aar_map

Web translation here

Mercredi 22 juin, 13:30

Il pleut! Rien à faire d’autre que d’aller magasiner et faire du lavage! Et faire des crêpes pour un brunch de midi.

Levés tard car nous sommes partis tard hier soir en soirée  à 23:34 du camping de Tromsø où nous avons réussi à laver encore deux brassées en 4 heures!  Deux laveuses à la fois! Ça prend un peu moins de quatre heures pour laver et sécher une brassée! Ouf! Heureusement qu’on peut surfer sur internet!

Il pleuvait,  alors j’ai pu faire du repérage! Pas de lait écrémé en poudre à Tromsø, non! “Acheté juste par les vieilles personnes”, m’a dit le vendeur, (de notre âge, quand même!), “alors on n’en tient pas beaucoup, voyez, la tablette est vide!” Pourtant pratique sur un voilier dans les îles polaires où les épiceries ne feront pas légion!

“Et avez vous du thon en conserve dans l’huile? Je n’en vois que dans l’eau.”
“Non, il n’en reste plus”, me répond-il en me montrant encore une tablette vide, ” c’est à cause du prix. Deux fois moins cher que celui dans l’eau, alors les gens vident la tablette! “

Bon, c’est bien de demander, deux tablettes vides ne veulent pas dire la même chose!

Ensuite de chercher du vin et du rhum! Il faut aller, tenez vous bien, à la boutique “VinMonopollet”! Eh oui, au monopole du vin! On a enfin trouvé dans le gros centre d’achat allure Carrefour Laval, par sa circularité, mais deux étages bas, remplis de magasins très mode, dont on reconnaît plusieurs bannières.

Claude s’est trouvé chez JULA  (genre de Canadian Tire) du WD40, du nettoyant à connections électriques et de la peinture aérosol pour peindre notre petite planche pour rallonger le banc du cockpit afin de mieux y dormir, pieds étendus! Il va la peinturer dans le hangar à l’abri de la pluie.

Puis vers 14:00 on aboutit au camping pour faire du lavage, mais la salle est occupée. Une seule laveuse est libre! Non, mieux vaut revenir pour deux laveuses à la fois. On réserve alors 20:00 ce soir.

Et on retourne au bateau pour faire des bricoles dans la cabine car il recommence à pleuvoir de plus belle!

Pendant que je range dans des sacs ziploc le linge lavé la dernière fois, puis dans les armoires qui commencent à être bourrées, Claude répare la planche de bois près du bain, encore une fois cassée l’été dernier par un coup intempestif d’une grosse vague, comme en 92 à Ocracoke, au Cap Hatteras dans les Outer Banks, Caroline du Nord, sur la côte est américaine, grosse vague donc qui avait levé les bancs de la cabine principale ainsi que les armoires de la salle de bain,  cassant ainsi les barrures des portes qui, en s’ouvrant, déversèrent leur contenu sur le sol! Presque la même chose l’an dernier, portes ouvertes, tout par terre et barrure encore cassée! Ça joue rough en mer!

Et nous récupérons les coussins bleus des bancs du cockpit pour tapisser et protéger le fond et les côtés du bain contre les coups et l’abrasion créée par les réservoirs de réserve de diesel qui y seront désormais tous les cinq entreposés (au lieu de juste deux, vu que le nouveau système de chauffage  Espar est plus gros et plus fort, donc plus chaud que l’ancien dans le coffre arrière du cockpit et donc ce serait trop dangereux d’y ranger encore les 3 autres réservoirs!). Le plus achalant sera de tout vider pour prendre notre douche!

Pour l’instant, on prend notre douche à la marina, et hier soir, après le lavage, vers minuit et demi, je l’ai prise après le chien d’un autre capitaine! Il avait tout nettoyé, il, le maître, mais ça sentait le chien mouillé quand même! Ouache un peu!

Et le lavage hier soir fut un peu ardu. Arrivés en avance vers 19:30 pour être sûrs d’avoir nos deux laveuses de 20:00, nous avons trouvé la salle bien pleine! Une française vêtue d’une combinaison de voile parlait au cell alors que toutes les machines fonctionnaient, une autre femme avait son panier de linge mouillé propre qui attendait une sécheuse, un jeune homme tout frais sorti de sa douche, pieds nus, vêtu uniquement de sa petite serviette et de son manteau de pluie,  venait laver son linge dans un évier et les femmes lui ont laissé spinner ses vêtements pour qu’ils sèchent plus vite sur le séchoir! Un autre gars, un néerlandais, guide au Chili, est venu finir de laver son linge qui trempait dans le second évier! Ouf! Bien du monde! Finalement j’ai pu rentrer deux brassées de linge dans deux laveuses gratuites! Et faire sécher l’une des deux aussi gratuitement! Mais quand la première laveuse termina son cycle, Ô surprise, rien n’avait été essoré! Gorgées d’eau, les douillettes ne pouvaient être essorées à la main. Trop lourd, trop gros! J’envoie la moitié dans l’autre laveuse que j’avais arrêtée avant la fin de l’essorage très rapide, puissant et efficace… Et l’autre laveuse j’y laisse la moitié, pensant que si elle est moins pleine elle essorera mieux! En pressant le cycle spin, elle recommence à se remplir d’eau et à laver, et marque 3 heures 23 minutes! Claude à son grand désespoir, tente de débarrer la porte, impossible, une frontale ne veut pas ouvrir tant qu’elle a de l’eau! Il va chercher le gars du camping, qui ne peut rien faire non plus, sauf de mettre ma carte dans la  machine, et me faire perdre pour rien mon 100 kr ou 17$! Zut! Car il faut attendre la fin du remplissage et la fin du trempage avant de pouvoir débarrer la laveuse et y récupérer notre linge! Finalement on sortira à minuit vingt, après cinq heures de lavage et d’Internet! Hihi!
Il reste encore une poche de lavage!

De retour au bateau, il fait clair, et très beau.  On pourrait travailler sur le bateau, sauf la teinture car ça prend du bois sec! Mais on va se coucher, car jeudi midi, le mécano viendra vérifier le moteur et ses injecteurs!

Il nous restera, s’il fait beau, plusieurs travaux extérieurs:

Nettoyer le pont awlgrip avec du awlcare
Laver les fenêtres et moustiquaires du  Dodger
Resserrer les étais, patarras et haubans
Remettre les voiles
Finir la teinture extérieure sur le pont et derrière le cockpit
Réparer la pompe de pont (mon boyau d’arrosage à l’eau de mer)
Remettre les  balises sur l’étai arrière
Frotter les winches avec du Métal Wax
Arranger le mât pour qu’il cesse de couler dans la salle à diner!
Remplir la bonbonne rouge de propane, vidée en septembre 2015.

Et commencer à coudre mes patches pour la toile de remisage! Ce serait une bonne idée! Mais ça ne me tente pas du tout!

Jeudi 23 juin 2016

13:20 Le mécano vient de repartir, pas les bons outils pour sortir les injecteurs qui sont probablement la cause du problème de la fumée blanche bleuâtre… Il va revenir dans 1 heure et demie car quelqu’un d’autre l’attend!

Et il pleut toujours, et Claude pleure toujours le soleil! Snif!

18:55 Je prépare le souper pendant que Claude vide l’eau du dinghy! Il a plu à verse! Une accalmie cet après-midi nous a permis de resserrer étais, haubans et patarras, remettre divers bidules en fonction sur le pont, ranger la gaffe et les planches dont j’ai encore changé l’un des six mousquetons de laiton, toujours cassés l’un après l’autre! On a pu revoiler Andrée Anne Rachel qui a de plus en plus l’air d’un beau voilier! Remettre en fonction mon boyau d’arrosage, la pompe fonctionnait finalement! Probablement qu’elle aime mieux être dans l’eau pour s’activer! Qui sait?

Et surtout, bonne nouvelle, le mécano a trouvé le problème! Deux des quatre  injecteurs sont défectueux… Ils vont commander les pièces, changer les morceaux, remettre des washers neufs au cœur du moteur… Pour la modique somme de 12000 kr ou 2000$ incluant le temps du mécano qui reviendra installer le tout pendant notre absence le 11 juillet! Un moteur Yanmar comme ça vaut 35000$ ici! Ça vaut la peine de réparer! Espérons que c’est vraiment le seul et unique problème! Car nous serons de retour le 16 juillet pour quitter Tromsø vers le nord  le 17 ou le 18 juillet selon les marées et le vent!

Ce soir, congé de lavage. Peut-être que je me mettrai sur le lavage du pont par contre! Mais non, car Claude veut teindre sur du bois sec!

Ou continuer mes patches pour la toile de remisage. Les deux petites sont faites, recto et verso, puis à coudre sur la toile même , donc trois épaisseurs, idéal pour les doigts, d’où quatre dés à coudre recouverts d’un gant de nitryle pour retenir le tout! Il me restera à faire les deux grosses patches d’un pied sur deux!

Vendredi 24 Juin 2016

22:30 Belle journée relaxe malgré la pluie et le lavage, encore!

Nous nous sommes levés sous la pluie, pas mal tard, 11 h 30am, et pendant que je préparais les crêpes pour le brunch du midi, encore, aussi, Claude est parti faire remplir la bonbonne de propane rouge, vidée en septembre 2015… Nous en avons donc maintenant trois en réserve, mais deux islandaises jaunes de 2 kg seulement et l’écossaise rouge de 3.9 kg. C’est pas gros! On avait auparavant deux bonbonnes canadiennes de 12 lbs ou 5 kg chacune! Et c’est cher! 31$ pour faire le plein de 3.9 kg au lieu de 12$ chez nous pour 10 lbs! Enfin! Au moins on a rempli!

Après diner, cap sur le camping pour nos deux dernières brassées de lavage si on peut réserver ! Eh oui aucune réservation à 14:00! Je prends! 2 machines! Merci! Et nous passerons l’après-midi là à faire internet, Claude en montrant ses photos d’Islande, d’Ecosse et du Groenland à une retraitée allemand en motorisé pour 8 semaines en Scandinavie, mais  qui adore l’Écosse ! Très gentille dame. Et moi j’ai passé mon temps à expliquer les machines à tous les nouveaux arrivants, et ainsi, j’ai reçu d’une gentille suisse une bouteille de vin rouge pour lui avoir plié son linge tout chaud et lui avoir expliqué les machines si gentiment, m’a-t-elle dit! Je n’en revenais  pas de ce cadeau, bien trop pour pas grand chose, mais merci! C’est très gentil!

Puis, profitant encore d’avoir premièrement une auto et deuxièmement plein de choix, nous ferons une dernière épicerie dans une autre succursale bien plus nantie de Coop Extra, près du camping, bien meilleure que l’autre près de la marina pour des réserves de chips, savon à main, à vaisselle, vinaigrette César, essuie tout, sauce worcestershire (truc écologique pour nettoyer du brass semble-t-il, à essayer au retour),  huile d’olive au basilic (-aahhhhhh yesssss! Si bonne au basilic!), mélange à crêpes, crème fouettée en aérosol qui sauve bien des desserts secs!

Puis retour au bateau pour serrer le tout dans les bancs bien remplis maintenant, et pour faire sécher complètement les gros morceaux (douillette et couvre matelas récalcitrants au séchage!) devant la chaufferette!

Vérification des vélos et des pneus pour notre retour de l’aéroport quand nous irons porter l’auto de location en juillet juste avant de décoller de Tromsø pour Svalbard.

Préparation de la valise de retour contenant les trois autres valises, en fait des sacs gigognes! Nous sommes arrivés avec trois gros sacs de 50 lbs, pleins de bouffe, de  produits divers, d’outils et de morceaux pour le bateau, et le fusil! Et un gros sac vide au cas où les douaniers ou la sécurité auraient exigé un sac tout  seul pour le fusil… Nous repartons avec un seul sac contenant les trois autres et le fameux chargeur 110-220 ProMariner mort pendant notre première nuit, à ses cinq ou six ans d’âge!  Et des shorts trop froids pour le canton! Juste 28 lbs à date! Et ça ne coûtera que 100$ de bagages! $100 la valise en avion, c’est du vol! C’est le cas de le dire, vol, vol d’avion! Hihi!

Demain samedi sera notre première et seule journée de congé en deux semaines: nous irons faire du Hiking sur la montagne derrière le camping! Celle du téléphérique! On peut la monter à pied il parait. Espérons qu’il fera beau! Mais, j’en doute!

Samedi 25 juin 2016

Belle journée de Hiking sur deux sommets qui surplombent Tromsø, et sous un ciel bleu orné de magnifiques cumulus blancs, très ouatés, énormes, mais un ciel occasionnellement ennuagé au début après une matinée pluvieuse, d’où le départ tardif à 13:00 et retour à 18:30 à notre auto au pied de la montagne du téléphérique.

image10

Nous avions monté par le côté, à travers une forêt magnifique sur une pente très pentue! On a monté 600 pieds dans le temps de le dire! Puis nous avons longé un beau ruisseau jusqu’à de la neige!

image11

Eh oui! Plein de belles plaques de neige, un peu difficiles à grimper, mais très amusantes à glisser en redescendant en ski-bottine! Puis nous avons finalement atteint la région du téléphérique et continué vers les deux sommets, le premier, Fløya, 2140 pieds, marqué d’un énorme cairn maintenant une grosse girouette de métal agrémentée de drapeaux de prière tibétains/népalais.

image12

Sommet de Fløya.

Nous avons poursuivi notre randonnée sur cette grande région plate, mais qui montait tout le temps, vers notre second sommet,  Spandoya, 776 m ou 2571 pieds, lui aussi marqué d’un gros cairn mais pas de livre à signer, ni de drapeaux, et pourtant plus haut et plus loin!

image13

image14Vers Spandoya

image15Sommet de Spandoya

Et les nuages décidèrent d’en finir avec le beau temps, envahissant toute la région et colorant de gris foncé la belle lumière que nous avions jusqu’à 16:00 pour notre lunch sur la montagne! Et du vent! Brrr! Nous redescendrons donc dans le brouillard, rencontrant encore des gens mais pas mal moins! Un arrêt au téléphérique pour avoir une belle vue sur Tromsø, finalement dégagée pour l’occasion.

Et nous retournons au bateau après avoir fait le plein de notre petite Polo à  remettre demain matin aux aurores, $47 pour 290 km /18 litres  (45 milles au ballon ou 16 km au litre) utilisés dans nos deux semaines ici. Elle n’est malheureusement pas électrique! Et la location nous aura coûté $1000, quand même! Mais au retour, elle nous coûtera 200 ou 300$ pour deux jours! Pas mal pire!

Valise peaufinée et autres préparatifs de départ, teinture  extérieure finalement, le bois ayant un peu séché, souper à  21:30 malgré le propane qui ne veut pas fonctionner (alarme continuelle empêchant la valve d’ouvrir! À vérifier en juillet!) puis douche et séchage de cheveux! Finis les cheveux bouclés pour trois semaines! Sinon ma fille ne me reconnaît pas!

Cadran à 5:00 demain matin, ou plutôt ce matin! Il nous reste 5 heures à dormir avant  de partir pour l’aéroport! Bonne nuit!

Dimanche 26 juin, levés à  5:08am, il fait toujours  la même  clarté de jour  ou de nuit!
On emporte le reste du linge sale et le chargeur! Il est 6h10 quand nous arrivons à l’aéroport. Et nous sommes fichés, “Où se trouve votre arme à feu?”, nous demande l’agent de bord qui enregistre notre bagage. “Nous le laissons ici au bateau pour revenir en juillet vers Svalbard. Svp mettez une note que nous n’avons pas d’arme à feu dans nos bagages!” Nous partons enfin pour le Canada afin d’aller travailler au bureau trois semaines et revenir pour huit semaines de la mi-juillet à la mi-septembre pour la suite de nos aventures polaires!

Ciao

France et Claude

cobraCliquez sur l’image pour en savoir plus

Written on June 27th, 2016 , Info, Nouvelles/News, Photos, Voyages Tags: , , ,

English web translation here

Jeudi 3 Septembre 2015 Steine, Lofotens, 68°07′N 013°48′E

31.24mn, 1284.08mn (2015-2), 1713.16mn (total 2015) QPL

13:56 Nous sommes en route depuis 11:00 après avoir levé l’ancre, comme un bateau taxi passait pour déposer cinq jeunes hikers. Le trimaran était déjà parti. Nous avons repassé notre pont de 18 mètres, alors qu’un travailleur de la construction sur le pont vérifiait lui aussi si l’on passait! Et nous photographiait! Ça devait être juste! Moteur sur une mer calme, sous un ciel nuageux, couverture grise se terminant au loin, près du continent, qui lui, bénéficie d’un dégagement bien clair! Comme hier!

Donc moteur aujourd’hui par temps calme: donc, désalinateur d’eau, inventaire des produits entreposés, reprisage de la toile dans la cabine en écoutant mon livre en cd!

Là, je me repose et je fais mon journal depuis le 31 août et j’écris mes cartes postales!

16:42 Nous sommes arrivés à Steine, petit village de pêcheurs et nous avons encore une fois attaché Andrée Anne Rachel au quai en cherchant partout âme qui vive pour nous dire si nous pouvons rester ici ou pas! Personne, une dame mais qui ne parle pas anglais. Nous voulions jeter l’ancre dans une jolie petite baie pittoresque mais un Fish pond échoué y avait pris pas mal de place. Il fait une petite bruine et Claude veut aller monter une montagne… On verra qui va gagner! La pluie ou Claude …

1L’entrée étroite de Steine

2Andrée Anne Rachel au quai de Steine et la montagne que nous irons grimper!

19:22 Claude a gagné, nous sommes allés grimper la petite montagne abrupte de l’autre côté de la baie. Et il a plu aussi! Trempés, plein de grenailles des grandes herbes que nous foulions pour une meilleure prise sur les pentes assez aiguës, ma foi. Et plein de bleuets, tellement meilleurs qu’à Reine! Belle vue des alentours. Je suis à faire le souper maintenant, Claude fait du ménage dans ses photos. Le chauffage fonctionne à plein, y’a des choses à sécher! Dont mon iPad! Une chance qu’il est dans son étui LifeProof, imperméable et flottant! Flottant, pas si grave à date! Pas encore essayé!

3
Vue à partir de notre petit sommet rempli de delicieux bleuets, de conifères rempants de si bonne odeur et de grandes herbes qui couvrent la tourbe et les roches.

4Claude et ses bleuets! Sous la pluie!

Vendredi 4 Septembre 2015 Svolvær 68°14′N 14°034′E

22.8mn, 1306.88mn (2015-2), 1725.96mn (total 2015) QPL

10:13 Départ de notre quai de Steine pour nous rendre à la. Capitale des Lofotens, Svolvær. Il pleut, ne vente pas, la condensation mouille tous les murs sous les fenêtres et dégouline sur ce qu’il y a sous les fenêtres!

10:32 À voile maintenant, petit vent de 12-14 noeuds du Sud, Sud-Ouest.

12:53 Petit repos du reprisage de la toile, que je continue dans la cabine malgré la légère gîte à voile. Pas si pire. J’y retourne!

14:35 Arrivés à Svolvær, nous sommes au quai des visiteurs non loin du Thon Hotel, sous la pluie, après avoir passé sur tribord une statue sur un roc, telle la Statue de la Liberté, mais en plus petit, une mouette sur la tête en guise de couronne temporaire (elle s’est envolée à notre passage! ). Électricité, eau, la grande ville ici, la capitale des Lofotens. Mais pas de WiFi… Il faut dire que la machine pour payer notre quai ne fonctionnait pas et a failli garder la carte de crédit de Claude! Peut-être qu’on aurait eu un code Wi-Fi! Personne n’est venu non plus! C’est ce qu’un autre voilier nous avait dit, un jeune homme en solitaire vivant sur son bateau pour un an… On ne l’avait pas tout a fait cru et il avait raison, la machine à carte ne fonctionnait pas et il n’y a personne à contacter!

5Statue à notre entrée au port de Svolvær, avec sa mouette en guise de couronne!

17:32 Nous revenons au quai après des commissions dans trois épiceries et un marchand de vin! Charmante petite ville dont les terrasses de restos d’hôtels et des magasins longent les quais animés même sous la pluie! J’ai pu poster mes cartes de fête et des cartes postales.

6Notre quai tout près du Sentrum, le centre ville de Svolvær
7Une autre vue de notre quai au centre, et le gros bateau de croisière arrivé en ville.
8Les belles terrasses le long des quais, l’église au loin

9Une belle fenêtre sur une collection de minous!

10Nous sommes vraiment en ville!

20:41 Belle promenade après souper dans les rues et sur les quais. Nous avons rencontré un chauffeur d’autobus chechene qui parlait russe, chechene et norvégien, pas un mot d’anglais mais nous avons pu comprendre les indications pour la station de propane pour remplir nos bonbonnes vides. Il pleut toujours. Un gros paquebot de passagers est arrivé en ville pour quelques heures, amenant son lot de touristes, ainsi que des vendeurs sur la place! Belle boutique d’hôtel, j’y ai acheté du thé d’été, de Norvège, qui sent tellement bon! Et de Bex savons faits à la main en Norvège. Le bateau Nordlys, de Tromsø, vient de quitter son quai. Et nous ne sommes pas allés au cinéma, même si on y jouait U.N.C.L.E,  film re make de la série de mon enfance, “Des Agents Très Speciaux”… J’aurais aimé y aller mais, 40$ pour deux billets, c’est un peu cher! Chez nous, avec notre carte spéciale Cure, au Guzzo, nous payons 14$ pour deux! On se contentera de notre série sur ordi, au chaud dans notre lit!

France  et Claude

English web translation here

Lundi 31 août 2015 Reine

Pluie toute la journée! On s’habille pour la pluie, incluant pantalons de pluie et bottes de montagne! Je me souviens trop bien d’une occasion en Islande où nous avions été trempés par une pluie constante, d’où souliers mouillés pour quelques jours! Now pantalons nous collaient sur la peau! Trop! Non, nous devons mettre nos pantalons de pluie!

Et ce fut une bonne chose, car nous avons fait une longue promenade à pied jusqu’au village voisin, 6km. Nous nous sommes rendus de l’autre côté de la baie, au Coop (dire coupppe! Pas co-op…), petite épicerie assez chère! (Donc pas très co-op non plus!)

Tout au long de notre marche se succèdent des maisons de tout genre, mais souvent colorées de jaune, dans diverses nuances d’ocre, ainsi que de beige et de vert Jade… Des toits d’ardoise et d”autres de tourbe, et même des fois, moitié, moitié! Un toit orné de pointes viking, comme les Drakkar. Et souvent, de petits jardins fleuris, des aménagements proprets.

1

L’église de Reine, vue à travers les maisons sur pilotis, le long du port. Ces cabanes de bois portent le nom de “rorbuer”,  utilisées par les pêcheurs de janvier à avril puis louées aux vacanciers pendant l’été.

2
Les rorbuer, maisons sur pilotis, aux toits d’ardoise et/ou de tourbe. Au fond la montagne qu’on grimpera demain.
3
Des séchoirs à poisson partout…

4
Toits décorés à la Viking!

5
Les montagnes disparaissent dans la grisaille…
Retour au bateau, il pleut toujours. Reprisage de la toile: je cache 30 abrasions en une pièce de 3-4 pieds de long!

6
Ma toile par terre et mon soulier pour montrer l’ampleur de la patche! En gris foncé, pas encore cousue, juste un peu collée au duct tape!

Et Claude va chercher le souper au petit dépanneur resto à côté du quai, nous mangerons ce soir des Fish burger et je ne ferai pas de vaisselle non plus, juste de la toile!

Mardi 1er Septembre 2015 Reine, Lofotens

Belle journée sans pluie ni trop de soleil par contre mais nous avons pu gravir la belle montagne Reinebringen, à deux km du bateau à pied. Cette trail, très courue par plus de 100 touristes par jour, par beau temps j’imagine, n’est pas recommandée par la communauté de Reine en raison de l’érosion de ses pentes, et surtout après de la pluie. Néanmoins, plein de monde la montaient en même temps que nous. Elle montait continuellement, jamais de bout plat, beaucoup de rochers lisses mouillés par les rigoles d’eau et les mini-ruisseaux créés par la pluie incessante de la veille. La tourbe détrempée semblait solide, mais la boue envahissait la piste par bouts! Nos guêtres nous protégeaient bien et nos bâtons étaient très utiles! Montée de 1 heure trente minutes, lunch au sommet à environ 615 mètres et une heure de descente.

7Reine par temps plus clair que la veille! On voit mieux les montagnes tout autour!

8En montant notre Sentier

9Vue de Reine à partir du sommet de Reinebringen. On distingue aussi la chaîne de montagnes des Lofotens qui s’étire au loin…

10Vue d’un fjord voisin dans les Lofotens

11Couleurs ocre et vert Jade à Reine

De retour au bateau, Claude a démarré le moteur pour faire chauffer l’eau et il a parti le chauffage: oh, douce douche chaude! Souper de morue. Un peu de reprisage de toile.

Mercredi 2 septembre 2015 – Kirkefjord, Lofotens, 67°59.6′N 13°01′E
                7.17mn, 1252.84mn (2015-2), 1681.92mn (total 2015) QPÊ

11:25 Après déjeuner et l’achat de cartes postales et de raisins au dépanneur près du quai, nous avons quitté facilement le quai, sans aucun vent, ni profondeur! Départ à marée basse pour pouvoir passer plus loin le pont de 18 mètres alors que nous en faisons 17! Mais le départ fut un peu ralenti par les hauts fonds du port! Un peu trop marée basse ici! Plein de roches, rochers plats, d’énormes chaînes sont clairement visibles dans deux ou trois pieds d’eau à l’avant du bateau! On a dû reculer un peu, contourner la chose en passant près d’un autre quai. Sous le pont, par contre, ça a passé! Le mât n’a pas accroché! Incroyablement difficile à jauger d’en bas! Ouf! Ça a passé. En plus, juste à droite du milieu du pont, point le plus haut. Il y avait des constructions suspendues sous la structure, comme à Montréal! Ça aurait abaissé le passage à 16 mètres! On n’y serait pas passé!

Belles montagnes tout autour de nous maintenant, peu de soleil, aucune pluie, vent très frais cependant! Heureusement pas de vrai vent! Juste le nôtre! Je devrais donc dire, l’air est très frais! Et l’eau est maintenant baissée à 11.5°C! Il est vrai qu’on est à 67°58′N… Donc 26 milles nautiques au nord du cercle polaire! Ça doit être pour ça! Hihi! Les falaises à l’allure égratignée sont surmontées de pics acérés et à leur base, de qtrares petits groupes éparses de maisons colorées, munies de leurs quais personnels et zodiacs motorisés… Aucune route ne se rend ici. De longues chutes d’eau agrémentent le roc ainsi que de la tourbe bien humide et des petits buissons de bleuets entre autres! Quelques plaques de neige ici et là, en hauteur.

12:23 Nous voici amarrés à un quai de pêcheurs d’un minuscule village au creux des montagnes, où se trouve le parc national des Lofotens que nous parcourrons un peu tout à l’heure. Temps calme, eau 12.4°C! Ça a monté!

19:52 Le souper est en train de réchauffer! Nous revenons d’une longue promenade de cinq heures, une dizaine de kilomètres à zigzaguer d’une roche à l’autre entre les  marécages, les ruisseaux tabulaires (mon invention: des roches plates en pente où l’eau ruisselle) vers une jolie plage déserte côté océan Atlantique, partie du parc national des Lofotens… De drôles de dunes, une tente et deux autres campeurs arrivaient encore à notre départ. Nous sommes partis d’un côté de la montagne, avons grimpé 700 pieds sur le col entre les deux vallées. Facile et très achalandé, quand même! Nous avons croisé au quai du bateau-taxi 3 ou 4 paires de hikers.

Quant à notre quai de pêcheurs, le pas gentil petit pêcheur trapu dans son tout petit bateau mignon (lui) est arrivé comme nous allions partir pour notre randonnée, et quand nous lui avons demandé si c’était correct pour nous d’être à ce quai, il nous en a chassés! Mae caiern! Mae caiern! Ça sonnait comme ça mais ça ne doit pas vraiment s’écrire comme ça! Nous avons compris que c’était son quai! “Mon quai! Mon quai!” en norvégien. Pourtant le guide de voyage disait que l’on pouvait se mettre à ce quai! Qui semblait municipal! Bref nous avons dû aller nous mettre à l’ancre car le méchant troll ne voulait rien savoir!

21:11 Au lit! Il fait frette! Un trimaran est venu nous rejoindre à l’ancre. Pas beaucoup de voiliers dans les Lofotens. À Reine, pendant trois jours, il n’y en a eu qu’un au quai, et un énorme voilier vu d’en haut de la montagne qui ressortait…juste fait un tour je crois. Et dans notre petit fjord, que nous et le trimaran…

1
Quittant Reine, nous voyons Reinebergen la montagne que nous avons grimpée, le plus haut pic à gauche.

2
Voici le petit village et le quai du méchant troll, et son mignon petit bateau rouge.

3
Notre ancrage, finalement, à Kirkefjord.

4
Notre ancrage et le petit village de chalets, alors que l’on gravit le col de 700 pieds. On voit le ruisseau tabulaire dont je parlais, ces pans de roches plates où l’eau coule abondamment!

5
Et de l’autre côté du col, on aperçoit la plage de Horseide au loin entre les montagnes. Vue sur l’Atlantique!

6
Les drôles de dunes vers la plage.

7
Et voici la vue du col au loin alors que nous sommes sur la plage côté Atlantique!

France et Claude

English translation here

 

Mercredi 26 août 2015 - En mer – 66°41′N 011°30′E  129.10mn, 1064.45mn (2015-2), 1510.72mn (total 2015)

01:30 Claude vient de se coucher et je reprends la barre, le radar. Couchée, le bruit incessant des vagues et du vent fait croire que nous allons très vite, mais non! Illusion du bruit! 4.5-5 noeuds malgré un vent de 19 noeuds mais trop au près, toujours de l’Est plus que de l’Est, Sud-Est… Nous avons finalement fait 103 milles nautiques hier, seulement… Très petite journée! Pour la distance! Car pour les nerfs, c’est autre chose!
Il reste 154 milles nautiques à faire, 33-39 heures et plus ou moins!

02:34 Même le radar se met de la partie! Il s’est encore éteint après l’inscription “CHECKING HW”… Il faut tout fermer et tout réouvrir le CHART PLOTTER au complet! Rien de moins! Pour se tenir occupée! Et tenir les nerfs en alerte, ça et les coups des vagues sur la coque, ou la coque sur les vagues, de temps en temps un coup très fort qui ébranle toute la structure, la sorte que je déteste!

04:39 Claude dort toujours…et le radar par intermittence aussi! Trois fois j’ai du tout fermer encore! Il commence à faire jour…et le vent commencait à tourner vers le Sud, Sud-Est quand j’ai commencé à écrire ces lignes. Mais il revient vers l’Est!

06:50 Claude dort encore et il rit dans son sommeil! Bonne affaire! Moi je roule à 7 noeuds sur un vent  de 22.6-25.3 noeuds, toujours de l’Est, Est, Sud-Est!

07:00 Exactement dans  trois milles je vais atteindre le 66°N … Je suis maintenant à 65°57′N! Et Claude se lève! Une horloge! Il a dormi 5.5 heures… C’est mon tour!

12:22 Bon, vaisselle faite, poubelles rassemblées, lunch fait sur poêlon, quand même, avec la gite, un grilled cheese de riche, comme dirait Caro: pain ciabatta, brie, Dijon, Mayo et tranches de nectarine… Et dodo avant de 4heures (7 à 11) ce qui me fera pour cette nuit  8 heures au total (2+2+4) et Claude sept heures totales (1.5+5.5) et il se recouche maintenant à 12:36. On verra s’il dort!

13:15 Je roulais super bien à 5.6-6 noeuds au génois, foc et grand-voile mais le vent vient de s’aggraver! Réduit à 13 noeuds il virait à l’Est, Nord-Est! Pas bon du tout! Encore un coup vers le nord! Notre cap est rendu à 17°! Horreur! Mais je reprends du vent et de la vitesse! 5.4- 5.93 noeuds! Mais dès que le vent se pointe à 13, la vitesse redescend en même temps que le bateau sur la houle!

13:36 Claude se relève, une autre heure à son actif! Total huit!

15:23 Bon! Une correction s’impose si l’on ne veut pas aboutir au Pôle Nord! Nous étions rendus à 16° de cap et comme le vent ne semble pas laisser l’Est pour les prochains jours, pas le choix de commencer à louvoyer, même si le louvoiement en question nous renvoie au sud-est! Nous ferons cela pour les prochains 50 milles nautiques puis nous verrons! Actuellement la mer est quand même potable, calme, l’allure bonne, nous remontons mieux le vent sur notre tribord, illusion d’optique créée par la girouette… Mais quand même plus confortable! Toujours au près serré, mais moins de cognage, car la houle vient du nord donc de côté au lieu de l’avoir de face comme sur l’autre amure! Bodø est à 120 noeuds… On s’en éloigne actuellement sur la latitude (on va vers le sud!) mais on s’en rapproche sur la longitude (on va vers l’est)!!! Le vent faiblit à 10-12 noeuds, et plutôt Est, Nord-Est…

Claude est pas mal déconfit! “Au moins, on allait vers le nord. Là, on va vers le sud.”Je lui répète qu’au moins, là, on s’en va vers l’Est, la Norvège!

16:35 Ben là, c’est pas drôle mais en changeant d’amure tout à l’heure et donc en redescendant vers le sud, on va bientôt repasser  le cercle polaire qu’on a passé tout à l’heure, alors que notre record de 66°32′N d’Islande 2013 au delà du cercle polaire avait été effacé par 66°39′N en montant vers le nord! Donc on redescend! Vraiment! On va le remonter plus tard! Hihi! Oups! Claude ne trouve pas cela drôle du tout!

16:45 Et on vient de changer d’amure encore, revenant à gîter bâbord, car le vent vient de changer d’un coup sec pour plus fort et plus sud-est! 18 noeuds. On roule maintenant à 7 noeuds sur un cap de 51º, meilleure direction que jamais depuis quelques jours! Et ainsi, nous n’aurons pas redescendu en bas du cercle polaire!  Yessss, Claude est heureux! On se dirige à la fois vers le Nord et l’Est, donc vers Bodø! Mais oui, je sais, on appelle cela le Nord-Est! Mais le contexte demandait le “à la fois”!!! i.e vers le Nord-Est de la Norvège!

20:00 Je me relève après un bon deux heures après avoir été dans la cabine trop longtemps pour faire de l’eau, vu qu’on était finalement à moteur pour aider la voile, mais, oups, le mal des transports m’a prise et emportée dans le monde de Morphée!

21:00 Nous venons de souper chaud et je viens de finir vaisselle et médicaments pour me coucher! Un peu de lecture pour m’achever et je pourrai dormir afin de faire plus tard mon quart de nuit! Il fait encore clair, nous sommes à moteur sur une mer légèrement houleuse sans trop de vagues, avec un vent de face de l’Est, Sud-Est et nous nous dirigeons vers un passage intérieur plus calme que la mer le sera dans quelques heures avec un vent qui doit s’élever plus tard. Nous en avons soupé, de la mer agitée! Ciao!

Zéro photo aujourd’hui!

Jeudi 27 Août 2015 – En mer -

01:15 Claude m’a réveillée à 01:00 après trois heures de dodo, dont la dernière à rouler sur mon coussin avec un léger roulis, et même à tomber par terre! Par manque de mon antidérapant, perdu mystérieusement durant la journée pendant les transferts répétés entre bâbord et tribord occasionnés par les virements de bord de cette cinquième journée en mer… Les quatre autres ont été vécues uniquement ou presque sur babord! Bref, pendant la dernière heure je m’agrippais continuellement sur le hiloir et cherchais frénétiquement mon antidérapant dans ma mémoire et le cockpit pour ne pas me retrouver sur le sol! Moins reposant!

Voici ci-bas les cartes marines prises dans la nuit du 26 au 27, qui explique le chemin parcouru!

1

On voit que notre position du 26 au 27 août, à droite, en Norvège, est au delà de l’Islande que l’on voit à gauche…(voir le petit bateau noir avec la flèche jaune… Le petit bateau rouge 26 août  sous le bateau noir indique la position prise à minuit la nuit du 25 au 26 août)

2

Position dans la nuit du 26 au 27 août (Où le bateau noir se trouve, il y a aussi le bateau rouge nommé 27 août)… Bateau rouge du 26: position prise le 25 à 23:59…

3

Nous voici plein Est depuis la soirée du 26 août… On voit la position du 27 août (ou le 26 à 23:59).

02:50 Nous sommes à moins de 10 milles nautiques des premières îles norvégiennes, en date du 27 août, 02:50 am. Et deux cargos nous foncent dessus! (Les deux triangles gris sur la photo ci haut)… Ils sont à six milles nautiques et roulent à 11 noeuds, nous à 4.4… On devrait les éviter!

03:30 Aaahh! Ils viennent de passer derrière moi, les deux, à moins d’un mille… Mais un autre se pointe à l’avant sur babord et devrait nous croiser d’ici une heure à 447 pieds… Ah! Après vérification, il vient de changer de cap et me croisera à 4 milles nautiques dans trente minutes! J’aime mieux! C’est plus risqué le long de la côte, plein de petites îles et de rochers parsèment les eaux côtières. Et sur tribord, le brouillard ramène sa couverture blanche! Mais un Chart Plotter électronique, c’est tellement rassurant! Et maintenant, 03:50 mon gros Mac ne me croisera plus! Il est droit devant moi et je le suis à travers les obstacles rocheux, entre les multiples feux!  Super! Je n’ai jamais vu une carte aussi complexifiée par des feux!

4Carte complexe des feux à l’approche de la côté norvégienne… On a du mal à voir la route!

27 août 2015, encore en mer vers Bodø

04:06 Il commence à faire clair, mais je ne fermerai ni feux de route ni radar, et surtout pas l’AIS! (l’AIS c’est une blague. Ne jamais fermer l’AIS!) je devine une lignée rouge sur mon babord, le soleil veut se lever mais, trop fatigué encore, il manque de force pour soulever la masse nuageuse qui l’écrase! Hihi, une autre blague!

04:21Oh la! Le rideau de brume s’est levé sur mon tribord et je vois plein de rochers et de petits îlots bas pas très loin, vraiment proches à l’œil nu, mais en fait ils se trouvent à 1.22 milles nautiques de nous quand je le mesure sur la carte! Il faut vraiment avoir confiance dans ses instruments! Ouf! Et mon capitaine! Il a tracé sa route et le gros Mac en avant suit exactement les points de Claude! C’est pour ça que j’ai confiance en mon capitaine et que je le suis dans ses périples un peu fous! Oui, oui, je le suivrai jusqu’au 80ème degré de latitude nord!

5

CARTE MARINE DE PLEIN DE FEUX ET LE GROS MAC QU’ON SUIT SUR LA ROUTE TRACÉE PAR CLAUDE

05:07 “La Norvège existe finalement!”, s’exclame Claude en riant! Nous sommes officiellement en Norvège, sauf les douanes! Claude vient de hisser les drapeaux norvégien et de quarantaine, sur un magnifique décor de pics rocheux comme je les aime, en profils superposés d’aquarelle!

6
Claude hisse les drapeaux, on voit les pics rocheux de la côte norvégienne.

11:39 Super belle matinée ensoleillée et chaude! Moi je me suis recouchée vers 06:00 et j’ai dormi jusqu’à 09:00 pour préparer le déjeuner puis peut-être remplacer Claude mais il ne veut pas se coucher, trop de photos et de manœuvres! Alors moi j’ai fait des photos du superbe environnement où l’on vogue, un passage intérieur à travers des montagnes, pas juste des îles plates et ordinaires… On y voit même du sapinage! Pas vu cela depuis dans lustres! Plein de bateaux de pêche, un ferry parmi tant d’autres, ultra rapide comme on en a pris en 1999 avec les enfants en motorisé. En fait, les montagnes font beaucoup penser ici au Groenland!

Actuellement je fais de l’eau, car nous sommes à moteur… Et c’est calme! Petit vent de rien, 2 noeuds, de l’Est, Sud-Est, aucune vague, le bonheur total! J’ai lavé la toilette encore, tous les jours récemment car se faire brasser de la sorte amène nécessairement des  éclaboussures! Surtout qu’elle se remplit toute seule continuellement quand on gîte à babord! Elle m’énerve! J’ai sorti le tapis pour le faire sécher au soleil, comme les bottes qu’on a eues aux pieds pendant deux trois jours (on n’en pouvait plus, hier soir, quand on les a changées pour nos espadrilles! Et maintenant, depuis ce matin, nous avons des sandales aux pieds, encore mieux! J’ai aussi fait sécher nos drapeaux britannique et écossais qui auront également besoin de reprisage pour la prochaine fois!

J’ai fait le ménage dans la cabine, ouvert tous les hublots pour aérer et ôter l’humidité. Il me faudra tout à l’heure laver le frigo… Il se fait sentir! Quelle expédition ce sera! Ça mesure bien trois ou quatre pieds de profond, ce frigo: pour en laver le fond, je dois avoir les pieds dans les airs et la tête dans le trou! Mais je me console, juste le tronc, pas comme Claude dans la cale où il doit rentrer au complet sans être certain d’en ressortir sans aide! Si jamais je tombais du bateau ou sans connaissance, il n’en sortirait pas tout seul! Moi je peux ressortir de mon frigo seule! Hihi! Et pas aussi sale que lui!

Et, nouvelles jobs pour Claude en plus de la lumière de route à moteur sur le mât: on a encore arraché la plaque de bois qui cachait une première blessure faite au bain en 1993″lors de la rencontre brutale d’Andrée Anne Rachel avec une grosse vague à Ocracoke, Caroline du Nord… Les vis sont arrachées! Il faut dire qu’on a rencontré de puissants murs d’eau dans les derniers jours, tout un fracas pour les oreilles, intenable à l’intérieur de la cabine! Aussi, un autre bruit plus subtil est apparu sous nos pieds, venant de la cale, bruit métallique, mauvais présage! Mais on a tellement cogné sur la mer que ce ne serait pas étonnant d’avoir quelquechose de dévissé où brisé là-dessous! Au moins, on roule, le pilote automatique fonctionne, on verra! À suivre!

Dehors, après déjeuner j’avais lavé le plancher du cockpit, nettoyé l’ordinateur qui me fatiguait la nuit dernière, plein de poussière, rangé les polars, lampe frontale, etc, fait sécher les serviettes-guenilles gorgées d’eau de mer quand les vagues réussissaient à s’infiltrer par les failles du dodger! J’ai recousu ce dernier à quatre endroits, incluant un moustiquaire, changé le cordon de mon sac de lavage qui était trop court, cousu une autre “patche” pour la toile… Elle, elle n’est pas finie, au grand désespoir de Claude, qui veut qu’elle débarrasse le plancher pour le douanier! Pas sûre! ça mesure 20 pieds de long par 40 de large je dirais, et il faut que je la déplie pour voir tous les trous possibles! Pas évident de travailler une telle grandeur de toile dans une salle à dîner sur une table qui fait à peine 5 pieds sur 5!

12:59 Et les mouches sont revenues! Terre! Bon, je vais faire le dîner en finissant les cruches d’eau. Oups, retour à la voile! On serpente entre les îles montagneuses, donc les conditions changent continuellement…

13:22 Nous sommes rendus à 67° de latitude Nord! Et l’eau est à 15.5°C! 28 milles nautiques au delà du cercle polaire! (Ou 56 km)…

14:00 Ah la belle vie! Beau soleil, décor magnifique où les montagnes se succèdent sans fin, sans se ressembler, crêtes pointues ou rondes, sommets enneigés à la Oreo Islandaise… (Oreo, car alternance de noir et blanc, de roches et de neige/glace)… Petits villages colorés blancs et rouges au pied des falaises nues, agrémentées ici et là d’une touche de tourbe verte en santé! Des molaires au loin…au bout du tunnel montagneux créé par l’eau s’y faufilant comme nous bientôt…

14:12 Claude s’étend finalement! Il a très peu dormi la nuit dernière… Quatre heures seulement de 01:00 à 05:00 environ… Moi six, de 22:00 à 01:00 et de 06:00 à 09:00…

16:00 Après deux heures de repos, donc un grand total de six pour la nuit dernière, Claude se lève comme j’arrive au waypoint “France”, créé par moi pour joindre les deux waypoints que Claude avait mis vers Bodø et qui m’auraient fait traverser terre!  Et il se trouvait là un charmant petit phare à l’allure d’un nain de jardin! Base noire faite de pierre, partie supérieure de brique blanche et un toit bien pointu de métal rouge… Pas très haut, ni sur pattes ni sur terre, il diffère beaucoup de tous les phares écossais des Stevenson’s, très hauts, peints de blanc, jaune et noir… Et pleins de bâtiments en annexe!

7

ET voici mon petit phare nain de jardin! Avec son manteau noir, sa barbe blanche et son chapeau pointu rouge clair!

8

Ciel dramatique tellement beau

9BODØ DE LOIN

10Andrée Anne Rachel au quai du Port de Bodø

11Drapeaux de la Norvège et de la quarantaine

18:21 Nous sommes amarrés au quai de Bodø Yacht Havn depuis 18:00. Belle arrivée dans le port, à voile, au grand largue! Super beau! Il fait plus frais, plus sombre mais le ciel nuageux est dramatiquement magnifique! Des nuances de bleu acier, une lourdeur des nuages foncés contraste avec les masses floconneuses blanches ici et là! Et pas de pluie, encore! Très belle journée! À part mon mal d’œil, perforant comme un coup de couteau, qui me revient comme une horloge à 16:00…

Claude est parti nous enregistrer, je vais aller laver ma vaisselle avant que le douanier passe! Quant à la toile, elle est encore cachée par la table! Ou presque!

France et Claude

act

Written on September 1st, 2015 , Croisière/Cruising, Croisière/Cruising info, Voyages Tags: ,

Notre fameuse échelle avant la nuit venteuse!

V 13/09 Matinée de travaux divers: fibre de verre dans la cale, imperméabilisation des panneaux du dodger et couture de velcro arraché, lavage, valises… Puis la liberté en auto! Vers Glasgow, beaux paysages de campagne anglaise sous la pluie, eh oui, malgré une matinée ensoleillée… Puis le centre ville hyper mélangeant de Glasgow… Très difficiles de s’y orienter… Les rues changent de nom, les numéros de route aussi!

Finalement, après le cinéma au Quay, “About Time”, le retour fut plus facile via les grandes autoroutes, même à la noirceur et des phares mal ajustés, myopes, qui n’éclairent le sol qu’à cinquante pieds!

S 14/09 Ce matin, remise en place des panneaux du dodger, ien imperméabilisé, vernissage du plancher du cockpit, toujours dans le nouvel atelier de Claude, sur le pont avant sous la toile! Moi, j’ai terminé de vider les armoires de cuisine…et commencé à jeter les sacs mouillés de glace fondue du frigo… Et nous sommes partis déjeuner au Scott’s, en haut du club… Délicieuses gaufres avec bacon nourrissant pour moi et copieux déjeuner anglais pour Claude, à une table très bien placée en terrasse (fermée, on s’entend!) avec une vue magnifique de la forêt de hauts mâts sur fond bleu azur, le ciel sans nuage! Nous en avons profité pour faire une promenade sur les quais et aller voir ADA, le voilier français acheté à Ushuaia par Isabelle Autissier, une “légende” comme je l’ai appris hier sur le blogue de Sarah rencontré aux Shetland à Lerwick… Nous ne nous doutions pas qu’aux Iles Féroé, cette grande dame qui est venue nous voir sur le quai de Torshavn était cette extraordinaire coureuse des mers! Elle a fait des courses en solitaire, deux fois autour du monde! Archi-connue pour ses exploits de navigatrice, elle est toutefois très discrète! On a jasé avec elle plusieurs fois, dans son voilier à Torshavn, aux écluses du Canal Calédonien (avant et après!)… Lu sur internet hier: “During a decade of competitive marathon sailing, Isabelle Autissier demonstrated nearly supernatural sailing prowess and unmitigated bad luck. She is the first woman to sail around the world alone and she piloted a yacht from New York to San Francisco by way of Cape Horn in world-record time. She also capsized and barely eluded death—twice—in violent, remote seas near Antarctica. Autissier retired from the sport as a national heroine in her native France and is widely regarded as the best woman ocean racer ever. “When you get down to it,” Cruising World magazine concluded, “there is no one else on the planet like Isabelle Autissier.” Mais elle avait déjà quitté son bateau, le laissant comme nous à Troon Yacht Heaven pour l’hiver mais dans l’eau.

Puis, en auto, avec le toit ouvrant ouvert sur un beau ciel bleu pour tout l’après-midi, nous avons longé la côte ouest jusqu’à Port Glasgow, via la A78, route côtière panoramique vers Greenock, arrêtant d’abord à Largs Yacht Haven, du même groupe que notre marina, mais en plus gros encore! Plein de beaux magasins de voile, de plongée, de moteurs, de services divers pour bateaux (gréements, entre autres…) et deux beaux restos (encore le Scott’s et un plus petit, genre terrasse avec un déli jumelé)… Et une foule dense de spectateurs pour une traversée à la nage entre Largs et l’île d’en face, Great Cumbrae… Chaque nageur, en dry suit, était accompagné d’un kayak et suivait des bouées rondes jaunes comme balises… Image très colorée, et la foule amassée sur la rive… Les petites filles en rose, les garçons courant d’une roche à l’autre avec leurs fusils à eau…

 

Puis nous nous sommes rendus à un beau monument médiéval, une haute et mince tour, munie d’une porte haut perchée, surmontée d’une petite fenêtre près du sommet pointu… Comme la tour de la princesse dans les contes de mon enfance! Mais ce monument différent a été érigé en mémoire de la bataille de 1265.

Tout le long de la promenade, long sentier sinueux d’asphalte, bordé d’une antique rampe de fer forgé noir, roulaient des enfants en trottinette ou en tricycle, de rares vélos pourtant… Et bordé de framboisiers gorgés de fruits mûrs, de délicieuses framboises noires que nous semblons les seuls à déguster… Est-ce mal vu ou réservé aux oiseaux?

Au bout, de belles villas au bord de l’eau, avec grande fenestration…au retour vers l’auto, nous rencontrons une Ampera noire, la Volt européenne construite par Opel… Notre seconde, on en avait vu une blanche à Vestmann Island, Islande…qui ne prenait vraiment jamais d’essence vue la grandeur de l’île à parcourir! Plus loin, sur la route, nous avons aussi aperçu une énorme Lincoln Continental des années 80, avec volant à gauche à l’américaine… Elle doit avoir du mal à passer dans certaines rues étroites ici!

Très touristique, Largs est une belle ville mélangeant toutes les époques à travers les styles architecturaux: médiéval, Tudor, queen anne, victorien, l’ère industrielle de 1900, et heureusement rarement d’hypermoderne. Nous avons l’impression de rouler sur la Côte d’Azur, avec ses maisons blanches aux toits de tuile orangées, palmiers (en fait des Yucca je crois), des cactus et vue sur la baie peuplée de voiliers, ici et là au mouillage, plein de bouées de toutes les couleurs, sur un fond de superbes montagnes au loin… Des maisons ancestrales, des manoirs, des mini châteaux, montrent leurs tourelles, balcons, fenêtres décorées de vitraux ou de carreaux en losange, lucarnes surmontées de mini girouettes en dentelle de fer forgé, et au-dessus des toits s’élèvent tant de cheminées, certaines ont même de six à dix tuyaux alignés! Même les antennes satellites, quelquefois nombreuses, ont adopté la couleur sable foncé des murs et leur vieil âge, on dirait! La pierre omniprésente assure un charme vieillot aux rues ainsi que des plantes: des jardinières remplies de fleurs en cascade sont suspendues aux murs ou lampadaires, des jardins, une végétation luxuriante retenue par des murets de pierres assemblées avec du vieux mortier et couvertes de mousse, des haies de rosiers arbustifs, des buissons d’hydrangées mauves, du lierre.Au loin, des forêts de conifères sont serties de champs d’un vert éclatant! Et le long de la côte, des arbres sculptés par les vents forts du large semblent grimper les collines de guingois! Des bonsaï naturels! Et du gaélique, la vieille langue écossaise, que l’on voit inscrite de temps à autre sur des pancartes de route même!

15 septembre Troon yacht haven

Ouf! Il a venté terriblement cette nuit! Et il pleut ce matin! Super pour sortir du bateau à 20 pieds dans les airs, et une échelle qui, ayant glissé dangereusement le long du bateau vers l’arrière, et vers le bas surtout, ne tenait plus que par quelques brindilles restant de l’élastique effiloché, l’autre ayant disparu! Prochaine fois, de vraies cordes au lieu de deux bungees! Retour facile vers l’aéroport de Glasgow cette fois pour rapporter lmauto et prendre le premier de nos trois avions vers Reykjavik, New York et enfin, Montréal.

20 septembre 2013… Mirabel depuis le 15 septembre minuit, évaluation fait le lundi 16 très tôt!

Voila! Fini ce legs de notre périple en voilier pour cette année! On retournera fin mai pour six semaines puis mi juillet pour la seconde partie de six semaines encore jusqu’à la fin septembre 2014 pour probablement se rendre en Norvège… On verra!

France & Claude

Glasgow

 

 

Dimanche le 25 août 2013 suite …

D 25/08 Lerwick, Shetland, Ecosse, UK. 60.11′N 001.85 W 87,04 mn QPL
17:00 Nous sommes au quai, en Angleterre! Belle traversée tranquille! Même si le capitaine n’a pas eu assez de vent dans les voiles! Lerwick, la capitale des Shetland, semble être une ville intéressante côté historique,  le port bordé de bâtiments anciens typiques en pierre grise ou en crépis beige foncé, multiples tourelles, vieilles horloges, cheminées et découpages antiques, Queen’s Hotel, Albert building, etc…La brume  donne une petite allure dramatique à ce décor déjà  magnifique vu du quai, celui des petits bateaux, le Small Boats Harbour, au sud du Albert Dock où nous espérons pouvoir rester deux nuits pour louer une voiture et visiter plus en profondeur! Il y a quatre autres voiliers visiteurs, dont un américain de Minneapolis, Nokomis. Claude est parti voir le maître de port et les douanes

 

Pas de problème, on peut rester sur le bout du quai malgré la petite ligne jaune que l’on craignait indiquer un espace réservé… Et le quai accueillait déjà quatre voiliers! Les douanes semblent simples ici, c’est le maître de port qui a fait remplir les paperasses à Claude! Et pour la modique somme de $28 pour 3 nuits, nous sommes situés encore une fois en plein centre-ville, et un centre-ville des plus romantiques! De plus, accès à une luxueuse capitainerie avec wifi, grand écran, belle salle aux murs de bois décorés de peintures de bateau, des tables avec cartes marines vitrées, un bar, une belle vue sur le port… Et deux laveuses et deux sécheuses au sous-sol ainsi que des toilettes et des douches à 10 minutes!
Belles rencontres aussi! C’est le couple américain sur Nokomis, Vicki et Paul, qui nous ont guidés dans les petites rues étroites et anciennes jusqu’à la capitainerie… Et nous ont expliqué les machines et tout! Très gentils, ils sont partis 6 mois par an sur leur voilier Nokomis qui ressemble au nôtre, un cotre de 37 pieds, un Crealock. Partis du Lac Supérieur, ils ont descendu le St-Laurent et ont traversé depuis Terre-Neuve… Ils se dirigent maintenant vers la Norvège…
Aussi, nous avons jasé avec deux jeunes français partis pendant plus de cinq mois sur un voilier de 27 pieds  en aluminium bleu royal bordé de beau teck foncé,  Sarah. Ils se sont rendus en Norvège et très loin au nord du cercle polaire, jusqu’au Spitz. En vrais sportifs, ils ont fait de l’escalade, de la cordée sur glace, des descentes en skis et en snowboard, et donc des montées aussi avec leurs skis couverts de peau de phoque (sic). En fait, la planche de snow se divisait en deux skis pour monter!

Voici la vue pittoresque que nous avions sur la Commercial Street décorée de drapeaux, à partir de notre table au resto du Grand Hôtel à Lerwick, le 25, le soir de notre arrivée... Nous sommes tombés en amour avec cette petite ville... Toits d'ardoise verdie de mousse, multiples cheminées de toutes les formes, des herbes folles dans les gouttières, les petites ruelles appelées "The Lanes", d'étroites lignes irradiant du port vers le sommet de la ville...

Notre voisin arrière est Despina, de Basel, habituellement basé dans le chaud sud, mais dont le proprio, un suisse-allemand, se dirige vers la Norvège pour ensuite prendre le Rhin pour retourner chez lui afin de faire de l’entretien sur son bateau et son mât par la même occasion, devant le baisser de toute façon pour le Rhin. Aussi il nous a expliqué qu’il faut éviter la Méditerranée en été et n’y aller qu’en mai- juin et août-septembre pour éviter la foule! À retenir!
Nous n’avons pas eu l’occasion de jaser avec les norvégiens sur Delphinus Orca, gros voilier marine de l’autre bout, mais les rencontrerons plus tard souvent en ville les 26 et 27!
L 26/08   Lerwick, Shetland, Ecosse                                                                            
M 27/08 ”  
Toujours à Lerwick la séduisante! Tellement belle que le reste des Shetland semble fade, quoique nous ayons trouvé un petit bijou: St-Ninian’s Isle, sur la route de Bigton… Un paysage extraordinaire, au sud ouest de Lerwick, pas très loin, un tombolo… Un tombolo est une bande de sable, formée de coquillages,  qui relie l’île à la terre, munie de  deux plages dos à dos! Donc les vagues cassent des deux côtés à la fois… Et les falaises au loin, l’herbe verte, les moutons, et le ciel bleu en bonus en fin de journée, au moment de la plus belle lumière!

Tombolo à St-Ninian's Isle, Shetland, 27-08-2013 (la vue à partir de l'île)

Le même tombolo, vu en arrivant à St-Ninian's Isle (la vue à partir du Mainland)

 

En effet, la pluie nous a mouillé le paysage une bonne partie de la journée, dès le début, alors que nous allions chercher à pied l’auto de location, une petite Toyota Aygo rouge. Le rouge est pratique dans ces routes à voie unique mais à deux sens! On se fait voir de loin! Claude s’est  très bien débrouillé avec sa manuelle, conduite britannique à gauche (volant à droite!)! Donc aujourd’hui était la journée auto pour visiter le Mainland, (nord, centre et sud). Scalloway l’ancienne capitale des Shetland est un peu décevante, par contre le château du Earl Patrick Stewart vaut la peine d’être visité et quelques maisons et jardins, d’être photographiés!

Le château du Earl Patrick Stewart, datant des années 1590-1608. Scalloway, Shetland.

Hier lundi était la journée piétonnière puis cycliste dans les rues idylliques  de  Lerwick, passant par les Lodberries, ces anciennes maisons-entrepôts  sises dans l’eau directement, avec leurs petits quais de pierre attenants, le Dim Riv (réplique d’un bateau viking, à l’ancre,  et aussi le garage d’un artiste, Fred Irvine, qui lui a fait  un toit étonnant avec une chaloupe renversée (sa maison se nomme The Knowe). Original!  Puis nous avons suivi un sentier magnifique longeant  la mer, sur un promontoire, The Knab, où se situe un cimetière très peuplé qui surveille la mer de toute sa hauteur, ainsi que des plateformes tournantes pour canons datant de la guerre contre l’indépendance américaine et un golf avec vue sur mer. Nous nous sommes ainsi rendus dans la partie plus moderne de Lerwick, au Clickimin Loch où se trouvent des ruines archéologiques, celles de Clickimin Broch, vielles de près de 3000 ans: une tour en pierres abritant une maison sur plusieurs niveaux et dans ses murs doubles des escaliers de bois (aujourd’hui disparus évidemment). Ensuite nous sommes remontés dans la partie victorienne de la ville passant par de riches maisons de pierre, le Town Hall, de beaux parcs fleuris et munis de courts de tennis et jeux de pétanque,  puis dans la vieille ville à nouveau, à travers le Fort Charlotte, d’étroites ruelles à escaliers irradiant  à partir du port (The Lanes)… Nous avons fait le tour complet de la ville à pied d’abord dans une petite brume et on a refait presque le même circuit à vélo en fin d’après-midi au soleil pour acheter glace, épicerie, et …. DVD que j’ai malheureusement dû retourner ce matin! En effet, je m’ en doutais un peu, mais j’ai quand même acheté en spécial une série télé,  West Wing, 75% de rabais car déjà visionnée (genre club vidéo). À 10 pounds ou 15$ je me suis dit que ça valait le coup! Et que je pourrais vérifier si les dvd étrangers fonctionnent! Eh bien, non!  Les dvd britanniques ne fonctionnent pas dans “ma région”, à savoir dans mon ordi canadien!!!  Et j’avais aussi fait une affaire en achetant 6 films neufs  à 3 ou 5 pounds  chacun, donc 28 Pounds ou Livres en tout! Comme la série était déjà ouverte, j’ai pu me rendre compte du problème et retourner les autres aussi sans les ouvrir, vu que sur chaque pochette en petits caractères, était inscrite la même  adresse internet du genre “entertainment.uk“… UK! Uniquement United Kingdom! Grr! Donc j’ai tout retourné ce matin!
À notre retour au quai ce soir, trois voiliers nous avaient quittés! Nokomis, Sarah et le norvégien de 46 pieds arrivé juste après nous et qui s’était mis à l’épaule de Despina. Nous ne sommes plus que trois bateaux ce soir sur notre quai, Despina, Delphinus et nous.
Une autre surprise nous attendait dans notre cockpit ce soir… Un petit mot de la douanière, passée durant la journée, qui nous demande de la rappeler… Mais comme il est passé 18:30, Claude et le maître de port n’ont pas réussi à la contacter! Ceci pourrait compromettre nos plans de départ, prévu tôt demain matin, mercredi 28.
Lavage du lit ce soir et douches, internet dans la capitainerie déserte… Bonne nuit! On restera peut-être plus longtemps à Lerwick, l’enchanteresse!

Belle demeure à Scalloway

Petite église de Scalloway aussi

La pointe sud du South Mainland des Shetland, le phare de Sumburgh Head

M 28/08 Fair Isle, Shetland, Ecosse, 59.32′N 1.36′W 47 mn QPÊ  
10:41 C’est un autre départ! Nous avons réussi à décoller de Lerwick vers  9:30 ce matin après le départ de la charmante douanière, qui nous a expliqué qu’un séjour de plus  de  18 mois en Europe exige le paiement de taxes sur notre bateau pourtant déjà payé et taxé au Canada, et ce, jusqu’à 20% de sa valeur en plus de 10% de frais de Douanes! Ouf, au moins, c’est plus long que les douze mois en Islande, comme nous le disait Stan à Reykjavik, mais qu’on ne voulait pas croire! Eh bien! C’est vrai! Au moins les Iles Féroé, la Norvège n’en font pas partie, mais quand même! Quelle horreur! Il nous faudra donc ressortir l’an prochain de l’Écosse et hiverniser Andrée Anne Rachel en Norvège, contrairement au plan de rester 2 saisons en Écosse!
Il faisait beau et chaud ce matin, la vue de la pointe sud de Lerwick grandiose sous le soleil, bien plus belle que la partie nord, à notre arrivée, plus industrielle. On revoit la promenade le long de la vieille ville. Bientôt, la grisaille nous reprend!
Nous voguons vers Fair Isle, à 45 milles nautiques de Lerwick,  une île isolée faisant partie de la centaine d’îles des Shetland, mais 25 milles nautiques au sud-sud-ouest de celles-ci, et aussi à environ 25 milles nautiques au nord-nord-est des  Orkney, toujours en Écosse.
Voici quelques photos de la charmeuse Lerwick, prises ce matin et ces derniers jours:

Lerwick vue du sud à notre départ ce matin. On aperçoit à droite en orange vif l'énorme Norman Prosper, muni d'un héliport en avant et d'immenses treuils au centre donnant sur une plateforme ouverte à l'arrière. Bateau de recherche ou d'exploitation pétrolière? Ou autre?

A gauche, l'immeuble gris et orange n'est pas un immeuble ordinaire! C'est Karwack, un Chevalier Floatel, immatriculé à Bélize, qui est en fait un impressionnant hôtel flottant, sur une barge arrivée ici en juin 2013 en guise d'hébergement pour les employés d'une entreprise pétrolière.

 

Ci dessous: Photos prises au large, lors de notre départ le 28 août 2013 de Lerwick, aux Shetland, Ecosse

 

À droite, dans la vieille ville près des Lodberries (maisons-entrepôts dont les fondations sont dans l'eau), débute la promenade le long de l'eau vers la gauche...le sud!

 

Un quartier plus moderne, toujours sur la promenade au bord de l'eau

 

 Ici, on passe juste sous le cimetière, toujours de droite à gauche...et on grimpe sur le promontoire The Knab où se situent les plateformes des canons datant de la guerre d'indépendance américaine...

Ici, on passe juste sous le cimetière, toujours de droite à gauche...et on grimpe sur le promontoire The Knab où se situent les plateformes des canons datant de la guerre d'indépendance américaine...

La vieille ville de Lerwick, aux Shetland, Ecosse … Toujours les 25-26-27 août 2013
La promenade du 26 débutait dans la vieille ville…

Tout près de notre quai... Près de la place Market Cross où se trouve l'Info touristique très utile pour nous avoir fourni ce bel itinéraire de marche, et pour acheter des timbres et des livres intéressants!

Commercial Street, décorée de drapeaux

Un exemple de Lodberry: Une maison-entrepôt directement dans l'eau à Lerwick pour décharger plus aisément les petits bateaux qui s'accostaient à son quai privé de pierre. Ces petits bateaux faisaient la navette à partir de plus gros navires ancrés plus loin au large. En fait, plusieurs opérations de contrebande étaient favorisées par ce système, et assez populaire aux Shetland, particulièrement à Lerwick! On aurait découvert des tonneaux dans des celliers et tunnels sous la rue!

Suite de la promenade à Lerwick, le long de l’eau 28 août

 

Lodberry du haut avec le bateau viking à l'ancre !

Voici un toit original, créé pour son garage, par son proprio, l'artiste Fred Irvine, avec une chaloupe renversée! La maison se nomme The Knowe.

La suite de notre promenade le long du golf qu'on ne voit pas, à droite! Nous sommes sur The Knab, un promontoire au bout de la partie sud de la ville, où se trouve le cimetière et un golf gratuit 9 trous! Nous nous dirigeons vers Breiwick Road pour descendre vers la ville plus moderne, notre épicerie Tesco et des ruines archéologiques intéressantes de près de 3000 ans, Clickimin Broch.

Nous nous sommes rendus en pleine ville, toujours à Lerwick, mais du côté moderne, (sic), à ces ruines archéologiques datant de presque 3000 ans (600BC), Clickimin Broch, au sud du Clickimin Loch.

Une tour autrefois bien plus haute et habitée... Avec des couloirs bas sur plusieurs niveaux...

Retour dans la vieille ville, le long des "lanes", ces ruelles étroites et charmantes, cependant plus inquiétantes le soir venu, avec ses portes renfoncées dans la noirceur! Brrr!


L' Approche de Fair Isle, l'île la plus au sud des Shetland, Ecosse, à mi-chemin entre les Shetland et les Orkney, le tout au nord-est de .

 M 28/08 Fair Isle, Shetland, Ecosse, 59.32′N 1.36′W 47 mn QPÊ

18:30 L’arrivée à Fair Isle, majestueuse, fait penser à Vetsmann Island en Islande  en raison des falaises pleines d’oiseau à l’entrée du port, mais en moins impressionnant quand même!  North Haven, ce petit port bien protégé et charmant abrite seulement deux bateaux, Good Shepherd IV et Swan. Good Shepherd est un gros traversier des Shetland  et Swan est une ancienne goélette de 1900 basée à Scalloway, mais souvent à Lerwick ou en mer comme charter ou école de voile… Pas de trace de Sarah, les français… Le vent leur était favorable mardi alors ils ont dû prendre de l’avance pour retourner en France d’ici le 15 septembre…

Nous sommes allés marcher jusqu’au promontoire surplombant le port d’un côté et de l’autre, le fameux Fair Isle Lodge and Bird Observatory, reconnu mondialement pour ses recherches scientifiques sur les oiseaux migrateurs.

En effet cette île est la Pointe Pelée du Canada (en Ontario) du coin! Elle reçoit plein d’oiseaux migrateurs venus de Scandinavie, d’Islande et des Iles Féroé, et plein de “bird watchers” du monde entier d’avril à septembre! La bibliothèque est impressionnante: de gros volumes juste sur les petrels! Ou les hiboux d’Écosse! Ou les oiseaux du K…istan, ou du Pakistan, ou de la partie occidentale de l’Inde, etc… Les lieux modernes sont confortables, aérés, très grands, avec plein de divans, tables basses, comme quatre ou cinq living rooms ouverts! On peut prendre des repas, des douches, etc… On peut louer des chambres aux étages pour 60 pounds par personne… Et c’est archi-propre: on exige que vs laissiez vos chaussures au boot room…C’est d’ailleurs le point de rencontre pour les excursions avec ranger pour visiter les trappes tôt le matin et étudier les oiseaux!
Nous nous promettons de revenir l’an prochain passer quelques jours afin de visiter plus en profondeur cette grande île habitée seulement par 70 habitants, bien plus de moutons et encore cent ou mille fois ou plus d’oiseaux! Il semble y avoir plein d’endroits protégés: un sentier vers le phare, les jardins de graminées et de buissons divers tout autour de l’observatoire… On dirait les ronces de la Belle au Bois Dormant!
J 29/08 nous serons en mer à minuit!
16:00 Nous sommes en route depuis midi, laissant cette belle île derrière nous et ses habitants ailés qui fourmillent tout autour du bateau, et surtout autour des superbes falaises colorées d’ocres et de verts, parsemées ici et là d’une ou deux éoliennes géantes, un tout petit village blanc et le phare sur la pointe sud… Le vent est faible, de 10 noeuds, mais de face encore, sud-sud-ouest, exactement la direction où nous allons! Finalement, nous ne pourrons aller vers les Orkney, trop à l’ouest avec ce vent, une houle d’un mètre et de petites vagues fatigantes de tout bord, tout côté (le capitaine l’a dit!)… Nous tenterons donc de nous rendre à Wick, sur la pointe nord-est de l’Écosse,  80 milles nautiques, environ… Il nous en reste 62 à faire! On arriverait à 0300 donc il nous faudra ralentir pour ne pas s’engager près de la côte à la noirceur!
France & Claude

Et nous venons d'apercevoir un petit oiseau perdu au milieu de la mer, posé sur ma gaffe ou les planches sur le pont, et qui ne semble pas apprécier du tout le ballottement incessant du bateau... Nauséeux, il se balance du bout des griffes avant de s'envoler pour mieux revenir, épuisé! La terre est trop loin, chéri!

Boathouse Blog is proudly powered by WordPress and the Theme Adventure by Eric Schwarz
Entries (RSS) and Comments (RSS).

Boathouse Blog

Boathouse blog