aar_map

Web translation here

Mercredi 22 juin, 13:30

Il pleut! Rien à faire d’autre que d’aller magasiner et faire du lavage! Et faire des crêpes pour un brunch de midi.

Levés tard car nous sommes partis tard hier soir en soirée  à 23:34 du camping de Tromsø où nous avons réussi à laver encore deux brassées en 4 heures!  Deux laveuses à la fois! Ça prend un peu moins de quatre heures pour laver et sécher une brassée! Ouf! Heureusement qu’on peut surfer sur internet!

Il pleuvait,  alors j’ai pu faire du repérage! Pas de lait écrémé en poudre à Tromsø, non! “Acheté juste par les vieilles personnes”, m’a dit le vendeur, (de notre âge, quand même!), “alors on n’en tient pas beaucoup, voyez, la tablette est vide!” Pourtant pratique sur un voilier dans les îles polaires où les épiceries ne feront pas légion!

“Et avez vous du thon en conserve dans l’huile? Je n’en vois que dans l’eau.”
“Non, il n’en reste plus”, me répond-il en me montrant encore une tablette vide, ” c’est à cause du prix. Deux fois moins cher que celui dans l’eau, alors les gens vident la tablette! “

Bon, c’est bien de demander, deux tablettes vides ne veulent pas dire la même chose!

Ensuite de chercher du vin et du rhum! Il faut aller, tenez vous bien, à la boutique “VinMonopollet”! Eh oui, au monopole du vin! On a enfin trouvé dans le gros centre d’achat allure Carrefour Laval, par sa circularité, mais deux étages bas, remplis de magasins très mode, dont on reconnaît plusieurs bannières.

Claude s’est trouvé chez JULA  (genre de Canadian Tire) du WD40, du nettoyant à connections électriques et de la peinture aérosol pour peindre notre petite planche pour rallonger le banc du cockpit afin de mieux y dormir, pieds étendus! Il va la peinturer dans le hangar à l’abri de la pluie.

Puis vers 14:00 on aboutit au camping pour faire du lavage, mais la salle est occupée. Une seule laveuse est libre! Non, mieux vaut revenir pour deux laveuses à la fois. On réserve alors 20:00 ce soir.

Et on retourne au bateau pour faire des bricoles dans la cabine car il recommence à pleuvoir de plus belle!

Pendant que je range dans des sacs ziploc le linge lavé la dernière fois, puis dans les armoires qui commencent à être bourrées, Claude répare la planche de bois près du bain, encore une fois cassée l’été dernier par un coup intempestif d’une grosse vague, comme en 92 à Ocracoke, au Cap Hatteras dans les Outer Banks, Caroline du Nord, sur la côte est américaine, grosse vague donc qui avait levé les bancs de la cabine principale ainsi que les armoires de la salle de bain,  cassant ainsi les barrures des portes qui, en s’ouvrant, déversèrent leur contenu sur le sol! Presque la même chose l’an dernier, portes ouvertes, tout par terre et barrure encore cassée! Ça joue rough en mer!

Et nous récupérons les coussins bleus des bancs du cockpit pour tapisser et protéger le fond et les côtés du bain contre les coups et l’abrasion créée par les réservoirs de réserve de diesel qui y seront désormais tous les cinq entreposés (au lieu de juste deux, vu que le nouveau système de chauffage  Espar est plus gros et plus fort, donc plus chaud que l’ancien dans le coffre arrière du cockpit et donc ce serait trop dangereux d’y ranger encore les 3 autres réservoirs!). Le plus achalant sera de tout vider pour prendre notre douche!

Pour l’instant, on prend notre douche à la marina, et hier soir, après le lavage, vers minuit et demi, je l’ai prise après le chien d’un autre capitaine! Il avait tout nettoyé, il, le maître, mais ça sentait le chien mouillé quand même! Ouache un peu!

Et le lavage hier soir fut un peu ardu. Arrivés en avance vers 19:30 pour être sûrs d’avoir nos deux laveuses de 20:00, nous avons trouvé la salle bien pleine! Une française vêtue d’une combinaison de voile parlait au cell alors que toutes les machines fonctionnaient, une autre femme avait son panier de linge mouillé propre qui attendait une sécheuse, un jeune homme tout frais sorti de sa douche, pieds nus, vêtu uniquement de sa petite serviette et de son manteau de pluie,  venait laver son linge dans un évier et les femmes lui ont laissé spinner ses vêtements pour qu’ils sèchent plus vite sur le séchoir! Un autre gars, un néerlandais, guide au Chili, est venu finir de laver son linge qui trempait dans le second évier! Ouf! Bien du monde! Finalement j’ai pu rentrer deux brassées de linge dans deux laveuses gratuites! Et faire sécher l’une des deux aussi gratuitement! Mais quand la première laveuse termina son cycle, Ô surprise, rien n’avait été essoré! Gorgées d’eau, les douillettes ne pouvaient être essorées à la main. Trop lourd, trop gros! J’envoie la moitié dans l’autre laveuse que j’avais arrêtée avant la fin de l’essorage très rapide, puissant et efficace… Et l’autre laveuse j’y laisse la moitié, pensant que si elle est moins pleine elle essorera mieux! En pressant le cycle spin, elle recommence à se remplir d’eau et à laver, et marque 3 heures 23 minutes! Claude à son grand désespoir, tente de débarrer la porte, impossible, une frontale ne veut pas ouvrir tant qu’elle a de l’eau! Il va chercher le gars du camping, qui ne peut rien faire non plus, sauf de mettre ma carte dans la  machine, et me faire perdre pour rien mon 100 kr ou 17$! Zut! Car il faut attendre la fin du remplissage et la fin du trempage avant de pouvoir débarrer la laveuse et y récupérer notre linge! Finalement on sortira à minuit vingt, après cinq heures de lavage et d’Internet! Hihi!
Il reste encore une poche de lavage!

De retour au bateau, il fait clair, et très beau.  On pourrait travailler sur le bateau, sauf la teinture car ça prend du bois sec! Mais on va se coucher, car jeudi midi, le mécano viendra vérifier le moteur et ses injecteurs!

Il nous restera, s’il fait beau, plusieurs travaux extérieurs:

Nettoyer le pont awlgrip avec du awlcare
Laver les fenêtres et moustiquaires du  Dodger
Resserrer les étais, patarras et haubans
Remettre les voiles
Finir la teinture extérieure sur le pont et derrière le cockpit
Réparer la pompe de pont (mon boyau d’arrosage à l’eau de mer)
Remettre les  balises sur l’étai arrière
Frotter les winches avec du Métal Wax
Arranger le mât pour qu’il cesse de couler dans la salle à diner!
Remplir la bonbonne rouge de propane, vidée en septembre 2015.

Et commencer à coudre mes patches pour la toile de remisage! Ce serait une bonne idée! Mais ça ne me tente pas du tout!

Jeudi 23 juin 2016

13:20 Le mécano vient de repartir, pas les bons outils pour sortir les injecteurs qui sont probablement la cause du problème de la fumée blanche bleuâtre… Il va revenir dans 1 heure et demie car quelqu’un d’autre l’attend!

Et il pleut toujours, et Claude pleure toujours le soleil! Snif!

18:55 Je prépare le souper pendant que Claude vide l’eau du dinghy! Il a plu à verse! Une accalmie cet après-midi nous a permis de resserrer étais, haubans et patarras, remettre divers bidules en fonction sur le pont, ranger la gaffe et les planches dont j’ai encore changé l’un des six mousquetons de laiton, toujours cassés l’un après l’autre! On a pu revoiler Andrée Anne Rachel qui a de plus en plus l’air d’un beau voilier! Remettre en fonction mon boyau d’arrosage, la pompe fonctionnait finalement! Probablement qu’elle aime mieux être dans l’eau pour s’activer! Qui sait?

Et surtout, bonne nouvelle, le mécano a trouvé le problème! Deux des quatre  injecteurs sont défectueux… Ils vont commander les pièces, changer les morceaux, remettre des washers neufs au cœur du moteur… Pour la modique somme de 12000 kr ou 2000$ incluant le temps du mécano qui reviendra installer le tout pendant notre absence le 11 juillet! Un moteur Yanmar comme ça vaut 35000$ ici! Ça vaut la peine de réparer! Espérons que c’est vraiment le seul et unique problème! Car nous serons de retour le 16 juillet pour quitter Tromsø vers le nord  le 17 ou le 18 juillet selon les marées et le vent!

Ce soir, congé de lavage. Peut-être que je me mettrai sur le lavage du pont par contre! Mais non, car Claude veut teindre sur du bois sec!

Ou continuer mes patches pour la toile de remisage. Les deux petites sont faites, recto et verso, puis à coudre sur la toile même , donc trois épaisseurs, idéal pour les doigts, d’où quatre dés à coudre recouverts d’un gant de nitryle pour retenir le tout! Il me restera à faire les deux grosses patches d’un pied sur deux!

Vendredi 24 Juin 2016

22:30 Belle journée relaxe malgré la pluie et le lavage, encore!

Nous nous sommes levés sous la pluie, pas mal tard, 11 h 30am, et pendant que je préparais les crêpes pour le brunch du midi, encore, aussi, Claude est parti faire remplir la bonbonne de propane rouge, vidée en septembre 2015… Nous en avons donc maintenant trois en réserve, mais deux islandaises jaunes de 2 kg seulement et l’écossaise rouge de 3.9 kg. C’est pas gros! On avait auparavant deux bonbonnes canadiennes de 12 lbs ou 5 kg chacune! Et c’est cher! 31$ pour faire le plein de 3.9 kg au lieu de 12$ chez nous pour 10 lbs! Enfin! Au moins on a rempli!

Après diner, cap sur le camping pour nos deux dernières brassées de lavage si on peut réserver ! Eh oui aucune réservation à 14:00! Je prends! 2 machines! Merci! Et nous passerons l’après-midi là à faire internet, Claude en montrant ses photos d’Islande, d’Ecosse et du Groenland à une retraitée allemand en motorisé pour 8 semaines en Scandinavie, mais  qui adore l’Écosse ! Très gentille dame. Et moi j’ai passé mon temps à expliquer les machines à tous les nouveaux arrivants, et ainsi, j’ai reçu d’une gentille suisse une bouteille de vin rouge pour lui avoir plié son linge tout chaud et lui avoir expliqué les machines si gentiment, m’a-t-elle dit! Je n’en revenais  pas de ce cadeau, bien trop pour pas grand chose, mais merci! C’est très gentil!

Puis, profitant encore d’avoir premièrement une auto et deuxièmement plein de choix, nous ferons une dernière épicerie dans une autre succursale bien plus nantie de Coop Extra, près du camping, bien meilleure que l’autre près de la marina pour des réserves de chips, savon à main, à vaisselle, vinaigrette César, essuie tout, sauce worcestershire (truc écologique pour nettoyer du brass semble-t-il, à essayer au retour),  huile d’olive au basilic (-aahhhhhh yesssss! Si bonne au basilic!), mélange à crêpes, crème fouettée en aérosol qui sauve bien des desserts secs!

Puis retour au bateau pour serrer le tout dans les bancs bien remplis maintenant, et pour faire sécher complètement les gros morceaux (douillette et couvre matelas récalcitrants au séchage!) devant la chaufferette!

Vérification des vélos et des pneus pour notre retour de l’aéroport quand nous irons porter l’auto de location en juillet juste avant de décoller de Tromsø pour Svalbard.

Préparation de la valise de retour contenant les trois autres valises, en fait des sacs gigognes! Nous sommes arrivés avec trois gros sacs de 50 lbs, pleins de bouffe, de  produits divers, d’outils et de morceaux pour le bateau, et le fusil! Et un gros sac vide au cas où les douaniers ou la sécurité auraient exigé un sac tout  seul pour le fusil… Nous repartons avec un seul sac contenant les trois autres et le fameux chargeur 110-220 ProMariner mort pendant notre première nuit, à ses cinq ou six ans d’âge!  Et des shorts trop froids pour le canton! Juste 28 lbs à date! Et ça ne coûtera que 100$ de bagages! $100 la valise en avion, c’est du vol! C’est le cas de le dire, vol, vol d’avion! Hihi!

Demain samedi sera notre première et seule journée de congé en deux semaines: nous irons faire du Hiking sur la montagne derrière le camping! Celle du téléphérique! On peut la monter à pied il parait. Espérons qu’il fera beau! Mais, j’en doute!

Samedi 25 juin 2016

Belle journée de Hiking sur deux sommets qui surplombent Tromsø, et sous un ciel bleu orné de magnifiques cumulus blancs, très ouatés, énormes, mais un ciel occasionnellement ennuagé au début après une matinée pluvieuse, d’où le départ tardif à 13:00 et retour à 18:30 à notre auto au pied de la montagne du téléphérique.

image10

Nous avions monté par le côté, à travers une forêt magnifique sur une pente très pentue! On a monté 600 pieds dans le temps de le dire! Puis nous avons longé un beau ruisseau jusqu’à de la neige!

image11

Eh oui! Plein de belles plaques de neige, un peu difficiles à grimper, mais très amusantes à glisser en redescendant en ski-bottine! Puis nous avons finalement atteint la région du téléphérique et continué vers les deux sommets, le premier, Fløya, 2140 pieds, marqué d’un énorme cairn maintenant une grosse girouette de métal agrémentée de drapeaux de prière tibétains/népalais.

image12

Sommet de Fløya.

Nous avons poursuivi notre randonnée sur cette grande région plate, mais qui montait tout le temps, vers notre second sommet,  Spandoya, 776 m ou 2571 pieds, lui aussi marqué d’un gros cairn mais pas de livre à signer, ni de drapeaux, et pourtant plus haut et plus loin!

image13

image14Vers Spandoya

image15Sommet de Spandoya

Et les nuages décidèrent d’en finir avec le beau temps, envahissant toute la région et colorant de gris foncé la belle lumière que nous avions jusqu’à 16:00 pour notre lunch sur la montagne! Et du vent! Brrr! Nous redescendrons donc dans le brouillard, rencontrant encore des gens mais pas mal moins! Un arrêt au téléphérique pour avoir une belle vue sur Tromsø, finalement dégagée pour l’occasion.

Et nous retournons au bateau après avoir fait le plein de notre petite Polo à  remettre demain matin aux aurores, $47 pour 290 km /18 litres  (45 milles au ballon ou 16 km au litre) utilisés dans nos deux semaines ici. Elle n’est malheureusement pas électrique! Et la location nous aura coûté $1000, quand même! Mais au retour, elle nous coûtera 200 ou 300$ pour deux jours! Pas mal pire!

Valise peaufinée et autres préparatifs de départ, teinture  extérieure finalement, le bois ayant un peu séché, souper à  21:30 malgré le propane qui ne veut pas fonctionner (alarme continuelle empêchant la valve d’ouvrir! À vérifier en juillet!) puis douche et séchage de cheveux! Finis les cheveux bouclés pour trois semaines! Sinon ma fille ne me reconnaît pas!

Cadran à 5:00 demain matin, ou plutôt ce matin! Il nous reste 5 heures à dormir avant  de partir pour l’aéroport! Bonne nuit!

Dimanche 26 juin, levés à  5:08am, il fait toujours  la même  clarté de jour  ou de nuit!
On emporte le reste du linge sale et le chargeur! Il est 6h10 quand nous arrivons à l’aéroport. Et nous sommes fichés, “Où se trouve votre arme à feu?”, nous demande l’agent de bord qui enregistre notre bagage. “Nous le laissons ici au bateau pour revenir en juillet vers Svalbard. Svp mettez une note que nous n’avons pas d’arme à feu dans nos bagages!” Nous partons enfin pour le Canada afin d’aller travailler au bureau trois semaines et revenir pour huit semaines de la mi-juillet à la mi-septembre pour la suite de nos aventures polaires!

Ciao

France et Claude

cobraCliquez sur l’image pour en savoir plus

Written on June 27th, 2016 , Info, Nouvelles/News, Photos, Voyages Tags: , , ,

English web translation here

24 Septembre 2015, Tromsø

23:57 Longue journée de travaux, et peu de travaux… Lavage des moisissures sur les combinaisons flottantes jaune et orange de Claude et de son pantalon imper jaune, sur la table de pique-nique et à grande eau…
1
La combinaison flottante orange ainsi qu’un pantalon imper tentent de sécher au soleil bas , bas même le matin!

Puis la sortie du réservoir de diesel! Pas une mince affaire! D’abord il a fallu dévisser la table et la retirer pour avoir accès à la cale et le réservoir, caché sous des fils électriques de toute sorte ainsi que des tuyaux, le ground, et des renforts de fibre de verre fixant le tout!  Il a fallu driller des trous pour faire une ligne pointillée tout en cachant les fils du côté tribord et les tuyaux du côté babord afin de briser la mince couche de fibre de verre retenant le réservoir dans la cale… Ça a marché… On avait aussi pompé le diesel restant, environ 55 litres. Puis hisser le réservoir et le sortir!!! D’abord du trou pas plus large et long que lui! Ensuite par l’escalier de l’écoutille, puis dans le cockpit et finalement par le petit trou constituant la porte de la toile pour enfin la redescendre par l’échelle haute d’une dizaine de pieds! J’ai mesuré et dessiné les formes bizarres du réservoir, genre de pyramide inversée, plus large en haut qu’en bas, et en arrière qu’en avant, et en escalier! Spécial! Et heureusement, elle était bien en train de percer lentement, montrant trois points faibles d’où le diesel semblait suinter! L’aluminium de 27 ans n’aurait pas tenu le coup longtemps! Ouf! On n’a pas fait cela pour rien! On va en faire faire une en acier inoxydable, beaucoup plus résistant et durable.

2
Vue plongeante de notre belle salle à dîner! Le bordel! On voit la table déplacée avec une partie du plancher à droite en haut, un autre morceau du plancher à moitié remis au milieu, au dessus de la fosse septique à droite et du réservoir de diesel à gauche en bas.

3
Claude sale et fatigué posant douloureusement avec son réservoir, sorti à grand peine du voilier, et descendu à bout de bras dans l’échelle à 10 pieds de hauteur!

4
Le réservoir tête en bas. On voit les endroits suintants sur les parois de “l’escalier”.

5
Le trou béant laissé par le réservoir qui descendait en escalier jusqu’au fond de la quille.

Puis Claude s’est attaqué à l’arbre d’hélice et au manchon qu’il rapportera à là maison pour le faire machiner et refaire de nouvelles vis spéciales. Sa réparation temporaire a tenu le coup mais la vis patentée avait quand même crochi et n’aurait peut-être pas tenu le coup bien longtemps! Il a retiré le PSS, genre d’accordéon en caoutchouc qui rend étanche le trou d’hélice. A changer aussi au retour. Il a enlevé l’anode au pied de l’hélice, complètement rongé par l’eau de mer salée. Le coupe-corde a été retiré également pour l’amincir et gagner quelques millimètres. Par contre, le couplent de brass résiste et ne veut pas bouger! On arrête là. Souper, vaisselle et Wi-Fi en auto à l’arrêt de bus à côté de l’info touristique!

 25 Septembre 2015, Tromsø

Belle journée ensoleillée et malgré le soleil bas, assez chaude pour finir de faire sécher encore les combinaisons et les linges à vaisselle et notre petite corde à linge de quelques vêtements.

Nous n’avons pas réussi à rejoindre le proprio de Maritim Slip And Motor. Ici, la marina est fermée ce matin! Bjorn n’est pas ici et c’est vendredi, notre dernière journée ouvrable pour régler nos affaires de moteur et de réservoir! Nous avons finalement réussi à attraper deux de ses hommes arrivés en fin d’avant midi. Au moins nous pourrons leur laisser la clef du bateau et de la paperasse pour faire bâtir un nouveau réservoir de diesel, mesures et dessins.

Heureusement qu’il a fait beau toute la journée! J’ai pu recoudre (encore!) ma toile, une autre fermeture éclair près des haubans babord, ce que j’ai fait, juchée dans l’échelle, à 10-15 pieds du sol. Une bonne heure au moins, sinon plus. Un peu peur de tomber! Je ne sais pas pourquoi!

6
Mon installation pour recoudre la fermeture éclair de la toile, en haut complètement, près des cheminées faites pour faire passer les haubans.

Entre-temps Claude est allé voir un mécanicien un peu plus loin sur la route pour faire couper un cutlass bearing et faire sortir le vieux, bien emprisonné dans l’étambeau. Opération réussie! Ce dernier nous a suggéré un autre nom pour faire construire notre nouveau réservoir, Maritim Sveiseservice, non loin. En même temps, Claude a fait égaliser son coupe-corde afin de l’amincir pour qu’il prenne moins de place sur l’arbre d’hélice. Nous avons remis l’étambeau  en place, bien étanchéifié par un tube de Mastic marin, tube neuf que nous avons dû éventrer pour sortir le produit qui ne coulait pas trop! Il semble encore bien efficace, nous étions tout collés et en perdions des bouts de gants de vinyle, tellement ça collait! Claude serrait à partir de la cale et moi, dehors! L’eau ne devrait pas rentrer par là! On ne devrait pas couler en 2016! L’hélice, quant à elle, fut toute démontée et remontée minutieusement, bien graissée elle aussi!

Claude est retourné dans la cale pour fixer un nouveau moustiquaire de métal dans le fond afin de pouvoir récupérer les outils qui pourraient s’échapper pendant les travaux, l’ancien étant tout troué. Et moi, pendant qu’il replaçait la cale, ses outils etc, je me suis attaquée au laiton de l’hélice, pas mal terni par au moins deux automnes de paresse de ma part! AF-FREUX! J’ai dû passer les deux tiers de ma bouteille neuve de MÉTAL WAX, ainsi que pas mal d’huile de coude et de poignet et d’épaules, et au moins deux bonnes heures de frottage jusqu’à la noirceur. Cinq gars sont venus à côté de moi, frotter et polir un énorme bateau moteur tout le temps que je frottais ma petite hélice, et ils sont partis avant moi! J’ai arrêté à 19:34, à la noirceur, ayant poli presque parfaitement cinq des six côtés des trois pales de l’hélice, la sixième complétée à 80% peut-être! Je ne voyais plus très bien les portions noircies! Puis je l’ai emballée dans un gros sac vert pour l’hiver! Ça sert à quoi de la frotter quand elle passe son temps cachée dans un sac vert ou bien sous l’eau! Ce sera pour le plaisir des baleines et des dauphins!

Pendant ce temps, Claude a complété l’hivernisation du désalinateur et de mon boyau d’arrosage sur le pont et sa pompe d’eau de mer. Il ne me restait qu’à faire tremper et laver très bien les deux réservoirs du désalinateur, afin qu’il ne reste aucun résidu, ni d’odeur nauséabonde qui provient du processus et des saletés de la mer, un enduit verdâtre dégueu qui s’accumule au fil du temps! Au début, les premières années, on ne faisait que rincer, rincer et rincer, mais l’an dernier, après que les odeurs ont débuté, j’ai relu les instructions et il fallait bien laver au savon… Pas mal mieux cette année!

Et je n’ai jamais réussi à utiliser la laveuse-sécheuse de la salle de bain de la marina. Elle est toute petite, et prend un temps fou, à laver puis sécher, style 4 heures à ce que j’ai vu! Quand j’ai pu la voir, car je n’avais pas le temps de la surveiller et de lui sauter dessus!

Soupons! On finit le frigo, et on doit faire une petite épicerie pour les deux déjeuners restants du samedi et du dimanche. Il me reste encore pour un lunch du midi deux pitas au thon que j’ai préparés il y a trois dîners. Demain soir, souper pizza! Pour France! Je suis en manque! Et dimanche, on finira fruits, tomates, chips, biscuits, etc…

En lavant la vaisselle et ensuite les réservoirs du désalinateur, la pompe de l’eau potable fait des siennes! Le réservoir est vide! Vois-tu, finis, les repas! On n’a plus d’eau pour laver la vaisselle! Bon timing! On ferme le réservoir de propane et on hivernise aussi les robinets d’eau potable, chaude et froide, la douche, le bain.

Repos bien mérité ce soir! Crevés, nous sommes! Quelles belles vacances! Oui, oui, on a eu de super vacances, mais les derniers neuf jours sont du travail de forcenés! Mais, ne pas se plaindre, ce ne sont pas de gros problèmes! Il y a bien pire! Et pour avoir des vacances, je l’ai toujours dit, il faut bien travailler!

 26 Septembre

Levés à 10:00! Il fait si noir sous notre toile! Et nous étions si crevée la veille!
Beau déjeuner aux Croissants chocolat et yogourts achetés la veille à l’une des trois épiceries sur la route, pas loin, la plus proche!

Vaisselle minime. Puis je m’attaque aux réservoirs du désalinateur que j’ai laissés à tremper hier soir, mais il reste encore des plaques de sel, tres dures! Ensuite, ce sera le tour aux défenses de la toile! Pour faire bomber la toile, et empêcher les frottements excessifs. Triage des vêtements à laver ici en juillet, ceux à rapporter à là maison, et ensacher ceux qui sont propres, pour éviter l’humidité et là moisissure. Les manteaux, tout le tralala…

Claude, pendant ce temps, est en train de teindre le plancher et le porte moteur du dinghy, bien installé sur le pont du bateau, où le tout séchera sous la toile pour l’hiver.

Puis on s’habille en civilisés! Cute! Bof… Moins laids! Et on sort! D’abord, visite au Maritim Senter : un magasin de produits divers pour les bateaux… Et on y trouvera notre nouveau système de chauffage Espar, Airtronic D4, pour 12500 kr ou 2100$. Taxes incluses! Vendu! Pas besoin de transporter ça en avion l’an prochain. A part que les instructions sont en norvégien! On devrait en trouver en anglais sur internet! De plus nous avons reçu d’autres références pour le réservoir (la même que la veille, mieux selon ces deux sources…) et pour le moteur, si jamais cela ne fonctionnait pas avec ceux qui ne sont pas venus cette semaine tel que promis! Il paraît que ça arrive souvent aussi au niveau des prix, qu’ils ne sont plus les mêmes après le travail!
Ce serait pour le réservoir, Maritim Sveiseservice et pour le moteur, JH Motor AS, concessionnaire des Yanmar, malheureusement fermé aujourd’hui samedi, comme là semaine dernière quand nous faisions notre tournée de reconnaissance avant de voir Bjørn de la marina Skattora et le mécanicien de l’autre compagnie… On verra! On va s’organiser à distance, par email et avec l’aide de Bjørn et possiblement de Maritim Service, au besoin.

Puis nous nous sommes rendus au Sentrum, le beau vieux centre-ville, dans un stationnement en ville dans un labyrinthe de tunnels… Avec cameras… 10$ pour 3 heures, pas pire du tout!

1
Une foule de tunnels percent le sous-sol de la colline du centre ville!

Un peu de magasinage pour finaliser nos cadeaux norvégiens, complétés également au très original musée Polaria que nous avons visité. Visionnement d’un documentaire très intéressant sur cinq écrans, quasi 150° dévoilant les beautés spectaculaires de Svalbard, la possession Arctique de la Norvège, où nous nous rendrons l an prochain, jusqu’à 81°nord de latitude.  Puis, un spectacle de phoques dans l’aquarium du musée.

2
Belle facade du Sentrum, (centreville)

Malheureusement, le musée de verre contenant le MS Polstjerna, le navire de l’expédition d’Amundsein, était fermé. A l’an prochain!

Nous avons aussi visité sur une colline une belle ancienne demeure jaune transformée en galerie d’art moderne fêtant ses 90 ans, ROMSSA DÁIDDASIIDA.

Puis visite du centre d’achat en ville où j’ai finalement trouvé une succursale de produits alcoolisés pour notre vin l’an prochain! Et ça ferme à 15:00 le samedi!

Puis nous nous sommes rendue au Centre d’achat près de l’aéroport pour acheter chez JULA de l’antigel, encore des ciseaux à herbes et un nouveau fil électrique pour le 220V.  Nous avons vu également, mais trop tard, une belle petite chaufferette électrique pour 20$ et une rallonge électrique à 20$… On ne devrait plus en avoir besoin avec notre nouveau système de chauffage! Mais ça aurait été pratique cette semaine car le système de chauffage refusait de partir depuis que nous sommes arrivés à Tromsø! Neuf jours! Brrr! Huuuumiiiiiiideeeeee!

Et enfin, mon souper PIZZA, merci!!!!

Valises à remplir et peser! Oups! Toutes les cartes marines papier de l’Islande, l’Écosse, les livres d’Ecosse, si lourds, les morceaux de bateau à rapporter, le vieux DVD inutile, ainsi que la boîte de signalement d’urgence dont on ne se servira plus…  Et la housse du coussin à corriger. On revient à la maison avec deux valises au lieu de quatre! C’est mieux!

 27 Septembre

Il pleuvait ce matin alors que nous voulions grimper la montagne derrière le téléphérique qui est actuellement fermé… En fait Claude voulait quand même, mais pas moi, pas le bout d’avoir les bottes mouillées, les guêtres sales tout l’hiver dans le bateau… On part ce soir quand même! Plutôt, nous ferons du vélo !
Et déjeuner, vaisselle minime encore (on n’a plus d’eau!)…
Mais, avant de déjeuner, encore la chaise musicale, comme on fait depuis neuf jours: je dois dégager le banc de la table, donc ôter les valises et les mettre sur le lit que je dois donc refaire avant! Et protéger le matelas contre l’humidité, alors que le côté du mur de fibre de verre est déjà transis! Merde! Tant pis, on verra l’an prochain. Je rajoute des couvertures synthétiques qui peuvent absorber et sécher, puis les coussins ensachés, comme les oreillers, le linge sale dans un gros sac de coton, les souliers à ensacher, tout cela dans le fond du lit avant… Puis, installer les valises sur le lit mais moins loin, sur le bord… Et sortir les sacs à dos, pantalons imperméables, bottes de montagne, guêtres et bâtons (Claude n’est pas encore convaincu!)…

Et déjeuner! Puis finir de vider armoires de cuisine, frigo, laver le tout… Les vélos sont restés toute la semaine dans l’auto, pas de place dans le bateau!

Puis nous sommes partis en auto vérifier où prendre les différentes trails pour les sommets environnants, visiter l’église si spéciale, mais plus belle de loin qu’à l’intérieur… Ensuite, nous sommes allés voir le camping Tromsø où nous pourrons faire du lavage l’an prochain! Le plus chic camping que j’aie vu de ma vie! Très chic, une vraie réception d’hôtel huppé! Incroyable! Et c’est pour cela que la brassée de lavage coûte 100kr! Ou 17$! Et je devrai en faire au moins 3-4, avec les literies, les serviettes des coussins, les serviettes, guenilles, linges à vaisselle, nos vêtements! Ouf! A l’an prochain!

1
L’église de Tromsø

Puis, du vélo! Nous avons parcouru 24.54 km jusqu’à 14:30, donc 1.5 h à vélo le long d’une Trail d’une longueur de 12.32 km d’un bout à l’autre de l’île, en gravois, au milieu de l’île, et de côtes en grandes côtes! Pour une île plate! Revenus par la route, bien plus belle piste! Mais pas dans le bois! Pour un grand total de 368 km de vélo cet été 2015 en Écosse et en Norvège.

2

Au bout de l’île, presque, voici la vue derrière nous, le sentier qui momtait pas mal! Ça ne parait pas trop en photo!

Retour au bateau vers 15:00 pour finaliser la fermeture d’Andrée Anne Rachel: vélos remontés dans la cabine arrière, valises sorties et repesées, et on s’en va pour l’aéroport! Vol à 21:00 ce soir Tromso-Oslo et demain matin oslo-Londres puis Londres Montréal, à 8000 km d’ici! Retour à la maison lundi soir 28 tard et au travail mardi matin le 29!

Retour en Norvège en juillet 2016!

Ciao Andrée Anne Rachel !

France et Claude

nd_fr

Written on October 9th, 2015 , Croisière/Cruising, Croisière/Cruising info, Voyages Tags: ,

English web translation here

Jeudi 3 Septembre 2015 Steine, Lofotens, 68°07′N 013°48′E

31.24mn, 1284.08mn (2015-2), 1713.16mn (total 2015) QPL

13:56 Nous sommes en route depuis 11:00 après avoir levé l’ancre, comme un bateau taxi passait pour déposer cinq jeunes hikers. Le trimaran était déjà parti. Nous avons repassé notre pont de 18 mètres, alors qu’un travailleur de la construction sur le pont vérifiait lui aussi si l’on passait! Et nous photographiait! Ça devait être juste! Moteur sur une mer calme, sous un ciel nuageux, couverture grise se terminant au loin, près du continent, qui lui, bénéficie d’un dégagement bien clair! Comme hier!

Donc moteur aujourd’hui par temps calme: donc, désalinateur d’eau, inventaire des produits entreposés, reprisage de la toile dans la cabine en écoutant mon livre en cd!

Là, je me repose et je fais mon journal depuis le 31 août et j’écris mes cartes postales!

16:42 Nous sommes arrivés à Steine, petit village de pêcheurs et nous avons encore une fois attaché Andrée Anne Rachel au quai en cherchant partout âme qui vive pour nous dire si nous pouvons rester ici ou pas! Personne, une dame mais qui ne parle pas anglais. Nous voulions jeter l’ancre dans une jolie petite baie pittoresque mais un Fish pond échoué y avait pris pas mal de place. Il fait une petite bruine et Claude veut aller monter une montagne… On verra qui va gagner! La pluie ou Claude …

1L’entrée étroite de Steine

2Andrée Anne Rachel au quai de Steine et la montagne que nous irons grimper!

19:22 Claude a gagné, nous sommes allés grimper la petite montagne abrupte de l’autre côté de la baie. Et il a plu aussi! Trempés, plein de grenailles des grandes herbes que nous foulions pour une meilleure prise sur les pentes assez aiguës, ma foi. Et plein de bleuets, tellement meilleurs qu’à Reine! Belle vue des alentours. Je suis à faire le souper maintenant, Claude fait du ménage dans ses photos. Le chauffage fonctionne à plein, y’a des choses à sécher! Dont mon iPad! Une chance qu’il est dans son étui LifeProof, imperméable et flottant! Flottant, pas si grave à date! Pas encore essayé!

3
Vue à partir de notre petit sommet rempli de delicieux bleuets, de conifères rempants de si bonne odeur et de grandes herbes qui couvrent la tourbe et les roches.

4Claude et ses bleuets! Sous la pluie!

Vendredi 4 Septembre 2015 Svolvær 68°14′N 14°034′E

22.8mn, 1306.88mn (2015-2), 1725.96mn (total 2015) QPL

10:13 Départ de notre quai de Steine pour nous rendre à la. Capitale des Lofotens, Svolvær. Il pleut, ne vente pas, la condensation mouille tous les murs sous les fenêtres et dégouline sur ce qu’il y a sous les fenêtres!

10:32 À voile maintenant, petit vent de 12-14 noeuds du Sud, Sud-Ouest.

12:53 Petit repos du reprisage de la toile, que je continue dans la cabine malgré la légère gîte à voile. Pas si pire. J’y retourne!

14:35 Arrivés à Svolvær, nous sommes au quai des visiteurs non loin du Thon Hotel, sous la pluie, après avoir passé sur tribord une statue sur un roc, telle la Statue de la Liberté, mais en plus petit, une mouette sur la tête en guise de couronne temporaire (elle s’est envolée à notre passage! ). Électricité, eau, la grande ville ici, la capitale des Lofotens. Mais pas de WiFi… Il faut dire que la machine pour payer notre quai ne fonctionnait pas et a failli garder la carte de crédit de Claude! Peut-être qu’on aurait eu un code Wi-Fi! Personne n’est venu non plus! C’est ce qu’un autre voilier nous avait dit, un jeune homme en solitaire vivant sur son bateau pour un an… On ne l’avait pas tout a fait cru et il avait raison, la machine à carte ne fonctionnait pas et il n’y a personne à contacter!

5Statue à notre entrée au port de Svolvær, avec sa mouette en guise de couronne!

17:32 Nous revenons au quai après des commissions dans trois épiceries et un marchand de vin! Charmante petite ville dont les terrasses de restos d’hôtels et des magasins longent les quais animés même sous la pluie! J’ai pu poster mes cartes de fête et des cartes postales.

6Notre quai tout près du Sentrum, le centre ville de Svolvær
7Une autre vue de notre quai au centre, et le gros bateau de croisière arrivé en ville.
8Les belles terrasses le long des quais, l’église au loin

9Une belle fenêtre sur une collection de minous!

10Nous sommes vraiment en ville!

20:41 Belle promenade après souper dans les rues et sur les quais. Nous avons rencontré un chauffeur d’autobus chechene qui parlait russe, chechene et norvégien, pas un mot d’anglais mais nous avons pu comprendre les indications pour la station de propane pour remplir nos bonbonnes vides. Il pleut toujours. Un gros paquebot de passagers est arrivé en ville pour quelques heures, amenant son lot de touristes, ainsi que des vendeurs sur la place! Belle boutique d’hôtel, j’y ai acheté du thé d’été, de Norvège, qui sent tellement bon! Et de Bex savons faits à la main en Norvège. Le bateau Nordlys, de Tromsø, vient de quitter son quai. Et nous ne sommes pas allés au cinéma, même si on y jouait U.N.C.L.E,  film re make de la série de mon enfance, “Des Agents Très Speciaux”… J’aurais aimé y aller mais, 40$ pour deux billets, c’est un peu cher! Chez nous, avec notre carte spéciale Cure, au Guzzo, nous payons 14$ pour deux! On se contentera de notre série sur ordi, au chaud dans notre lit!

France  et Claude

English web translation here

Lundi 31 août 2015 Reine

Pluie toute la journée! On s’habille pour la pluie, incluant pantalons de pluie et bottes de montagne! Je me souviens trop bien d’une occasion en Islande où nous avions été trempés par une pluie constante, d’où souliers mouillés pour quelques jours! Now pantalons nous collaient sur la peau! Trop! Non, nous devons mettre nos pantalons de pluie!

Et ce fut une bonne chose, car nous avons fait une longue promenade à pied jusqu’au village voisin, 6km. Nous nous sommes rendus de l’autre côté de la baie, au Coop (dire coupppe! Pas co-op…), petite épicerie assez chère! (Donc pas très co-op non plus!)

Tout au long de notre marche se succèdent des maisons de tout genre, mais souvent colorées de jaune, dans diverses nuances d’ocre, ainsi que de beige et de vert Jade… Des toits d’ardoise et d”autres de tourbe, et même des fois, moitié, moitié! Un toit orné de pointes viking, comme les Drakkar. Et souvent, de petits jardins fleuris, des aménagements proprets.

1

L’église de Reine, vue à travers les maisons sur pilotis, le long du port. Ces cabanes de bois portent le nom de “rorbuer”,  utilisées par les pêcheurs de janvier à avril puis louées aux vacanciers pendant l’été.

2
Les rorbuer, maisons sur pilotis, aux toits d’ardoise et/ou de tourbe. Au fond la montagne qu’on grimpera demain.
3
Des séchoirs à poisson partout…

4
Toits décorés à la Viking!

5
Les montagnes disparaissent dans la grisaille…
Retour au bateau, il pleut toujours. Reprisage de la toile: je cache 30 abrasions en une pièce de 3-4 pieds de long!

6
Ma toile par terre et mon soulier pour montrer l’ampleur de la patche! En gris foncé, pas encore cousue, juste un peu collée au duct tape!

Et Claude va chercher le souper au petit dépanneur resto à côté du quai, nous mangerons ce soir des Fish burger et je ne ferai pas de vaisselle non plus, juste de la toile!

Mardi 1er Septembre 2015 Reine, Lofotens

Belle journée sans pluie ni trop de soleil par contre mais nous avons pu gravir la belle montagne Reinebringen, à deux km du bateau à pied. Cette trail, très courue par plus de 100 touristes par jour, par beau temps j’imagine, n’est pas recommandée par la communauté de Reine en raison de l’érosion de ses pentes, et surtout après de la pluie. Néanmoins, plein de monde la montaient en même temps que nous. Elle montait continuellement, jamais de bout plat, beaucoup de rochers lisses mouillés par les rigoles d’eau et les mini-ruisseaux créés par la pluie incessante de la veille. La tourbe détrempée semblait solide, mais la boue envahissait la piste par bouts! Nos guêtres nous protégeaient bien et nos bâtons étaient très utiles! Montée de 1 heure trente minutes, lunch au sommet à environ 615 mètres et une heure de descente.

7Reine par temps plus clair que la veille! On voit mieux les montagnes tout autour!

8En montant notre Sentier

9Vue de Reine à partir du sommet de Reinebringen. On distingue aussi la chaîne de montagnes des Lofotens qui s’étire au loin…

10Vue d’un fjord voisin dans les Lofotens

11Couleurs ocre et vert Jade à Reine

De retour au bateau, Claude a démarré le moteur pour faire chauffer l’eau et il a parti le chauffage: oh, douce douche chaude! Souper de morue. Un peu de reprisage de toile.

Mercredi 2 septembre 2015 – Kirkefjord, Lofotens, 67°59.6′N 13°01′E
                7.17mn, 1252.84mn (2015-2), 1681.92mn (total 2015) QPÊ

11:25 Après déjeuner et l’achat de cartes postales et de raisins au dépanneur près du quai, nous avons quitté facilement le quai, sans aucun vent, ni profondeur! Départ à marée basse pour pouvoir passer plus loin le pont de 18 mètres alors que nous en faisons 17! Mais le départ fut un peu ralenti par les hauts fonds du port! Un peu trop marée basse ici! Plein de roches, rochers plats, d’énormes chaînes sont clairement visibles dans deux ou trois pieds d’eau à l’avant du bateau! On a dû reculer un peu, contourner la chose en passant près d’un autre quai. Sous le pont, par contre, ça a passé! Le mât n’a pas accroché! Incroyablement difficile à jauger d’en bas! Ouf! Ça a passé. En plus, juste à droite du milieu du pont, point le plus haut. Il y avait des constructions suspendues sous la structure, comme à Montréal! Ça aurait abaissé le passage à 16 mètres! On n’y serait pas passé!

Belles montagnes tout autour de nous maintenant, peu de soleil, aucune pluie, vent très frais cependant! Heureusement pas de vrai vent! Juste le nôtre! Je devrais donc dire, l’air est très frais! Et l’eau est maintenant baissée à 11.5°C! Il est vrai qu’on est à 67°58′N… Donc 26 milles nautiques au nord du cercle polaire! Ça doit être pour ça! Hihi! Les falaises à l’allure égratignée sont surmontées de pics acérés et à leur base, de qtrares petits groupes éparses de maisons colorées, munies de leurs quais personnels et zodiacs motorisés… Aucune route ne se rend ici. De longues chutes d’eau agrémentent le roc ainsi que de la tourbe bien humide et des petits buissons de bleuets entre autres! Quelques plaques de neige ici et là, en hauteur.

12:23 Nous voici amarrés à un quai de pêcheurs d’un minuscule village au creux des montagnes, où se trouve le parc national des Lofotens que nous parcourrons un peu tout à l’heure. Temps calme, eau 12.4°C! Ça a monté!

19:52 Le souper est en train de réchauffer! Nous revenons d’une longue promenade de cinq heures, une dizaine de kilomètres à zigzaguer d’une roche à l’autre entre les  marécages, les ruisseaux tabulaires (mon invention: des roches plates en pente où l’eau ruisselle) vers une jolie plage déserte côté océan Atlantique, partie du parc national des Lofotens… De drôles de dunes, une tente et deux autres campeurs arrivaient encore à notre départ. Nous sommes partis d’un côté de la montagne, avons grimpé 700 pieds sur le col entre les deux vallées. Facile et très achalandé, quand même! Nous avons croisé au quai du bateau-taxi 3 ou 4 paires de hikers.

Quant à notre quai de pêcheurs, le pas gentil petit pêcheur trapu dans son tout petit bateau mignon (lui) est arrivé comme nous allions partir pour notre randonnée, et quand nous lui avons demandé si c’était correct pour nous d’être à ce quai, il nous en a chassés! Mae caiern! Mae caiern! Ça sonnait comme ça mais ça ne doit pas vraiment s’écrire comme ça! Nous avons compris que c’était son quai! “Mon quai! Mon quai!” en norvégien. Pourtant le guide de voyage disait que l’on pouvait se mettre à ce quai! Qui semblait municipal! Bref nous avons dû aller nous mettre à l’ancre car le méchant troll ne voulait rien savoir!

21:11 Au lit! Il fait frette! Un trimaran est venu nous rejoindre à l’ancre. Pas beaucoup de voiliers dans les Lofotens. À Reine, pendant trois jours, il n’y en a eu qu’un au quai, et un énorme voilier vu d’en haut de la montagne qui ressortait…juste fait un tour je crois. Et dans notre petit fjord, que nous et le trimaran…

1
Quittant Reine, nous voyons Reinebergen la montagne que nous avons grimpée, le plus haut pic à gauche.

2
Voici le petit village et le quai du méchant troll, et son mignon petit bateau rouge.

3
Notre ancrage, finalement, à Kirkefjord.

4
Notre ancrage et le petit village de chalets, alors que l’on gravit le col de 700 pieds. On voit le ruisseau tabulaire dont je parlais, ces pans de roches plates où l’eau coule abondamment!

5
Et de l’autre côté du col, on aperçoit la plage de Horseide au loin entre les montagnes. Vue sur l’Atlantique!

6
Les drôles de dunes vers la plage.

7
Et voici la vue du col au loin alors que nous sommes sur la plage côté Atlantique!

France et Claude

Boathouse Blog is proudly powered by WordPress and the Theme Adventure by Eric Schwarz
Entries (RSS) and Comments (RSS).

Boathouse Blog

Boathouse blog