Dimanche 22 Juin 2014 Kinsale 51,40’N 008,30’W 54.1 mn QPL

13:33 Soleil et marsouins ce matin! Une bande d’au moins huit marsouins nous ont accompagnés pendant au moins une heure, galopant sur le flots, coupant le devant du bateau, sautant, plongeant, se dédoublant ou même en se triplant en jaillissant de l’eau collés les uns aux autres! Très sympas! À partir du bout du boutehors tout en avant du bateau, au dessus de leau, j’ai pris plusieurs photos et vidéos, mais plus ou moins bons!

————————————


Andree Anne Rachel 2014: Soleil et marsouins ce… by Boathouse_ca

———————–

image

image1

image2

image3

image4

20:50 Nous sommes arrivés à Kinsale, toujours sur la côte sud irlandaise… Mais ce soir, dans une énorme marina, Kinsale Yacht Club et nous sommes à l’épaule d’un bateau canadien de Montréal, Voilà, appartenant à des gens de Saint-Bruno qui demeurent maintenant dans leur bateau depuis août 2013… Ils sont arrivés en Irlande après avoir traversé depuis les Bermudas, puis les Acores… Ils partent dans deux heures et nous prendrons leur place au quai…
image6La vieille ville de Kinsale
image7Le fort Charles datant de 1672
 
Lundi 23 juin Toujours à Kinsale
image8Visite à vélo de Kinsale 31km
image9Beau beau temps
image10Super belle piste cyclable pour se rendre au Fort Charles
image11French Prison
image12La rue pour se rendre à la French Prison
image14
image1`3Quelques églises et caveaux dignes d’Indiana Jones
image15Magasinage dans le vieux Kinsale super!  Trouvé plusieurs cadeaux de fête et de remerciements variés!

——————-

Mardi 24 juin Crosshaven RCYC  51*48.8′N 008*16.8′W 18.80 mn QPL

Beau temps encore aujourd’hui… Arrivés à Crosshaven, tout près de Cork, au Royal Cork Yacht Club, le plus vieux club de voile au monde qui a été fondé en 1720… Un superbe héron gris, ressemblant au grand héron bleu de chez nous, était posté sur un pilier du quai… J’ai pu prendre de très belles photos, mais avec la caméra, pas mon iPad qui ne peut pas bien zoomer…

 image16

 

image17Photo du héron gris agrandie à son Max!

Le matin, nous étions partis à 12:20 de Kinsale  après Internet et diverses conversations et visites avec deux autres bateaux, dont l écossais Haersa avec Christine et Angus, très gentils qui nous ont invités à prendre leur mouillage à Plockton en Ecosse, tout près de l’île de Skye…

Et aussi le norvégien qui nous a laissés sa carte pour des infos sur les marinas en Norvège , ce sera Stavanger ou Bergen…

En route, j’ai préparé mes notes pour retrouver tous  mes itinéraires depuis le labrador 2012 pour un ami de Vickie du Nokomis, voilier rencontré aux Féroé en 2013 à Tórshavn…

Comme Yahoo m’a bloquée, je ne retrouvais plus celui de 2012 mais heureusement Michel, en bon aide de camp, avait tout gardé et m’a renvoyé mon journal et mon itinéraire 2012… Wow! Merci! Un chum, c’est un chum!

À Crosshaven nous avons pu faire une petite épicerie à pied non loin du club, juste après avoir rencontré à une cantine Fips And Chish une famille de Cork à côté de laquelle nous avions soupé la veille au resto à Kinsale… Un autre Fish And Chips mais qui s’appelait vraiment Resto Fish And Chips… Le monde est quand même petit! Nous sommes retournés vers le voilier en empruntant des rues anciennes, plus en hauteur…superbe soirée! Puis, nous avons fait le tour des quais… Un gros voilier canadien de Lunemberg, Nouvelle Ecosse était arrivé plus tôt. Cela fait plusieurs voiliers canadiens que nous voyons récemment, même plus que les américains je crois! En tout cas, nous les rattrapons en nombre!

image18Royal Cork Yacht Club

image19Une éolienne sort du décor au centre, derrière la colline entre les arbres, sur un ciel dramatiquement foncé

image20Une rampe d’escalier sur un mur bien décoré!

image21Un clocher d’église bien spécial, n’est-ce pas, Amélie?

image22Des toits fleuris! Et quelques cheminées!

Mercredi 25 juin 2014 Toujours à Crosshaven
 
Journée de visite! Nous nous sommes rendus en vélo à Cork à une trentaine de km de Crosshaven… Nuages mais quand même assez confortable, même en sandales et shorts… Le soleil semble vouloir laisser place à des jours plus gris et mouillés… Très belle piste cyclable au départ de Crosshaven jusqu’à Carrigaline sur 7 km puis la grand’route, la N28 pr 13 km… La N28 semblait sécuritaire au début, avec bon accotement, mais graduellement ce dernier s’est aminci considérablement, frôlant les haies de ronces! Il fallait choisir entre les ronces ou les autos! Et la ligne jaune surélevée était en plus ponctuée de réflecteurs eux aussi surélevés, constituant d’autres obstacles à éviter! Ouf! Vivement de sortir d’ici! Après plusieurs km, ns avons pu sortir à une entrée(sic)! Et passer par des rues normales au lieu de cette autoroute qu’était devenue notre N28 à 100km/h… Douglas, puis Cork… Nous avons d’abord tourné passablement en rond autour du quartier où devait être le Tourist Information, finalement trouvé sur Grand Parade… Pas mal de temps plus tard, j’ai réussi à obtenir des infos sur des portions de pistes cyclables, mais réellement par bribes car les dames n’en avaient pas trop d’idée! Pleines de bonne volonté toutefois, elles m’ont fait des photocopies de toutes sortes de cartes et Claude s’est débrouillé avec cela pour nous concocter un retour plus sécuritaire… Nous avons effectivement trouvé une autre piste cyclable et d’autres routes qui allongeaient considérablement notre chemin mais aussi notre vie! Pas si pressés de mourir devant une auto à plus de 100 km/h! 
 
Nous avons visité le English Market, superbe lieu si vous rentrez par une autre porte que celle des poissonniers! Nous nous y sommes trouvés de délicieux cornets de crème glacée, mangés sur un banc de Grand Parade, à la musique de plusieurs films, dont Indiana Jones! Puis nous avons visité le vieux Cork et ses rues étroites, bordées de maisons colorées, pubs, églises, escaliers rejoignant différents quartiers… J’ai aussi réussi à nous acheter le guide Michelin vert de l’Irlande! Il était temps! Pas trouvable au Québec maintenant, les Michelin et aucun sur la moitié de notre trajet irlandais! Nous avions perdu le nôtre en Irlande du Nord en 1996 sur un banc lors d’une visite près de Giant’s Caseway!
image23English Market
image24 Un pont et sa berge bien décorée de verdure…
image25Cathédrale protestante de St-Fin Barre, à Cork
image26Ses portes richement décorées
image27L’église de Ste Anne (Shandon) où les touristes peuvent faire sonner les cloches sur des airs connus!
Nous avons donc finalement fait 56 km de vélo aujourd’hui dont entre 5 et 10 km pour moi sur un guidon cassé au retour, et qui a finalement rendu l’âme complètement à  une vingtaine de km du yacht club, d’où la nécessité d’appeler un taxi, d’autant plus qu’il était tard, passé 20:30… En effet sur nos vélos pliants, le guidon est fixé à une potence articulée afin de pouvoir se replier sur elle même. Celle de Claude avait commencé il y a deux ou trois ans à montrer des signes de défaillance, bougeant sans cesse d’avant en arrière. Au salon nautique de Montréal au printemps 2013 nous avions vu un autre style de potence sur un vélo pliable fait par la même compagnie, Dahon. Le représentant du magasin qui exposait nous a expliqué qu’il y avait en effet un rappel sur nos potences et qu’on avait juste à rapporter nos vélos pour qu’ils les changent gratuitement! Super mais oups, les vélos étaient déjà en Islande… Après plusieurs tractations, il fut possible d’en acheter deux nouvelles, les apporter en Islande, prendre des photos des numéros de série et des vélos, un bout de vidéo de nous avec les vélos et rapporter le tout au magasin de Montréal pour se faire rembourser, ce que j ai réussi à faire en juin 2013 finalement. Nous n’avons changé la potence de Claude que ce printemps quand fut définitivement cassé l’un des deux piliers de la potence… Mon vélo commençait juste à bouger un peu lui aussi, alors on n’a rien changé. Mais depuis quelques semaines, les vilaines côtes très pentues à monter en tirant sur le guidon ainsi que les routes cahoteuses dans les champs irlandais ont eu raison de ma potence! Elle commençait hier à cliqueter sans cesse et bougeait de plus en plus, mais après une chute bien stupide en m’accrochant dans le sac arrière de Claude que je suivais de trop près sur une belle piste cyclable le long de l’eau. Vlan! Je me relève et la potence est pliée à l’articulation… Un pilier est cassé… Je la refixe et elle tient le coup pendant un bon 5-10 km, en poussant vers l’avant continuellement! Ça me donne des tunnels carpiens carabinés aux deux mains, totalement engourdies! On va souper sur une table de piquenique à un petit pub charmant sur le bord de la route, et finalement on doit y rentrer, car la pluie arrive après huit jours secs! Très beau décor dans ce vieux pub tenu par une dame charmante qui nous a concocté de succulents repas. Reprenant la route, avec  précaution toujours, je pousse sur mon guidon vers l’avant pour le garder déplié, et rendus à la N28, je remonte à pied une petite côte pour ne pas abîmer plus mon guidon, et en remontant sur le vélo, toujours sur le trottoir, juste avant d’embarquer sur la N28, je tombe en pleine face par dessus mon guidon qui a plié par en avant au lieu de vers moi!… Le guidon me reste dans les mains avec la potence qui ne tient plus sur la roue avant, complètement libre de toute direction! Il n’est accroché que par les fils de freins et de vitesses! Donc rien! Je patente donc un sac pour le faire tenir après mon siège et j’avance donc en marchant, pliée sur ma roue avant pour la diriger! Une chance que ce n’est pas arrivé sur la N28, grosse route passante à 100km/h que nous avions empruntée plus longuement ce matin, sur 10 km environ! 
J’aurais pu tomber devant une auto! Ouf! Rien de cassé! Pour moi, je veux dire! Nous avons donc marché à côté de nos vélos un petit bout sur la route pour rejoindre une industrie, fermée bien entendu à cette heure tardive, mais dont le proprio, on pense, lavait ses deux belles motos et son véhicule à l’extérieur à l’arrière! Il nous a appelé un taxi et nous sommes revenus au yacht club où Claude a changé ma potence… Puis bonne douche!
image28Charmant petit pub entre Monkstown et Ringaskiddy
image29On voit ici l’articulation normale de la potence sur le vélo de Claude, et on voit les deux branches qui ont cassé complètement sur mon vélo, me laissant le guidon et la potence dans les mains, ne tenant que par les fils de freins et de vitesse, rendus bien inutiles!
image30Mon vélo et son guidon en pleine forme avant le bris! Le bris est à la jonction du gris et du bleu à la roue avant…
26 Juin Great Saltee 52*07′N 006*36′W 76.40 mn A

Journée misérable…Pluie pour débuter et temps frais, adieu sandales et shorts… Même le dos de mon polar a été aspergé par une vague insolente lavant le pont et s’introduisant sous le Dodger alors que je sortais avec le dîner, des chips que je voulais surtout garder sèches!  Vents de face autour de 17 noeuds au début tombant en après-midi à 12-13 mais le mal était fait Grosse mer avec vagues de face et de deux mètres de haut… Je dé-tes-te! Mal au cœur garanti!  Perdu ma journée! Même si je suis sortie du lit à 5:00 ce matin pour lever l’ancre,  j’ai dormi ou sommeillé toute la journée, terrassée par le mal de cœur et la somnolence.  Mieux après douze à treize heures de route, c’est long longtemps! Il est maintenant 18:50. Et j’écris sur mon iPad seulement depuis 15 minutes environ…Ce matin, déjeuner aux croissants et yogourt et fromage, pas d œuf ni de café …

Dîner chips et carottes, collations de clémentine et pomme. Et le souper ce sera à l’ancre vers 21:00 à Great Saltee au sud de notre destination première, Kilmore Quay. Trop tard et inutile d’aller dans une marina pour repartir avant l’aurore!

Vendredi 27 juin 2014  Dún Laoghaire    53,18’N 006’07’W 88.7 mn QPL  


10:00 Aaaahhhh! Je me sens revivre! Enfin je peux écrire en roulant! Même si les conditions étaient bonnes ce matin, je n’étais pas encore revenue dans mon assiette! Hier, l’assiette à été trop brassée. 
Ce matin nous nous sommes levés encore plus tôt, et je dois dire que je n’ai pas trop bien récupéré! Le roulis intense par moments, même si brefs, style dizaine de mouvements bruyants des défenses roulant sur le pont, me réveillaient… Le seul point positif dans l’affaire est que je me disais :”ah! Il est juste 01:00 am ou 1:30 am ou 2:00 am, il n’est pas. Encore 04:30! Je peux encore dormir! Et je me rendormais, mais pas longtemps…
image31Lever de soleil derrière la côté irlandaise…
image32
Et au large, beau ciel coloré par le lever de soleil…On aperçoit à droite Great Saltee que nous laissons derrière nous, nous faufilant entre les Great et Little Saltee…
Donc après le lever à 04:30 et le désancrage, les photos du lever de soleil (le seul avantage direct de se lever si tôt, à part éviter les marées”), puis le déjeuner et la vaisselle, j’ai pu faire un peu de lecture sur le meilleur chemin à prendre entre le passage intérieur ou la mer à partir de la pointe sud jusqu’à Arklow car la côte est bordée de bancs de sable presque jusqu’à  Dublin! On dirait le Cap Hatterras le long de la Caroline du Nord! Aussi j’ai pu apporter les corrections d’édition dans le “Cruising guide to Ireland, North And East, Sailing Directions”… C’est fou comment en cinq ans ils changent la localisation  de bouées, leurs lumières, portance et fréquence de scintillement! Il faut être à date!
Puis! Dodo! Encore, vous me direz, surtout Claude, le pauvre! Hier il était essentiel que ce soit lui à la barre, car les vents forts changeaient souvent, au près serré,  les voiles faisaient des caprices dans cette grosse mer houleuse et le bateau cognait! Belles conditions, vraiment! Alors il a fait un bon seize heures, entrecoupé de très brefs remplacements par moi… Alors là, pour qu’il dorme, je viens de prendre la barre et mon IPad! Yeeeesssss! Petite mer calme, de petites vagues quand même, vent stable de 10 noeuds, au grand largue, pas de pluie, bonne visibilité… Claude a décidé de rester en mer plutôt que de prendre le passage intérieur plus risqué en raison d’un fort courant de marée contraire à nous… Nous n’avancerions pas beaucoup! De plus, au lieu de nous rendre à Arklow aujourd’hui, vu que les conditions sont bonnes et qu’elles se dégraderont demain au point de ne pas pouvoir voguer, nous continuerons donc jusqu’à Dún Laoghaire. Ce sera notre point de chute pour visiter en auto la partie sud de l’Irlande, car il sera plus facile de louer une auto à Dún Laoghaire, à partir même du port je crois au lieu d’une distance de fou comme c’était le cas à Kinsale ou Crosshaven… Nous sauverons donc une journée en plus! Il y a longtemps que nous avions rattrapé notre retard du début, mais récemment, au lieu du quatre jours d’avance gagné, nous avions réduit cette avance à deux jours… Plus sécuritaire d’avoir des jours de plus, surtout en voilier!
image33
image34
image35
Plein d’éoliennes au large, plantées sur les bancs de sable! Très ingénieux…
Et voici le ciel nuageux magnifique qui s’installe juste avant la pluie, qui arrive à gauche…
image36
20:20 Nous sommes arrivés à Dun Laoghaire en plein milieu d’une course de petits dériveurs de plusieurs classes! Il y en avait partout autour de nuis et nous devions les éviter et surtout ne pas nuire à leur circuit! Pas évident! Nous avons vu Frida à un autre quai non loin ainsi que le gros voilier de 120 pieds que l’on avait aperçu du haut de notre montagne dans des îles il y a quelques semaines! Un géant! Hâte d’aller traîner le “yeuter” sur le quai! Nous resterons quelques jours  ici…
Ciao
France & Claude

English translation here

Notre fameuse échelle avant la nuit venteuse!

V 13/09 Matinée de travaux divers: fibre de verre dans la cale, imperméabilisation des panneaux du dodger et couture de velcro arraché, lavage, valises… Puis la liberté en auto! Vers Glasgow, beaux paysages de campagne anglaise sous la pluie, eh oui, malgré une matinée ensoleillée… Puis le centre ville hyper mélangeant de Glasgow… Très difficiles de s’y orienter… Les rues changent de nom, les numéros de route aussi!

Finalement, après le cinéma au Quay, “About Time”, le retour fut plus facile via les grandes autoroutes, même à la noirceur et des phares mal ajustés, myopes, qui n’éclairent le sol qu’à cinquante pieds!

S 14/09 Ce matin, remise en place des panneaux du dodger, ien imperméabilisé, vernissage du plancher du cockpit, toujours dans le nouvel atelier de Claude, sur le pont avant sous la toile! Moi, j’ai terminé de vider les armoires de cuisine…et commencé à jeter les sacs mouillés de glace fondue du frigo… Et nous sommes partis déjeuner au Scott’s, en haut du club… Délicieuses gaufres avec bacon nourrissant pour moi et copieux déjeuner anglais pour Claude, à une table très bien placée en terrasse (fermée, on s’entend!) avec une vue magnifique de la forêt de hauts mâts sur fond bleu azur, le ciel sans nuage! Nous en avons profité pour faire une promenade sur les quais et aller voir ADA, le voilier français acheté à Ushuaia par Isabelle Autissier, une “légende” comme je l’ai appris hier sur le blogue de Sarah rencontré aux Shetland à Lerwick… Nous ne nous doutions pas qu’aux Iles Féroé, cette grande dame qui est venue nous voir sur le quai de Torshavn était cette extraordinaire coureuse des mers! Elle a fait des courses en solitaire, deux fois autour du monde! Archi-connue pour ses exploits de navigatrice, elle est toutefois très discrète! On a jasé avec elle plusieurs fois, dans son voilier à Torshavn, aux écluses du Canal Calédonien (avant et après!)… Lu sur internet hier: “During a decade of competitive marathon sailing, Isabelle Autissier demonstrated nearly supernatural sailing prowess and unmitigated bad luck. She is the first woman to sail around the world alone and she piloted a yacht from New York to San Francisco by way of Cape Horn in world-record time. She also capsized and barely eluded death—twice—in violent, remote seas near Antarctica. Autissier retired from the sport as a national heroine in her native France and is widely regarded as the best woman ocean racer ever. “When you get down to it,” Cruising World magazine concluded, “there is no one else on the planet like Isabelle Autissier.” Mais elle avait déjà quitté son bateau, le laissant comme nous à Troon Yacht Heaven pour l’hiver mais dans l’eau.

Puis, en auto, avec le toit ouvrant ouvert sur un beau ciel bleu pour tout l’après-midi, nous avons longé la côte ouest jusqu’à Port Glasgow, via la A78, route côtière panoramique vers Greenock, arrêtant d’abord à Largs Yacht Haven, du même groupe que notre marina, mais en plus gros encore! Plein de beaux magasins de voile, de plongée, de moteurs, de services divers pour bateaux (gréements, entre autres…) et deux beaux restos (encore le Scott’s et un plus petit, genre terrasse avec un déli jumelé)… Et une foule dense de spectateurs pour une traversée à la nage entre Largs et l’île d’en face, Great Cumbrae… Chaque nageur, en dry suit, était accompagné d’un kayak et suivait des bouées rondes jaunes comme balises… Image très colorée, et la foule amassée sur la rive… Les petites filles en rose, les garçons courant d’une roche à l’autre avec leurs fusils à eau…

 

Puis nous nous sommes rendus à un beau monument médiéval, une haute et mince tour, munie d’une porte haut perchée, surmontée d’une petite fenêtre près du sommet pointu… Comme la tour de la princesse dans les contes de mon enfance! Mais ce monument différent a été érigé en mémoire de la bataille de 1265.

Tout le long de la promenade, long sentier sinueux d’asphalte, bordé d’une antique rampe de fer forgé noir, roulaient des enfants en trottinette ou en tricycle, de rares vélos pourtant… Et bordé de framboisiers gorgés de fruits mûrs, de délicieuses framboises noires que nous semblons les seuls à déguster… Est-ce mal vu ou réservé aux oiseaux?

Au bout, de belles villas au bord de l’eau, avec grande fenestration…au retour vers l’auto, nous rencontrons une Ampera noire, la Volt européenne construite par Opel… Notre seconde, on en avait vu une blanche à Vestmann Island, Islande…qui ne prenait vraiment jamais d’essence vue la grandeur de l’île à parcourir! Plus loin, sur la route, nous avons aussi aperçu une énorme Lincoln Continental des années 80, avec volant à gauche à l’américaine… Elle doit avoir du mal à passer dans certaines rues étroites ici!

Très touristique, Largs est une belle ville mélangeant toutes les époques à travers les styles architecturaux: médiéval, Tudor, queen anne, victorien, l’ère industrielle de 1900, et heureusement rarement d’hypermoderne. Nous avons l’impression de rouler sur la Côte d’Azur, avec ses maisons blanches aux toits de tuile orangées, palmiers (en fait des Yucca je crois), des cactus et vue sur la baie peuplée de voiliers, ici et là au mouillage, plein de bouées de toutes les couleurs, sur un fond de superbes montagnes au loin… Des maisons ancestrales, des manoirs, des mini châteaux, montrent leurs tourelles, balcons, fenêtres décorées de vitraux ou de carreaux en losange, lucarnes surmontées de mini girouettes en dentelle de fer forgé, et au-dessus des toits s’élèvent tant de cheminées, certaines ont même de six à dix tuyaux alignés! Même les antennes satellites, quelquefois nombreuses, ont adopté la couleur sable foncé des murs et leur vieil âge, on dirait! La pierre omniprésente assure un charme vieillot aux rues ainsi que des plantes: des jardinières remplies de fleurs en cascade sont suspendues aux murs ou lampadaires, des jardins, une végétation luxuriante retenue par des murets de pierres assemblées avec du vieux mortier et couvertes de mousse, des haies de rosiers arbustifs, des buissons d’hydrangées mauves, du lierre.Au loin, des forêts de conifères sont serties de champs d’un vert éclatant! Et le long de la côte, des arbres sculptés par les vents forts du large semblent grimper les collines de guingois! Des bonsaï naturels! Et du gaélique, la vieille langue écossaise, que l’on voit inscrite de temps à autre sur des pancartes de route même!

15 septembre Troon yacht haven

Ouf! Il a venté terriblement cette nuit! Et il pleut ce matin! Super pour sortir du bateau à 20 pieds dans les airs, et une échelle qui, ayant glissé dangereusement le long du bateau vers l’arrière, et vers le bas surtout, ne tenait plus que par quelques brindilles restant de l’élastique effiloché, l’autre ayant disparu! Prochaine fois, de vraies cordes au lieu de deux bungees! Retour facile vers l’aéroport de Glasgow cette fois pour rapporter lmauto et prendre le premier de nos trois avions vers Reykjavik, New York et enfin, Montréal.

20 septembre 2013… Mirabel depuis le 15 septembre minuit, évaluation fait le lundi 16 très tôt!

Voila! Fini ce legs de notre périple en voilier pour cette année! On retournera fin mai pour six semaines puis mi juillet pour la seconde partie de six semaines encore jusqu’à la fin septembre 2014 pour probablement se rendre en Norvège… On verra!

France & Claude

Glasgow

 

 

Vue depuis la plus haute falaise maritime d'Europe, Enniberg, 841m, sur l'Ile Vidoy, Iles Féroé Nuit dans notre tente le 16 août 2013 au sommet.

D 11/08 “
Journée de repos à Seydisfjordur, sous la pluie par contre! Levés à 11:00, nous avons déjeuné crêpes et sirop d’érable canadien! Puis, nous sommes partis faire l’épicerie, ouverte aujourd’hui dimanche de midi jusqu’à 16:00… Puis internet au terminal du ferry où un gros bateau de croisière, Delphin, de Nassau, mais plein de passagers allemands, était arrivé ce matin.  Heureusement, car l’office de tourisme ouvre alors! Puis glace à la station d’essence et quelques photos en ville… Ensuite écriture des cartes postales afin de les poster ce soir, après notre souper au resto, cheese burgers devant une montagne incroyablement belle, qui doit être dangereuse en hiver: aaaavalanches!
Puis, nous nous sommes dirigés vers l’Hôtel Aldan et son petit resto-café mignon afin d’y déguster un succulent dessert accompagné d’un crémeux cappucino! Le dessert nous a coûté beaucoup plus cher que les cheeseburger! Mais pour fêter la fin de notre périple islandais il fallait aller manger dans ce décor champêtre d’une vieille maison de bois meublée d’antiques étagères de magasin général, tout peint en blanc, aux planchers et aux meubles de pin blond,  et embaumant la bonne cuisine! L’odeur sucrée m’avait accrochée ce matin en passant devant, sur le chemin de l’épicerie!
En fin de soirée, en marchant vers Andrée Anne Rachel, nous sommes entrés dans une autre vieille maison de bois où un jeune homme tient une galerie d’art, exposant ses aquarelles ainsi que des peintures de son grand-père qui illustrait l’époque du début du siècle dans le village et le superbe fjord. Il avait même des dessins au fusain représentant un pétrolier en train de couler au port lors d’une attaque allemande en 1944. En effet, Seydisfjordur était un endroit stratégique pour les forces alliées Britanniques et Américaines. Son grand-père a fait ce croquis à partir d’une photographie qu’il avait prise lui-même petit garçon et qu’il avait conservée alors que les Britanniques avaient saisi toute autre photographie, à l’exception de deux autres!
Et la nuit tombe maintenant! Il fait vraiment sombre la nuit! C’est le premier soir que je le remarque autant! Bonne nuit!
L 12/08 En mer à minuit 64.24′N  011.46′W 80.5 milles nautiques
8:50 nous venons de régler les papiers avec la douanière. Un autre gros bateau de croisière est au quai, cette fois le Marco Polo, de Nasseau encore. Il fait un temps magnifique, un beau ciel bleu et il fait chaud! Il nous reste le diesel à acheter et justement le Maître de Port arrive à l’instant pour indiquer à Claude où aller… En fait, il part avec lui en camion! Ce maître de port mérite des félicitations: très avenant, il nous a beaucoup aidés depuis notre arrivée.
10:50 nous sommes en route depuis au moins une heure maintenant, 100 litres de diesel pour 20000 couronnes islandaises (presque 200$), désalinateur en marche pour remplir le réservoir d’eau, le fjord est calme et magnifique alors je fais du pain et des muffins, malgré mon four un peu récalcitrant!
13:24 nous sommes à voile uniquement, avec un petit vent doux de 12 noeuds , juste parfait quoiqu’au près encore! La houle est minime, des vagues d’un mètre actuellement… Je devrais en profiter pour aller faire ma vaisselle car l’évier est plein! Et la gite commence à se faire ressentir!
21:45 toujours à voile sur la même allure, au près, par petit vent de 9-10 noeuds, légère gite qui ne m’a pas empêchée de travailler mes évaluations pour le dossier électronique au bureau. Ni de faire une belle sauce rosée avec les saucisses,  les feuilles fraîches de romarin,  de l’ail et de vrais piments forts frais, tous achetés hier, ainsi que mes petites conserves de l’an dernier (tomates cerises et crème) qui ont survécu à l’hiver sur Andrée Anne Rachel, preuve que ça ne gèle pas en Islande !
Et là, il faudrait bien que je me couche, pour relever Claude après minuit!
M 13/08  En mer à minuit 62.36′N 008.34′ W 136 milles nautiques
06:11 Claude se lève! J’ai fait un petit 6 heures de nuit, voile-moteur, de 5 à 6.8 noeuds   au près serré au début puis au vent de travers, entre 9 et 12 noeuds de vent. Aucun bateau. Pas de baleine, ni de dauphin… Il fait un beau soleil ce matin mais c’était frisquet cette nuit!
A minuit, on avait fait 80.5 milles nautiques, il en restait 197 et depuis minuit on en a fait 36, il en reste maintenant 161 d’ici Feroe, et sa capitale, Torshavn.
15:05 toujours à la voile tranquille, on a pu diner salade après mon dodo du matin, de 7:00 à 11:30! Puis après diner, Claude  a tenté de dormir à nouveau, sans succès! Maintenant, cet après-midi, il fait plus frais et humide, le soleil parti se cacher derrière un plafond nuageux peu avenant… On annonce du mauvais temps pour demain matin, pluie et forts vents. Ouache! Ce serait bien d’arriver aux  Îles Féroé avant mais c’est peu probable. 165 milles nautiques faits, il nous en reste 90 au moins à parcourir avant la pointe mais un autre 30 ou 40 avant Torshavn.
20:10 bon, souper et vaisselle faits sous la gite… Toujours à voile, même allure depuis hier midi! Jour et nuit! Et le soleil est réapparu en fin d’après-midi dans un bel écrin bleu, évaporé depuis, à nouveau! Plus frisquet encore ce soir. Au lit, France! Ciao
M 14/08 FAROE ISLANDS, TORSHAVN  62.00’N 06.45’W 80 milles nautiques
13:47 288 milles nautiques à date depuis Seydisfjordur, avant-hier… Nous sommes arrivés au sud-ouest des Îles Féroé, plus particulièrement Mykinnes que nous avons longée ce matin tôt, vers 7:00, environ 2 milles au large… Claude m’avait installée à la barre vers minuit 45 après que j’aie dormi pendant presque 4 heures. Il faisait nuit noire et je voyais les premières lumières, un bateau, depuis notre départ! A part, bien sûr, le gros paquebot Marco Polo qui est sûrement déjà rendu aux Féroé à l’heure qu’il est! Au radar, que des vagues, et ces lumières qui s’éloignaient vers le nord ouest… Parfait! Puis plus rien, que des vagues et possiblement de la pluie à 5-6 milles. Puis j’ai vu apparaître la côte des Îles Féroé sur mon radar à 24 milles nautiques vers 2:00. Claude s’est levé vers 2:45 ce matin, incapable de dormir dans ce mauvais temps, grosses vagues et bon gros vent… Et il est resté à la barre jusqu’à 6:45 quand je l’ai remplacé à nouveau, mais il ne dort jamais très longtemps! 9:00 on déjeune et je reprends la barre pour qu’il dorme jusqu’à midi! Dîner tostitos par gros vent arrière jusqu’à 32 noeuds! Mais la côte est superbe: impressionnantes falaises écorchées et ébréchées, coupées par d’immenses failles jusque dans la verdure des sommets plats. Des hauteurs de 1300 pieds… La brume et les nuages enveloppent  les montagnes comme des foulards ouateux et des bonnets blancs laissant deviner au loin les  formes arrondies des sommets. Chanceux que nous sommes, il ne pleut pas encore, malgré les prédictions météo et les gros nuages foncés! Claude précise qu’il a plu très fort cette nuit, vers 4mou 5:00. Je dormais, mais ceci explique le coin mouillé de l’oreiller dans le cockpit!
14:28 On aperçoit maintenant,  à environ 2.5 milles, des collines basses, mouchetées de multiples maisons blanches,  notre destination, Torshavn, où  nous devrions trouver un quai, les douanes, des douches, alleluia! Pour une semaine de tourisme en auto et en camping, sur ces îles amassées comme un puzzle craquelé, non encore assemblé.  Les îles sont réunies par des tunnels, des ponts, des ferry… Territoire du Danemark, maintenant pratiquement indépendant.
21:19 nous sommes propres après une bonne douche à la marina du centre-ville où nous avons amarré Andrée Anne Rachel. Notre quai se trouve presque sur la rue, juste devant le mignon petit café à la devanture moderne, une immense plaque  de fer rouillé percé, au bas de laquelle une terrasse fleurie accueille petites tables et chaises d’osier… Nous y avons soupé et faisons notre internet! Le centre-ville est superbe, peuplé de maisons anciennes aux couleurs variées et osées (ocre, noir, rouge, , bourgogne, marine) et aux toits épais de tourbe et d’herbe longue, presque fleurie! On vient de perdre une heure, se mettant à l’heure de Londres! On a maintenant un décalage de 5 heures avec Montréal!
23:50 nous sommes rentrés de notre ballade sur la rue le long du port, vers Ada, un voilier français en aluminium de 14 m enregistré à La Rochelle mais qui a passé huit ans à Ushuaia, Argentine, et qui vient de passer quelques semaines aux iles Okley. La proprio se dirige maintenant vers l’Écosse, au Troon Yacht Club elle aussi, comme nous, et  en septembre aussi,  pour l’hiver!
Bonne nuit!
Et je viens de réaliser mon erreur : Iles Féroé  et non Féréo comme les biscuits oréo… Non…en anglais on écrit FAROE… ” far away ” !!!! Et les gens d’ici prononcent “fayro”…
J 15/08 “
Journée de pluie! Grise et froide. Claude nettoie le désalinateur et en change les filtres car une odeur répugnante se faisait sentir à la mise en marche. Laveuse et sécheuse à la marina. Un gentil monsieur de la marina m’a aidée avec la sécheuse qui bouffait ma carte à puce sans fonctionner! Et il m’a donné une autre carte! Ainsi que le mot de passe du wifi marina.fo… Epicerie au sous sol du centre d’achats SMS Où on fera l’achat de glace pour 6$. Longue promenade en ville et sur des sentiers boisés incroyables le long d’un ruisseau chantant, entre des étangs où se prélassent des canards.Végétation luxuriante: sorbier en fruits se penchant sur l’eau, grands arbres de toute sorte et plusieurs avec  de petites feuilles cirées, ainsi que de hautes plantes grasses et piquantes comme des cactus. Ville superbe ponctuée de toits de gazon, Même le Bureau du premier ministre, le long de l’entrée  du port, qui est vraiment très pittoresque: maisons rouges aux toits verts d’herbes longues, sur un mur de pierre posé sur d’énormes rochers noirs bien disposés savamment! Clôtures originales en métal ou en bois. Couleurs vives: ocre,rouge, bleu Et beaucoup de maisons noires découpées de blanc. Cimetière ancien magnifique allure Ocracoke, en Caroline du Nord, avec de gros arbres penchés et même appuyés sur les pierres mortuaires, à travers ronces et lianes! Un négligé adorable!
V 16/08   Route en auto de Torshavn à   Vidareidi  125 km en auto,
Journée de pluie encore..Nous empruntons encore le sentier le long d’un ruisseau vers Avis pour y prendre notre voiture de location, une toute petite Kia Picanto, qui s’avèrera une excellente idée dans ces rues étroites, et surtout, toutes les routes à deux sens mais voie unique à céder de façon intermittente. Nous avons aussi parcouru de  multiples tunnels sous les montagnes et un  payant sous la mer!  Stressant la première fois de s’engager dans de longs tunnels à double sens, mais à voie unique …Avec priorité dans un sens, bien indiquée à l’entrée… L’autre doit se tasser sur un accotement aux 200m, des fois une vingtaine sur quelques km. !
Nous passerons par tous les petits villages dans les vallées rurales, bordées de cascades continuelles …  Une cinquantaine de chutes sur un km sur le même côté de route et idem de l autre!
Les vaches exhibent un noir particulièrement profond: elles sont toujours propres en raison de l’existence d’un  “cow wash” continuel…il pleut tout le temps ici!!! Blague de Claude! On l ‘a bien rie, celle-là!
On photographie plein de maisons aux toits d’herbe longue, des fois des rosettes leur donnant un air échevelé!
Diner a Klafsvik, au FK, une épicerie avec une petite boulangerie attenante, où nous avons dégusté un bon sandwich sur ciabatta et un fabuleux dessert au chocolat et pâte d’amande… Toujours viser pâte d’amande, depuis le Groenland ç’a été un must! Le Soleil nous quitte….
14:00 Sur l’île de Vidoy, nous sommes maintenant à Vidareidi au bout de la route, tout au nord des Iles Féroé devant Enniberg, la plus haute falaise maritime au monde, 842m, dans les nuages et de temps en temps on aperçoit la montagne dentelée à travers l’épais rideau ouaté blanc.   El les moutons omniprésents ressemblent à de mini-lamas, avec les couleurs bigarrées de leur lainage frisé qui repousse après la tonte… On aimerait bien pouvoir grimper cette montagne et nous attendons une éclaircie… Au moins il ne pleut pas!
19:30 Finalement, oui, nous l’avons grimpée en 2 heures 20 minutes. Assez facile dans l’ensemble, une belle trail monte presque directement au sommet. Quelques moutons ahuris, ou peut-être même insultés de nous rencontrer sur leur territoire. En 2 sauts, 3 pirouettes, ils disparaissent de notre vue en dévalant les flancs de la montagne dans le temps de le dire! Et nous, on monte, mais moins vite, quelques zigzags, mais pas trop! Une bonne pente,  quand même, qui faisait crier un peu mes tendons achilléens, mais dame nature a habilement placé aux endroits stratégiques des pierres bien solidifiées par de la tourbe agrémentée de minuscules fleurs roses et de jolis boutons d’or, assez sèche malgré la bruine et la brume fréquentes sur ces côtes! C’est sûrement la plus facile des montagnes que nous ayons grimpées dans ce voyage, mais il faut dire que celle ci disposait d’une trail, contrairement aux deux autres! La main de l’homme a dû avoir aidé un peu l’escalade! Et même  mes initiatives de déviation directe ont été saluées d’un heureux succés! Et ce qui nous encourageait à monter, surtout, c’était les vues grandioses des quelques fjords environnants ainsi que du petit village à ses pieds, l’église blanche au bord de la falaise qui se jette dans une eau d’un bleu profond, moucheté par les fracas des vagues… Et les nuages qui vont et viennent,  ainsi que des vapeurs que l’on voit directement se former devant nous avant de monter et se développer  en nuages de condensation.On peut suivre leur expansion! C’est incroyable d’assister à ce phénomène…
Nous avons soupé dans notre tente au sommet,  il faisait 45 Farenheit ou 6-7 degrés celsius, et maintenant notre chaleur corporelle a fait monter le thermomètre à 62  ou 15 degrés celsius, aussi chaud que dans le bateau!
Une heure plus tard, la température chutait à 50,Et il pleut dehors de façon intermittente!  Nous  sommes entourés de nuages… À demain matin! Nous redescendrons vers notre voiture, laissée à côté de la dernière maison du village, après avoir demandé la permission à la proprio, une gentille et belle jeune femme aux grands yeux bleus et aux cheveux d’un blond presque blanc! Et naturel, car sa fillette de 4 ans arborait la même chevelure si blanche!
17/08 Route en auto de Vidareidi à Torshavn
Eveillés à 8:45 avant-midi par la pluie, dans un épais brouillard, il fut assez difficile de lever la tante par ce grand vent! Puis, retrouver notre chemin, le premier cairn bien caché dans la ouate!
La descente fut plus ardue que la montée d’hier! Aujourd’hui, respect essentiel et même vital des cairns que nous avions ignorés en montant! De même, un suivi serré des piquets bleus assurait une descente moins périlleuse, sur les roches mouillées envahies de lichen glissant,le fin gravois boueux et l’herbe détrempée sous nos pas! Les zigzags étaient bienvenus et plus prudents!
Le vent de face nous aidait à ne pas dégringoler en descendant, mais nous apportait par contre une pluie fine, nous laissant luisant de pluie! Comme les vaches noires d’hier, nous serons propres… Sauf nos guêtres bien bouetteuses! Ne jamais sortir en montagne sans guêtres, ni bâtons de marche, si utiles, surtout en descente!
Et le soleil tentait de se pointer le bout du nez en perçant les nuages denses et éclairait, tel un projecteur de scène, le petit village de Vidareidi à nos pieds… C’est ce qui a dû inciter le premier colon à dresser sa maison dans cette jolie vallée! Sortis de la montagne à 11:40, cela nous aura pris 2 heures de prudence et de patience!
On part alors sous la pluie battante en auto faire du tourisme sur ces îles peu habitées (48000 résidents, dont 16000 dans la capitale Torshavn), mais aux infrastructures hallucinantes: 600 km de routes asphaltées ( et bien conservées), plein de tunnels à travers les montagnes et même deux sous la mer!
Nous longeons toutes les côtes, traversons tous les petits villages et découvrons quelques curiosités comme à Kunoy, ces supports à foin faits de morceaux de bois  plantés debout et à angle, un peu comme la charpente d’un toit, mais bas sur pattes!
Klaksvik s’avère vraiment décevante pour les touristes affamés! Resto peu évidents! On a finalement trouvé Kingrann, une boulangerie-pâtisserie doublée d’une cafeteria familiale! Encore un fish and chips et un délicieux gâteau blanc à la crème, garni d’un glaçage de pâte d’amandes! Mmmm! Mieux, finalement!
Il pleut de plus en plus fort! On ne voit pas grand choses dans cette brume, sauf de superbes et longues cascades gorgées d’eau dévalant toutes les collines, et même d’énormes chutes d’eau par moments… La roche pleure de partout, comme des rideaux de lumières de Noël  qui décorent les flancs des montagnes que l’on devine à peine, car le plafond est bas, malheureusement! Quelle journée de pluie et de brume! Du temps de canard! Ce que l’on peut voir est très beau, imaginons avec du ciel bleu!
Gjógv, le village le plus au nord de l’île Esturoy, au bout d’une longue route serpentant en épingles à cheveux, est vraiment un joli petit village compact, rempli de petites maisons noires et rouges, décorées de blanc, tassées sous leur toit échevelé d’herbes longues. Une belle auberge, Gjáargardur, se trouve au départ d’un sentier dans la montagne pour aller observer Bugvín, un pic rocheux haut de 188m dans la mer, “sea stack” ou pilier de mer, le plus haut dans les Iles Féroé.
Eidi, sur la pointe nord-est de la même île, Esturoy, est de façon surprenante un assez gros village. Au bout de la route, une mouette nous a fait rencontré un gentil monsieur qui lavait son rotoculteur avec soin dans son entrée de garage. Non loin, juste de l’autre côté de la rue, une mouette se tenait sur un pilier de route. Au moment où l’on passait devant, nous avons eu instantanément la même réflexion: au retour, si la mouette est encore là, ce serait une photo merveilleuse avec le décor au loin, la mer, les falaises, la fermette au toit de tourbe, les murets de pierre… Eh bien, la mouette nous attendait! Après voir pris nos photos, j’ai dit au monsieur qu’il avait une amie bien photogénique! Eh bien, elle est toujours là me dit-il, elle et une amie, et maintenant deux jeunes, depuis 4 ans qu’il les nourrit! Alors, dès qu’il est dehors, elles s’amènent!
Au retour en ville, nous achetons. La glace, deux minables petits sacs chez Bonus pour la modique somme de 12$!!!

Maison échevelée sur l'ile de Vagar, à Gàsadalur, Iles Féroé , 18 août 2013. Tout petit village d'une ou deux dizaines de maisons, isolé au bout d'une route, pour lequel un tunnel de quelques km a été construit autour de 2006.

D 18/08 Journée en auto sur les îles de Vagar et Streymoy
Mykines raté! Trop de swell pour le ferry! Sur la pointe ouest de  Vagar, l’île de l’aéroport, au bout de la route on traverse un tunnel de 2 km construit en 2006 seulement pour Gásadalur, un petit village d’une quinzaine de maisons!
Attention: office de tourisme fermé les samedis et dimanches! Prévoyez le coup! Par contre, belles toilettes publiques un peu partout, bien indiquées, en inox comme en avion!
Il pleut il pleut! Brumeux!
Église rouge et blanche à Sandavagur, vestiges viking à Kvivik, église noire 1837 à Kollafjordur. La plus vieille église en bois des Iles Féroé serait celle de Hvavik, noire également et du même style, 1829, cependant moins belle que celle de Kollafjordur.

La plus ancienne église de pierre des Iles Féroé, à Saksun, sur l'Ile Streymoy

Mais l’église la plus pittoresque demeure celle de Saksun, en pierre blanchie à la chaux, toit de tourbe comme il se doit, entourée d’un muret de pierres noires avec son cimetière aux vieilles pierres tombales penchées et aux quelques croix croches… au fond d’une vallée fabuleuse, flanquée de cascades et de chutes gorgées d’eau, descendant vers une plage de sable noire perdue entre deux énormes promontoires… Et tout ceci dans la brume et sous la pluie pour donner un caractère mystérieux!
On a aussi vu la seule église octogonale dans les 18 Iles Féroé, soit à Haldorsvik.
Et toujours ces petites routes étroites sur lesquelles on doit céder le passage à tour de rôle selon le point d’accotement… Et quelquefois la route est carrément dangereuse, à flanc de montagne tombant sur la mer!  Seuls les moutons s’y tiennent!

Un exemple de petit village sur la côte, sur Eysturoy, aux Iles Féroé. Notez le support vertical pour le foin à l'avant-plan, Ainsi que la petite église noire au toit de tourbe près du port. Et les formes pyramidales des montagnes en plus des traces multi-étagées produites par des générations de moutons broutant les pentes abruptes.

16:34 nous revenons de Tjornvuk, le bout de Stremoy, d’où nous avons eu une excellente vue, quoiqu’embrumée, des piliers jumeaux Risin et Kellingin, sur la pointe nord ouest de l’île voisine, Eysturoy, tout près de Eidi, visitée hier.
Nous revenons plus tôt ce soir au bateau, car le temps est vraiment décevant de toute façon… Demain nous devons rendre la voiture et payer notre facture de quai au port de Torshavn, reprendre le dépôt de 20$ sur ma carte à puce pour la marina (douche, toilettes, laveuse, sécheuse)…et faire des achats de souvenirs. Peu de magasin ouvert la fin de semaine! Je croisière qu’il faut viser les centre d’info touristique ou les boutiques d’hôtel!  Cinema ce soir: Elysium sous titré en “feroein”… Un peu dérangeant!
L 19/08 Nólsoy  62.N 006.38′W   3.48 milles nautiques
Aujourd’hui, beau ciel bleu et soleil en alternance avec petite pluie fine ou grosse, et brève… Retour chez Avis de l’auto de location après 563 km en trois jours sur les îles de Streymoy, Eysturoy, Vidoy, Bordoy, Kunoy, et Vagar. Retour en vélo par le joli parc boisé et les jolies rues de la ville, péage des frais de quai au port, magasinage de cadeaux made in Feroe et les Tax free, assez facile finalement: dès un achat supérieur à 300KR ou 54$ , nous avons droit à un retour de taxes grâce à un formulaire fourni par le vendeur que nous remplissons avec nos coordonnées ainsi que nos numéros de passeport, et le centre d’info touristique nous rembourse sur le champ 12% en espèces, moyennant un frais de 25KR (5$), ou bien un crédit sur notre carte de crédit en l’envoyant par la poste.. plus complexe… ou en le laissant à un aéroport ou au bateau de croisière… Mais vu que nous sommes sur notre voilier, on peut se faire payer directement par le centre d’info touristique sans aller voir les douanes, ouf!. Dernière douche à la marina. Pour le lunch, vers 14:00 pizzerias toutes fermées sur l’heure du midi, donc City Burger, deux trios à la McDonald pour 178K, donc 36$! Pas pour rien qu’il n’y avait personne  au resto! Reprise de mon dépôt à l’Hôtel Hafnia pour le retour de la carte à puce pour la marina. Et Claude a rempli les bouteilles d’eau potable, il avait attendu 2.5 h que le voisin finisse de laver son bateau! Très méticuleux, le monsieur! Puis la grosse pluie prend comme on veut partir du quai!  Et cinq minutes plus tard, une accalmie me permet de sortir pour larguer les amarres!
Gros vents WSW 30-40 noeuds pour traverser au foc: on surfait sur les vagues en visant l’isthme de la petite île qu’est Nólsoy… Et le vent fort ne lâchait pas! Heureusement de bons samaritains passaient par là, l’un à vélo, l’autre en scooter, pour nous aider à accoster au mur de ciment, vers 16:30. Plein de défenses et Planches pour nous protéger du mur, mais actuellement le vent nous tient éloigné du mur, et on gîte! il vente des pointes à 41.5 noeuds (83 km/h) et l’un des hommes nous a dit qu’étaient annoncés des vents ad 30m/sec, ou 60 noeuds ou 120km/h! Tout petit village que nous allons découvrir à pied…
21:00 on vient de finir de souper: salade caprese (mes boconcinis habituels faits de tomates,  tranches de mozarella en boule, huile et glacis balsamique, mais auxquels j’ai ajouté de fines tranches de belles fraises ainsi qu’une petite feuille de basilic sur chaque montage! Oh la! Une coche de plus! Et mon dessert de l’été gâteau pâtes d’amandes nappé de crème, sirop d’érable et éclats croustillants au chocolat! Un délice… Aprés notre petite promenade dans le village quand même doté d’un office de tourisme, qui sera même ouvert samedi et dimanche, incroyable… Ce sera bien le premier que j’aurai vu ouvert la fin de semaine en Islande et aux Iles Féroé! Et un petit café, un magasin général, une soixantaine de maisons… Et une belle trail balisée par de gros cairns parmi les moutons et les marguerites miniatures jusqu’au sommet d’une montagne de 372 m, au soleil, parfois caché par des nuages et de la pluie intermittente!  La vue d’en haut était superbe, le petit port bien protégé, le ferry est venu et reparti  deux fois pendant notre marche! Demain, nous irons au petit café et l’info touristique, chercher de la glace, et peut-être aussi aller voir l’ornithologue en haut du village. Il y a ici la plus grosse colonie de storm petrels au monde, 500 000 petits oiseaux qui ne volent que la nuit! La pleine lune se lève! Ciao!
M 20/08  “
Belle journée ensoleillée mais venteuse et froide! Nous sommes allés d’abord visiter l’Info touristique, au sous-sol duquel se trouve un petit musée en l’honneur de Ove Joensen, natif de l’île, qui, sur son bateau Diana Victoria, a ramé 900 milles nautiques pendant 41 jours jusqu’à Copenhague, Danemark, en 1986 à sa troisième tentative (aussi 1984 et 1985).
Puis nous sommes partis en hiking jusqu’au phare au bout de l’île, un bon 7.5 km (15 aller retour), en plus de passer par le sommet 372m. Belle trail en montagne d’abord puis les cairns dévient vers la prairie plutôt marécageuse! Nous devons éviter plein de petites sources d’eau et du gazon détrempé… Au retour, nous avons piqué vers le sommet pour voir les falaises de plus près, vous savez les photos préférées de Claude, “un peu plus à gauche, France”… Et redescendre était moins drôle, par la pente plus abrupte, le long des terrasses broutées par les moutons… Petites lignes étroites faites par et pour de petits sabots! Non pour des bottes de marche larges et longues! Vive le plancher des vaches, pas celui des moutons!
Près du village, un fermier aérait son foin, à pied poussant une machine allure rotocultrice… Le voir aller dans son petit champ nous ramenait dans le passé! Il ne manquait que le cheval!
Puis nous sommes allés souper au petit café du coin, le Kaffistovan, où la gentille dame m’a donné son mot de passe pour le wifi…on a bien ri, car elle avait compris “white wine” au début et m’apportait un vinier et comme elle revenait ensuite avec le mot de passe kaffikaffi, on pensait qu’elle  nous offrait du café! Elle nous fera de la glace pour demain matin, 9:30 et nous devons quitter à 10:00, trois heures après la marée haute de Reykjavik  (Reykjavik ? On ne comprend pas, mais bon!)… Il parait que les eaux sont très mauvaises pour la voile dans les environs! Prudence! Au moins il vente moins ce soir, seulement 15 noeuds et demain 5 à 7 du nord, mais une grosse houle de 2 mètres de l ‘ouest… On partira pour Suduroy.
J’ai posté plusieurs cartes postales mais il m’en reste à écrire! Ciao!
France et Claude
Le port de Seydisfjordur, Islande , notre point de départ pour les Îles Féréo , le 12 août 2013
Et voici, nous revenons en Islande pour repartir avec Andrée Anne Rachel, notre voilier Bayfield 36, 1988, que nous avions laissé en septembre 2012 en cale sèche pour l’hiver à Reykjavik, au Yacht Club Snarfari.
Nous étions revenus en juin 2013 pour trois semaines afin de le remettre à l’eau, le préparer et l’installer au quai de Brokley Yacht Club, toujours à Reykjavik, tout à côté du centre ville et de Harpa, le magnifique et moderne opéra de verre.
Notre fils et sa fiancée sont venus nous rejoindre pour la dernière semaine afin de faire le tour de l’Islande en auto. On a été très actifs pendant ces trois semaines de clarté continue,  comme ce sera le cas de mai à mi-août! On a pu réinstaller nos voiles un soir à minuit car c’était le seul temps sans vent depuis 9 jours!
Le 16 juin, nous sommes repartis à Montréal travailler pour un mois et revenir le 19 juillet…
Voilà!
V 19/07
VOL MTL-BOSTON-KEFLAVIK    MTL DEP : 18 :25 VOL AC-7686  ARR: 19:41. Retardé à 21:00!! Re orages électriques donc Dorval fermé!
BOSTON-REYKJAVIK  DEP: 2100 VOL  FI-0632  ARR: 06:00 MANQUÉ… Remis
Trop proches, ces 2 vols! Nos jeunes avaient eux aussi manqué leur connexion de Boston. Mieux le vol Montréal Toronto Reykjavik !  ,
S 20/07
départ de Boston  à 14:35 arrivée à Reykjavik à 23:25       Location d’auto BUDGET  ouvert encore à minuit! Ouf!
D 21/07    REYKJAVIK… Brokey Yacht Club
Couchés à 2:00 am, levés à 13:00!!! Installations diverses, lavage, pizza au resto, hot pots (bains publics chauffés par le sous-sol volcanique islandais, incluant douches, piscine, petits bains tourbillons à 38-40-42-44*C, tout ceci pour 500KR ou 5$ par personne! une aubaine en bateau!), épicerie, sécheuse, lit à refaire….il est minuit et je n’ai pas fini le séchage… Et il fait clair encore, peut être un peu moins qu’en juin, mais quand même…
L 22/07  36.10mn en mer à minuit…64.29′N 022.58′W Quai de plaisanciers… Brokey Yacht Club
Derniers préparatifs pour notre départ de 17:00… Séchage fini  après 26 heures! La sécheuse n’était pas très efficace! Réservoir d’eau rempli par Claude  et vidé en moins de temps pour  le dire, pendant notre souper en  route…suite à un débranchement du tuyau du réservoir d’eau chaude…La pompe de cale s’est mise en branle  seule… Et on n’avait plus d’eau! Et la toilette neuve avait une vis lâche!!!! Horreur!!!!
M   23/07 PATREKSFJORDUR  65.26’N 24.00’W   101.70 mn à l’épaule d’ un pêcheur
Arrivés à 21:00 à PATREKSFJORDUR, nous avons rencontré un pêcheur qui nous a indiqué un bateau pour nous y attacher… Gentil monsieur qui s’ennuyait. Nous invitait  chez lui dans sa maison verte au toit jaune. Plein d’infos sur le village, l’eau, les bains publics avec vue…
Claude exactement au point le plus au nord en Islande, sur Grimsey Island, au delà du cercle arctique!

Claude exactement au point le plus au nord en Islande, sur Grimsey Island, au delà du cercle arctique!

Me 24/07   ‘’
Journée très occupée… Réparations d’abord… Tuyau d’eau chaude à refixer (juste dévissé, ouf), toilette à solidifier  aussi (les 4 vis manufacturées étaient toutes dévissées!), pièce électronique pour filage de l’alternateur à replacer… Puis longue marche à travers le village, jusqu’au dernier dépanneur pour acheter de la glace et des essuie-tout, et manger de la crème glacée… Puis retour au bateau sous une grosse chaleur pour enfin grimper la montagne de 432m aux falaises dignes du Far West mais grises au lieu de rouille… Retour au bateau vers 19:00 pour aller se baigner aux bains publics et se changer en propre….aaahhhh…et une vue grandiose sur le fjord et les montagnes, le village, très belle piscine débordante d’eau chaude, presqu’autant que les petits bains tourbillons à côté! Et aller souper sur la terrasse d’un charmant, mais très cher petit café resto avec vue sur le fjord, comme la piscine et les pods! Retour au bateau pour un petit rhum and coke accompagnant une petite fondue mars…  Il est maintenant minuit trente … On se lève à 4:00! Bonne nuit!
J 25/07   SUDUREYRI 66.08’N 23.32’W  42.63mn Quai à pneus
4:48 nous sommes en route… Défenses rangées loin sur le balcon arrière et dans le dinghy, pont lavé avec mon nouveau boyau racotillant qui prend très peu d’espace malgré ses trente pieds (comme à la télé!),  désalinateur en marche pour remplir le réservoir, mer calme à date, brumeux ce matin et frais …
Arrivés dans la brume vers 12:30, nous sommes finalement au quai de pneus près du diesel que nous avons rempli aussi… 76 litres. Il est maintenant 14h. Petit dîner santé (bonne salade iceberg, rien de tel en bateau au niveau conservation…avec fromage dûr style jalsberg, pommes,brocoli, canneberges séchées, mayo, persil et épices grecques, suivie de macarons vanillés, moins santé!)…
21:30 on vient de terminer notre souper avec morue très fraîche directement du bateau de pêcheur, préparée juste pour nous, donnée avec de la glace! Et du poisson séché! Puis, fondue au chocolat et nos 2 dernières poires! Les fruits sont rares par ici comme les légumes et les épiceries! Cet après-midi, nous avons marché le village au complet cherchant glace et épicerie… On a acheté 3 oignons,4 bébés tomates, un sac de chips et un pepsi max!!! On a aussi trouvé l’église, les bains publics et plein de commerces appartenant au même Fisherman!!! Resto, café, bar salon, hôtel, usine de poisson, musée de la pêche, etc…. Que Fisherman!!!! Retour au bateau après notre pêche miraculeuse (morue et glace), Claude  a fait un petit dodo pour rattraper le sommeil coupé du matin, et à son réveil, 19:20, nous sommes allés nous baigner dans supposément la plus belle piscine du canton,,, Non, la plus belle c’était hier à Patreksfjordur! Puis souper, vaisselle et réparation du joint d’étanchéité (washer en bon français d’usage) de notre robinet d!’eau chaude de la cuisine!!!
En sortant du fjord de Seydisfjordur le 12 août 2013, Islande
V 26/07  ISAFJORDUR 1,27 66.04’N 23.07’W 25 NM Quai de plaisanciers
Partis ce matin à 9:30, nous arrivons à 15:00. Belle journée chaude et ensoleillée encore comme hier mais depuis ce matin. Au début un peu de vent de face puis du roulis, mais finalement, eaux calmes sans vent; on a pu essayer notre ancre de mer, joli parachute jaune sous-marin… Yellow submarine!!! Yellow submarine!!! Dernière salade, il nous faudra trouver une bonne épicerie cette fois car après demain, nous serons 6 ou 7 jours à l’ancre dans des contrées sauvages!!!
15:47 et voilà, nous sommes à un vrai quai de plaisancier, mais à l’épaule de Britt, énorme voilier marine magnifique. Nous avons été aidés à amarrer par un autre proprio de gros voilier, Aurora,  un charter qui s’en va demain vers le Groenland. Claude est en train de sortir à nouveau notre parachute pour le faire sécher… Et arranger encore notre cordage bleu d’enrouleur de grand voile…
22:35 Nous sommes allés visiter la ville à vélo (13km) et trouver de la glace au port, dans un petit tas par terre, à côté d’une usine à poissons fermée pour la nuit!!! Puis faire dans un beau supermarché une bonne épicerie de fruits, légumes et pain… J’achèterai les oeufs, la mayo, la crème,  les yogourts et le lait demain soir seulement. Avons soupé dans un beau petit resto, fish and chips pour Claude et BBQ cheese burger pour moi… Claude a réparé ses freins de vélo et j’ai préparé nos sacs de hiking pour demain matin et nos sacs de douche pour demain soir…Re-bonne nuit, il est 01:06 am…
S 27/07    ‘’
On a gravi  2463 pieds sur la montagne de Isafjordur, de 10:30 à 16:30…On a manqué nos bains publics qui fermaient à 17:00. Nous nous sommes donc lavés aux douches du camping au pied de belles chutes pour 500 kr pour les deux (couronnes islandaises, ou $5),  avant de reprendre notre vélo vers AAR. On a jasé avec deux passagers d’Aurora, un londonien ce matin,et  ce soir, avec une canadienne de BC qui vit en Suède et organise des voyages… Elle vient essayer le charter, Aurora, celui du bon samaritain d’hier qui nous a aidés à nous mettre à l’ épaule de Britt, le gros voilier marine.
On vient d’aller faire une épicerie froide (glace, œufs, lait, crème, yogourts, mayo) ainsi que pringles, liqueur et gâteau au chocolat! Et là, on attend notre pizza au même petit resto qu’hier! Il est 19:43 et ensuite on ira voir notre Bones, après avoir remis le bateau en ordre, car pour se servir de nos vélos il faut vider la moitié de la cabine arrière… On y laisse quand même les voiles de secours, les toiles d’entreposage, le sa. De survie pour abandonner le bateau rapidement en cas de naufrage, le kit de pêche, la tente, les sacs de couchage, matelas et bâtons de marche, les planches, coussins, oreillers et couverture de cockpit, oreillers et douillette pour la visite…et les vélos, sacoches et casques de vélo, ouf! Pas mal de stock entreposé là! Et à déplacer! Mais cela a valu la peine! On a fait 19km de vélo en plus de notre 6 heures d’escalade! Et toute une escalade… poussiéreuse, dans les pentes rocailleuses pleines de roches qui dévalaient des falaises…
Côte islandaise
D 28/07 HESTEYRARFJORDUR  66.21′ N 22.47′W 22.3mn Ancrés
Levés passé 10:15, nous sommes partis de notre beau quai de plaisanciers-visiteurs, y laissant une longue goélette hollandaise, ainsi qu’un bateau-pirate allemand rempli de scouts, et Britt. Déjeuner en route sur eaux calmes. Mon poisson gelé d’hier est dégelé… Oups. Ce sera le souper… Belle température même si le soleil s’est caché… Nous arrivons à notre ancrage bientôt.
15:45 nous sommes ancrés et sur le rivage se dressent 7 tentes d’expédition, probablement des kayakistes partis en mer.
20:30 eh non, ils étaient en hiking et à leur retour vers 17:00 ils se sont enfermés dans leur tente ou celle du souper… On ne voit rien bouger!
Et nous avons soupé au poisson, finalement fumé et salé, Herk,  mais amélioré avec mangue, jus de citron, échalotes, ail, persil, et vin blanc. Ça ne manquait pas de sel, mais ce n’était pas aussi pire qu’au Labrador!!! Le poisson salé y avait fini dans la soupe! Après la vaisselle, on a lavé les fenêtres du cockpit, ce n’était pas du luxe!
 Westmann's Island

Westmann's Island

L 29/07  HORNVIK 66.26’N 22.29’W  51.2mn Ancrés
Journée misérable qui avait pourtant bien débuté sous un beau ciel bleu sur des eaux calmes… Beau déjeuner sur l’eau, comme à l’habitude en voguant… Puis, en tournant la côte, vlam, une mer démontée et du vent de face, 22-26 noeuds, non prédit, avec des pointes maximales à 35.5 noeuds… La douche dans le cockpit pourtant fermé! Et froide! Les vagues de un à 2 mètres s’abattent sur le voilier et son dodger pas très étanche dégoutte sur nous…Le baptême du cercle polaire! Nous l’avons franchi  en louvoyant et l’avons dépassé de deux milles nautiques à 66.32’097N 022.56’691W. Et moi, je m’endors à me faire bercer ainsi, même si le fracas des vagues ainsi que de mon beau cabaret sur le sol de la cabine tendent à m’exaspérer un peu beaucoup!!! J’aimais beaucoup mon cabaret! J’ai tenté de le recoller ce soir après souper… On verra…  Bon souper ce soir, ancrés dans une grande baie un peu trop ouverte à mon goût, mais il faudra s’en contenter pour quelques jours, la météo ne s’annonçant  pas favorable pour nous… Et ma glace fond vite! Il me reste un gros sac et ma petite chaudière rouge… Que du lait, de la crème, du yogourt, du fromage, des oeufs et de la mayo à conserver… Les légumes n’auront pas de problème de survie, ni les fruits dans cet environnement frais qu’est à nouveau l’Islande après quelques belles journées chaudes entre Patreksfjordur et Isafjordur… La température normale en Islande, c’est du temps frais, gris et pluvieux!
Arnarstapi

Arnarstapi

M 30/07  “
Levés à midi trente et plus! Le roulis, la brume et le ciel gris ne nous stimulaient pas à nous lever! On reste ici aujourd’hui car le mauvais temps se poursuit au large et il nous faut parcourir 100 milles nautiques d ‘une traite pour le prochain leg! Alors, on va déjeuner-dîner avec omelette au fromage, bon café et bon pain, tranquilles dans le cockpit… Puis vaisselle et réparations! Il y en a tout le temps: refixer la planche de bois de la toilette qui n’aime décidément pas sauter dans les vagues, vérifier la fuite de diesel possible autour du moteur car Philippe avait noté en juin des taches dans l’eau autour du bateau…
Finalement, on a mis le dinghy à l’eau pour aller visiter le camping de hikers, la hutte de survie, jaser avec la ranger, voir sur la berge une baleine orca morte et bourrée d’asticots peu appétissants! Aucun renard arctique en vue, quoiqu’on était dans la réserve…et qu’il y aurait en tout temps 2 parents et 4 bébés aux alentours…En effet, nous sommes à l’extrémité nord-ouest de l’Islande, dans un parc national, qui n’est accessible qu’à pied en hiking. Pour atteindre notre baie, Hornvik, il faut marcher trois à quatre jours depuis la route. Dans cette réserve les renards arctiques sont protégés alors qu’ils sont devenus rares ailleurs en raison de la chasse.  Peut-être les verra-t-on demain, si la température est aussi affreuse…
Souper salade à 21:00.
Carte du trajet entre Islande et Îles Féroé
M 31/07   ‘’
Hey, ça brasse!!! Nous sommes de retour au bateau qui danse sans bon sens sur son ancre… Nous  nous sommes levés tard ce matin vers 11:00  mais nous nous sommes rattrapés en allant marcher d’abord jusqu’à une belle chute avoisinante en traversant une rivière glacée pieds nus, de l’eau jusqu’aux genoux, pour ensuite escalader une belle trail qui nous a menés de l’autre côté de la montagne, jusqu’au phare servant l’été d’auberge au bout d’une belle prairie fleurie. Nous y avons rencontré un beau petit renard gris bleu, d’une famille de sept il parait, et plusieurs hikers. Nous avons mangé notre maigre snack, ayant oublié nos sous pour se payer du café et des gaufres!!! Next time! Puis pour revenir, nous avons pris un autre sentier le long des falaises escarpées qui tombent dans la mer agitée de belles vagues déferlant sur des murs de récifs, tels une forteresse défendant la belle verdure des prairies alpines remplies de boutons d’or et de petites fleurs mauves. En tout, sept heures de marche, environ  16-20 km… On a rencontré des allemands, des islandais en hiking ainsi que des français, dont un qui demeure à Montréal depuis neuf-dix ans et travaille chez Ubisoft. Nous avons réussi à remonter dinghy et moteur, malgré des mouvements anarchiques et non synchronisés du dinghy et d’AAR. La glace étant presque toute fondue, je vide le frigo en finissant oeufs et lait tout en faisant des fettucini style sidekicks, et en leur ajoutant plein d’oignons et de fromage! Pas de frigo, on s’adapte! Le sirop d’érable canadien acheté ici en Islande agrémente parfaitement le gâteau au lieu de la crème qui a suri!

Andrée Anne Rachel à Siglufjordur, Islande

J 01/08   SIGLUFJORDUR 66.09’N 18.54’W  97.71 milles nautiques Quai à pneus
Levés à 3:00, ou plutôt 3:30, nous avons levé l’ancre après que le moteur eut connu quelques ratés! Il ne voulait pas partir du tout… Finalement il a cessé de s’entêter et grincer… Un peu apeurant  de l’arrêter maintenant… De toute façon, il y a peu de vent… Désalinateur en marche… Je vais me coucher dans le cockpit à cöté de Claude…
13:01 on vient de dîner… Sac de chips et amandes au chocolat… Le seul avantage de la grosse houle de 2-3 m qui nous secoue… Au moins il fait beau et même chaud dans le cockpit! Même si l’eau est glaciale… 5.2C*!  Et le tuyau d’eau chaude s’est encore  débranché, déversant le réservoir complet encore dans la cale!!! Zut.
14:25 je viens de faire la lecture de mon journal de bord à Claude et de le parfaire! Multiples corrections et ajouts!!! Il faut bien s’occuper!
18:50 je viens d’apercevoir un gros iceberg au loin, très loin, plus près que nous de la côte islandaise, à 4.75 milles nautiques de nous… On pourrait avoir de la glace pour le frigo! Il est trop loin! Tout à l’heure, la radio vhf en annonçait un à 7 milles nautiques de nous mais au large…
Cet après-midi, nous avons vu un beau dauphin qui nous tournait autour! C’est ce qu’on a vu de plus fréquent en mer, les dauphins… Sans compter les oiseaux marins (fulmars et sternes de l’Arctique, ainsi que les agressives skua)…
Aujourd’hui fut une belle journée selon mes standards, chaleur dans le cockpit, un faible vent arrière du nord ouest, sud ouest (6-7 noeuds), même si la grosse houle nous ballottait un peu trop et l’odeur du diesel nous fatiguait les yeux et la tête…
22:43  Nous sommes maintenant au quai de pneus avec nos planches et la petite ville de 1190 habitants est remplie de motorisés et roulottes, campeurs venus pour la fête du hareng car SigluFjordur était en fait la capitale du hareng  jusqu’à sa quasi disparition… Nous irons visiter le Musée du Hareng et celui de la musique traditionnelle. Sans compter la piscine publique et l’épicerie! La ville semble très moderne et propre avec des bâtiments de plusieurs périodes, dont 1930! Et de superbes montagnes vertes et enneigées la surplombent de toutes parts…
De retour au bateau, Claude vient de réparer encore le petit tuyau défait du réservoir d’eau chaude… Mais la pompe semblait ne plus fonctionner pendant de longues minutes d’angoisse!!! Et puis, l’eau est apparue! Ouf!
V 02/08 ”  
Levés à 11:00, ah… Belle journée… Priorités: déjeuner, diesel, glace, épicerie, douche, hot pots et piscine, puis le musée du hareng… Ensuite nous avons visité la ville à vélo vers 18:00 et avons trouvé un beau petit café pour y manger des spécialités islandaises (quiches et crêpes) tout en surfant sur le net! Bonne nuit!
S 03/08 “
Pas partis! Temps moche, il pleut, il fait froid, il vente, et le temps sur mer est  aujourd’hui  au jaune (avis aux petites embarcations) et les jours suivants au rouge (conditions dangereuses)… Alors nous sommes restés au quai… Au grand dam du capitaine! Moi je suis plutôt soulagée de ne pas affronter cette mer misérable et de pouvoir faire mon lavage! Même si je ne suis pas trop certaine  comment fonctionne cette mini laveuse et que je suis assise sur mes talons!
Et notre téléphone Iridium n’a pas de bonne réception! Heureusement on a Internet…
Les gens jouent au volleyball malgré la  pluie et le froid…une fille est même en camisole!
D 04/08 
Encore collés au quai! Au moins il ne pleut plus aujourd’hui, mais il fait froid et aussi gris le jour que la nuit! Il ne fait plus aussi clair la nuit non plus. Août, te voilà!
Nous n’avons pas fait grand chose aujourd’hui: internet, téléphone satellitaire, contacter Michel Bibeau pour vérifier nos infos contradictoires sur le même site de Buoy Weather (mystère toujours non éclairci), glace,  piscine et hot pots, jouer aux cartes (!), pizza au resto, squats, gratteux et Bones! Bonne nuit!  Et on finit la journée par un grandiose feu d’artifices!

Au cercle arctique 66.30'N sur Grimsey Island 6 août 2013

L 05/08   S, SANDVIK 66.32’ 18.02’W  37.64 milles nautiques. Quai de plaisancier

Midi trente. Nous sommes partis! Gris le ciel, grosse la houle, il neige pleut pas et il vente 12 noeuds NNW… Pas trop pire… Jaune selon le site de Michel. Rouge selon le site ici! Et c’est le même site, Buoy Weather! Mais on n’a pas passé la pointe encore… On verra! Houle de 2 à 3 mètres…du NNE… Je vais cesser d’écrire bientôt, now!
22:15 Nous revenons de marcher jusqu’au phare à la pointe sud, malgré les cris incessants et  les attaques des sternes de l’Arctique… Nous avons trversé ce petit village coquet quand même de 90 habitants! Et il y a même une piscine ouverte jusqu’à 21:30!
Aujourd’hui fut une journée horizontale pour moi car le bateau voguait verticalement! On montait d’énormes vagues de 3-4 mètres… Et des chips! On a roulé pendant 6 heures 37.64 milles nautiques dans un vent de petit largue- travers de 8 à 12 noeuds, pointes à 16.
Arrivés ici vers 18:30, nous avons pu nous installer à un superbe quai de plaisancier tout neuf avec de l’électricité! Première fois depuis Reykjavik!
Beau souper de poisson.
M 06/08 “
En mer à minuit  66.33′N 016.38′W  36 milles nautiques Très belle journée ensoleillée même si froide (10*celsius ). Nous avons parcouru l’île à pied jusqu’à son point le plus septentrional, donc tout au nord de l’Islande, au bout de la falaise! Plein d’oiseaux, de moutons et de chevaux, dont un qui a voulu mordre la poche de Claude après l’avoir poussaillé… On était dans son chemin! Ls sternes étaient encore aussi malignes!
De retour au bateau, on a voulu aller se baigner mais la piscine n’ouvrait que dans 4 heures, de 20:00 à 21:30! Alors on s’est contenté de s’acheter un peu d’ épicerie et nous repartons sur une mer calme, vers 16:30.  On devrait arriver demain matin à notre prochaine destination.

Pour ceux et celles qui ont lu "Le cercle de pierres" de Diane Galvadon, voici un petit village qui se construit un cercle de pierres à la Stonehenge, mais avec 68 gnomes, d'énormes roches qu'ils empilent en arches... Il n'y a actuellement que trois arches, et je ne suis pas disparue! Ni Claude! Ce sont les trois pointes que l'on voit au loin sur la colline, centre gauche... Et on voit Andrée Anne Rachel au quai en dessous!

M 07/08 RAUFARHOFN 66,27’N 15,56’W  23.11 Milles nautiques  Quai de petits bateaux
05:10 Nous avons vogué toute la nuit au moteur sur une bonne houle par vent de face ou au près, pas trop pire pour la nausée…nous sommes amarrés à un beau quai de petits bateaux, en face d’une jolie église à l’allure moravienne… Ce petit village de 230 habitants, le plus nordique de toute l’Islande terrestre (excluant l’ile de Grimsey), est en train de se construire un cercle de pierres pour symboliser le cercle arctique.
16:43 nous attendons que la piscine ouvre ses portes de 17:00 à 19:30 pour aller nous laver! Nous avons fait à vélo nos commissions (glace, bouffe) et la visite du canton! Le phare orange, le cimetière, l’église, et le cercle de pierres non achevé encore (Arctic Henge). Un travail colossal les attend encore! Nous avons aussi reçu 2 filets de poisson d’un pêcheur, ce qui nous empêche donc d’aller souper à l’hôtel décrépi mais dont le proprio est supposément un excellent chef! Belle journée ensoleillée mais super froide… Les gens ici parlent très peu l’anglais…
20:40 La morue était délicieuse! Même recette qu’avec la mangue, mais avec des tomates, ail, échalotes, oignons,vrai basilic, épinards, glacis balsamique… Claude dort dans le cockpit! Bonne nuit!
J 08/08  BAKKAFJORDUR 66.02’N 14.50’W  68.0 mn QPÊ
19:45 Journée horrible de mer agitée, vagues déferlantes, trop rapides, vraie mer démontée, avec un vent correct de 20-22 noeuds mais au près serré du sud-est… Soleil et ciel bleu, mais journée difficile. Le cockpit inondé, le lit par terre dans la cabine avant, le plancher mouillé dans la cabine principale car nous n’avions pas barré le papillon… On se fait sécher, vive le chauffage central! Nous sommes arrivés vers 18:45 dans ce petit port de pêche, très éloigné du petit village isolé dans une grande baie montagneuse au nord est de l’Islande. La côte est magnifique, toute verte et dentelée. Mais il vente! Bon, je vais aller faire le souper, des tortellini chauds!
V 09/08 “
Pas bougé! Non! Il ventsit trop ce matin avec les même vagues folles, de la pluie en plus, alors nous avons dormi, eh oui, dormi jusqu’à midi trente! Oups! Puis bon déjeuner diner. Vaisselle, réparations diverses (moustiquaire de la cabine arrière, pas parce que l’on en avait besoin, on n’aère pas souvent ces temps-ci, ie depuis 2009, depuis le Labrador, puis le Groenland!!!)… Moi j’ai écrit mes cartes de fête des 20 24 et 27 août… Je m’ y prends de bonne heure car on ne sait jamais quand on verra un bureau de poste! Et la poste au Labrador prenait des semaines, mais était ultra rapide au Groenland!!! On verra…
Eh oui, je les ai postées aujourd’hui, finalement, au bout de la route du nord est de l’Islande! La route arrête là! Un petit village de rien, mais avec une petite épicerie au bout de la route elle aussi, sous la pluie glacée qui mouillait nos pantalons, plaqués par le vent froid! Brrr! Puis nous sommes allés prendre notre douche dans la petite cabane du port, qui ne payait pas de mine avec sa peinture extérieure toute écalée, mais très chaude et fonctionnelle! On a pu laver nos pantalons trempés par la pluie… Je ne
sais pas par contre quand et où cela va sécher! Tout pend dans le cockpit glacé actuellement! Bon, je dois me mettre à concocter un souper… La glace ne fond pas vite dans le frigo, heureusement…  Et surtout, une chance qu’on a du chauffage, mais je pense que je vous l’ai déjà dit!
entrant dans le fjord vers SEYDISFJORDUR, Islande

Entrant dans le fjord vers SEYDISFJORDUR, Islande

S 10/08 SEYDISFJORDUR 65,16’N 14,00’W  73.72 Milles nautiques QPÊ
15:51 nous sommes maintenant au large de Gledtinganes, sur la côte nord est, en route vers SEYDISFJORDUR, la porte d’entrée de l’Islande pour l’Europe, par ferry à partir des  Iles Féroé  et du Danemark… Nous sommes partis ce matin vers 5:30, sur une mer miroir, sans vague, ni vent du tout… Quel contraste avec les derniers jours! Mais la houle est revenue, quoique potable… Et c’est tout juste maintenant que le vent et les vagues nous font face, mais petite brise encore jusqu’à 8 noeuds. Et soleil! On a pu ouvrir écoutilles et hublots pour faire ventiler et sécher un peu le bateau, humidifié par la pluie des derniers jours, sans compter le lavage d’hier qui dégoutait encore ce matin dans le cockpit ainsi que nos souliers et bottes de marche! Un cockpit fermé est quand même un atout important pour ce genre de voyage. Ça devient une serre chaude s’il fait soleil et on peut étendre sur les écoutilles arrières des morceaux à sécher! Je ne sais pas comment font les équipages sans ce magnifique ajout! Mais c’est certain qu’on ne gagnerait pas de course!
La côte est grandiose: reliefs verdoyants, pics rocheux rosés enneigés, récifs noirs au pied de falaises vertigineuses, mer bleue s’ y fracassant en mousse blanche…
Tout probablement qu’on devrait atteindre notre destination vers 22:00 après quelques 75 milles nautiques et qu’on y restera demain pour visiter une dernière fois l’Islande, y faire des commissions,  surfer sur internet, et y écrire et poster des cartes postales! Nous partirons ensuite directement vers les Îles Féroé, pour un trajet de 300 milles nautiques, si la température le permet… Au lieu de passer par NORDFJORDUR comme Claude l’avait prévu…on verra!
19:45 nous sommes au gros quai avec nos planches. Le harbour master est venu à notre rencontre pour nous indiquer où aller. Superbe fjord. Entourée de majestueuses montagnes vertes aux sommets enneigés et falaises abruptes le long desquelles coulent de nombreuses cascades et plein d’éboulis typiques,  SEYDISFJORDUR est une belle petite ville colorée de 700 habitants, pourtant un important centre touristique et commercial.
22:05 nous sommes revenus d’une promenade à vélo dans les rues de la ville. Tout sera fermé en fin de semaine, même l’office de tourisme!
De retour au bateau, je tente de recoller mon beau cabaret que j’avais rafistolé l’autre jour… Tiendra, tiendra pas? Il a quand même survécu à 13 jours de voile! Vive la crazy glue!
D 11/08 “
Journée de repos à Seydisfjordur, sous la pluie par contre! Levés à 11:00, nous avons déjeuné crêpes et sirop d’érable canadien! Puis, nous sommes partis faire l’épicerie, ouverte aujourd’hui dimanche de midi jusqu’à 16:00… Puis internet au terminal du ferry où un gros bateau de croisière, Delphin, de Nassau, mais plein de passagers allemands, était arrivé ce matin.  Heureusement, car l’office de tourisme ouvre alors! Puis glace à la station d’essence et quelques photos en ville… Ensuite écriture des cartes postales afin de les poster ce soir, après notre souper au resto, cheese burgers devant une montagne incroyablement belle, qui doit être dangereuse en hiver: aaaavalanches!
Puis, nous nous sommes dirigés vers l’Hôtel Aldan et son petit resto-café mignon afin d’y déguster un succulent dessert accompagné d’un crémeux cappucino! Le dessert nous a coûté beaucoup plus cher que les cheeseburger! Mais pour fêter la fin de notre périple islandais il fallait aller manger dans ce décor champêtre d’une vieille maison de bois meublée d’antiques étagères de magasin général, tout peint en blanc, aux planchers et aux meubles de pin blond,  et embaumant la bonne cuisine! L’odeur sucrée m’avait accrochée ce matin en passant devant, sur le chemin de l’épicerie!
En fin de soirée, en marchant vers Andrée Anne Rachel, nous sommes entrés dans une autre vieille maison de bois où un jeune homme tient une galerie d’art, exposant ses aquarelles ainsi que des peintures de son grand-père qui illustrait l’époque du début du siècle dans le village et le superbe fjord. Il avait même des dessins au fusain représentant un pétrolier en train de couler au port lors d’une attaque allemande en 1944. En effet, Seydisfjordur était un endroit stratégique pour les forces alliées Britanniques et Américaines. Son grand-père a fait ce croquis à partir d’une photographie qu’il avait prise lui-même petit garçon et qu’il avait conservée alors que les Britanniques avaient saisi toute autre photographie, à l’exception de deux autres!
Et la nuit tombe maintenant! Il fait vraiment sombre la nuit! C’est le premier soir que je le remarque autant! Bonne nuit!
L 12/08 En mer à minuit 64.24′N  011.46′W 80.5 milles nautiques
8:50 nous venons de régler les papiers avec la douanière. Un autre gros bateau de croisière est au quai, cette fois le Marco Polo, de Nasseau encore. Il fait un temps magnifique, un beau ciel bleu et il fait chaud! Il nous reste le diesel à acheter et justement le Maître de Port arrive à l’instant pour indiquer à Claude où aller… En fait, il part avec lui en camion! Ce maître de port mérite des félicitations: très avenant, il nous a beaucoup aidés depuis notre arrivée.
10:50 nous sommes en route depuis au moins une heure maintenant, 100 litres de diesel pour 20000 couronnes islandaises (presque 200$), désalinateur en marche pour remplir le réservoir d’eau, le fjord est calme et magnifique alors je fais du pain et des muffins, malgré mon four un peu récalcitrant!
13:24 nous sommes à voile uniquement, avec un petit vent doux de 12 noeuds , juste parfait quoiqu’au près encore! La houle est minime, des vagues d’un mètre actuellement… Je devrais en profiter pour aller faire ma vaisselle car l’évier est plein! Et la gite commence à se faire ressentir!
21:45 toujours à voile sur la même allure, au près, par petit vent de 9-10 noeuds, légère gite qui ne m’a pas empêchée de travailler mes évaluations pour le dossier électronique au bureau. Ni de faire une belle sauce rosée avec les saucisses,  les feuilles fraîches de romarin,  de l’ail et de vrais piments forts frais, tous achetés hier, ainsi que mes petites conserves de l’an dernier (tomates cerises et crème) qui ont survécu à l’hiver sur Andrée Anne Rachel, preuve que ça ne gèle pas en Islande !
Et là, il faudrait bien que je me couche, pour relever Claude après minuit!
Andrée Anne Rachel aux Iles Féroé , à Torshavn, la capitale
M 13/08  En mer à minuit 62.36′N 008.34′ W 136 milles nautiques
06:11 Claude se lève! J’ai fait un petit 6 heures de nuit, voile-moteur, de 5 à 6.8 noeuds   au près serré au début puis au vent de travers, entre 9 et 12 noeuds de vent. Aucun bateau. Pas de baleine, ni de dauphin… Il fait un beau soleil ce matin mais c’était frisquet cette nuit!
A minuit, on avait fait 80.5 milles nautiques, il en restait 197 et depuis minuit on en a fait 36, il en reste maintenant 161 d’ici Féroé, et sa capitale, Torshavn.
15:05 toujours à la voile tranquille, on a pu diner salade après mon dodo du matin, de 7:00 à 11:30! Puis après diner, Claude  a tenté de dormir à nouveau, sans succès! Maintenant, cet après-midi, il fait plus frais et humide, le soleil parti se cacher derrière un plafond nuageux peu avenant… On annonce du mauvais temps pour demain matin, pluie et forts vents. Ouache! Ce serait bien d’arriver aux  Îles Féroé avant mais c’est peu probable. 165 milles nautiques faits, il nous en reste 90 au moins à parcourir avant la pointe mais un autre 30 ou 40 avant Torshavn.
20:10 bon, souper et vaisselle faits sous la gite… Toujours à voile, même allure depuis hier midi! Jour et nuit! Et le soleil est réapparu en fin d’après-midi dans un bel écrin bleu, évaporé depuis, à nouveau! Plus frisquet encore ce soir. Au lit, France! Ciao
M 14/08 FAROE ISLANDS, TORSHAVN  62.00’N 06.45’W 80 milles nautiques
13:47 288 milles nautiques à date depuis Seydisfjordur, avant-hier… Nous sommes arrivés au sud-ouest des Îles Féroé, plus particulièrement Mykinnes que nous avons longée ce matin tôt, vers 7:00, environ 2 milles au large… Claude m’avait installée à la barre vers minuit 45 après que j’aie dormi pendant presque 4 heures. Il faisait nuit noire et je voyais les premières lumières, un bateau, depuis notre départ! A part, bien sûr, le gros paquebot Marco Polo qui est sûrement déjà rendu aux Féroé à l’heure qu’il est! Au radar, que des vagues, et ces lumières qui s’éloignaient vers le nord ouest… Parfait! Puis plus rien, que des vagues et possiblement de la pluie à 5-6 milles. Puis j’ai vu apparaître la côte des Îles Féréo sur mon radar à 24 milles nautiques vers 2:00. Claude s’est levé vers 2:45 ce matin, incapable de dormir dans ce mauvais temps, grosses vagues et bon gros vent… Et il est resté à la barre jusqu’à 6:45 quand je l’ai remplacé à nouveau, mais il ne dort jamais très longtemps! 9:00 on déjeune et je reprends la barre pour qu’il dorme jusqu’à midi! Dîner tostitos par gros vent arrière jusqu’à 32 noeuds! Mais la côte est superbe: impressionnantes falaises écorchées et ébréchées, coupées par d’immenses failles jusque dans la verdure des sommets plats. Des hauteurs de 1300 pieds… La brume et les nuages enveloppent  les montagnes comme des foulards ouateux et des bonnets blancs laissant deviner au loin les  formes arrondies des sommets. Chanceux que nous sommes, il ne pleut pas encore, malgré les prédictions météo et les gros nuages foncés! Claude précise qu’il a plu très fort cette nuit, vers 4mou 5:00. Je dormais, mais ceci explique le coin mouillé de l’oreiller dans le cockpit!
14:28 On aperçoit maintenant,  à environ 2.5 milles, des collines basses, mouchetées de multiples maisons blanches,  notre destination, Torshavn, où  nous devrions trouver un quai, les douanes, des douches, alleluia! Pour une semaine de tourisme en auto et en camping, sur ces îles amassées comme un puzzle craquelé, non encore assemblé.  Les îles sont réunies par des tunnels, des ponts, des ferry… Territoire du Danemark, maintenant pratiquement indépendant.
21:19 nous sommes propres après une bonne douche à la marina du centre-ville où nous avons amarré Andrée Anne Rachel. Notre quai se trouve presque sur la rue, juste devant le mignon petit café à la devanture moderne, une immense plaque  de fer rouillé percé, au bas de laquelle une terrasse fleurie accueille petites tables et chaises d’osier… Nous y avons soupé et faisons notre internet! Le centre-ville est superbe, peuplé de maisons anciennes aux couleurs variées et osées (ocre, noir, rouge, , bourgogne, marine) et aux toits épais de tourbe et d’herbe longue, presque fleurie! On vient de perdre une heure, se mettant à l’heure de Londres! On a maintenant un décalage de 5 heures avec Montréal!
23:50 nous sommes rentrés de notre ballade sur la rue le long du port, vers Ada, un voilier français en aluminium de 14 m enregistré à La Rochelle mais qui a passé huit ans à Ushuaia, Argentine, et qui vient de passer quelques semaines aux iles Okley. La proprio se dirige maintenant vers l’Écosse, au Troon Yacht Club elle aussi, comme nous, et  en septembre aussi,  pour l’hiver!
France et Claude  été 2013
Westmann's Island (Hemey) Islande

Boathouse Blog is proudly powered by WordPress and the Theme Adventure by Eric Schwarz
Entries (RSS) and Comments (RSS).

Boathouse Blog

Boathouse blog