ma bouteille neuve de MÉTAL WAX, ainsi que pas mal d’huile de coude et de poignet et d’épaules, et au moins deux bonnes heures de frottage jusqu’à la noirceur. Cinq gars sont venus à côté de moi, frotter et polir un énorme bateau moteur tout le temps que je frottais ma petite hélice, et ils sont partis avant moi! J’ai arrêté à 19:34, à la noirceur, ayant poli presque parfaitement cinq des six côtés des trois pales de l’hélice, la sixième complétée à 80% peut-être! Je ne voyais plus très bien les portions noircies! Puis je l’ai emballée dans un gros sac vert pour l’hiver! Ça sert à quoi de la frotter quand elle passe son temps cachée dans un sac vert ou bien sous l’eau! Ce sera pour le plaisir des baleines et des dauphins!

Pendant ce temps, Claude a complété l’hivernisation du désalinateur et de mon boyau d’arrosage sur le pont et sa pompe d’eau de mer. Il ne me restait qu’à faire tremper et laver très bien les deux réservoirs du désalinateur, afin qu’il ne reste aucun résidu, ni d’odeur nauséabonde qui provient du processus et des saletés de la mer, un enduit verdâtre dégueu qui s’accumule au fil du temps! Au début, les premières années, on ne faisait que rincer, rincer et rincer, mais l’an dernier, après que les odeurs ont débuté, j’ai relu les instructions et il fallait bien laver au savon… Pas mal mieux cette année!

Et je n’ai jamais réussi à utiliser la laveuse-sécheuse de la salle de bain de la marina. Elle est toute petite, et prend un temps fou, à laver puis sécher, style 4 heures à ce que j’ai vu! Quand j’ai pu la voir, car je n’avais pas le temps de la surveiller et de lui sauter dessus!

Soupons! On finit le frigo, et on doit faire une petite épicerie pour les deux déjeuners restants du samedi et du dimanche. Il me reste encore pour un lunch du midi deux pitas au thon que j’ai préparés il y a trois dîners. Demain soir, souper pizza! Pour France! Je suis en manque! Et dimanche, on finira fruits, tomates, chips, biscuits, etc…

En lavant la vaisselle et ensuite les réservoirs du désalinateur, la pompe de l’eau potable fait des siennes! Le réservoir est vide! Vois-tu, finis, les repas! On n’a plus d’eau pour laver la vaisselle! Bon timing! On ferme le réservoir de propane et on hivernise aussi les robinets d’eau potable, chaude et froide, la douche, le bain.

Repos bien mérité ce soir! Crevés, nous sommes! Quelles belles vacances! Oui, oui, on a eu de super vacances, mais les derniers neuf jours sont du travail de forcenés! Mais, ne pas se plaindre, ce ne sont pas de gros problèmes! Il y a bien pire! Et pour avoir des vacances, je l’ai toujours dit, il faut bien travailler!

 26 Septembre

Levés à 10:00! Il fait si noir sous notre toile! Et nous étions si crevée la veille!
Beau déjeuner aux Croissants chocolat et yogourts achetés la veille à l’une des trois épiceries sur la route, pas loin, la plus proche!

Vaisselle minime. Puis je m’attaque aux réservoirs du désalinateur que j’ai laissés à tremper hier soir, mais il reste encore des plaques de sel, tres dures! Ensuite, ce sera le tour aux défenses de la toile! Pour faire bomber la toile, et empêcher les frottements excessifs. Triage des vêtements à laver ici en juillet, ceux à rapporter à là maison, et ensacher ceux qui sont propres, pour éviter l’humidité et là moisissure. Les manteaux, tout le tralala…

Claude, pendant ce temps, est en train de teindre le plancher et le porte moteur du dinghy, bien installé sur le pont du bateau, où le tout séchera sous la toile pour l’hiver.

Puis on s’habille en civilisés! Cute! Bof… Moins laids! Et on sort! D’abord, visite au Maritim Senter : un magasin de produits divers pour les bateaux… Et on y trouvera notre nouveau système de chauffage Espar, Airtronic D4, pour 12500 kr ou 2100$. Taxes incluses! Vendu! Pas besoin de transporter ça en avion l’an prochain. A part que les instructions sont en norvégien! On devrait en trouver en anglais sur internet! De plus nous avons reçu d’autres références pour le réservoir (la même que la veille, mieux selon ces deux sources…) et pour le moteur, si jamais cela ne fonctionnait pas avec ceux qui ne sont pas venus cette semaine tel que promis! Il paraît que ça arrive souvent aussi au niveau des prix, qu’ils ne sont plus les mêmes après le travail!
Ce serait pour le réservoir, Maritim Sveiseservice et pour le moteur, JH Motor AS, concessionnaire des Yanmar, malheureusement fermé aujourd’hui samedi, comme là semaine dernière quand nous faisions notre tournée de reconnaissance avant de voir Bjørn de la marina Skattora et le mécanicien de l’autre compagnie… On verra! On va s’organiser à distance, par email et avec l’aide de Bjørn et possiblement de Maritim Service, au besoin.

Puis nous nous sommes rendus au Sentrum, le beau vieux centre-ville, dans un stationnement en ville dans un labyrinthe de tunnels… Avec cameras… 10$ pour 3 heures, pas pire du tout!

1
Une foule de tunnels percent le sous-sol de la colline du centre ville!

Un peu de magasinage pour finaliser nos cadeaux norvégiens, complétés également au très original musée Polaria que nous avons visité. Visionnement d’un documentaire très intéressant sur cinq écrans, quasi 150° dévoilant les beautés spectaculaires de Svalbard, la possession Arctique de la Norvège, où nous nous rendrons l an prochain, jusqu’à 81°nord de latitude.  Puis, un spectacle de phoques dans l’aquarium du musée.

2
Belle facade du Sentrum, (centreville)

Malheureusement, le musée de verre contenant le MS Polstjerna, le navire de l’expédition d’Amundsein, était fermé. A l’an prochain!

Nous avons aussi visité sur une colline une belle ancienne demeure jaune transformée en galerie d’art moderne fêtant ses 90 ans, ROMSSA DÁIDDASIIDA.

Puis visite du centre d’achat en ville où j’ai finalement trouvé une succursale de produits alcoolisés pour notre vin l’an prochain! Et ça ferme à 15:00 le samedi!

Puis nous nous sommes rendue au Centre d’achat près de l’aéroport pour acheter chez JULA de l’antigel, encore des ciseaux à herbes et un nouveau fil électrique pour le 220V.  Nous avons vu également, mais trop tard, une belle petite chaufferette électrique pour 20$ et une rallonge électrique à 20$… On ne devrait plus en avoir besoin avec notre nouveau système de chauffage! Mais ça aurait été pratique cette semaine car le système de chauffage refusait de partir depuis que nous sommes arrivés à Tromsø! Neuf jours! Brrr! Huuuumiiiiiiideeeeee!

Et enfin, mon souper PIZZA, merci!!!!

Valises à remplir et peser! Oups! Toutes les cartes marines papier de l’Islande, l’Écosse, les livres d’Ecosse, si lourds, les morceaux de bateau à rapporter, le vieux DVD inutile, ainsi que la boîte de signalement d’urgence dont on ne se servira plus…  Et la housse du coussin à corriger. On revient à la maison avec deux valises au lieu de quatre! C’est mieux!

 27 Septembre

Il pleuvait ce matin alors que nous voulions grimper la montagne derrière le téléphérique qui est actuellement fermé… En fait Claude voulait quand même, mais pas moi, pas le bout d’avoir les bottes mouillées, les guêtres sales tout l’hiver dans le bateau… On part ce soir quand même! Plutôt, nous ferons du vélo !
Et déjeuner, vaisselle minime encore (on n’a plus d’eau!)…
Mais, avant de déjeuner, encore la chaise musicale, comme on fait depuis neuf jours: je dois dégager le banc de la table, donc ôter les valises et les mettre sur le lit que je dois donc refaire avant! Et protéger le matelas contre l’humidité, alors que le côté du mur de fibre de verre est déjà transis! Merde! Tant pis, on verra l’an prochain. Je rajoute des couvertures synthétiques qui peuvent absorber et sécher, puis les coussins ensachés, comme les oreillers, le linge sale dans un gros sac de coton, les souliers à ensacher, tout cela dans le fond du lit avant… Puis, installer les valises sur le lit mais moins loin, sur le bord… Et sortir les sacs à dos, pantalons imperméables, bottes de montagne, guêtres et bâtons (Claude n’est pas encore convaincu!)…

Et déjeuner! Puis finir de vider armoires de cuisine, frigo, laver le tout… Les vélos sont restés toute la semaine dans l’auto, pas de place dans le bateau!

Puis nous sommes partis en auto vérifier où prendre les différentes trails pour les sommets environnants, visiter l’église si spéciale, mais plus belle de loin qu’à l’intérieur… Ensuite, nous sommes allés voir le camping Tromsø où nous pourrons faire du lavage l’an prochain! Le plus chic camping que j’aie vu de ma vie! Très chic, une vraie réception d’hôtel huppé! Incroyable! Et c’est pour cela que la brassée de lavage coûte 100kr! Ou 17$! Et je devrai en faire au moins 3-4, avec les literies, les serviettes des coussins, les serviettes, guenilles, linges à vaisselle, nos vêtements! Ouf! A l’an prochain!

1
L’église de Tromsø

Puis, du vélo! Nous avons parcouru 24.54 km jusqu’à 14:30, donc 1.5 h à vélo le long d’une Trail d’une longueur de 12.32 km d’un bout à l’autre de l’île, en gravois, au milieu de l’île, et de côtes en grandes côtes! Pour une île plate! Revenus par la route, bien plus belle piste! Mais pas dans le bois! Pour un grand total de 368 km de vélo cet été 2015 en Écosse et en Norvège.

2

Au bout de l’île, presque, voici la vue derrière nous, le sentier qui momtait pas mal! Ça ne parait pas trop en photo!

Retour au bateau vers 15:00 pour finaliser la fermeture d’Andrée Anne Rachel: vélos remontés dans la cabine arrière, valises sorties et repesées, et on s’en va pour l’aéroport! Vol à 21:00 ce soir Tromso-Oslo et demain matin oslo-Londres puis Londres Montréal, à 8000 km d’ici! Retour à la maison lundi soir 28 tard et au travail mardi matin le 29!

Retour en Norvège en juillet 2016!

Ciao Andrée Anne Rachel !

France et Claude

nd_fr

Written on October 9th, 2015 , Croisière/Cruising, Croisière/Cruising info, Voyages Tags: ,

English web translation here

 20 septembre 2015, Tromsø encore

Journée pluvieuse en début de matinée mais nous avons quand même fait pas mal de choses sur le bateau à l’extérieur, surtout Claude. Moi, dehors, je n’ai que lavé et séché le dinghy sur le quai avec un boyau d’arrosage extrêmement puissant qui eut tôt fait de me mouiller pantalons et souliers! A l’intérieur, j’ai continué et en fait accéléré le processus de vidage d’armoires, de hiloirs et de bancs , et d’ensachage, du triage et du rangement en dehors des rangements! Donc tout dans le milieu de la place! Ce que Claude adooooore!

Avant souper, nous sommes allés nous promener en auto au Sentrum (le centre ville de Tromsø) auquel on accède par un long tunnel de quelques km, quand même! Pour une petite île comme cela! Une superbe église de bois peinte en jaune et vert trône au milieu de la place, des magasins également construits en bois peint de couleurs de terre et d’automne (ocre, brun, beige rouge vin et vert olive), de toute beauté.

1
L’une des plus grosses églises de bois en Norvège

2
Rue commerçante de magasins en bois

3
Vue de la montagne en face de Tromso au soleil de la soirée

4
Le fameux musée Polaria

5
Dans sa cage de musée, le bateau de l’explorateur polaire Amundsen

6
Le bel hotel Clarion en hauteur et en minceur!

21 Septembre 2015, Tromsø pour l’hiver, pour de bon!

Yeeesssss! Nous pouvons effectivement sortir de l’eau ici pour l’hiver! Tout est arrangé avec Bjorn Jakobsen de Skattora Marina. Super! Nous étions un peu inquiets car nous n’avions reçu aucune confirmation de sa part, ni par email, ni par lettre… Mais il avait bien classé dans son tiroir notre lettre du 28 janvier 2015 avec notre carte du bateau agrafée dessus! Ouf! Quel soulagement! Et il est de plus très sympathique et aidant! Il nous a suggéré plein de noms pour le moteur et la transmission, le réservoir de diesel, les voiles et même le système de chauffage! Le seul hic, c’est que la marina sera en vacances de la mi-juillet à la mi-août 2016, alors que nous prévoyions revenir la troisième semaine de juillet pour la mise à l’eau et le départ vers les îles polaires de Svalbard… Une chose à la fois! Il faut d’abord sortir de l’eau et ce sera après demain, mercredi 23 septembre. Donc, nous avons deux jours pour nous trouver quelqu’un pour réparer les voiles et faire les réparations moteur, transmission et réservoir diesel. Et ensuite, il nous restera quatre jours pour compléter la mise à terre et envelopper Andrée Anne Rachel pour l’hiver.

Le proprio de la marina nous a montré une affiche du réparateur de voiles situé à Finnsnes, à deux heures de route en auto d’ici. Le seul dans le coin! Nous irons aujourd’hui!

Puis il nous a fait rencontrer le proprio de Boréal Express qui était à faire réparer deux de ses dix voiliers de charter par des mécaniciens de Maritim Slip. L’un d’eux, Allan, un jeune homme sympathique, est venu voir notre moteur, la transmission et le réservoir et pense bien que ce sera possible de faire faire ces travaux par son employeur. Ce sera au moins un 10-12000 couronnes, ou 2000$!

De retour au proprio de Boréal Express, ce dernier a téléphoné pour nous au réparateur de voiles de Finnsnes et a organisé un rendez-vous pour 16:00 aujourd’hui et il pourra nous réparer notre voile sur place! Super!

Nous partons donc à l’info touristique pour chercher une carte, des infos et télécharger le plan de route sur mon cell et mon iPad! Super!

Puis belle route le long d’un superbe fjord au pied de montagnes boisées d’ocre et de vert, décorées de cascades multiples et surmontées de glaciers et de plaques de neige.

3
Montagnes au sommet enneigé le long de la route vers Finnsnes

2
Belle route et glaciers à l’horizon!

1
Belles couleurs d’automne

4
Ciel spécial

Arrivés à Finnsnes à 15:00, une heure avant notre rendez-vous, nous nous frappons à la porte barrée. Nous allons donc attendre au terminus d’autobus juste à côté où le Wi-Fi est gratuit et rapide! Wow! Grand espace, beaux sièges… Reçu un mail drôle (dans les circonstances) d’une amie qui me félicitait d’avoir été bien prudente, après avoir lu mon journal du 5 septembre partie 42, où je disais attendre Claude en sécurité, paralysée sur ma crête vertigineuse!  Je lui réponds “continue à lire! Hihi!” Et j’envoie plus tard la partie du fatidique 16 septembre quand je suis tombée sur le dos puis la tête! Elle ne me trouvera plus très prudente!

À 16:00 tel que prévu, nous nous rendons à l’atelier de voilerie, et il est ouvert! Superbe endroit, vaste, propre, séparé de son coin bureau-salon par une belle séparation de tissu marine et de vinyle clair. Les murs sont couverts des œuvres de ses petits-enfants  comme nous l’apprendra sa femme venue le rejoindre en fin de journée. Au début nous sommes retournés à notre Wi-Fi et sommes revenus après 1.5 heures mais il n’avait pas encore terminé, rendu au sommet de notre voile, le point de drisse, à lui coller, avant de la coudre, une couche d’Umbrella, un tissu résistant, à l’épreuve des rayons antiviolets, comme on était sensé  avoir sur notre génois, neuf en 2008, mais d’une qualité douteuse. En effet, toute neuve qu’elle etait, les coutures avaient lâché dans une petite tempête de vent sur le lac Ontario! Maintenant notre pointe sera marine! Comme il n’avait pas encore terminé, il a demandé à sa femme de nous servir café et gâteau au chocolat maison, délicieux. Et sa femme, charmante. Sa sœur vit à Svalbard, région polaire! Cela m’étonne tellement de voir à quel point la Norvège est habitée si haut au nord! Les courants chauds du Gulfstream les aide, il faut dire! Chez nous, l’équivalent en latitude, c’est la Terre de Baffin, pas mal plus froide et inhospitalière!

Finalement, nous repartons vers 18:20  avec notre voile après deux heures de réparations. En route, nous souperons avec des hamburgers délicieux achetés dans une station service Shell! Dans la noirceur, tout au long de la route, le profil pointu et bien découpé des hautes montagnes des alentours se dessine parmi les cumulus noirs dans un ciel bleu foncé magnifique. La route est belle et se fait bien. Quelle belle journée productive et sans encombre!

5
Profil des montagnes dans la noirceur… C’était plus beau en vrai!

22 septembre, Tromsø évidemment!

10:00 Je suis encore à faire mes crêpes! Dernier déjeuner tranquille! Nous sortons de l’eau demain finalement, c’est sûr!
Claude a très mal dormi car le moteur a mal fonctionné hier matin, a cessé de fonctionner et il faut nous rendre au quai! Mais il n’est vraiment pas loin! Au pire, on se fera tirer! Et aussi le chauffage n’a rien voulu savoir hier soir. Et il faisait 48°F ou 8.6°C au lever ce matin! Maintenant il fait 11.9°C, j’imagine avec la cuisson! Et les portes ouvertes! Il fait moins froid dehors! As usual!
Et finalement, à regarder le quai devant moi, non, ce n’est pas Aqua Seaworks, mais bien Arctic SeaWorks. Désolée!
13:50 Je suis à faire le dîner… Il fait soleil mais pas trop sur nous, à l’ombre du bâtiment d’Arctic SeaWorks. Nous avons étendu tous les pans du dodger sur le quai au soleil faible, je fais sécher le dessus de la grand-voile pour l’emballer après dîner. J’ai vidé le banc tribord et fait l’inventaire… On ne serait pas mort de faim, non! Il me restera à vider les armoires de vêtements et les garde-robes ainsi que la cabine arrière, les ceintures de sauvetage tellement humides et froides que je n’ose pas les ranger encore! Et il faudra bien que je sorte du garde-robe avant nos combinaisons flottantes pour les étendre aussi, j’aurai plus de soleil demain peut-être?
20:05 Aaaahhh bonne douche chaude ce soir à la marina après une journée de préparation à l’hiver dans tous les sens du mot! Le froid et le bateau! Emballer la bome et la grandvoile. Imperméabiliser le dodger, vider la cabine arrière pour sortir les toiles et trouver les sacs pour tout ranger, vider les garde-robes, oh surprise, de l’eau de condensation et de la moisissure, encore! Eh cette fois-ci, c’est sur la combinaison flottante une pièce ainsi que le manteau flottant et le pantalon jaune de Claude! Au printemps, c’était les miens!  Grrrr. À laver demain et faire sécher au soleil, si soleil il y a! Il est censé faire beau! Et il fait froid sans dodger! Et sans chauffage!
Demain matin, sortie de l’eau!
Zéro photo, niet!
 23 Septembre 2015, Tromsø
20:00 Ah, bonne journée de travail de bateau! Nous sommes sortis de l’eau ce matin vers 8:00, avec des courroies de 8m en arrière et 7m en avant! Le monsieur m’a dit de garder ces chiffres en tête. Alors je les écris pour la remise à l’eau en juillet prochain! Il a un peu accroché la quille en reculant, oups, le devant n’était pas assez levé, pas aussi haut que l’arrière qui avait passé! Eh oui, nous sommes sortis à reculons! Une première! Et aussi la première fois qu’on accroche! De plus, c’était la nouvelle réparation de la botte avant! Heeeee! Mais ça a l’air correct… Fiou!
1
Andrée Anne Rachel toute nue sans son dodger rouge vin attend sa sortie de l’eau… On voit derrière, à gauche, le Travel Lift qui nous sortira de l’eau!image3.jpgAndrée Anne Rachel suspendue au-dessus de l’eau sortira à reculons!2Oups, pas assez haut, monsieur!

3Claude en train de laver la coque

Puis, Claude s’est amusé à laver sous haute pression la coque et la quille. Décapant ainsi toute sa peinture anti fowling (anti salissure, ou anti croissance d’algue sur la surface sous-marine)… La coque est maintenant plus blanche et rouge vin que rouge vin et blanche! Toute picotée!

Ensuite, préparation des surfaces en contact avec la toile pour prévenir les trous et abrasions, du “padding” quoi! De vieux tapis, de vieux oreillers, du foam, des sacs de plastique, des ziplock et beaucoup, beaucoup de duct tape!

Puis, après dîner, l’installation des trois morceaux de la toile… Un casse-tête… Puis, les cordes pour bien la fixer. Et Claude a trouvé une autre place à réparer! Une fermeture éclair décousue! Merde, à recoudre demain dans l’échelle! La joie!

4

Andrée Anne Rachel toute habillée de sa toile grise… On ne la reconnaît même plus avec avec sa quille presque blanche au lieu d’être rouge! Et la vue est superbe! Beau spot!

Après souper, nous avons fixé dans le cockpit les supports du dodger, en fait son squelette car les panneaux sont rentrés dans la cabine… Et  protégé la toile arrière avec des oreillers, et installé des défenses et les bouées de sauvetage pour remplir un espace  derrière le patatras afin d’éviter que la neige s’accumule dans ce renfoncement de la toile et quelle l’écrase! Puis, l’hivernisation du moteur. On voulait faire de même avec le désalinateur, mais 20:08 fut l’heure de Cendrillon pour Claude!

France et Claude

winterfr

English web translation here

10 Septembre 2015 Nyksund, Vesterålen 68°59.7′N 015°01′E

20.10mn 1420.12mn (2015-2), 1849.20mn (total 201

Capture

08:53 Nous sommes en route vers Nyksund ou Stø, à une vingtaine de milles nautiques au nord, le premier étant un village historique, déserté et reconstruit maison par maison par des jeunes en provenance de plusieurs pays européens. Il fait pas mal plus beau qu’hier, il vente beaucoup moins, 12-14 noeuds du sud-ouest, sur une mer plus calme, une houle de 1.5-2 mètres. Et il ne pleut pas! Les nombreuses montagnes à perte de vue des îles Vesterålen sont magnifiques ce matin, sous les nuages déchirés et percés par de multiples rayons de soleil  timide!

image4
Magnifique panorama montagneux sous un ciel nuageux percé de timides rayons de soleil.

10:36 Le soleil tente de se pointer le nez par brèves, trop brèves périodes de quelques 30 secondes à la fois, seulement quelquefois par heure! Pas assez pour nous réchauffer longtemps! Juste l’espoir! Deux minutes ce coup-ci! Et nous sommes entourés de montagnes, sur 360°!

14:02 Nous sommes au soleil dans le cockpit pour manger notre lunch, amarrés à un quai à deux étages, à Nyksund, petit village abandonné en train de se reconstruire tranquillement… En arrivant, nous n’étions pas certains de passer sous les fils électriques, mais oui! Puis, il fallut se trouver un quai dans cette longue avenue de maisons abandonnées aux quais précaires! Nous avons jeté notre dévolu sur un quai de bois plus jeune, à deux étages! Et nous avons placé le mât entre deux maisons car celles-ci s’avancent jusqu’au bord du quai! Allure western de façades de saloon! Ocre, vert olive, violet, rouge… Sur un ciel bleu! Enfin! Très pittoresque endroit, où quelques touristes se promènent encore! Et nous y avons rencontré un monsieur mangeant son bol de soupe, assis devant sa porte. Tout le quai lui appartient! Il l’a tout refait, deux étages, de beau bois pâle neuf et il a rénové trois de ces vieilles demeures, dont un magasin d’antiquités qu’il nous a fait visiter. Très intéressant, ce monsieur est un ingénieur mécanique qui a travaillé sur des cargos jusqu’au Canada. Né ici, il vit à Oslo mais vient en avion pour passer l’été pour la saison touristique et retourne à sa business d’informatique l’hiver venu! Il raconte que la reine et le roi de Norvège viennent annuellement ici en bateau et la reine lui achète des broderies! Moi, je lui ai acheté un petit Shooters souvenir de Whitehorse, un whisky de Glasgow! Et je lui ai donné une petite bouteille de sirop d’érable en guise de remerciement pour nous prêter son quai, comme il est convenu selon notre guide de donner une bouteille de vin que je n’ai pas! Il expliquait que l’allure américaine des bâtiments était effectivement inspiré des norvégiens d’ici revenus de l’ouest américain dans les années 1937… Le village s’est vidé en 1972 et dans les années ’80-90 des jeunes allemands sont arrivés et ont commencé à rénover des maisons, une à une.
image5
Andrée Anne Rachel à son quai à deux étages et vue sur des façades western!

Bon on va se promener!

16:23 Longue promenade jusqu’à la Trail de demain! Un long sentier de 15 km, Dronningrutta, The Queen’s Route, un trajet en boucle entre Nyksund et Stø, autre petit village de pêcheurs plus au nord sur la côte. Une partie au haut de la montagne, la Finngamheia, le plus haut point à 480 mètres, fut anciennement habitée par une communauté Same en 1600, et l’autre partie, le long de la côte.

6
On voit mieux le quai à deux étages!

7
Le phare typique de la Norvège, style nain de jardin!

22:15 On vient de terminer la vaisselle… Souper préparé à partir de 21:00 après moultes travaux dans le bateau!

Le moteur n’arrêtait plus, donc il fallait nettoyer le bidule dans la chambre des moteurs! As usual! En inspectant le moteur, en passant, Claude découvre qu’encore, de l’huile de transmission coulait … Même job qu’avec Phil en juin à refaire! Quel découragement! Et d’abord trouver le fameux outil! Perdu au fond de la cabine arrière! Tout vider, tout, tout, tout, même les matelas… Ce faisant, oups, je note que les draps sont tout mouillés par la condensation en plus! Finalement, après avoir cherché partout, sous le lit, dans la table à cartes, dans les coffres à outils, Claude trouve enfin son fameux outil créé par un mécanicien du Canal Crinan, juste pour la pièce de la transmission! Et c’était sous le matelas! Après avoir vidé au moins trois fois la fameuse boite bleue sans la trouver, et s’être découragé bien plus de fois encore, il l’a finalement trouvée! Et utilisée! Mais, un autre problème surgit! L’une des quatre vis spéciales qui retiennent le manchon sur l’arbre d’hélice, manchon pensé par John Belben, notre ange mécanicien du Labrador et créé à sa demande par un autre mécanicien de Terre-Neuve en 2012 lors de notre panne en traversant vers le Groenland,… Donc, l’une de ces quatre vis n’avait pratiquement plus de filets! Et c’est une vis dont on n’avait pas de rechange! Une vis qui se visse de l’intérieur, style Allen Nut… Ooooh… Alors Claude a patenté quelquechose, qui l’empêchera de dormir pendant les prochaines nuits! Une longue vis ordinaire avec deux boulons lock nut pour pouvoir la visser quand même! On verra! Il a travaillé jusqu’à 21:00, la tête en bas derrière le moteur,  les pieds tenus fort par moi, comme il avait tenu les pieds de Phil en juin!

Puis, va jouer dehors! Je remets le bateau en ordre! Et faire le souper. Morue délicieuse. Et restant de petite brioche à la vanille trempée dans du sirop d’érable, encore! Les réserves commencent à s’épuiser, d’ancrage en ancrage! Ou petit village…

Vendredi 11 septembre 2015 Nyksund, encore.

Longue randonnée à pied de 20 km aujourd’hui, partant de Nyksund en direction de Stø via les montagnes et retour par la côte. Très belle température, magnifique ciel bleu, paysages merveilleux, des sommets plats verdoyants parsemés de roches ou bien très pointus et sombres.

Beau soleil en haut mais très bas en même temps! Nos ombres s’allongent même vers 11:00 du matin comme s’il était 16:00 chez nous! Claude de répondre: “Et bientôt il ne se lèvera plus!” C’est vrai, l’hiver est aux portes de la Norvège, avec ses nuits éternelles pendant deux mois, décembre et janvier…

Nous avons passé 5 sommets, et avons mangé au dernier, d’une hauteur de 450 mètres.

A partir du premier sommet, nous pouvions observer de grands champs de neige au loin, qui prennent l’allure des chutes Niagara entre deux montagnes! Plus ça ira, plus ils envahiront le ciel sous nous, depuis la mer, à la hauteur où nous sommes.

image1
Nuages d’allure chutes Niagara!

Du dernier sommet, nous avions une vue extraordinaire sur la grande île d’Andoya. De longs rubans nuageux enlacent la base des montagnes toutes alignées au loin, au bout de la mer! En les transformant  en îles montagneuses dans une mer laiteuse!

image2
Montagnes au loin enrubannées de nuages

À nos pieds, un voile translucide monte sur la montagne qui cache Stø, le petit village devant moi, puis devenant plus long et plus opaque, l’enserre tel un foulard de laine blanc avant de l’emmitoufler complètement comme un manteau d’hermine, dont seule la cime émerge! Et on ne voit plus très bien les maisons, camouflées par les bandes de brouillard qui passent rapidement devant nos yeux, formant même à une occasion un arc-en-ciel rond, phénomène que je n’avais jamais vu auparavant!

image3
Et voici le foulard de nuage qui deviendra bientôt le manteau de la montagne en haut de Stø

Nous descendons donc vers Stø, l’autre extrémité du sentier, qui se trouve envahi progressivement par les nuages depuis que nous l’avons aperçu bien ensoleillé à partir des hauteurs…

image4
En descendant vers Stø, sous les nuages

Stø est aussi, comme Nyksund, un peu, un village fantôme mais fantôme juste l’hiver, déjà débuté on dirait ici, par la fermeture de tous les commerces, resto, aventure, magasins de souvenirs, chambres à louer… Le port est immense, comparé à Nyksund, rempli de petits bateaux moteur et de pêcheurs, colorés de rouge, jaune, bleu royal et blanc; les maisons, coquettes et bien entretenues, comme leur petit parterre, mais tout semble vide! Par contre, les activités de pêche sont encore en cours, contrairement à Nyksund, qui a vraiment l’air d’un village fantôme du Far West américain!

Nous reprenons, sous les nuages, le chemin du retour vers Nyksund par la Trail le long de la côte…

Nous devons sauter de roche en roche, sur le sentier boueux par endroit… Des planches tentent de pallier aux roches manquantes par bouts, avec un certain succès, mais il faudrait plus de planches et plus loin, plus souvent!

image5
Le sentier du côté  de la mer, retour vers Nyksund

Et en remontant à travers les bouleaux trapus et crochis par les rigoureux vents de la mer, après les derniers 200 mètres en hauteur qui nous séparent du croisement avec le sentier initial venant de Nyksund où nous retournons, nous traversons la couverture nuageuse pour retrouver là-haut un ciel encore bleu où s’accroche un soleil blafard mais tout de même présent, qui avait disparu lors de notre descente à Stø!

De retour au bateau, il est 18:15, finalement, après neuf heures de marche! Il fallait vingt minutes pour se rendre au sentier, en plus! Et en revenir! Vivement, changement de la bonbonne de propane, morte ce matin pendant les rôties, puis faire le souper, pendant que le moteur fonctionne et que l’eau de la douche se réchauffe, comme le bateau grâce à notre merveilleux système de chauffage qui daigne bien fonctionner ces temps-ci! Chut! Pas trop fort!  Après souper, douche et lavage de nos vêtements, puis de la vaisselle! Et dodo!

12 Septembre 2015 Andenes 69°19′N 016°08′E  

36.94mn, 1457.06mn (2015-2), 1886.14mn (total 2015) QPL

Nous sommes partis à 9:30 de notre beau quai à deux étages, après un bon déjeuner aux crêpes et sirop d’érable. La suite fut moins délicieuse… Vent et vagues de face pour ôter et ranger planches, défenses et amarres… Houle de 1.5 mètres et finalement un vent arrière de 15-21 noeuds du sud-ouest.

image1
Départ de Nyksund, passant à côté de récifs pas très engageants, même munis de trois barres de fer prêtes à empaler tout intrus trop entreprenant!

image2
Autre vision d’écume sur ces mêmes récifs

10:42 Nous passons le 69ème degré de latitude Nord… Tromsø est à 69°42′N… Nous passons Stø, le bout de notre randonnée d’hier.

12:05 Nous venons d’aller réparer la grand-voile sur le pont, tous les deux, en route, heureusement par vent arrière, bien attachés tous deux par nos harnais et munis de nos ceintures de flottaison. Nous avons remplacé une corde toute effilochée qui retenait le bas de la grand-voile dans la bôme… Nous avons les doigts gelés et le nez qui coule! Espérons que la mince cordelette utilisée fera l’affaire temporairement.

13:05 Claude se couche! Il fait frisquet dans le cockpit. Et le roulis nous endort. La mer n’est pas si agitée, il vente à 13 ou 14 noeuds de l’Ouest Sud-Ouest, donc au vent arrière pour nous. Peu de récifs car nous sommes pas mal au large, mais pas de baleine non plus, dans ces eaux pourtant renommées pour l’abondance de ces cétacés. Elles sont parties avec les touristes dans le sud! Même le soleil vient de nous déserter. Pas très chaud qu’il était, mais tout de même, il faisait une différence appréciable!

17:27 Nous sommes amarrés à un quai de plaisanciers au fond du port le plus compliqué que nous ayons vu à vie! Approche très, très compliquée à partir de la mer, serpentant entre de multiples récifs et  hauts-fonds marqués de longs poteaux… Et même dans le port! Incroyable! Finalement, tout au fond de ce grand port de pêche placardé de longs murs pour pêcheurs et cargos, nous avons trouvé quelques quais de plaisanciers, dont deux ou trois places libres. Un pêcheur en promenade avec sa fille est venu nous aider à nous coincer entre un bateau de pêche et un tout petit bateau moteur.

image3
Notre quai à Andenes, le point le plus au nord des îles Vesterålen

En soirée, bonne épicerie faite, même si je n’ai pas trouvé de croûtons pour ma salade… Puis souper salade et ensuite, encore le moteur! Vérification des fameuses vis sur le manchon de l’arbre d’hélice et renforcement à l’aide de trois collets d’acier inoxydable. Bonne nuit!

13 Septembre 2015 Gryllefjord, Senja W Coast, 69°22′N 017°10′E

23.60mn, 1480.66mn (2015-2), 1909.74mn (total 2015) QPL

10:47 Nous sommes en route depuis une heure environ, par temps calme, vent de 6 à 7 noeuds du sud sud-ouest, arrière, houle minimale, super! Ciel gris pâle, strié de diverses teintes de blanc jusqu’au jaune pâle, de belles bandes nuageuses au pied des montagnes bleues au loin.

image1
Après notre petit déjeuner aux restes de crêpes d’hier, nous sommes allés marcher jusqu’au joli phare de la couleur de celui de Jupiter, Florida! Un beau rouge vin vieillot, avec de jolies fenêtres superposées au dessus d’une porte ornée d’un écusson où l’année 1856 est inscrite. Et la crête déchiquetée des montagnes lointaines ressemblaient aux nombreuses dents d’une scie, pointues et alignées sur deux rangées!

image2
Charmant petite ville d’Andenes

image3
Le beau phare d’Andenes, 1856

15:46 Nous sommes maintenant amarrés à un beau quai de plaisanciers, vide de plaisanciers mais très occupé par des mouettes et leurs toilettes! Malheureusement mal entretenues, ce sont pourtant de superbes infrastructures: le manque de taquet ou les vents forts ont fait en sorte que les petits quais attenants sont arrachés, ainsi que les planches tout au long. L’eau miroir reflète les superbes montagnes qui ressemblent beaucoup aux pics dégarnis de l’Islande, des murs de gravois descendant en avalanches le long des pentes très abruptes.

image4
Quai très sale de Gryllefjord et les montagnes rocailleuses

image5
Le beau port de Gryllefjord

19:21 Fini ma toile! Ce soir nous souperons dans la salle à dîner côté toile… Toile pliée sur l’asphalte de la jetée, découverte de quelques déchirures que j’ai réparées pendant 2 heures avant de la serrer définitivement dans notre cabine arrière… On y trouve toujours de la place! Et nous avons retrouvé notre belle salle à dîner! La table ouvrira à nouveau!

France et Claude

Boathouse Blog is proudly powered by WordPress and the Theme Adventure by Eric Schwarz
Entries (RSS) and Comments (RSS).

Boathouse Blog

Boathouse blog