Lundi 29 Mai 2017 -  Holandsfjorden – Engen – 66°43.4′N 13°42.5′E – 0mn-Q

Longue randonnée aujourd’hui! Vers le glacier et un peu plus haut (1192 mètres) que le refuge sur la montagne à 1062 mètres.
Partis à  8:40 am nous  étions de retour à 19:54.
8 km juste sur la route pour  l’aller retour vers et du glacier.
Surement 8 km de marche en montagne à côté du glacier, et plus haut, dans la neige!
Surement un total de 16 km aujourd’hui.

image1

Nous avons grimpé  bien à gauche du glacier, (le glacier bleu est au milieu de la photo, il descend vers la mer sans y toucher), donc, disais-je nous avons grimpé jusqu’en haut de la seconde montagne à partir de la gauche que les nuages pointent!  (Environ au 1/5 de la photo à partir de la gauche!)

image2Au début de la montée

image3Première étape près du glacier

Très belle journée ensoleillée d’hiver, de vrai hiver. De la vraie neige nous attend!

image4Pendant la grimpe… On quitte maintenant la région du glacier

image5On descend un peu pour mieux continuer à monter vers le refuge encore loin derrière ces rochers. On voit Phil au loin à droite.

image6En redescendant vers la hutte… On voit le fjord d’où l’on vient!

On a pu aller manger dans cette superbe hutte, luxueuse, bien équipée,  au décor chaleureux, pouvant accueillir à coucher pratiquement 14 personnes je dirais. Et il y avait une autre hutte similaire plus loin. Quoique non vérifié!

Puis on a encore escaladé quelques rochers ardus pour une vue magnifique.

De retour au bateau, nous  avons pris notre douche avec le moteur pour chauffer l’eau… Ça prend 1.5h pr pour passer les quatre! Tout vider la salle de bain qui sert d’entreposage!

Puis souper à  21:00, le restant des pâtes! Très bienvenues!

Dodo tôt – 23:30 après la vaisselle et le ménage de la salle de bain… Mal aux jambes et fatiguée!

Mardi 30 Mai 2017 – Hansoyviken 66°36′N 13°06′E   19.82mn/302.80 -A

Lever à 8:00. Moins mal aux jambes et pas fatiguée… Malgré notre grosse journée d’hier sur la montagne près du glacier! Mais un peu, pas mal, de raideurs musculaires se feront finalement sentir durant les deux journées qui viendront, aux  quadriceps et aux mollets,  pour  tous, sauf Phil, tellement en forme! Toujours en avant de nous au loin dans les montagnes! Cependant, il dormira!

8:00 Bon petit déjeuner
Il fait froid aujourd’hui, très froid…
Voile par bourrasques!
Sinon, on se fait bercer et endormir…
Pour se réchauffer, j’ai choisi une bonne soupe pour le midi…
Mais on se glace à nouveau en allant préparer l’ancre…
Arrivés finalement autour de 15:30 après 20 milles nautiques à voile…
Pas de pluie mais un ciel gris et froid…
Et un peu de soleil pour notre marche sur l’île Renga…  Pour aller voir les stations radio des résistants norvégiens de la seconde guerre mondiale… Bien cachés mais pas très confo sous les rochers pleins de mousse!

1Sur l’île Renga

2La résistance Norvégienne

3Les cachettes de la résistance norvégienne dans ce relief de rochers et de buissons

Souper aux crevettes froides, pommes de terre et pois mange tout , puis un  gâteau nappé de crème fouettée et de sirop d’érable.

Mercredi 31 mai 2017 -    Hjartoya     -  66°00′N  12°24′E      – 44.20mn/347.00 -A

6:00 am Lever! Gris et trop froid… Même du grésil en avant midi! Les trois-quarts de l’équipage ont dormi en même temps à un moment donné sauf le skipper! Phil s’est levé ce matin, juste pour dégager son second lit, le divan babord, en remplissant sa cabine. Resté en pyjama, il ne s’est levé qu’à 11:55!

Quant aux autres, nous avons déjeuné vers 6:30 et après avoir tout ramassé, je suis partie lire le roman qu’Amélie a apporté et lu, “La fille du train”, passé en film au cinéma il y a quelques mois mais que nous n’avons pas vu, l’un des rares!

Puis à 7:45 nous avons passé le cercle polaire, à 66°32′, marqué par un monument de pierres grises et un magnifique globe en lames métalliques sur un petit îlot dans la voie navigable. Photos souvenirs de lui et de nous avec les bonbons d’été de Francine, comme on avait fait en croisant le 80ème degré de latitude Nord en août 2016… Il ne nous  manquait qu’un figurant, caché sous ses couvertures… Nous l’avons donc photographié dans son lit, caché sous une montagne de couvertures, avec les bonbons d’été!

4Le monument du Cercle Polaire 66°32′

5Amélie et moi au Cercle Polaire avec les bonbons de Francine
6Claude et les bonbons de Francine

7Philippe au passage du Cercle Polaire, hihi, avec les bonbons de Francine!

Puis retour à  mon livre, et peu après, le  sommeil me gagnant, je me suis endormie sur le divan tribord. Bien emmitouflée comme Phil de son côté, et Amélie dans le cockpit… Puis, incapable de rester juchée sur mon côté tribord en raison de la gîte, je suis partie lire dans la cabine avant qui gîtait du bon bord… Et du grésil couvrait le pont! Il avait fait un temps terrible la nuit dernière, semble-t-il, moi je dors dûr, pas entendu… Mais Amélie a eu du mal à dormir en raison des gros vents, de l’éolienne  et de la forte pluie. Selon Claude, il a même neigé sur les montagnes autour!

Diner sur la gîte. Soupe d’hier avec une autre boîte de biscuits Breton apportés par Phil et Amélie en avion, 5 Boites Costco, pas du tout émiettés à date malgré les bagagistes des trois aéroports!

Et retour à la cabine pour moi, vaisselle avec mes gants de nitryle, trop de gerçures aux doigts… Ça gagne maintenant aussi la main droite malgré la crème intensive, la cortisone ne vient même pas à bout des vieilles qui ouvrent de plus en plus grand en plus! Trop froid, il faut que je mette des gants tout le temps! Alors depuis ce matin je me crème les mains, enfile mes gants minces ARC’TERYX (liners)et je les recouvre de petits gants de nitryle si je mange, cuisine ou fais la vaisselle! J’espère que ça marchera!

16:00 Nous sommes maintenant ancrés dans une baie profonde et étroite, bordée de grosse roche solide, avec plein de vent et de pluie et de grêle même! Profonde aussi en pieds de profondeur! Après une heure de recherche et de manœuvres, nous avons réussi à trouver un point d’ancrage à 32.9 pieds

17:45 Je viens de terminer le roman! Super bon thriller! Commencé hier après midi, il m’a obsédée! Vraiment! Je suis maintenant rentrée me chauffer les pieds devant le conduit de chauffage de la salle à diner alors que Phil et Amélie, en fait surtout Amélie, regardent  “La belle et la bête”  en dessins animés, et surement pas la première fois pour Amélie qui chante toutes les chansons!

22:42 Nous nous mettons au lit après une belle journée  tranquille de lecture! C’était ma fête en plus! Parfaite fête! Il pleuvait et faisait super froid, alors pas de promenade ce soir et en plus, Amélie aidée de son sous-chef Phil a préparé le souper et lavé la vaisselle! Des tortellini nappés de sauce Alfredo faite de chou-fleur en purée avec parmesan, ail et ciboulette. Puis un délicieux gâteau au citron nappé de crème fouettée saupoudrée de perles de chocolat. Et comme cadeau de la part de Claude et des enfants, Caro, Philippe et Amélie, une superbe montre noire fitbit! Qui compte les pas! Mon rêve! Super! Je suis en train de la charger et je vais l’essayer demain! Aujourd’hui n’aurait pas été une bonne de démonstration de pas! “PAS” bougé beaucoup aujourd’hui! Hihihi….

France et Claude

Lake Erie is the fourth largest lake (by surface area) of the five Great Lakes in North America and the thirteenth largest globally in terms of surface area. It is the southernmost, shallowest and smallest by volume of the Great Lakes, and therefore it also has the shortest average water residence time. Lake Erie’s northern shore is bounded by the Canadian province of Ontario, with US states of Ohio, Pennsylvania and New York on its southern and easternmost shores and Michigan on the west.

PS: The Great Lakes are actually not lakes. They are inland seas! The Edmond Fitzgerald sank in November of 1975 in a horrible hurricane strength storm on Lake Superior … 100 mph winds and a blizzard of blinding snow & ice. More ships have been lost in the Great Lakes than anywhere else!
The following photos give you some idea why.

Dave S

Dave spent time on Lake Erie shooting the Great Lake ‘s turbulent fall season. From mid-October to mid-November, the long-time professional sports photographer traveled each week to Port Stanley, Ontario, on the edge of Lake Erie to spend hours taking photos. This series of images shows what this Great Lake looks like after the sunbathers and boaters leave and the weather begins to turn. His goal was to capture the exact moment when lake waves driven by gusting winds collide with a rebound wave that’s created when the water hits a pier and collection of boulders on the shore.


His goal
“The best way I can describe the water is it’s like a washing machine. It’s not like ocean waves, where you have a nice set that’s rolling in. They are really erratic, they go all over the place, and there is a strongundertow there so it can be a very dangerous place.”

http://ak-hdl.buzzfed.com/static/2015-12/9/22/enhanced/webdr07/[]

“I’ve had a number of people contact me that used to live by the Great Lakes …. and they said the photos really stirred something inside them because they grew up there and know what the water can be like.”

http://ak-hdl.buzzfed.com/static/2015-12/9/22/enhanced/webdr14/[]

“I’m hearing from other people that are blown away. They say, ‘This can’t be a lake, it’s got to be an ocean.’ They had no idea that a lake could generate waves of this size and force.

 

http://ak-hdl.buzzfed.com/static/2015-12/9/22/enhanced/webdr02/[]

“The wave [in this photo] looks sort of like a mountain. I’ve already had it printed up for my own wall at home. These waves move so fast. It’s insane how fast they form, and then from the time that they form to that nice peak to exploding, it’s a mere second.”

http://ak-hdl.buzzfed.com/static/2015-12/9/22/enhanced/webdr09/

“I really enjoyed that challenge, when I was out there, of getting it when it’s in that almost perfect peak on both sides before it explodes, so it has that look of a mountain or a volcano.”

http://ak-hdl.buzzfed.com/static/2015-12/9/22/enhanced/webdr15/“There was only one evening where the sun broke through. Most were very overcast days.

[][]

“I enjoy the challenge of freezing things in time. Getting them at the right moment -­ at the peak moment.”

[]

He said his sports photography and his waves series share one important characteristic. “In all the things I’ve made my living doing in photography there are no do-over’s no re-dos. You get one shot at it and that’s it, so it really helps you hone your craft.”

He said[]

“When you’re on a beach you don’t have a studio setting where you can set something or someone up and have multiple opportunities to get it. It’s one and done.”

[][][]

“No two waves are ever the same -­ you either have it or you don’t.”

http://ak-hdl.buzzfed.com/static/2015-12/9/22/enhanced/webdr02/

 

gill_free_fr_560Cliquez sur l’image pour en savoir plus

Written on May 15th, 2017 , Photos, Uncategorized

L’eau a son plus haut, 24.75m , plusieurs bateau ont étés attachés à leur ber, et sécurisés a des arbres, le vent était fort, la vague plutôt embêtante.

 

Written on May 10th, 2017 , Info, Photos, Video

bdbc2BDBC David Aird

bdbc1BDBC David Aird

IMG_20170505_174057BDYC David Aird

bdyc3IMG_20170505_174057BDYC David Aird

bdyc2IMG_20170505_174057BDYC David Aird

ipycCNIP-IPYC

pcyc

CNPC-PCYC George Stedman

Written on May 6th, 2017 , Info, Nouvelles/News, Photos

Web translation here

Mercredi 27 Juillet 2016 – Fridtjovhamna – 0 mn – A

15:54 Journée tranquille, de repos, dit Claude. Depuis ce matin, nous travaillons à plein de choses sur le bateau!

1- Claude a pu resserrer le tuyau du robinet d’eau chaude de la cuisine, qui avait coulé et vidé tout le réservoir d’eau potable! Mais pour mieux visser le démon sous l’évier, dans cet autre endroit difficilement accessible, il a fallu trouer le mur du divan qui donne sous la champelure! On aura désormais un meilleur accès, juste à dévisser des rondelles de bois, cachées par les coussins!

J’ai alors pu faire ma vaisselle d’hier soir et de ce matin!

2- Claude a vérifié et remis de l’huile à moteur.

3- Claude a remis en fonction le bouton arrêt du moteur, qui, malgré sa belle couleur rouge neuve 2016 comme un nez de clown, ne fonctionnait toujours pas! Problème de celluloïd finalement. Un bon coup de marteau en attendant!

4- J’ai  lavé les panneaux solaires à l’eau douce avec une éponge, car la mer et les embruns y avaient déposé une épaisse couche de sel, les empêchant de bien charger nos batteries.

5- J’ai ensuite ciré et poli les murs du cockpit avec le Awl Care qui blanchit tout miraculeusement, puis la même chose sur le pont, mais avec une étape de plus au début, enlever tout le gros sel cristallisé sur les parois!

5- Claude a teint le teck du boute hors  et celui d’en arrière qui restait, tâches non terminées en raison de la pluie incessante de juin à Tromsø! (Idem pour le Awl Care).

6- Après un petit lunch, Claude a vérifié l’AIS et l’a réparé! Quelques fils à mieux connecter dans le coffre du cockpit.

22:35 Nous venons de finir le souper! Après une longue promenade sur la côte vers le glacier, grimpant des montagnes de roches et de gravois, nous sommes revenus au bateau vers 21:35.

Rencontrant d’abord un renne, nous n’avons rien vu d’autre!

image48Renne à Fridtjovhamna

Petit lunch sur un gros rocher au pied de la montagne, encore très très loin du glacier, dont l’approche nous fut coupée par une énorme rivière de boue, lait au chocolat, venant du glacier, la décharge! J’ai descendu une pente un peu rapidement sur les fesses et les mains, assez raide merci! Vive les bâtons de marche que nous avions encore oubliés! Chargés comme des mules avec notre arsenal anti ours…

image49Rocher de notre lunch

image50Il semble faire noir mais non, juste à contrejour face à un sommeil aveuglant

image51Décharge à traverser! Heu, non…

image52Suite de la décharge, du vrai lait au chocolat!

Puis longue ballade en dinghy jusqu’au pied du glacier, en fait jusqu’à la rivière de glace, très très loin! Et très très froid!

image53En dinghy à travers les petites glaces flottantes devant le glacier

image54Petite escapade de plus au bout de la péninsule pour y inspecter un drôle de piège à ours en bois où deux restants de phoque y sont attachés… Brrr, on rentre!

image55On rentre au bateau, (il fait vrai,est clair, c’est encore à contrejour!)

Mais encore ce ciel bleu incroyable, et le soleil chaud! Trois jours d’affilée! Un miracle, plus beau même que Tromsø, mais pas difficile à battre! Hihi

image56Voyez le ciel encore bleu!

Souper aux saucisses de renne, pommes de terre et carottes, Riesling (le vin le moins cher en Norvège, les autres étaient si dispendieux, qu’on n’a acheté que de ce vin Riesling et un rhum, par contre le plus cher qu’on a jamais payé! Même à Trinidad, Michel!). Et ma petite fondue mars agrémentée de 3-5 amandes au chocolat!

Jeudi 28 Juillet 2016 – Longyearbyen – 78°14′N 15°38′E – 77.29 mn/ 717.53 total – Q

9:33 Oh la! Nous venons de partir il y a peut-être une heure. J’ai passé cette heure à décrotter le devant du bateau et le pont à cause de toute la boue collante qui revêtait l’ancre et sa chaîne, la bouée et sa corde,  le boute hors, les balcons avant, les élastiques, l’étrave (le devant du bateau, les côtés), le boyau d’arrosage, mes bottes, mes gants, mon manteau, alouette! Et il en reste encore sur mon manteau! Tant pis, j’ai les mains gelées! Je n’ai jamais vu en trente six ans de voile une boue aussi collante, sauf dans quelques couches de mes enfants!

Il fait gris aujourd’hui mais il ne pleut pas, à date. Nous nous rendons aujourd’hui à Longyearbyen afin de préparer la seconde étape de notre voyage, la visite de notre fils Philippe et de sa blonde Amélie qui arriveront à 00:35 dans la nuit de vendredi à samedi 30 juillet.

Il faudra d’abord finaliser notre permis auprès des autorités de Svalbard et nous orienter dans la petite ville de 1500 habitants, à pied. Nous devrons remplir le frigo à nouveau et faire des réserves de conserve peut-être aussi. Je réalise que je n’en ai pas acheté suffisamment. Il faudra refaire le plein de diesel, d’essence et d’eau potable.

Eau potable que je suis à faire actuellement, le désalinateur marche bon train comme avant hier… Hier soir, le réservoir était à nouveau vide, il faut dire qu’à 10 litres à l’heure, le petit 10 heures de l’autre jour était bien insuffisant pour remplir les 200 gallons de notre réservoir! Enfin, j’espère que c’est ça, sinon, ça coule ailleurs, ce qui est peu probable…

15:04 Ouf! Après 36 milles nautiques à moteur, à mi-chemin de notre but, heureusement à 2-3 milles des côtes, donc assez loin, pour ne pas s’y fracasser, le moteur a commencé à faire de l’angine! Essoufflé, il a cessé de fonctionner! Panne de diesel! Avec un niveau d’essence encore à  11 pouces sur 27 (full à 27)! Alors nous y  avons vidé 40 litres de carburant et son additif, donc deux contenants de réserve du bain! Il en reste trois dans le bain et un dans le coffre du cockpit. Deux gros de 20 litres et deux petits de 10 litres encore en réserve! Nous roulons donc habituellement avec 100 litres de réserve et 200 litres dans notre ancien réservoir, celui-ci est un peu plus petit (fait sur mesures pour s’assurer qu’il rentre bien dans  notre trou!) et tout aussi mal fait, avec une forme super profonde dont on ne peut aspirer le carburant du fond! Ça réduit donc notre autonomie mais au moins, ça fait du lest! Thérapie cognitive!

15:30 Nous venons d’atteindre 78°00′Nord

image57Et voici la carte de notre approche d Longyearbyen vers 18:00

image58L’aéroport de Longyearbyen et son camping au bord de l’eau!

image59L’approche de Longyearbyen au pied des montagnes et de la mine de charbon!

22:00 Nous  sommes arrivés à Longyearbyen après avoir vu un petit rorqual. Nous voyons aussi l’aéroport sur la rive, et plus près de l’eau, un camping! Tout autour, de grosses montagnes décorent la ville industrielle, reliée par un téléphérique aux mines!
Le harbourmaster nous dit de mois mettre à l’épaule d’un bateau polonais, tout en bois. Accueil chaleureux avec un shooter! Parlé de hockey au canada. Les meilleurs joueurs selon le jeune slovaque qui a vécu au Connecticut cinq ans à Stanford.
Déçu, il n’a qu’un petit rorqual, aucun ours, peu d’animaux.

image60Notre voilier Andrée Anne Rachel au quai de la marina

image61Andrée Anne Rachel à l’épaule d’un polonais en bois

Nous avons aussi jasé avec le jeune cuissot français sur un voilier loué à Tromsø par un riche vacancier, 37000 euros pour un mois plus les salaires du capitaine et du cuistot et autre équipier! Mais le vacancier ne vient qu’une semaine! Oh! Au moins il est l’un des rares bateaux à avoir un full enclouure, un cockpit fermé! Il va en avoir pour son argent!

Nous nous sommes promenés sur les quais, et avons vu une dizaine de voiliers, un anglais de Plymouth. trois ou quatre français, dont l’Ovni de l’ami de la française rencontrée au lavage de Tromsø et un hollandais, Sará.

Les bâtiments du port sont magnifiques, modernes et propres, dont on a pu voir toilettes et douches. On pourra obtenir électricité, Diesel, essence  et eau potable demain en allant voir le harbourmaster.

Les polonais décollent à 7:00 demain matin, nous devrons donc décoller aussi et   pourrons ainsi nous mettre au quai.
Ils se rendent à Pyramiden pour y voir des morses.

Ciao

France et Claude

clam_fr

map2

Web translation here

 

22 Juillet 2016  Bjornøya,  Austervåg 74°2424′N 19°11′E – 8.83 mn – ancré

16:43 Bonne journée de réparations, sans vent, peu de houle, tranquille…

Nous avons réparé le davit qui soutient dinghy et panneaux solaires, ouf! Moi dans le dinghy, Claude sur le bateau, sans avoir eu besoin finalement de se faufiler dans le coffre du cockpit, ouf! Juste à défaire le haut-parleur arrière tribord du cockpit, et les vis étaient accessibles! Ça a bien été, pas perdu aucun outil ou vis à l’eau, ça aurait pu!

Puis, Claude a réparé le commutateur de la pompe à eau de mer du pont, pour mon boyau d’arrosage, complètement figé dans la rouille et le sel! Un nouveau qu’il a littéralement trempé dans du silicone avant de l’enterrer d’un serpent de ruban noir!

Nous avons ensuite changé de baie, après la pluie qui a débuté juste à la fin de nos réparations et terminé juste après notre repas du diner!

Nous avons aperçu un beau grand voilier deux mâts au loin, Anna Margarita…

Cinq cargos sont à l’ancre ici! Une tempête se prépare-t-elle? Nous tentons de les rejoindre par vhs mais ils ne répondent pas, aucun? À se demander si notre radio émet! Ou ils ne parlent pas anglais! Mais l’un d’eux se nomme Arctic Princess…

23:15 Nous sommes de retour au bateau depuis 22:15: Hiking sur l’île! Il fait clair 24/24 donc on peut faire du Hiking tard le soir!

Visite intéressante sur l’île à partir d’un énorme ruisseau qui n’en finissait plus de s’élargir, nous empêchant de traverser… Finalement, dans ce désert de roches parsemant un grand marécage de mousse, nous avons dû rebrousser chemin et traverser plus près de notre point de départ, sautant de roche en roche sans nos bâtons de marche, oubliés dans le bateau, puis gravir une pente assez escarpée dans de la terre molle, oublié nos guêtres aussi! Zut! Traversant ensuite un grand plateau, nous avons atteint les ruines d’une mine de charbon abandonnée en 1909, laissant des rails rouillés, des wagons éventrés, une vieille locomotive à vapeur, du métal jonchant le sol, des murets de pierre, une cheminée branlante et deux toits où se perchent des flopées de macareux qui picolent en chœur, virevoltant chacun leur tour en grosses volées au-dessus de nos têtes!

image27Le ruisseau à franchir et la pente à gravir

image28Sinon, c’est le désert de roches!

image29La mine abandonnée, des rails rouillés et deux maisons éventrées

image30Cheminée et toit comme perchoirs de macareux

image31

Wagons renversés et éventrés

Et une petite maison intacte, en grosses pierres, se dresse bien droite, flanquée de sa bécosse, sur un décor magnifique, montagne volcanique voilée de nuages blancs… Et cette maison était en fait un magnifique chalet dont on pouvait ouvrir la porte et voir l’intérieur, bien propret, moderne, en pin jaune, rempli de bois de chauffage, de réserves d’eau, de divans moelleux, de plusieurs sacs de couchage pendant sur une corde à linge intérieure,  et des sandales Croc à côté d’un panier d’osier rempli de bois de chauffage sur un parquet bien propre! On referme ce beau refuge si isolé!

image32Le refuge et sa bécosse

 Samedi 23 Juillet 2016 – en mer – 75°39′N 17°35′E – 84.22 mn – mer

Levés à 6:30, nous avons finalement décollé pour notre traversée Bjornøya-Svalbard  à 8:00 après la vaisselle de la veille, celle du matin, le déjeuner, la préparation du bateau, à l’intérieur comme sur le pont, le désancrage…

Puis, vu que tout était calme, on ôte les bottes et pantalons de pluie, et je me mets à laver les fenêtres de Lexan du Dodger et les fenêtres de vinyle des moustiquaires… Ça fait un bien immense, et aussi de ne pas avoir de vent! La mousse est contente mais pas le capitaine.

image23Fenêtres de Lexan lavées! Disparues on dirait.

Il ne vente que 7 à 9 noeuds, d’arrière, donc une vitesse de 1.67 à 4.8 noeuds! Ça va prendre du temps avant de rencontrer des ours polaires! Ok avec moi!

13:16 Bonne salade-bateau par excellence, sans vague! Sans farce, à retenir, salade iceberg, échalote (oignon vert), ciboulette, patate cuite en dés, cheddar en dés, orange, noix mélangées salées, raisins secs, mélange de Mayo et d’huile végétale (nom norvégien d’une fleur????), sel, poivre. Je rationne, car je ne sais pas de quoi aura l’air l’épicerie  de Longyearbyen, quoique s’il y a un restaurant Thaï et chic, ça doit être pas si mal! Et pour deux semaines à la fois, je peux très bien me débrouiller!

Grosse matinée ce matin: couper le foam du coussin rouge vin 2015 rendu plus petit par le changement de côté de la fermeture éclair en 2016, désalinateur (débuté hier en fait!), recherche de l’équipement de défense anti-ours : Klaxon aérosol, trompette à bouche, hache, couteau de pêche du jeune Claude (emporté pour l’occasion), poivre de Cayenne (2 bouteilles aérosol), flares ou feux de détresse, en plus de notre fusil bien entendu! ..

image24

Et testing de la radio vhs portable qui fonctionne très bien, tout comme le poste à l’intérieur du bateau, alors que le poste vhs extérieur, dans le cockpit, émet mais ne reçoit rien! Sauf si on met le squelch au max, mais là, on l’entend tout le temps! Shhhhhhhhhhh! Chut!

Et maintenant, c’est au tour du radar à faire défaut! Ouf! C’est à cause du désalinateur! Tout simplement!

19:17 Et heureusement que le radar fonctionne! Visibilité seulement de 100 pieds! Et heureusement qu’on ne va pas vite,  et personne aux alentours, juste deux gros bateaux de pêche de plus de 190 pieds à 7-8 milles nautiques de nous, sur notre babord au loin, qui tournent au loin! Qu’on voit au radar et via AIS.

Et le calme plat, j’adore! Tout en écoutant de la musique dans le cockpit, je peux lire mes recettes, mon livre de collection personnelle, des recettes improvisées par moi seule ou celles des invités, pendant les 25 étés sur Andrée Anne Rachel… Ou plutôt les 20, car depuis 5 ans qu’Andrée Anne Rachel parcoure les océans, peu d’invités sont venus concoter des recettes avec moi!

Et tout ceci pour ne faire pour souper que de la crème aux légumes  Knorr et réchauffer deux pointes de pizza, car le saumon était gelé, pas juste nous!

La porte du congélateur Arctique s’est ouverte sur nous à environ 40 milles nautiques de route depuis notre départ ce matin de Bjornøya, et donc à 80 milles nautiques de la pointe sud de Svalbard! 75°19′N maintenant!  Et Longyearbyen est à 78°14′N… Nous sentions le froid en avançant la main dans le cockpit, vraiment comme le froid sortant d’une porte de frigo! Brrr!

Et l’eau à 4.1°C!

Dimanche 24 Juillet 2016 – Isbjornhamna 77°00′N 15°33′E – 103.8 mn – ancre

8:14 Toujours en route vers Hornsund que l’on devrait atteindre ce soir dans 8-10 heures. Claude vient de se recoucher après qu’il se soit levé vers 6:08 pour déjeuner après avoir dormi deux heures seulement. Il avait fait de la voile cette nuit au lieu du moteur qu’il déteste, me laissant dormir jusqu’à 4:00 am.

Le déjeuner fut une bonne chose pour nous  réchauffer! Faire des œufs et du café bien chaud, puis faire la vaisselle,plongeant dans l’eau chaude, très chaude de vaisselle, mes mains endolories par l’arthrose bien ravivée par le temps particulièrement humide et froid! Dans la cabine principale il faisait 10°C ou 52°F. Et l’eau est à 5°C, plus chaude qu’hier après midi (4.1°C). Pas mon eau de vaisselle, plutôt bouillante, bien chauffée par le moteur très utile par ce temps sans vent! Ce n’est pas moi qui m’en plaint! 2.2 noeuds!

Le brouillard est terrible par contre. In and out. Mais longtemps on! Mon imagination fait surgir de l’eau des ours polaires, qui viennent se frotter à l’arrière du bateau! Mais non, c’est l’éolienne qui gratte de temps en temps!

9:36 Svalbard émerge de la brume qui se dissipe tout d’un coup! Des îles plates, allure oreo encore!

18:36 Nos premiers icebergs, minuscules par contre! Il faudra faire un détour pour aller en voir un qui en vaille un peu la peine! Ça fait quatre ans qu’on en avait vu, la dernière fois deux en Islande au fond d’une baie lointaine en passant de loin en 2013. Nous en avions vu des tonnes au Labrador en 2011 et 2012 ainsi qu’au Groenland évidemment, en 2012.

image25

Premier iceberg, tout petit. 
 
22:40 Quelle belle journée, vraiment! Nous avons fait un peu de voile légère, pour le capitaine, juste pour aider le moteur, vraiment! La première traversée de Tromsø à Bjornøya fut seulement à voile, et celle ci, de Bjornøya à Svalbard,  presque seulement à moteur! 
 
Nous sommes arrivés vers 19:30, allant nous mettre à l’ancre dans le fjord  en face de la station de recherche polonaise derrière un autre voilier, Join Us, qui nous quittera peu après. Et nous sommes maintenant entrés DANS le congélateur! Il fait si froid! 
 
Paysage majestueux, montagnes aux multiples visages, grège, beige, gris, noir, neige et glaciers bleus et blancs,  et icebergs à leurs pieds. Un édredon épais et bas de nuages gris foncé semble vouloir les recouvrir jusqu’au soleil qui les éclaire d’en arrière. 
 
image26

Les montagnes et leurs glaciers à Horsund au loin, sous l’épais édredon de nuages foncésUn bon souper pour fêter notre traversée et notre arrivée au 77ème degré de latitude nord, ou 780 milles nautiques du pôle nord (13 degrés). Saumon mariné dans une sauce soya au sirop d’érable, petites pommes de terre rôties en dés et brocoli, puis une petite fondue au chocolat Mars, nectarine et kiwi.

Puis une bonne douche chaude, et pauvre Claude, il a dû déboucher la pompe pour vider le bain avant même de prendre sa douche… Un kleenex! Oups!

Ciao
France et Claude

Written on July 30th, 2016 , Croisière/Cruising, Photos, Video

map1

Web translation here

Tromsø vers la Mer de Norvège… 70°10′N 19°32′E – 40.8 milles nautiques – en mer

18:04 Nous sommes en route! Vers la Mer de Norvège! Direction Svalbard, mais arrêt à Bjornøya,  l’Ile aux Ours, à mi-chemin entre Tromsø et Svalbard, et ce, dans 300 milles!  Ou quelques jours, selon notre vitesse! Donc, selon les vents et la mer!


Vidéo by Boathouse_ca

Petit vidéo tranquille du début de la nuit! Ça s’est empironné par la suite! Mer confuse!

 

20:27 Bon! Je viens d’équiper mon iPad mini, en l’habillant de façon assez grotesque, lui, qui a déjà perdu sa minceur dans son étui imperméable et antichocs à bandoulière! Noir celui là, mais maintenant, il vient de revêtir sa ceinture de sauvetage orange! De toute beauté! Ouache! J’espère que ça flotte vraiment! Et que c’est imperméable!

Nous venons de faire, dans le fjord Langsundet,  21.6 milles nautiques, toujours dans la grisaille et sous la pluie, sur une mer agitée mais pas trop, un vent variable, de 1.5 à 28 noeuds, et même des pointes jusqu’à 37.2 noeuds! Heureusement nous sommes par vent arrière… Nous avons donc pu souper, faire la vaisselle à l’eau chaude, enfin! L’eau très chaude,  car notre eau est chauffée par le moteur, donc en juin, sans moteur, hors de l’eau, l’eau de vaisselle était très froide!

Et le moteur semble bien fonctionner après  sa remise en forme par le mécano de Yanmar JH Motors. On l’espère, car ça nous a coûté ce matin 2000$ Can! Et non, nous n’avons pas eu de retour de taxes, après deux heures de perte de temps, retour chez JH Motors pour faire remplir un questionnaire finalement refusé par les douanes! On a payé $2000 de taxes en tout  en réparations depuis septembre 2015, genre 25% des dépenses de 8000$! Mais on n’a pas droit au retour de taxes car ce ne sont pas des cadeaux ou des objets que l’on sortirait de la Norvège dans une belle boîte intacte! Donc, ces retours de taxes pour étrangers, ce n’est que pour des touristes sans voilier!

Après ces deux heures perdues, nous avons fait une grosse épicerie et j’ai réussi à tout rentrer dans le frigo, presque tous les articles bien enveloppés dans des ziploc pour éviter les dégâts fâcheux qui se retrouvent au fond de la glacière, quatre pieds plus bas (je déteste laver le fond du frigo! Et les odeurs!). Donc les douzaines d’œufs bien fermées par des élastiques en plus, les légumes et fruits avec doublure d’essuie-tout dans du papier aluminium, ce qui garde tout intact pour plus longtemps! C’est incroyable tout ce que j’ai pu rentrer dans le frigo!

Puis il nous faut retourner l’auto de location à l’aéroport, et revenir à vélo au bateau, sous la pluie.
Quelle belle journée!

Nous sommes partis du quai vers 16:30, facilement, le vent étant moins fort qu’en matinée! Une chance!  J’ai le nez gelé dans le cockpit, je dois le rentrer dans mon cache cou, remettre mon bandeau et mes gants et faire des squats! Et là, j’ai de la buée dans mes lunettes!

Et je m’endors! Courte nuit, la dernière, hier! On a fini de préparer le bateau très tard dimanche soir, vers 2300; puis la douche de la marina, où nous avons lavé nos vêtements à étendre ensuite dans le cockpit, espérant que ça sèche au froid! Hum! Et finalement couchés vers 1:30 am… Levés à 7:00, mais Claude était réveillé deux heures plus tôt. À réfléchir à tous les problèmes à venir, réels ou imaginaires, anxiété d’anticipation, quoi!

23:59 J’ai dormi 1.5 heures d’un sommeil profondément agité par un rêve des plus fous! Une pièce de théâtre in vivo! Compliquée!

Et là, Claude fait son point de minuit,  70°10′N 19°32′E  – Nous avons franchi la ligne des 70° de latitude et parcouru 40.8 milles nautiques depuis 16:30…. Nous sommes finalement  en mer au lieu de nous arrêter pour la nuit dans un petit village de la côte très au nord de la Norvège car les vents du sud ouest nous sont très favorables et rarement de ce côté! Les vents dominants du nord reviendront jeudi ou vendredi, dans trois jours… Nous sommes encore dans les îles côtières … Nous contournerons Tornvag, la dernière île où nous devions coucher, mais on devrait se lever à 5:00 de toute façon, alors aussi bien continuer à voguer!

Et surtout qu’il fait clair jour et nuit! Pas besoin de feux de route, de radar !

Mercredi 20 Juillet 2016 19:40 20-7 M Sorhamna, Bjornøya 74°22′N 19°09′E- 151.5 mn- Ancré

Enfin arrivés à Bjornøya, l’Île aux Ours (selon un thriller écrit par Alistair Maclean), ancrés dans la baie de Sørhamna sous la pluie et surtout les embruns d’une mer démontée qui n’a pas voulu lâcher depuis trois jours!

Comme mon estomac d’ailleurs, qui n’a pu garder que mon souper de lundi soir, puis UN croûton à salade mardi après-midi, finalement un yogourt et quelques chips mercredi pour souper! Tout le reste, en fait très peu, deux nectarines,  quelques arachides, quelques chips, quelques croûtons à salade n’avaient pu être tolérés en plusieurs essais! Vomi cinq fois! Mon record! Et surtout celui de Claude! Il a vomi quatre fois en six heures alors qu’il n’avait vomi auparavant que deux fois en plus de trente six ans de voile! Probablement très fatigués (je ne sais pas pourquoi! Hihi, voir partie 1), nous n’avons pas eu le temps de nous acclimater à la mer, embarquant tout de suite sur une grosse mer confuse, avec de la houle incroyable, des vagues venant des deux côtés à la fois, lundi en fin d’après midi.

Bref, nous fûmes malaaaades! J’ai dormi pas mal plus que Claude, et lui une à deux heures Max à la fois, pas beaucoup de fois!

Nous avons été à voile tout au long de la traversée, babord amures, vent arrière, entre travers et petit largue, entre 20 et 30 noeuds… Pluie pas mal tout le temps, assez bonne visibilité sauf en arrivant à l’Ile aux Ours, où la brume de mer nous enveloppa…
En émergea tout près des côtes, un beau voilier sous voile, un petit bout de grand voile seulement… Il nous croisa sans qu’on ne le voit sous radar! Par contre, il avait heureusement un AIS, alors on savait qu’il était autour!

image16Notre arrivée à l’île de Bjornøya: on rencontre un autre voilier!

image17Bjornøya. La baie de Sørhamna.

Jeudi 21 Juillet 2016 – Kvalrossbukta – 74°22′N 19°10′E – 0.96mn – ancré

15:16 Aaaah du repos enfin! Nous venons de prendre nos douches après avoir changé de baie en raison de roulis excessif! On a roulé toute la nuit dans notre lit jusqu’à 11:00 ce matin! Bon déjeuner et placé tous les vêtements secs, vidé la salle de bain de ses réservoirs d’essence et les sacs d’épicerie pour y prendre notre douche… J’ai aussi vidé le garde robe avant pour faire sécher nos grandes combinaisons flottantes toutes racotillées dans ce petit espace de cèdre malheureusement mouillé dans le bas, étant dans l’étrave, le devant du bateau qui fend les vagues de façon répétitive!

Idem dans la garde-robe du fusil! Celui en face de la salle de bain, que j’ai vidé hier soir pour en sortir le fusil… Petit cours de rattrapage en maniement d’arme à feu afin de nous défendre contre une éventuelle attaque polaire!

Hier soir aussi, bon souper, GARDÉ, au gâteau à la pâte d’amandes et à la crème de bananes, suivant un plat principal fait de concombre et crevettes dégelées… Oups frigo pas assez froid pour garder mes réserves de poisson et de viande! Remonter la froidure svp, ça presse! Pas dehors, c’est ok, mais dans le frigo!

L’eau dehors est maintenant à 5.6°C… En partant de Tromsø, l’eau était à 8.5 puis en route à un moment donné, 9.2! Je n’en revenais pas! Mais là, on revient bien dans les eaux du Labrador entre 1 à 5° alors qu’en Islande la température de l’eau se chiffrait à 8-10°C… Au Groenland, je ne m’en souviens plus!

Puis dodo! Oh dans un lit! Et du chauffage!

Et ce matin tout était plus sec…

19:40 Retour d’une excursion sur l’île, une pratique pour sortir avec l’arme à feu, nos bottes de voile et de montagne, le dinghy de rechange sur mon dos avec rames et pompe et les caméras, mon iPad orange se confondant avec ma belle combinaison flottante orange! Un chic fou!

image18Claude et son fusil en bandoulière à côté de notre dinghy, et  Andrée Anne Rachel au loin à l’ancre, dans la baie de Kvalrossbukta, Bjornøya.

image19Notre arme à feu, on déteste tellement ça qu’on a gardé l’une des deux barrures!

Et, oh surprise, en haut de la rive, un gros dinghy d’expédition polaire plein de stock et tout neuf trônait au milieu des ruines de station baleinière de 1905-1908…

image20Plus haut que notre dinghy blanc sur la plage, on voit le gros dinghy gris foncé sur la butte.

Et du haut du petit sommet, non loin, en allant voir la baie que nous avons quittée à midi, nous y découvrons deux voiliers rouges à l’ancre! Au soleil, quelle belle vue!

 image21Claude en combinaison orange au dessus de la Baie de Sørhamna où deux voiliers nous ont remplacés! Tout petits points blancs et rouge au pied de la falaise immense!

 

image22Le petit passage utilisé pour passer à la baie de Kvalrossbukta, derrière le mur, cet après-midi du 21 juillet . On le voit depuis la falaise au dessus de la baie de Sørhamna

Aucun ours!

Mais, eh oui, nous nous rendons compte que notre dinghy a bel et bien été victime d’un hit and run à Tromsø! En effet, en plus de l’attache décollée dont on s’était rendu compte dimanche, on voit maintenant que le bras tribord du davit branle trop! Deux vis sur quatre sont cassées! Donc il est tout probable qu’un autre bateau ait renfoncé notre dinghy et le davit, en allant faire le plein ou en sortant de l’eau, en tournant dans l’espace exigu entre les quais, et sans laisser sa carte d’affaires! Lui! Alors demain, il faudra tenter de réparer en changeant ces grosses vis, et ce, oui, dans le coffre du cockpit! Quelle joie pour Claude, qui voudrait rétrécir de 6  pouces dans toutes ses dimensions, hanches, épaules, ventre et grandeur, pour pouvoir se faufiler dans l’espace très réduit.

Ciao France et Claude

Written on July 29th, 2016 , Croisière/Cruising, Photos, Video Tags: , , ,

RS Venture

Maintenant disponible chez Boathouse appelez nous/Now available at Boathouse call us 

1-800-361-2966

Written on July 26th, 2016 , Info, Photos, Technical, Video Tags:

RS Feva

Maintenant disponible chez Boathouse appelez nous/Now available at Boathouse call us 

1-800-361-2966

 

Written on July 21st, 2016 , Info, Photos Tags:

Web translation here

globe

Allo tout le monde!

Je recommence mon écriture après trois semaines de repos!!! HUM, repos d’écriture, c’est bien tout!
Ce fut un trois semaines de lavage, de ménage (j’ai même utilisé le même produit anti moisissure du bateau de StarBrite, Mildew Remover, acheté au Québec spécialement pour la douche, en haut, à la maison! Un miracle! Tout est redevenu lumineux, je n’aurai pas besoin de changer mon crépis aux murs de la douche!!!)…
Je continue, trois semaines de déménagement du bureau : on remplit des boîtes une semaine et on les vide la seconde semaine! Ohoh! On change de bureau, plus petit, alors on change les meubles, les étagères, les tables, les biblios, les cadres,  les adresses, les habitudes!!! – Après 28 ans et demi dans le même bureau il y avait un peu d’entassement!
Aussi, des commissions, des téléphones, de l’organisation, des valises, encore!
Et l’antirouille de quatre autos en une semaine! Dont trois le même samedi matin!
Et recevoir deux fois, en deux fins de semaine! Dont une soirée de 12!
Et travailler aussi!

Et on repart! Partis le vendredi 15 juillet en après midi après un dernier avant-midi de commissions et une semaine aux nuits écourtées pour terminer tous les dossiers au bureau, nous avons pris trois vols, Montréal-Paris, Paris-Oslo et Oslo-Tromsø en 2 jours, nous sommes donc arrivés samedi soir 22h au bateau, avec une bonne dette de sommeil.

Le bateau était tout correct, intact. Aucune moisissure, c’est clair, je m’en doutais bien, seulement partis trois semaines, mais j’étais contente de ne pas en voir une!
Il faillait juste laver le plancher et les surfaces de travail car on a eu un mécanicien dans les parages! Puis, trouver nos pyjamas propres dans les valises! Et nous avons dormi 11 heures jusqu’à 11 h ce matin! Petit déjeuner diner plutôt, car rien pour déjeuner vraiment!
Alors, chips et saumon en boîte, conserve achetée au Québec et transportée en avion! il m’en restera 7! Ça nexiste pas ici! Et pourtant, ça peut dépanner pas mal!

A date ça va bien, sauf le temps gris, la pluie et la grogne du capitaine qui réinstalle le chargeur, des gugusses qu’on vient de rapporter, il parait que ça visse mieux en grognant!
Moi j’ai vidé aujourd’hui les 3 valises rapportées hier soir… apres 3 avions. Rien de perdu. Même si cela a passé proche! Nous attendions, presque seuls, notre troisième sac à côté du carrousel de l’aéroport de Tromsø quand finalement un employé est venu nous trouver pour nous dire qu’il avait reçu notre sac avant notre atterrissage!!!! Ouf! On a eu peur! Pas le temps de revenir courrailler cela!

Et nous sommes maintenant au camping et au lieu de faire du lavage, je suis dans le beau salon chic à surfer sur internet!
Le moteur fonctionne mais boucanne encore après 2000$ pour avoir changé les injecteurs! Il roule mieux par contre, plus régulier.
Nous devons aller payer demain matin, lundi 18 juillet, puis faire une épicerie pour 13 jours avant d’arriver à la prochaine épicerie à Longyearbyen, Svalbard.

Et nous partirons vers 15h00 avec la marée montante… vers l’Ile aux Ours! J’espère que tous les ours polaires auront quitté vers le nord pour l’été, mais je me dis qu’il y a toujours des lambineux!!!

16

clam_fr

Written on July 19th, 2016 , Croisière/Cruising, Photos Tags: , ,

aar_map

Web translation here

Mercredi 22 juin, 13:30

Il pleut! Rien à faire d’autre que d’aller magasiner et faire du lavage! Et faire des crêpes pour un brunch de midi.

Levés tard car nous sommes partis tard hier soir en soirée  à 23:34 du camping de Tromsø où nous avons réussi à laver encore deux brassées en 4 heures!  Deux laveuses à la fois! Ça prend un peu moins de quatre heures pour laver et sécher une brassée! Ouf! Heureusement qu’on peut surfer sur internet!

Il pleuvait,  alors j’ai pu faire du repérage! Pas de lait écrémé en poudre à Tromsø, non! “Acheté juste par les vieilles personnes”, m’a dit le vendeur, (de notre âge, quand même!), “alors on n’en tient pas beaucoup, voyez, la tablette est vide!” Pourtant pratique sur un voilier dans les îles polaires où les épiceries ne feront pas légion!

“Et avez vous du thon en conserve dans l’huile? Je n’en vois que dans l’eau.”
“Non, il n’en reste plus”, me répond-il en me montrant encore une tablette vide, ” c’est à cause du prix. Deux fois moins cher que celui dans l’eau, alors les gens vident la tablette! “

Bon, c’est bien de demander, deux tablettes vides ne veulent pas dire la même chose!

Ensuite de chercher du vin et du rhum! Il faut aller, tenez vous bien, à la boutique “VinMonopollet”! Eh oui, au monopole du vin! On a enfin trouvé dans le gros centre d’achat allure Carrefour Laval, par sa circularité, mais deux étages bas, remplis de magasins très mode, dont on reconnaît plusieurs bannières.

Claude s’est trouvé chez JULA  (genre de Canadian Tire) du WD40, du nettoyant à connections électriques et de la peinture aérosol pour peindre notre petite planche pour rallonger le banc du cockpit afin de mieux y dormir, pieds étendus! Il va la peinturer dans le hangar à l’abri de la pluie.

Puis vers 14:00 on aboutit au camping pour faire du lavage, mais la salle est occupée. Une seule laveuse est libre! Non, mieux vaut revenir pour deux laveuses à la fois. On réserve alors 20:00 ce soir.

Et on retourne au bateau pour faire des bricoles dans la cabine car il recommence à pleuvoir de plus belle!

Pendant que je range dans des sacs ziploc le linge lavé la dernière fois, puis dans les armoires qui commencent à être bourrées, Claude répare la planche de bois près du bain, encore une fois cassée l’été dernier par un coup intempestif d’une grosse vague, comme en 92 à Ocracoke, au Cap Hatteras dans les Outer Banks, Caroline du Nord, sur la côte est américaine, grosse vague donc qui avait levé les bancs de la cabine principale ainsi que les armoires de la salle de bain,  cassant ainsi les barrures des portes qui, en s’ouvrant, déversèrent leur contenu sur le sol! Presque la même chose l’an dernier, portes ouvertes, tout par terre et barrure encore cassée! Ça joue rough en mer!

Et nous récupérons les coussins bleus des bancs du cockpit pour tapisser et protéger le fond et les côtés du bain contre les coups et l’abrasion créée par les réservoirs de réserve de diesel qui y seront désormais tous les cinq entreposés (au lieu de juste deux, vu que le nouveau système de chauffage  Espar est plus gros et plus fort, donc plus chaud que l’ancien dans le coffre arrière du cockpit et donc ce serait trop dangereux d’y ranger encore les 3 autres réservoirs!). Le plus achalant sera de tout vider pour prendre notre douche!

Pour l’instant, on prend notre douche à la marina, et hier soir, après le lavage, vers minuit et demi, je l’ai prise après le chien d’un autre capitaine! Il avait tout nettoyé, il, le maître, mais ça sentait le chien mouillé quand même! Ouache un peu!

Et le lavage hier soir fut un peu ardu. Arrivés en avance vers 19:30 pour être sûrs d’avoir nos deux laveuses de 20:00, nous avons trouvé la salle bien pleine! Une française vêtue d’une combinaison de voile parlait au cell alors que toutes les machines fonctionnaient, une autre femme avait son panier de linge mouillé propre qui attendait une sécheuse, un jeune homme tout frais sorti de sa douche, pieds nus, vêtu uniquement de sa petite serviette et de son manteau de pluie,  venait laver son linge dans un évier et les femmes lui ont laissé spinner ses vêtements pour qu’ils sèchent plus vite sur le séchoir! Un autre gars, un néerlandais, guide au Chili, est venu finir de laver son linge qui trempait dans le second évier! Ouf! Bien du monde! Finalement j’ai pu rentrer deux brassées de linge dans deux laveuses gratuites! Et faire sécher l’une des deux aussi gratuitement! Mais quand la première laveuse termina son cycle, Ô surprise, rien n’avait été essoré! Gorgées d’eau, les douillettes ne pouvaient être essorées à la main. Trop lourd, trop gros! J’envoie la moitié dans l’autre laveuse que j’avais arrêtée avant la fin de l’essorage très rapide, puissant et efficace… Et l’autre laveuse j’y laisse la moitié, pensant que si elle est moins pleine elle essorera mieux! En pressant le cycle spin, elle recommence à se remplir d’eau et à laver, et marque 3 heures 23 minutes! Claude à son grand désespoir, tente de débarrer la porte, impossible, une frontale ne veut pas ouvrir tant qu’elle a de l’eau! Il va chercher le gars du camping, qui ne peut rien faire non plus, sauf de mettre ma carte dans la  machine, et me faire perdre pour rien mon 100 kr ou 17$! Zut! Car il faut attendre la fin du remplissage et la fin du trempage avant de pouvoir débarrer la laveuse et y récupérer notre linge! Finalement on sortira à minuit vingt, après cinq heures de lavage et d’Internet! Hihi!
Il reste encore une poche de lavage!

De retour au bateau, il fait clair, et très beau.  On pourrait travailler sur le bateau, sauf la teinture car ça prend du bois sec! Mais on va se coucher, car jeudi midi, le mécano viendra vérifier le moteur et ses injecteurs!

Il nous restera, s’il fait beau, plusieurs travaux extérieurs:

Nettoyer le pont awlgrip avec du awlcare
Laver les fenêtres et moustiquaires du  Dodger
Resserrer les étais, patarras et haubans
Remettre les voiles
Finir la teinture extérieure sur le pont et derrière le cockpit
Réparer la pompe de pont (mon boyau d’arrosage à l’eau de mer)
Remettre les  balises sur l’étai arrière
Frotter les winches avec du Métal Wax
Arranger le mât pour qu’il cesse de couler dans la salle à diner!
Remplir la bonbonne rouge de propane, vidée en septembre 2015.

Et commencer à coudre mes patches pour la toile de remisage! Ce serait une bonne idée! Mais ça ne me tente pas du tout!

Jeudi 23 juin 2016

13:20 Le mécano vient de repartir, pas les bons outils pour sortir les injecteurs qui sont probablement la cause du problème de la fumée blanche bleuâtre… Il va revenir dans 1 heure et demie car quelqu’un d’autre l’attend!

Et il pleut toujours, et Claude pleure toujours le soleil! Snif!

18:55 Je prépare le souper pendant que Claude vide l’eau du dinghy! Il a plu à verse! Une accalmie cet après-midi nous a permis de resserrer étais, haubans et patarras, remettre divers bidules en fonction sur le pont, ranger la gaffe et les planches dont j’ai encore changé l’un des six mousquetons de laiton, toujours cassés l’un après l’autre! On a pu revoiler Andrée Anne Rachel qui a de plus en plus l’air d’un beau voilier! Remettre en fonction mon boyau d’arrosage, la pompe fonctionnait finalement! Probablement qu’elle aime mieux être dans l’eau pour s’activer! Qui sait?

Et surtout, bonne nouvelle, le mécano a trouvé le problème! Deux des quatre  injecteurs sont défectueux… Ils vont commander les pièces, changer les morceaux, remettre des washers neufs au cœur du moteur… Pour la modique somme de 12000 kr ou 2000$ incluant le temps du mécano qui reviendra installer le tout pendant notre absence le 11 juillet! Un moteur Yanmar comme ça vaut 35000$ ici! Ça vaut la peine de réparer! Espérons que c’est vraiment le seul et unique problème! Car nous serons de retour le 16 juillet pour quitter Tromsø vers le nord  le 17 ou le 18 juillet selon les marées et le vent!

Ce soir, congé de lavage. Peut-être que je me mettrai sur le lavage du pont par contre! Mais non, car Claude veut teindre sur du bois sec!

Ou continuer mes patches pour la toile de remisage. Les deux petites sont faites, recto et verso, puis à coudre sur la toile même , donc trois épaisseurs, idéal pour les doigts, d’où quatre dés à coudre recouverts d’un gant de nitryle pour retenir le tout! Il me restera à faire les deux grosses patches d’un pied sur deux!

Vendredi 24 Juin 2016

22:30 Belle journée relaxe malgré la pluie et le lavage, encore!

Nous nous sommes levés sous la pluie, pas mal tard, 11 h 30am, et pendant que je préparais les crêpes pour le brunch du midi, encore, aussi, Claude est parti faire remplir la bonbonne de propane rouge, vidée en septembre 2015… Nous en avons donc maintenant trois en réserve, mais deux islandaises jaunes de 2 kg seulement et l’écossaise rouge de 3.9 kg. C’est pas gros! On avait auparavant deux bonbonnes canadiennes de 12 lbs ou 5 kg chacune! Et c’est cher! 31$ pour faire le plein de 3.9 kg au lieu de 12$ chez nous pour 10 lbs! Enfin! Au moins on a rempli!

Après diner, cap sur le camping pour nos deux dernières brassées de lavage si on peut réserver ! Eh oui aucune réservation à 14:00! Je prends! 2 machines! Merci! Et nous passerons l’après-midi là à faire internet, Claude en montrant ses photos d’Islande, d’Ecosse et du Groenland à une retraitée allemand en motorisé pour 8 semaines en Scandinavie, mais  qui adore l’Écosse ! Très gentille dame. Et moi j’ai passé mon temps à expliquer les machines à tous les nouveaux arrivants, et ainsi, j’ai reçu d’une gentille suisse une bouteille de vin rouge pour lui avoir plié son linge tout chaud et lui avoir expliqué les machines si gentiment, m’a-t-elle dit! Je n’en revenais  pas de ce cadeau, bien trop pour pas grand chose, mais merci! C’est très gentil!

Puis, profitant encore d’avoir premièrement une auto et deuxièmement plein de choix, nous ferons une dernière épicerie dans une autre succursale bien plus nantie de Coop Extra, près du camping, bien meilleure que l’autre près de la marina pour des réserves de chips, savon à main, à vaisselle, vinaigrette César, essuie tout, sauce worcestershire (truc écologique pour nettoyer du brass semble-t-il, à essayer au retour),  huile d’olive au basilic (-aahhhhhh yesssss! Si bonne au basilic!), mélange à crêpes, crème fouettée en aérosol qui sauve bien des desserts secs!

Puis retour au bateau pour serrer le tout dans les bancs bien remplis maintenant, et pour faire sécher complètement les gros morceaux (douillette et couvre matelas récalcitrants au séchage!) devant la chaufferette!

Vérification des vélos et des pneus pour notre retour de l’aéroport quand nous irons porter l’auto de location en juillet juste avant de décoller de Tromsø pour Svalbard.

Préparation de la valise de retour contenant les trois autres valises, en fait des sacs gigognes! Nous sommes arrivés avec trois gros sacs de 50 lbs, pleins de bouffe, de  produits divers, d’outils et de morceaux pour le bateau, et le fusil! Et un gros sac vide au cas où les douaniers ou la sécurité auraient exigé un sac tout  seul pour le fusil… Nous repartons avec un seul sac contenant les trois autres et le fameux chargeur 110-220 ProMariner mort pendant notre première nuit, à ses cinq ou six ans d’âge!  Et des shorts trop froids pour le canton! Juste 28 lbs à date! Et ça ne coûtera que 100$ de bagages! $100 la valise en avion, c’est du vol! C’est le cas de le dire, vol, vol d’avion! Hihi!

Demain samedi sera notre première et seule journée de congé en deux semaines: nous irons faire du Hiking sur la montagne derrière le camping! Celle du téléphérique! On peut la monter à pied il parait. Espérons qu’il fera beau! Mais, j’en doute!

Samedi 25 juin 2016

Belle journée de Hiking sur deux sommets qui surplombent Tromsø, et sous un ciel bleu orné de magnifiques cumulus blancs, très ouatés, énormes, mais un ciel occasionnellement ennuagé au début après une matinée pluvieuse, d’où le départ tardif à 13:00 et retour à 18:30 à notre auto au pied de la montagne du téléphérique.

image10

Nous avions monté par le côté, à travers une forêt magnifique sur une pente très pentue! On a monté 600 pieds dans le temps de le dire! Puis nous avons longé un beau ruisseau jusqu’à de la neige!

image11

Eh oui! Plein de belles plaques de neige, un peu difficiles à grimper, mais très amusantes à glisser en redescendant en ski-bottine! Puis nous avons finalement atteint la région du téléphérique et continué vers les deux sommets, le premier, Fløya, 2140 pieds, marqué d’un énorme cairn maintenant une grosse girouette de métal agrémentée de drapeaux de prière tibétains/népalais.

image12

Sommet de Fløya.

Nous avons poursuivi notre randonnée sur cette grande région plate, mais qui montait tout le temps, vers notre second sommet,  Spandoya, 776 m ou 2571 pieds, lui aussi marqué d’un gros cairn mais pas de livre à signer, ni de drapeaux, et pourtant plus haut et plus loin!

image13

image14Vers Spandoya

image15Sommet de Spandoya

Et les nuages décidèrent d’en finir avec le beau temps, envahissant toute la région et colorant de gris foncé la belle lumière que nous avions jusqu’à 16:00 pour notre lunch sur la montagne! Et du vent! Brrr! Nous redescendrons donc dans le brouillard, rencontrant encore des gens mais pas mal moins! Un arrêt au téléphérique pour avoir une belle vue sur Tromsø, finalement dégagée pour l’occasion.

Et nous retournons au bateau après avoir fait le plein de notre petite Polo à  remettre demain matin aux aurores, $47 pour 290 km /18 litres  (45 milles au ballon ou 16 km au litre) utilisés dans nos deux semaines ici. Elle n’est malheureusement pas électrique! Et la location nous aura coûté $1000, quand même! Mais au retour, elle nous coûtera 200 ou 300$ pour deux jours! Pas mal pire!

Valise peaufinée et autres préparatifs de départ, teinture  extérieure finalement, le bois ayant un peu séché, souper à  21:30 malgré le propane qui ne veut pas fonctionner (alarme continuelle empêchant la valve d’ouvrir! À vérifier en juillet!) puis douche et séchage de cheveux! Finis les cheveux bouclés pour trois semaines! Sinon ma fille ne me reconnaît pas!

Cadran à 5:00 demain matin, ou plutôt ce matin! Il nous reste 5 heures à dormir avant  de partir pour l’aéroport! Bonne nuit!

Dimanche 26 juin, levés à  5:08am, il fait toujours  la même  clarté de jour  ou de nuit!
On emporte le reste du linge sale et le chargeur! Il est 6h10 quand nous arrivons à l’aéroport. Et nous sommes fichés, “Où se trouve votre arme à feu?”, nous demande l’agent de bord qui enregistre notre bagage. “Nous le laissons ici au bateau pour revenir en juillet vers Svalbard. Svp mettez une note que nous n’avons pas d’arme à feu dans nos bagages!” Nous partons enfin pour le Canada afin d’aller travailler au bureau trois semaines et revenir pour huit semaines de la mi-juillet à la mi-septembre pour la suite de nos aventures polaires!

Ciao

France et Claude

cobraCliquez sur l’image pour en savoir plus

Written on June 27th, 2016 , Info, Nouvelles/News, Photos, Voyages Tags: , , ,

English web translation here

 20 septembre 2015, Tromsø encore

Journée pluvieuse en début de matinée mais nous avons quand même fait pas mal de choses sur le bateau à l’extérieur, surtout Claude. Moi, dehors, je n’ai que lavé et séché le dinghy sur le quai avec un boyau d’arrosage extrêmement puissant qui eut tôt fait de me mouiller pantalons et souliers! A l’intérieur, j’ai continué et en fait accéléré le processus de vidage d’armoires, de hiloirs et de bancs , et d’ensachage, du triage et du rangement en dehors des rangements! Donc tout dans le milieu de la place! Ce que Claude adooooore!

Avant souper, nous sommes allés nous promener en auto au Sentrum (le centre ville de Tromsø) auquel on accède par un long tunnel de quelques km, quand même! Pour une petite île comme cela! Une superbe église de bois peinte en jaune et vert trône au milieu de la place, des magasins également construits en bois peint de couleurs de terre et d’automne (ocre, brun, beige rouge vin et vert olive), de toute beauté.

1
L’une des plus grosses églises de bois en Norvège

2
Rue commerçante de magasins en bois

3
Vue de la montagne en face de Tromso au soleil de la soirée

4
Le fameux musée Polaria

5
Dans sa cage de musée, le bateau de l’explorateur polaire Amundsen

6
Le bel hotel Clarion en hauteur et en minceur!

21 Septembre 2015, Tromsø pour l’hiver, pour de bon!

Yeeesssss! Nous pouvons effectivement sortir de l’eau ici pour l’hiver! Tout est arrangé avec Bjorn Jakobsen de Skattora Marina. Super! Nous étions un peu inquiets car nous n’avions reçu aucune confirmation de sa part, ni par email, ni par lettre… Mais il avait bien classé dans son tiroir notre lettre du 28 janvier 2015 avec notre carte du bateau agrafée dessus! Ouf! Quel soulagement! Et il est de plus très sympathique et aidant! Il nous a suggéré plein de noms pour le moteur et la transmission, le réservoir de diesel, les voiles et même le système de chauffage! Le seul hic, c’est que la marina sera en vacances de la mi-juillet à la mi-août 2016, alors que nous prévoyions revenir la troisième semaine de juillet pour la mise à l’eau et le départ vers les îles polaires de Svalbard… Une chose à la fois! Il faut d’abord sortir de l’eau et ce sera après demain, mercredi 23 septembre. Donc, nous avons deux jours pour nous trouver quelqu’un pour réparer les voiles et faire les réparations moteur, transmission et réservoir diesel. Et ensuite, il nous restera quatre jours pour compléter la mise à terre et envelopper Andrée Anne Rachel pour l’hiver.

Le proprio de la marina nous a montré une affiche du réparateur de voiles situé à Finnsnes, à deux heures de route en auto d’ici. Le seul dans le coin! Nous irons aujourd’hui!

Puis il nous a fait rencontrer le proprio de Boréal Express qui était à faire réparer deux de ses dix voiliers de charter par des mécaniciens de Maritim Slip. L’un d’eux, Allan, un jeune homme sympathique, est venu voir notre moteur, la transmission et le réservoir et pense bien que ce sera possible de faire faire ces travaux par son employeur. Ce sera au moins un 10-12000 couronnes, ou 2000$!

De retour au proprio de Boréal Express, ce dernier a téléphoné pour nous au réparateur de voiles de Finnsnes et a organisé un rendez-vous pour 16:00 aujourd’hui et il pourra nous réparer notre voile sur place! Super!

Nous partons donc à l’info touristique pour chercher une carte, des infos et télécharger le plan de route sur mon cell et mon iPad! Super!

Puis belle route le long d’un superbe fjord au pied de montagnes boisées d’ocre et de vert, décorées de cascades multiples et surmontées de glaciers et de plaques de neige.

3
Montagnes au sommet enneigé le long de la route vers Finnsnes

2
Belle route et glaciers à l’horizon!

1
Belles couleurs d’automne

4
Ciel spécial

Arrivés à Finnsnes à 15:00, une heure avant notre rendez-vous, nous nous frappons à la porte barrée. Nous allons donc attendre au terminus d’autobus juste à côté où le Wi-Fi est gratuit et rapide! Wow! Grand espace, beaux sièges… Reçu un mail drôle (dans les circonstances) d’une amie qui me félicitait d’avoir été bien prudente, après avoir lu mon journal du 5 septembre partie 42, où je disais attendre Claude en sécurité, paralysée sur ma crête vertigineuse!  Je lui réponds “continue à lire! Hihi!” Et j’envoie plus tard la partie du fatidique 16 septembre quand je suis tombée sur le dos puis la tête! Elle ne me trouvera plus très prudente!

À 16:00 tel que prévu, nous nous rendons à l’atelier de voilerie, et il est ouvert! Superbe endroit, vaste, propre, séparé de son coin bureau-salon par une belle séparation de tissu marine et de vinyle clair. Les murs sont couverts des œuvres de ses petits-enfants  comme nous l’apprendra sa femme venue le rejoindre en fin de journée. Au début nous sommes retournés à notre Wi-Fi et sommes revenus après 1.5 heures mais il n’avait pas encore terminé, rendu au sommet de notre voile, le point de drisse, à lui coller, avant de la coudre, une couche d’Umbrella, un tissu résistant, à l’épreuve des rayons antiviolets, comme on était sensé  avoir sur notre génois, neuf en 2008, mais d’une qualité douteuse. En effet, toute neuve qu’elle etait, les coutures avaient lâché dans une petite tempête de vent sur le lac Ontario! Maintenant notre pointe sera marine! Comme il n’avait pas encore terminé, il a demandé à sa femme de nous servir café et gâteau au chocolat maison, délicieux. Et sa femme, charmante. Sa sœur vit à Svalbard, région polaire! Cela m’étonne tellement de voir à quel point la Norvège est habitée si haut au nord! Les courants chauds du Gulfstream les aide, il faut dire! Chez nous, l’équivalent en latitude, c’est la Terre de Baffin, pas mal plus froide et inhospitalière!

Finalement, nous repartons vers 18:20  avec notre voile après deux heures de réparations. En route, nous souperons avec des hamburgers délicieux achetés dans une station service Shell! Dans la noirceur, tout au long de la route, le profil pointu et bien découpé des hautes montagnes des alentours se dessine parmi les cumulus noirs dans un ciel bleu foncé magnifique. La route est belle et se fait bien. Quelle belle journée productive et sans encombre!

5
Profil des montagnes dans la noirceur… C’était plus beau en vrai!

22 septembre, Tromsø évidemment!

10:00 Je suis encore à faire mes crêpes! Dernier déjeuner tranquille! Nous sortons de l’eau demain finalement, c’est sûr!
Claude a très mal dormi car le moteur a mal fonctionné hier matin, a cessé de fonctionner et il faut nous rendre au quai! Mais il n’est vraiment pas loin! Au pire, on se fera tirer! Et aussi le chauffage n’a rien voulu savoir hier soir. Et il faisait 48°F ou 8.6°C au lever ce matin! Maintenant il fait 11.9°C, j’imagine avec la cuisson! Et les portes ouvertes! Il fait moins froid dehors! As usual!
Et finalement, à regarder le quai devant moi, non, ce n’est pas Aqua Seaworks, mais bien Arctic SeaWorks. Désolée!
13:50 Je suis à faire le dîner… Il fait soleil mais pas trop sur nous, à l’ombre du bâtiment d’Arctic SeaWorks. Nous avons étendu tous les pans du dodger sur le quai au soleil faible, je fais sécher le dessus de la grand-voile pour l’emballer après dîner. J’ai vidé le banc tribord et fait l’inventaire… On ne serait pas mort de faim, non! Il me restera à vider les armoires de vêtements et les garde-robes ainsi que la cabine arrière, les ceintures de sauvetage tellement humides et froides que je n’ose pas les ranger encore! Et il faudra bien que je sorte du garde-robe avant nos combinaisons flottantes pour les étendre aussi, j’aurai plus de soleil demain peut-être?
20:05 Aaaahhh bonne douche chaude ce soir à la marina après une journée de préparation à l’hiver dans tous les sens du mot! Le froid et le bateau! Emballer la bome et la grandvoile. Imperméabiliser le dodger, vider la cabine arrière pour sortir les toiles et trouver les sacs pour tout ranger, vider les garde-robes, oh surprise, de l’eau de condensation et de la moisissure, encore! Eh cette fois-ci, c’est sur la combinaison flottante une pièce ainsi que le manteau flottant et le pantalon jaune de Claude! Au printemps, c’était les miens!  Grrrr. À laver demain et faire sécher au soleil, si soleil il y a! Il est censé faire beau! Et il fait froid sans dodger! Et sans chauffage!
Demain matin, sortie de l’eau!
Zéro photo, niet!
 23 Septembre 2015, Tromsø
20:00 Ah, bonne journée de travail de bateau! Nous sommes sortis de l’eau ce matin vers 8:00, avec des courroies de 8m en arrière et 7m en avant! Le monsieur m’a dit de garder ces chiffres en tête. Alors je les écris pour la remise à l’eau en juillet prochain! Il a un peu accroché la quille en reculant, oups, le devant n’était pas assez levé, pas aussi haut que l’arrière qui avait passé! Eh oui, nous sommes sortis à reculons! Une première! Et aussi la première fois qu’on accroche! De plus, c’était la nouvelle réparation de la botte avant! Heeeee! Mais ça a l’air correct… Fiou!
1
Andrée Anne Rachel toute nue sans son dodger rouge vin attend sa sortie de l’eau… On voit derrière, à gauche, le Travel Lift qui nous sortira de l’eau!image3.jpgAndrée Anne Rachel suspendue au-dessus de l’eau sortira à reculons!2Oups, pas assez haut, monsieur!

3Claude en train de laver la coque

Puis, Claude s’est amusé à laver sous haute pression la coque et la quille. Décapant ainsi toute sa peinture anti fowling (anti salissure, ou anti croissance d’algue sur la surface sous-marine)… La coque est maintenant plus blanche et rouge vin que rouge vin et blanche! Toute picotée!

Ensuite, préparation des surfaces en contact avec la toile pour prévenir les trous et abrasions, du “padding” quoi! De vieux tapis, de vieux oreillers, du foam, des sacs de plastique, des ziplock et beaucoup, beaucoup de duct tape!

Puis, après dîner, l’installation des trois morceaux de la toile… Un casse-tête… Puis, les cordes pour bien la fixer. Et Claude a trouvé une autre place à réparer! Une fermeture éclair décousue! Merde, à recoudre demain dans l’échelle! La joie!

4

Andrée Anne Rachel toute habillée de sa toile grise… On ne la reconnaît même plus avec avec sa quille presque blanche au lieu d’être rouge! Et la vue est superbe! Beau spot!

Après souper, nous avons fixé dans le cockpit les supports du dodger, en fait son squelette car les panneaux sont rentrés dans la cabine… Et  protégé la toile arrière avec des oreillers, et installé des défenses et les bouées de sauvetage pour remplir un espace  derrière le patatras afin d’éviter que la neige s’accumule dans ce renfoncement de la toile et quelle l’écrase! Puis, l’hivernisation du moteur. On voulait faire de même avec le désalinateur, mais 20:08 fut l’heure de Cendrillon pour Claude!

France et Claude

winterfr

English web translation here

18  Septembre 2015

 Ven Tromsø, Skattøra Marina 69°42′N 019°01′E

41.70mn, 1578.46mn (2015-2), 2006.54mn (total 2015) QPL

 

09:58 Nous sommes en route vers Tromsø, un autre 45 milles nautiques peut-être. Nous louvoyons sous un vent variable de face Est, Sud-Est d’environ 12 à 22 noeuds… Et froid! Vraiment froid aujourd’hui! L’eau est à 10°C. Il ne fait pas soleil, et il a plu fort ce matin après notre départ à 7:00 am. Le paysage est bleu marine aujourd’hui, l’eau, le ciel, les montagnes! Quelques éclaircies occasionnelles, ou espérées! Heureusement hier j’ai réussi à tout faire sécher notre lavage de la veille, ainsi que toutes les serviettes  et guenilles humides qui traînaient depuis quelques jours.

13:13 La matinée fut un peu agitée avec du louvoiement, des apanages non désirés, du vent très irrégulier jusqu’à 28.4 noeuds et du froid! Je me suis donc transformée en ours hibernateur dans le cockpit sous ma couverture! Dodo! Puis lunch pas compliqué.

C’est maintenant tranquille, et nous passons devant un tout nouveau paysage, fait de
montagnes dodues,  aux bourrelets de verdure teintée d’ocre d’automne, couvertes de feuillus alignés comme en Écosse dirait-on, mais pas par culture, plutôt par coulées d’avalanches. Car le haut de la montagne est parsemé de plaques de neige.

Et Claude de me dire, “on dirait que tu vas mieux!” Oui! Je reprends ma vitesse France à nouveau! Hier au ralenti, très raide, je me déplaçais d’une allure robotique pour m’asseoir, me lever, marcher. C’était difficile de respirer car dans ma chute en montagne de l’avant veille, ma cage thoracique avait été écrasée quelquefois par moi puis par mon sac à dos! Un turnover! Mon aile droite est plus mobile. Aujourdhui je suis plus souple et vive, je peux sprinter dans l’escalier du bateau! Il me reste un léger torticolis, mon sacrum endolori et enflé et ma plaie sur la tête.

14:54 Nous entrons dans Tromsø, le but ultime de notre été 2015, à presque 400 km au nord du  cercle polaire! Nous arriverons à Skattora, la marina qui hébergera Andrée Anne Rachel cet hiver et probablement les deux autres également. Plus ça va, plus nous pensons prendre notre temps en Norvège. L’an prochain, nous nous rendrons à Svalbard, ces îles arctiques au nord de la Norvège, qui ne font pas partie de l’année douanière, donc en revenant par la côte nord-est de la Norvège jusqu’à Tromsø à la fin de la saison prochaine, nous repartons l’horloge à zéro! Donc nous pourrons en 2017 et 2018 nous promener en Norvège, redescendant la côte tranquillement vers le sud et la Suède, pour y laisser peut-être Andrée Anne Rachel pour l’hiver 2018-2019! Non pas encore la Méditerranée les amis!

1
Voici Tromsø, la Paris du Nord! Les blocs blancs de ciment comme des dominos tombés forment le musée Polaria, et l’architecture évoque les banquises de glace!

2
Notre marina se trouvera de l’autre côté de ce beau pont haut de 35 mètres. Sur la rive droite, est érigée une église très originale! En blanc!

3
Tromsø et son grand port

16:02 Nous sommes amarrés à Skattora, mais pas un chat! C’est vendredi soir! Et ce n’est pas une marina comme à Troon, qui était quasiment un vrai hotel! Bref, nous sommes amarrés à un quai de diesel ou Aqua Seaworks, quelquechose du genre. Et pas de Wi-Fi, quoiqu’un gentil jeune homme qui vit sur son voilier ici depuis 4 ans et demi avec sa blonde capitaine nous a offert d’utiliser son Wi-Fi, mais il est trop loin pour mon iPad ou mon cell. Pendant la préparation du souper, Claude s’est rapproché de son voilier, assis sur une roche, et il a réussi à se connecter pour louer une auto pour demain! Super!

4
Andrée Anne Rachel rendue à bon port! On pense!!! Skattora Marina.

Souper morue d’hier, brocoli et choufleur, et super bonnes petites pommes de terre jaunes Amandine, si délicieuses!

5
Lumière orangée très particulière et un arc-en-ciel vertical à la droite

Ensuite, nous avons attaqué l’huile du moteur et ses trois filtres, quatre même, nettoyant le filtre du turbo! Et le moteur a arrêté de fonctionner! L’un des filtres, malgré le même numéro était de conception légèrement différente et ne permettait pas l’entrée de diesel! Heureusement  Claude avait deux autres filtres neufs identiques au premier!

Puis remettre le bateau en ordre, ayant dû, évidemment, vidé la cabine arrière pour trouver les filtres neufs et sortir en même temps les vélos pour aller chercher l’auto à l’aéroport demain matin.

Nous venons de terminer à 22:22!

Les vacances sont finies! Il nous reste 9 dodos ici avant de retourner à la maison, mais beaucoup d’ouvrage et de travaux à faire faire par d’autres, ce qui sera plus compliqué à trouver! Sortir et réparer la transmission, faire construire un nouveau réservoir de diesel, faire vérifier le moteur??? Et tout serrer, inventorier, vider, laver… Tra-la-la!

Nous avons donc parcouru 2006 milles nautiques cette saison 2015, dont 1578 depuis le 11 août, notre dernier départ de Troon via Fair Isle et Lerwick aux Shetlands, Écosse.

En tout, donc, nous avons finalement parcouru 10 565 milles nautiques depuis notre départ de Montréal en juin 2011:

Été 2011 vers le Labrador (1475mn),
Puis vers le Groenland et l’Islande en 2012 (2362 mn),
En 2013, 1555 mn autour de l’Islande, aux Iles Féroé et en Ecosse en passant par les Shetlands,
En 2014, autour de l’Irlande, ainsi qu’aux Hébrides et Orcades en Écosse,  2159mn…
Et cette année, 2015, un total de 2006 milles nautiques, d’abord en Écosse en juin et finalement vers la Norvège en août et septembre.

Pour un grand total de 40 165milles nautiques sur Andrée Anne Rachel depuis 1991…

A suivre!

Ci-dessous: notre itinéraire final d’Andrée Anne Rachel en août-septembre 2015 en Écosse et Norvège

12-8 Mer  Troon, Écosse  Mise à l’eau  0 mn QPL

13-8 Jeu    En mer, Fifth of Clyde et Ñorth Channel -55º41′N 006º43′W

92.20 mn, 92.20mn (2015-2), 538.27mn (total 2015) M

14-8 Vend  En mer, Mer des Hébrides -57º21′N 006º51′W

126.70mn, 218.90mn (2015-2), 664.97mn (total 2015) M

15-8 Sam   En mer, North Minch et Mer du Nord – 58º50′N 004º36′W

125.40mn, 344.30mn (2015-2), 790.37mn (total 2015) M

16-8 Dim.   Fair Isle , 59º32’ N 001°36 W

110.70mn, 455.00mn (2015-2), 901.07mn (total 2015) QPÊ

17-8 Lun        ‘’

18-8 Mar      ‘’

19-8 Mer         “

20-08 Jeu Lerwick– Shetlands 60°09’ N 001°09′W

44.55mn, 499.55mn (2015-2), 945.82mn (total 2015) QPL

21-8 Ven               ‘’             ‘’

22-8 Sam  En mer – 61°01′N 000°15′E

73.40mn, 572.95mn (2015-2), 1019.22mn (total 2015) M

23-8 Dim   En mer -  62º45′N 003°12′E

138.00mn, 710.95mn (2015.2), 1157.22mn (total 2015) M

24-8 Lun   En mer – 64°03′N 005°46′E

121.40mn, 832.35mn (2015-2),1278.62mn (total 2015) M

25-8 Mar   En mer – 65°26′N 008°37′E

103.30mn, 935.65mn (2015-2), 1381.92mn (total 2015) M

26-8 Mer  En mer – 66°41′N 011°30′E

129.10mn, 1064.45mn (2015-2), 1510.72mn (total 2015) M

27-8 Jeu    Bodø – 67°17′N 14°23′E

95.92mn, 1160.67mn (2015-2), 1606.94mn (total 2015) QPL

28-8 Ven  “

29-8 Sam “

30-8 Dim Reine, Lofotens 67°56′N 013°05′E
67.81mn, 1235.67mn (2015-2), 1674.75mn (total 2015) QPL

31-8 Lun     ‘’

01-9 Mar   ‘’

02-9 Mer Kirkefjord, Lofotens, 67°59.6′N 013°01′E
7.23mn, 1252.90mn (2015-2), 1681.98mn (total 2015) A

03-9 Jeu Steine, Lofotens, 68°07′N 013°48′E

31.24mn, 1284.14mn (2015-2), 1713.22mn (total 2015) QPÊ

04-9 Ven Svolvær, Lofotens 68°14′N 14°034′E

22.8mn, 1306.94mn (2015-2), 1736.02mn (total 2015) QPL

05-9 Sam       ‘’                      ‘’               ‘’                         ‘’

06-9 Dim  Trollfjorden, Lofotens 68°22′N 014°56′E

20.9mn, 1327.84mn (2015-2), 1756.92mn (total 2015) A

07-9 Lun  Skipøyosen, Lofotens 68°29′N 15°12′E

11.51mn, 1339.35mn (2015-2), 1768.43mn (total 2015)  A

08-9 Mar Nordvågen, Vesterålen 68°40′N 14°40′E

22.07mn, 1361.42mn (2015-2), 1790.50mn (total 2015) A

09-9 Mer Hovden, Vesterålen  68°49′N 14°33′E

38.60mn, 1400.02mn (2015-2), 1829.10mn (total 2015) QPL

10-9 Jeu  Nyksund, Vesterålen 68°59.7′N 015°01′E

20.10mn 1420.12mn (2015-2), 1849.20mn (total 2015) QPÊ

11-9 Ven “

12-9 Sam Andenes 69°19′N 016°08′E

36.94mn, 1457.06mn (2015-2), 1886.14mn (total 2015) QPL

13-9 Dim Gryllefjord, Senja W Coast, 69°22′N 017°10′E

23.60mn, 1480.66mn (2015-2), 1909.74mn (total 2015) QPL

14-9 Lun Hamn i Senja 69°25′N 017°10′E

14.50mn, 1496.16mn (2015-2), 1924.24mn (total 2015) QPL

15-9 Mar Senje-Hopen, Senja 69°31′N 17°30′E

19.90mn, 1516.06mn (2015-2), 1944.14mn (total 2015) QPL

16-9 Mer ” “

17-9 Jeu Sommarøy 69°38′N 018°00′E

20.70mn, 1536.76mn (2015-2), 1964.84mn (total 2015) QPÊ

18-9 Ven Tromsø, Skattøra Marina 69°42′N 019°01′E

41.70mn, 1578.46mn (2015-2), 2006.54mn (total 2015) QPL

QPÊ   Quai  de pêcheur (haut quai à pneus, sujet aux marées et  nécessitant planches)
QPL.  Quai de plaisancier (quai bas normal)
M.      En mer à minuit
A.       Ancrage

 19 Septembre 2015, Tromsø jusqu’à là fin des vacances!

17:51 Il ne vente pas! Et il ne pleut pas! Bon temps pour ôter les voiles et monter dans le mât pour ôter la girouette! Le foc etait presque impeccable, deux ou trois petites abrasions que ns avons collées avec du ruban adhésif de voile. Le génois, par contre, montre de gros manques et devra être réparé par un spécialiste de voilerie qu’on devra chercher dans le coin! Nous l’avons roulé, ensaché et rangé dans le coffre arrière de notre petite Citroën DS3 rouge au toit blanc que nous sommes allés chercher ce matin à vélo. Auto parfaite et parfaitement lavée, photographiée sous toutes les coutures!

image1
Notre jolie Citroën DS3

À l’aéroport où nous sommes allés chercher l’auto de location, nous avons pu avoir du Wi-Fi! Super! Pour moi, ce fut la première fois que ce fut accessible depuis le 5 septembre, 14 jours, donc autant de journal de bord à envoyer! Je n’ai pas eu le temps de tout envoyer ce midi, je suis rendue au 10 septembre!

Puis, en auto, nous nous sommes rendus dans un gros centre d’achats, d’abord Luja, un genre de WalMart où nous avons trouvé du lave glace -18°C pour hiverniser nos conduites d’eau ici et là… De la peinture pour l’an prochain et divers autres produits…

Ensuite, un gros Remma 1000 pour une toute petite épicerie pour le lunch, des salades et des viennoises mangées sur une table à pique-nique, dehors, au soleil, près de notre auto! À la recherche de vin, et donc d’une commission des liqueurs (car ils n’ont pas le droit de vendre du vin dans les épiceries) nous sommes rentrés à nouveau dans le centre, mais peine perdue… Par contre, nous avons trouvé des idées cadeaux au kiosque d’une dame norvégienne qui vit maintenant au Danemark mais qui revient de temps en temps vendre son artisanat en Norvège, et elle était ici cette semaine! Nous avons été chanceux, car à date, le shopping fut plutôt rare!

Le retour fut plus confo que l’aller! Bien des côtes ici! En auto c’est moins ardu qu’à vélo! L’île de Tromsoya est étroite et longue de 10km. Les couleurs d’automne sont omniprésentes ici et il faisait soleil aujourd’hui… Plein de concessionnaires automobiles de luxe tous en file sur là route qui mène à notre marina Skattøra. De veux buildings ici et là. Beaucoup de condos modernes, des boites! En étage! Ça a son charme!

20:59  J’attends Claude qui prend sa douche dans la seule douche toilette de la marina, dans un container, comme à Reykjavik! Mais je trouve en mieux! On n’a pas les seaux à moppe dans les jambes! En fait l’intérieur de là douche toilette me fait penser à la douche toilette de Tromsoy, aux îles Faeroe, celle du club de voile… Avec la machine à laver dans la même pièce… Pas trop pratique! Mais l’eau est super chaude! J’attends, comme Claude avant moi, dans l’autre moitié du container, dans la partie cuisine… Une espèce de poêle-évier-frigo trône dans un coin… Et deux mini tables et deux chaises, une radio par terre. Quand même assez propre. Bien que je n’ai pas osé ouvrir là porte sous levier, comme Claude a fait en tirant la langue et plissant le nez! Je n’irai pas là!

Le début de la fin des vacances se fait sentir! Nous sommes en train de serrer plein de choses, de faire le tri de ce que l’on jette, rapporte à la maison… Nous venons de finir notre vaisselle de ce matin et du souper! Les crêpes ont un prix, dit Claude! La vaisselle!!! Eh oui! Et le temps! Il fallait partir tôt ce matin pour l’aéroport! Ah Claude sort de la douche!

France et Claude

English web translation here

10 Septembre 2015 Nyksund, Vesterålen 68°59.7′N 015°01′E

20.10mn 1420.12mn (2015-2), 1849.20mn (total 201

Capture

08:53 Nous sommes en route vers Nyksund ou Stø, à une vingtaine de milles nautiques au nord, le premier étant un village historique, déserté et reconstruit maison par maison par des jeunes en provenance de plusieurs pays européens. Il fait pas mal plus beau qu’hier, il vente beaucoup moins, 12-14 noeuds du sud-ouest, sur une mer plus calme, une houle de 1.5-2 mètres. Et il ne pleut pas! Les nombreuses montagnes à perte de vue des îles Vesterålen sont magnifiques ce matin, sous les nuages déchirés et percés par de multiples rayons de soleil  timide!

image4
Magnifique panorama montagneux sous un ciel nuageux percé de timides rayons de soleil.

10:36 Le soleil tente de se pointer le nez par brèves, trop brèves périodes de quelques 30 secondes à la fois, seulement quelquefois par heure! Pas assez pour nous réchauffer longtemps! Juste l’espoir! Deux minutes ce coup-ci! Et nous sommes entourés de montagnes, sur 360°!

14:02 Nous sommes au soleil dans le cockpit pour manger notre lunch, amarrés à un quai à deux étages, à Nyksund, petit village abandonné en train de se reconstruire tranquillement… En arrivant, nous n’étions pas certains de passer sous les fils électriques, mais oui! Puis, il fallut se trouver un quai dans cette longue avenue de maisons abandonnées aux quais précaires! Nous avons jeté notre dévolu sur un quai de bois plus jeune, à deux étages! Et nous avons placé le mât entre deux maisons car celles-ci s’avancent jusqu’au bord du quai! Allure western de façades de saloon! Ocre, vert olive, violet, rouge… Sur un ciel bleu! Enfin! Très pittoresque endroit, où quelques touristes se promènent encore! Et nous y avons rencontré un monsieur mangeant son bol de soupe, assis devant sa porte. Tout le quai lui appartient! Il l’a tout refait, deux étages, de beau bois pâle neuf et il a rénové trois de ces vieilles demeures, dont un magasin d’antiquités qu’il nous a fait visiter. Très intéressant, ce monsieur est un ingénieur mécanique qui a travaillé sur des cargos jusqu’au Canada. Né ici, il vit à Oslo mais vient en avion pour passer l’été pour la saison touristique et retourne à sa business d’informatique l’hiver venu! Il raconte que la reine et le roi de Norvège viennent annuellement ici en bateau et la reine lui achète des broderies! Moi, je lui ai acheté un petit Shooters souvenir de Whitehorse, un whisky de Glasgow! Et je lui ai donné une petite bouteille de sirop d’érable en guise de remerciement pour nous prêter son quai, comme il est convenu selon notre guide de donner une bouteille de vin que je n’ai pas! Il expliquait que l’allure américaine des bâtiments était effectivement inspiré des norvégiens d’ici revenus de l’ouest américain dans les années 1937… Le village s’est vidé en 1972 et dans les années ’80-90 des jeunes allemands sont arrivés et ont commencé à rénover des maisons, une à une.
image5
Andrée Anne Rachel à son quai à deux étages et vue sur des façades western!

Bon on va se promener!

16:23 Longue promenade jusqu’à la Trail de demain! Un long sentier de 15 km, Dronningrutta, The Queen’s Route, un trajet en boucle entre Nyksund et Stø, autre petit village de pêcheurs plus au nord sur la côte. Une partie au haut de la montagne, la Finngamheia, le plus haut point à 480 mètres, fut anciennement habitée par une communauté Same en 1600, et l’autre partie, le long de la côte.

6
On voit mieux le quai à deux étages!

7
Le phare typique de la Norvège, style nain de jardin!

22:15 On vient de terminer la vaisselle… Souper préparé à partir de 21:00 après moultes travaux dans le bateau!

Le moteur n’arrêtait plus, donc il fallait nettoyer le bidule dans la chambre des moteurs! As usual! En inspectant le moteur, en passant, Claude découvre qu’encore, de l’huile de transmission coulait … Même job qu’avec Phil en juin à refaire! Quel découragement! Et d’abord trouver le fameux outil! Perdu au fond de la cabine arrière! Tout vider, tout, tout, tout, même les matelas… Ce faisant, oups, je note que les draps sont tout mouillés par la condensation en plus! Finalement, après avoir cherché partout, sous le lit, dans la table à cartes, dans les coffres à outils, Claude trouve enfin son fameux outil créé par un mécanicien du Canal Crinan, juste pour la pièce de la transmission! Et c’était sous le matelas! Après avoir vidé au moins trois fois la fameuse boite bleue sans la trouver, et s’être découragé bien plus de fois encore, il l’a finalement trouvée! Et utilisée! Mais, un autre problème surgit! L’une des quatre vis spéciales qui retiennent le manchon sur l’arbre d’hélice, manchon pensé par John Belben, notre ange mécanicien du Labrador et créé à sa demande par un autre mécanicien de Terre-Neuve en 2012 lors de notre panne en traversant vers le Groenland,… Donc, l’une de ces quatre vis n’avait pratiquement plus de filets! Et c’est une vis dont on n’avait pas de rechange! Une vis qui se visse de l’intérieur, style Allen Nut… Ooooh… Alors Claude a patenté quelquechose, qui l’empêchera de dormir pendant les prochaines nuits! Une longue vis ordinaire avec deux boulons lock nut pour pouvoir la visser quand même! On verra! Il a travaillé jusqu’à 21:00, la tête en bas derrière le moteur,  les pieds tenus fort par moi, comme il avait tenu les pieds de Phil en juin!

Puis, va jouer dehors! Je remets le bateau en ordre! Et faire le souper. Morue délicieuse. Et restant de petite brioche à la vanille trempée dans du sirop d’érable, encore! Les réserves commencent à s’épuiser, d’ancrage en ancrage! Ou petit village…

Vendredi 11 septembre 2015 Nyksund, encore.

Longue randonnée à pied de 20 km aujourd’hui, partant de Nyksund en direction de Stø via les montagnes et retour par la côte. Très belle température, magnifique ciel bleu, paysages merveilleux, des sommets plats verdoyants parsemés de roches ou bien très pointus et sombres.

Beau soleil en haut mais très bas en même temps! Nos ombres s’allongent même vers 11:00 du matin comme s’il était 16:00 chez nous! Claude de répondre: “Et bientôt il ne se lèvera plus!” C’est vrai, l’hiver est aux portes de la Norvège, avec ses nuits éternelles pendant deux mois, décembre et janvier…

Nous avons passé 5 sommets, et avons mangé au dernier, d’une hauteur de 450 mètres.

A partir du premier sommet, nous pouvions observer de grands champs de neige au loin, qui prennent l’allure des chutes Niagara entre deux montagnes! Plus ça ira, plus ils envahiront le ciel sous nous, depuis la mer, à la hauteur où nous sommes.

image1
Nuages d’allure chutes Niagara!

Du dernier sommet, nous avions une vue extraordinaire sur la grande île d’Andoya. De longs rubans nuageux enlacent la base des montagnes toutes alignées au loin, au bout de la mer! En les transformant  en îles montagneuses dans une mer laiteuse!

image2
Montagnes au loin enrubannées de nuages

À nos pieds, un voile translucide monte sur la montagne qui cache Stø, le petit village devant moi, puis devenant plus long et plus opaque, l’enserre tel un foulard de laine blanc avant de l’emmitoufler complètement comme un manteau d’hermine, dont seule la cime émerge! Et on ne voit plus très bien les maisons, camouflées par les bandes de brouillard qui passent rapidement devant nos yeux, formant même à une occasion un arc-en-ciel rond, phénomène que je n’avais jamais vu auparavant!

image3
Et voici le foulard de nuage qui deviendra bientôt le manteau de la montagne en haut de Stø

Nous descendons donc vers Stø, l’autre extrémité du sentier, qui se trouve envahi progressivement par les nuages depuis que nous l’avons aperçu bien ensoleillé à partir des hauteurs…

image4
En descendant vers Stø, sous les nuages

Stø est aussi, comme Nyksund, un peu, un village fantôme mais fantôme juste l’hiver, déjà débuté on dirait ici, par la fermeture de tous les commerces, resto, aventure, magasins de souvenirs, chambres à louer… Le port est immense, comparé à Nyksund, rempli de petits bateaux moteur et de pêcheurs, colorés de rouge, jaune, bleu royal et blanc; les maisons, coquettes et bien entretenues, comme leur petit parterre, mais tout semble vide! Par contre, les activités de pêche sont encore en cours, contrairement à Nyksund, qui a vraiment l’air d’un village fantôme du Far West américain!

Nous reprenons, sous les nuages, le chemin du retour vers Nyksund par la Trail le long de la côte…

Nous devons sauter de roche en roche, sur le sentier boueux par endroit… Des planches tentent de pallier aux roches manquantes par bouts, avec un certain succès, mais il faudrait plus de planches et plus loin, plus souvent!

image5
Le sentier du côté  de la mer, retour vers Nyksund

Et en remontant à travers les bouleaux trapus et crochis par les rigoureux vents de la mer, après les derniers 200 mètres en hauteur qui nous séparent du croisement avec le sentier initial venant de Nyksund où nous retournons, nous traversons la couverture nuageuse pour retrouver là-haut un ciel encore bleu où s’accroche un soleil blafard mais tout de même présent, qui avait disparu lors de notre descente à Stø!

De retour au bateau, il est 18:15, finalement, après neuf heures de marche! Il fallait vingt minutes pour se rendre au sentier, en plus! Et en revenir! Vivement, changement de la bonbonne de propane, morte ce matin pendant les rôties, puis faire le souper, pendant que le moteur fonctionne et que l’eau de la douche se réchauffe, comme le bateau grâce à notre merveilleux système de chauffage qui daigne bien fonctionner ces temps-ci! Chut! Pas trop fort!  Après souper, douche et lavage de nos vêtements, puis de la vaisselle! Et dodo!

12 Septembre 2015 Andenes 69°19′N 016°08′E  

36.94mn, 1457.06mn (2015-2), 1886.14mn (total 2015) QPL

Nous sommes partis à 9:30 de notre beau quai à deux étages, après un bon déjeuner aux crêpes et sirop d’érable. La suite fut moins délicieuse… Vent et vagues de face pour ôter et ranger planches, défenses et amarres… Houle de 1.5 mètres et finalement un vent arrière de 15-21 noeuds du sud-ouest.

image1
Départ de Nyksund, passant à côté de récifs pas très engageants, même munis de trois barres de fer prêtes à empaler tout intrus trop entreprenant!

image2
Autre vision d’écume sur ces mêmes récifs

10:42 Nous passons le 69ème degré de latitude Nord… Tromsø est à 69°42′N… Nous passons Stø, le bout de notre randonnée d’hier.

12:05 Nous venons d’aller réparer la grand-voile sur le pont, tous les deux, en route, heureusement par vent arrière, bien attachés tous deux par nos harnais et munis de nos ceintures de flottaison. Nous avons remplacé une corde toute effilochée qui retenait le bas de la grand-voile dans la bôme… Nous avons les doigts gelés et le nez qui coule! Espérons que la mince cordelette utilisée fera l’affaire temporairement.

13:05 Claude se couche! Il fait frisquet dans le cockpit. Et le roulis nous endort. La mer n’est pas si agitée, il vente à 13 ou 14 noeuds de l’Ouest Sud-Ouest, donc au vent arrière pour nous. Peu de récifs car nous sommes pas mal au large, mais pas de baleine non plus, dans ces eaux pourtant renommées pour l’abondance de ces cétacés. Elles sont parties avec les touristes dans le sud! Même le soleil vient de nous déserter. Pas très chaud qu’il était, mais tout de même, il faisait une différence appréciable!

17:27 Nous sommes amarrés à un quai de plaisanciers au fond du port le plus compliqué que nous ayons vu à vie! Approche très, très compliquée à partir de la mer, serpentant entre de multiples récifs et  hauts-fonds marqués de longs poteaux… Et même dans le port! Incroyable! Finalement, tout au fond de ce grand port de pêche placardé de longs murs pour pêcheurs et cargos, nous avons trouvé quelques quais de plaisanciers, dont deux ou trois places libres. Un pêcheur en promenade avec sa fille est venu nous aider à nous coincer entre un bateau de pêche et un tout petit bateau moteur.

image3
Notre quai à Andenes, le point le plus au nord des îles Vesterålen

En soirée, bonne épicerie faite, même si je n’ai pas trouvé de croûtons pour ma salade… Puis souper salade et ensuite, encore le moteur! Vérification des fameuses vis sur le manchon de l’arbre d’hélice et renforcement à l’aide de trois collets d’acier inoxydable. Bonne nuit!

13 Septembre 2015 Gryllefjord, Senja W Coast, 69°22′N 017°10′E

23.60mn, 1480.66mn (2015-2), 1909.74mn (total 2015) QPL

10:47 Nous sommes en route depuis une heure environ, par temps calme, vent de 6 à 7 noeuds du sud sud-ouest, arrière, houle minimale, super! Ciel gris pâle, strié de diverses teintes de blanc jusqu’au jaune pâle, de belles bandes nuageuses au pied des montagnes bleues au loin.

image1
Après notre petit déjeuner aux restes de crêpes d’hier, nous sommes allés marcher jusqu’au joli phare de la couleur de celui de Jupiter, Florida! Un beau rouge vin vieillot, avec de jolies fenêtres superposées au dessus d’une porte ornée d’un écusson où l’année 1856 est inscrite. Et la crête déchiquetée des montagnes lointaines ressemblaient aux nombreuses dents d’une scie, pointues et alignées sur deux rangées!

image2
Charmant petite ville d’Andenes

image3
Le beau phare d’Andenes, 1856

15:46 Nous sommes maintenant amarrés à un beau quai de plaisanciers, vide de plaisanciers mais très occupé par des mouettes et leurs toilettes! Malheureusement mal entretenues, ce sont pourtant de superbes infrastructures: le manque de taquet ou les vents forts ont fait en sorte que les petits quais attenants sont arrachés, ainsi que les planches tout au long. L’eau miroir reflète les superbes montagnes qui ressemblent beaucoup aux pics dégarnis de l’Islande, des murs de gravois descendant en avalanches le long des pentes très abruptes.

image4
Quai très sale de Gryllefjord et les montagnes rocailleuses

image5
Le beau port de Gryllefjord

19:21 Fini ma toile! Ce soir nous souperons dans la salle à dîner côté toile… Toile pliée sur l’asphalte de la jetée, découverte de quelques déchirures que j’ai réparées pendant 2 heures avant de la serrer définitivement dans notre cabine arrière… On y trouve toujours de la place! Et nous avons retrouvé notre belle salle à dîner! La table ouvrira à nouveau!

France et Claude

English web translation here

Samedi 5 Septembre 2015 – Svolvær …

svolaver

17:25 Je suis au sommet de la montagne surplombant la mer et la ville de  Svolvær, et j’attends Claude qui est descendu un peu plus loin le long d’un sentier étroit sur la crête d’une falaise droite donnant directement sur la mer, et de l’autre côté, presque toute aussi verticale, tapissée de mousse. Qui dit mousse, dit tapis pas solide… Un pan de mousse vient de céder sous ma botte, me faisant descendre d’un pied. Je me suis rattrapée grâce à mes bâtons, mais moi,  j’arrête! Même si Claude, se rendant finalement compte que je ne suis plus derrière lui, m’appelle sans cesse! Viens, c’est facile! No way, pas pour faire juste un dernier cent pieds horizontal pour avoir la vue sur la ville de la même hauteur où je suis là! Tant pis pour mon honneur! Je m’en fous! Je préfère être vivante! Je t’attends! Et concentre toi sur tes pieds plutôt que sur mon honneur, ça ira! Je survivrai à cette honte, ma deuxième cette semaine! L’autre fois, sur Reinebergen,  en redescendant du sommet, je suivais Claude qui voulait faire une dernière escapade sur un petit sommet… J’ai rebroussé chemin quand, pendue à un mur vertical au dessus du vide, je ne voyais aucune autre option que celle de redescendre en sécurité. Si Claude m’avait alors indiqué une autre prise plus à droite qu’à gauche où j’étais rendue, j’aurais fini de grimper mon dernier six pieds! Mais ce n’est pas grave pour moi! Pour Claude c’est autre chose! Le début de la fin, qu’il dit! Tant pis! Je monte quand même assez haut! Et encore vivante!

image3
Le dernier bout que je n’ai pas fait, on voit Claude qui revient…

image4
Je trouvais ma vue assez magnifiqued’ici!

image1

Et suffisamment vertigineuse!

Ce fut une belle journée, même si le soleil est retourné se cacher tôt dans la journée, derrière nuages et averses… Nous avons tout de même fait pas mal de choses! D’abord à pied, nous nous sommes rendus au centre d’information touristique sur la place tout près de notre quai. Il faisait encore beau… Puis nous nous sommes rendus au magasin d’accessoires maritimes, bien équipé, ma foi.

De retour au bateau, nous sommes partis à vélo malgré la petite brumasse avec nos bonbonnes islandaises de propane de 2kg chacun pour les faire remplir en dehors de la ville, par un concessionnaire de roulottes. Et c’est là, qu’en attendant Claude, j’ai pu observer de très près un jeune renard venu m’observer lui aussi! Il était juste derrière moi quand je l’ai aperçu! Il a alors fui dans le petit bois, mais à fait le tour et est revenu en avant de moi! Et il est resté longtemps! Un bon quinze minutes, à se faire photographier par moi, par une dame attendant son mari elle aussi, ainsi qu’un autre homme arrivé en auto juste à côté de moi. Je pensais bien que mon renard fuirait! Mais non, l’homme a pu prendre une photo en arrivant et en ressortant du magasin! Incroyable! Il soit se faire nourrir ici! En tout cas il ne semblait par porter la rage, bien pacifique d’allure, mais sait-on jamais… Et nous avons maintenant trois bonbonnes de reserve! 7.9 kg de propane pleines! Super! Sauf que le jeune homme a cassé notre adapteur islando-américain acheté à prix d’or en Islande, $100! Il ne croyait pas Claude qui lui disait que la valve était déjà ouverte et il a continué de forcer la vis! On peut encore l’ouvrir avec une pince mais est-ce qu’un autre fournisseur de propane voudra s’en servir s’il est brisé? On verra!

image2

Mon renardeau fuyant dans le bois

image
Et revenant me voir!

De retour au bateau, la bruine commence! Qu’à cela ne tienne nous partons vers la montagne surplombant la ville, la fameuse montagne munie d’une longue aiguille à deux cornes, La Chèvre de Svolvær, réputée pour l’escalade et la fameuse photographie de l’alpiniste qui saute d’une corne à l’autre! Partis à vélo vers le début du sentier, non loin d’une garderie au pied de la montagne, nous avons caché et barré nos vélos et nos casques et entrepris la grimpe vers 15:00. En tout nous avons monté et redescendu en quatre heures. Nous ne somme pas allés à La Chèvre cependant, en fait plus basse que le sommet.

image5
Voici La Chèvre, à gauche, l’aiguille avec les deux cornes, au dessus de la ville de Svolvær

image6
Et voici la crête que nous avons suivie

De retour sur nos vélos, nous sommes allés voir la statue qui nous avait accueillis la veille, tout au bout d’une jetée de ciment, loin de la ville, au bout de quelques îles rejointes par un long pont moderne. La statue se nomme Fiskarkona selon une plaque au bout de la route. Ou bien c’est le sculpteur!?!? Tout ou presque est écrit en norvégien ici. Bien peu en anglais. Bonne soirée après une journée bien remplie!

image7

 

Dimanche 6 septembre 2015    Trollfjorden, Lofotens  68°22′N 014°56′E

20.9mn, 1327.84mn (2015-2), 1756.92mn (total 2015) A

07:44 Je suis à faire désaliner de l’eau et préparer le déjeuner alors que nous sommes en route depuis Svolvær. Levés à 6:30, partis à 07:00, il fait un temps magnifique, le soleil allumant la ville et la montagne de ses chaudes couleurs ocres! C’est la seule récompense de se lever aussi tôt! Nous sommes à voile, au près, un vent de 7 noeuds.

image1
Départ coloré d’ocres matinaux de Svolvær

image2
Nous repassons près de Fiskarkona, la statue.

10:08 Nous entrons dans un étroit fjord, le Trollfjorden, magnifique endroit très prisé par les agences touristiques de toute sorte qui y amènent plein de touristes faire un tour de bateau, de zodiac, de paquebot . Surtout en paquebot, c’est le plus impressionnant que de tourner à 180° et de toucher presque les deux falaises des hautes montagnes avoisinantes!

Tout au fond, une plage colorée par un énorme zodiac rouge entouré de tentes de toutes sortes de couleurs et de formes, de cordes à linge suspendues aux arbres soutenant de multiples combinaisons flottantes oranges, rouges et noires… Un peu de vert fluo ici et là. Sur les deux rives qui se font  face, un bâtiment isolé et un quai précaire, de l’autre, un magnifique quai solide jouxte trois bâtiments en hauteur, la station électrique de Trollfjorden. De l’eau, de l’électricité et du Wi-Fi ainsi que des toilettes sont mis à la disposition des bateaux visiteurs par la station électrique! Mais un voilier s’y trouve amarré! Pas de chance! On doit s’ancrer! Un peu tricky, des panneaux interdisant l’ancrage entre les bâtiments, nous nous installons plus loin au fond de la baie, proche des roches au ras de l’eau, dans 40-45 pieds d’eau.

Peu de temps après, l’autre voilier change de quai! On prend sa place. Arrêt temporaire permis si aucun bateau de la station ne s’y trouve! Un dimanche, parfait, il n’y a pas de travailleur! Nous nous mettons au quai et profitons de l’endroit, de la superbe toilette moderne, propre et bien ravitaillée de papier de toilette, (ils pensent aux campeurs de la plage, qui doivent être si heureux de ces commodités! ) ainsi que de belles grandes terrasses en bois traité tout neuf, une belle table à pique nique avec un toit, dont le seul défaut est d’être à l’ombre, donc au froid! Moi je préfère être assise à même le sol au milieu de la terrasse, à me faire réchauffer au soleil, jusqu’à ce que la pluie sournoise ne commence à m’humidifier tranquillement! C’est bête, c’était là où la connexion était la meilleure! Aucun des bancs n’était si confortable, non plus, plus hauts, au vent!

Et super bonne nouvelle, notre réclamation d’Europcar a été acceptée! Nous serons remboursés pour les dommages causés par le précédent client! Nous n’aurons pas à payer $1000, vous savez l’auto louée pendant 23 heures au début du voyage qui n’avait pas été bien lavée, de sorte qu’on ne voyait pas la bosse! Eh bien, le superviseur a accepté de nous rembourser ayant bien vu après enquête interne que l’auto n’avait pas été minutieusement nettoyée et inspectée avant de nous la louer! Morale de cette histoire: quand vous louez une auto, ne l’acceptez pas si elle est sale, dessus ou dessous! Deuxième morale: prenez des photos avant de partir avec! Troisième morale, battez-vous si vous n’êtes pas responsable des dommages, ça vaut la peine! Super contente!

image3
Andrée Anne Rachel au quai de la station électrique de Trollfjorden, et les tentes sur la plage en arrière plan

Retour au voilier au quai pour continuer mes réparations de la grand voile et faire une belle soupe chaude pour nous réchauffer. Arrive un gros zodiac noir rempli d’une dizaine ou même d’une quinzaine de touristes vêtus de combinaisons vertes fluo, comme nous en avons tant vu sur notre quai de Svolvær! Comme nous pensons qu’ils veulent le quai, nous le quittons pour nous remettre à l’ancre, et pendant le processus, ils repartent finalement et notre moteur cale! Et surtout, ne veut pas redémarrer! L’enfer! Claude pense que c’est peut-être encore le niveau de diesel qui serait trop bas, comme il y a deux ans, quand notre pompe de diesel ne se rendait pas plus bas qu’un certain niveau! Or, nous avions changé cette pompe et Neil, le réparateur de bateau à Troon, nous avait débloqué le tuyau… Qu’à cela ne tienne, je vais chercher les deux gros réservoirs de 25 litres chacun de diesel pour remplir le réservoir à la main, sans être encore ancrés, un peu à la dérive vers la plage rocailleuse! Finalement, cela ne fonctionne toujours pas. Claude ouvre le compartiment moteur dans la chambre des machines sous l’escalier et pompe manuellement le diesel! Rien ne sort, pas avant 50 à 100 coups de pompe! Finalement, le diesel jaillit, Claude revisse le bouchon serré s’assurant ainsi de ne plus avoir d’air dans le système et le moteur repart! Alleluia! Yessssss! Nous remontons l’ancre partiellement descendue et nous nous repositionnons pour jeter l’ancre à nouveau… L’histoire dira plus loin qu’on aurait dû retourner au quai encore vacant!

Nous abandonnons nos travaux, Claude étant en train de tenter de passer un fil électrique dans le plafond de la salle de bain pour installer un nouveau plafonnier, tel que suggéré par Phil en juin dernier! Pour s’éclairer le visage, ce serait mieux pour se raser, disait-il! Ça a bien de l’allure! Mais ça fait quelques  jours que Claude essaie de faufiler une broche qui bloque dans toutes les directions! À suivre… Pour l’instant nous abandonnons tout en démanche dans le bateau, jamais eu l’air aussi débraillé aussi longtemps en vacances, avec la toile encore sur le plancher et la table de salle à dîner et les outils de Claude sur toutes les autres surfaces habitables!

17:02 Nous quittons Andrée Anne Rachel en dinghy pour aller nous dégourdir les jambes dans la montagne avoisinante. Trail très très très mouillée et bouetteuse, qui longe un pipeline d’eau descendant d’un lac alpin jusqu’à la station électrique du quai. Comme il est tard et que nous n’aurions pas le temps d’atteindre ce lac, ni la hutte, à deux heures de marche, ou plutôt, d’en revenir, Claude décide de couper vers les hauteurs sur notre gauche et d’avoir une vue sur le fjord et d’Andrée Anne Rachel à l’ancre en bas. Chemin faisant, nous apercevons le Nordlys, le gros bateau de croisière vu à Svolvær,  en train de tourner sur lui même dans le fjord! Impressionnant en effet! Nous avons ainsi grimpé quelques 500 pieds, à travers buissons écorchants, bouleaux bruns rabougris, et de hautes fougères qui sentent si bon lorsqu’un peu froissées, foulant aux pieds de la belle mousse verte épaisse mais trop juteuse par contre, et pas solide, ni fiable sur les murs pentus des rochers, nous frayant un chemin à travers des plants bas de petits fruits variés (airelles rouges, délicieux bleuets, chicoutée orange clair et petites baies bleues de conifères). Puis des falaises et des rochers moussus et glissants pendant la descente… Du Bush Walking, ou plutôt, du Fern Walking… Tant de fougères, qui cachent des trous et les pentes… Finalement nous sommes revenus sains et saufs après deux heures trente de marche, vers 19:30…  Profitons un peu du Wi-Fi encore, et de la belle toilette publique! Et au quai, il y a maintenant un grand voilier marine suédois, Queennie 2, de Stockholm. Retour sur Andrée Anne Rachel en dinghy vers 20:30… Vers 21:00, souper tardif et rapide (froid) mais néanmoins savoureux, au boconcini, tomates, huile d’olive au romarin et glacis balsamique, du thon en conserve, un morceau de bon pain et un dessert de brownies, crème fouettée, sirop d’érable et éclats croustillants de chocolat. Et du vin… Un peu de lecture et bonne nuit, je suis claquée ce soir, 23:00 dodo! Pas de série télé, pas de gratteux! Dodo!

image4
Vue du Trollfjorden où Andrée Anne Rachel est ancrée à gauche et on voit à droite la manœuvre du paquebot, virage à 180° pour ressortir du fjord étroit.

image5
Du Fern Walking!

image6
Vue d’en haut, on voit le pipeline d’eau, la station  électrique et un nouveau voilier! Aussi la plage, les tentes, le zodiac rouge et Andrée Anne Rachel à l’ancre.

Lundi 7 Septembre 2015 Skipøyosen, Lofotens 68°29′N 15°12′E

11.51mn, 1339.35mn (2015-2), 1768.43mn (total 2015) A

10:18 Ouf! Quelle nuit! Nous sommes maintenant rendus à Skipøyosen, après une petite route de 2.5 heures à moteur, sous la pluie, peu de vent, 9-10 noeuds à date (le vent doit monter jusqu’à 20 ce matin) du Nord-Ouest. J’ai les pantalons tout mouillés, et gelés, j’aurais du mettre mes pantalons imperméables pour aller mettre l’ancre! Bien ancrés, aujourd’hui! Nous espérons!

La nuit dernière, l’alarme de profondeur m’a réveillée avant Claude, ce qui est extrêmement rare, pas l’alarme, mais que je me réveille avant Claude au bateau. À la maison, c’est autre chose! Dernière couchée, première levée! Bref, nous étions dans le fond! Dans 4.5 à 5 pieds d’eau! L’ancre avait chassé un peu, et à marée basse nous touchions terre! En pleine nuit, 2:45 am! Pas drôle! Heureusement il ne pleuvait pas alors! Tout de même, il faisait très froid et très noir! Nous pouvions voir les lumières du beau quai sur tribord, occupé par le gros voilier suédois de 45 pieds et la lumière du quai précaire sur babord, de l’autre côté du fjord, hum, de la toute petite baie étroite où nous étions. Je voyais aussi une lumière de tête des campeurs sur la rive, trop proche à mon goût! Le gros projecteur à main en bandoulière, et la frontale peu puissante sur la tête, je tentais de voir les rochers autour… Nous priions le ciel que le moteur démarre! Il ventait quand même assez pour déranger les plans et nous pousser au fond du fjord, sur les rochers que l’on voyait de jour à fleur d’eau entre nous et la plage. Le moteur s’anima et je remontai l’ancre et sa bouée flottante, que je rangeai par contre dans le puits d’ancre. Pas ça dans mes pattes de nuit! On tenta de se se repositionner, mais nous étions à la fin de la marée descendante de 3:00 am et le 16 pieds devenaient 14,13,12, 9 à vue d’œil. Et trop près de la plage rugueuse… Donc nous avons mis l’ancre plus au milieu, dans 85 pieds d’eau! Il n’y avait pas de juste mesure! Oh la la! Et pas question de naviguer de nuit en sortant du fjord… Et même le quai précaire n’était pas très invitant de jour, imaginez la nuit! Nous avons passé le reste de la nuit à dormir dans le cockpit, Claude sur le beau coussin rouge vin et moi sur les minces tapis de sol, même à deux ils ne sont pas épais! Claude voulait que je rentre me coucher dans le lit mais je préférais rester disponible toute habillée et munie de mes bottes, pas loin de l’action. La seule action qu’on a eu par la suite, pour moi en tout cas, fut de tourner d’une douleur à l’autre, hanches, dos, épaules, bras… Oui, nous allons nous faire fabriquer un nouveau coussin rouge vin pour le deuxième banc de cockpit pour l’an prochain! Quelle différence! Je ne m’en souvenais plus! Horrible!

19:39 Claude est en train de parler avec Michel, notre météorologue attitré et le souper est maintenant prêt. J’ai fait ma sauce rosée avec mes derniers brins de romarin anglais, mes piments forts rouges, de l’ail, mes saucisses cuites de l’autre fois, des tomates encore fraîches malgré leur âge de plusieurs jours, grâce au papier d’aluminium!, de la crème et du parmeggiano. Il n’existe pas de romarin frais en Norvège! Quel malheur!

Et la pluie! Je vous avais dit qu’il faisait plus beau en Norvège qu’en Écosse! Eh bien, non! Il pleut ou il fait gris, et frisquet, mais il faut dire que nous sommes dans le très grand nord de la Norvège, une centaine de km au nord du cercle polaire, et l’hiver s’en vient! De la pluie toute la journée, alors du bricolage toute la journée! Moi sur ma toile, Claude sur sa lumière de salle de bain! Qu’il a finalement réussi à installer pour Phil, qu’il dit! Ce fut assez difficile de passer les fils dans le plafond dans un mince espace ente les parois de fibre de verre, très proches à cet endroit près du mât. Mais c’est super plus clair!

7
Seule photo du 7 septembre, et pour cause: un superbe arc-en-ciel à Skipøyosen

8 sept Nordvågen, Vesterålen 68°40′N 14°40′E         

  22.07mn, 1361.42mn (2015-2), 1790.50mn (total 2015)  A

12:32 Nous sommes ancrés dans une petite baie un peu plus habitée, trois ou quatre cabanes, un quai sur terre, un petit quai au beau milieu de la baie, qui semble attaché à un petit caboteur ancré lui aussi, sa chaloupe renversée et fixée sur son petit toit. Le quai est sûrement fixé au fond de l’eau mais on dirait qu’il est plutôt tiré par le bateau! Drôle!

image1

Le petit caboteur tirant son quai! Hihi!

Petit trajet de 20 milles nautiques ce matin, à la voile, au petit largue, sur un vent du sud-ouest de 7 à 18 noeuds. Il fait gris et frisquet, encore, mais au moins pas de pluie à date, et la nuit dernière notre système de chauffage a fonctionné normalement! Par contre, je me suis couchée et relevée ce matin avec le même mal transperçant à l’œil droit qu’il y a une semaine… À vérifier au retour! Comme le mal de cou de Claude qui dure bien depuis deux mois maintenant!

Ma toile essaie de coller! Hier, j’ai fini de coudre l’énorme pièce de trois ou quatre pieds et une petite patch double, puis j’ai collé deux pièces, au lieu de les coudre,  avec le produit 5200 Maritime scellant comme décrit dans un article de Cruising World mais leur produit était à séchage rapide, le mien prend 48 heures, alors, à chaque fois que je passe à côté de la table, je flatte continuellement les rebords qui retroussent, et ce n’est pas super joli! Colle blanche sur toile grise! C’est un test!

16:00 De retour au bateau après une petite promenade en dinghy et à pied sur une route asphaltée et puis une autre de gravois qui se rendait à un futur projet de marina, en construction. Il y a déjà quelques lots vendus où sont érigés de charmants chalets de bois brun foncé aux toits noirs, très chic, entourés de superbes terrasses tout autour, et installés sur la rive donnant sur de magnifiques paysages montagneux au loin et plus près, de multiples îlots rocheux noirs dont la base est habitée d’algues de couleur ocre à marée basse, comme tout le tour des petites baies d’ici. La marina consiste actuellement en deux petits bateaux à moteur amarrés à deux minuscules quais, dont l’entrée est barrée par une grosse clôture métallique. Ce sera divin comme endroit! La vue est idyllique, même dans la grisaille…

image2

Et un troisième petit bateau à l’ancre

image3

Le site de la future marina!

9 Septembre Hovden, Vesterålen, 68°49′N 14°33′E

                 38.60mn, 1400.02mn (2015-2), 1829.10mn (total 2015)  Hovden, dans les îles Vesterålen, portion Atlantique.

15:15 Enfin, le plancher des vaches! Nous sommes amarrés à un vrai quai bas, mais habité uniquement de pêcheurs. Un gentil pêcheur est venu nous aider à amarrer car le vent de côté et de 22 à 28 noeuds compliquait l’approche de belle façon… Nous en étions à notre troisième tentative quand j’ai vu une auto reculer jusqu’au quai, en haut de la jetée! Merci, monsieur!

Quelle journée! De la grosse voile, au vent du Ouest Sud-Ouest jusqu’à 32.4 noeuds… De la grosse houle jusqu’à 3 mètres, Ouest Nord-Ouest, contraire aux vagues, amenant ainsi une belle mer confuse, agitée également par leur réflexion sur les hauts murs des îlots rocheux ainsi que par les nombreux récifs à fleur d’eau un peu partout au large de cette belle côte découpée… Et nous nous promenons entre les dits récifs et la côte, et ce, à voile, souvent arrière, avec des apanages réduisant ainsi notre vitesse et augmentant le risque de dériver sur les rochers de part et d’autre! Quelle journée enlevante!

image1

Les montagnes des îles Vesterålen au loin…

Une énorme vague est venue éclabousser ma couche dans le cockpit alors que j’étais à l’intérieur de la cabine, préparant le dîner chips-fromage-amandes au chocolat! En fait comme j’en sortais! La rafale m’a passé sous le nez! Et aucune goutte n’est pratiquement entrée par l’écoutille pourtant ouverte! Ni sur les chips! L’oreiller, la couverture et les coussins furent trempés, heureusement j’ai pu sortir rapidement l’oreiller de sa housse qui seule sera à sécher ce soir! Heureusement aussi, j’avais acheté une nouvelle housse à séchage rapide au lieu des serviettes cousues que je mettais auparavant sur la dite “oreiller de dehors”! Séchage plus rapide! La couverture, elle aussi synthétique, devrait sécher cette nuit à l’intérieur, devant la bouche de chauffage.

Temps gris, brumasseux, pluvieux, frisquet! Pas super plaisant. Heureusement que les paysages étaient beaux, particulièrement l’approche finale de Hovden, avec son éolienne blanche surmontant un long promontoire rocheux sur lequel sont plantées des maisons rouges et blanches… De l’écume au pied des rochers tout autour complétait la scène venteuse!

image3

Quai de Hovden, Vesterålen

16:23 Promenade au village avortée par la pluie! Nous sommes sous le porche d’un centre communautaire, on dirait. Il vente et il pleut! Tout est solidement arrimé  par terre ici! La poubelle  container est munie d’une corde pour garder fermé le couvercle fait de métal! Deux roulottes sont entreposées au fond d’un fossé et attachées au sol par deux longues courroies chacune passant sur les toits! De grosses pierres sont déposées sur les évents! Il doit venter très fort ici!

image4
Belle plage près des séchoirs à poisson recouverts d’un immense filet vert pomme installé en permanence pour chasser les oiseaux

17:15 Retour de notre promenade, passant par l’éolienne et un petit sentier herbeux qui remonte jusqu’au port. Souper à faire!

France et Claude

English web translation here

Jeudi 3 Septembre 2015 Steine, Lofotens, 68°07′N 013°48′E

31.24mn, 1284.08mn (2015-2), 1713.16mn (total 2015) QPL

13:56 Nous sommes en route depuis 11:00 après avoir levé l’ancre, comme un bateau taxi passait pour déposer cinq jeunes hikers. Le trimaran était déjà parti. Nous avons repassé notre pont de 18 mètres, alors qu’un travailleur de la construction sur le pont vérifiait lui aussi si l’on passait! Et nous photographiait! Ça devait être juste! Moteur sur une mer calme, sous un ciel nuageux, couverture grise se terminant au loin, près du continent, qui lui, bénéficie d’un dégagement bien clair! Comme hier!

Donc moteur aujourd’hui par temps calme: donc, désalinateur d’eau, inventaire des produits entreposés, reprisage de la toile dans la cabine en écoutant mon livre en cd!

Là, je me repose et je fais mon journal depuis le 31 août et j’écris mes cartes postales!

16:42 Nous sommes arrivés à Steine, petit village de pêcheurs et nous avons encore une fois attaché Andrée Anne Rachel au quai en cherchant partout âme qui vive pour nous dire si nous pouvons rester ici ou pas! Personne, une dame mais qui ne parle pas anglais. Nous voulions jeter l’ancre dans une jolie petite baie pittoresque mais un Fish pond échoué y avait pris pas mal de place. Il fait une petite bruine et Claude veut aller monter une montagne… On verra qui va gagner! La pluie ou Claude …

1L’entrée étroite de Steine

2Andrée Anne Rachel au quai de Steine et la montagne que nous irons grimper!

19:22 Claude a gagné, nous sommes allés grimper la petite montagne abrupte de l’autre côté de la baie. Et il a plu aussi! Trempés, plein de grenailles des grandes herbes que nous foulions pour une meilleure prise sur les pentes assez aiguës, ma foi. Et plein de bleuets, tellement meilleurs qu’à Reine! Belle vue des alentours. Je suis à faire le souper maintenant, Claude fait du ménage dans ses photos. Le chauffage fonctionne à plein, y’a des choses à sécher! Dont mon iPad! Une chance qu’il est dans son étui LifeProof, imperméable et flottant! Flottant, pas si grave à date! Pas encore essayé!

3
Vue à partir de notre petit sommet rempli de delicieux bleuets, de conifères rempants de si bonne odeur et de grandes herbes qui couvrent la tourbe et les roches.

4Claude et ses bleuets! Sous la pluie!

Vendredi 4 Septembre 2015 Svolvær 68°14′N 14°034′E

22.8mn, 1306.88mn (2015-2), 1725.96mn (total 2015) QPL

10:13 Départ de notre quai de Steine pour nous rendre à la. Capitale des Lofotens, Svolvær. Il pleut, ne vente pas, la condensation mouille tous les murs sous les fenêtres et dégouline sur ce qu’il y a sous les fenêtres!

10:32 À voile maintenant, petit vent de 12-14 noeuds du Sud, Sud-Ouest.

12:53 Petit repos du reprisage de la toile, que je continue dans la cabine malgré la légère gîte à voile. Pas si pire. J’y retourne!

14:35 Arrivés à Svolvær, nous sommes au quai des visiteurs non loin du Thon Hotel, sous la pluie, après avoir passé sur tribord une statue sur un roc, telle la Statue de la Liberté, mais en plus petit, une mouette sur la tête en guise de couronne temporaire (elle s’est envolée à notre passage! ). Électricité, eau, la grande ville ici, la capitale des Lofotens. Mais pas de WiFi… Il faut dire que la machine pour payer notre quai ne fonctionnait pas et a failli garder la carte de crédit de Claude! Peut-être qu’on aurait eu un code Wi-Fi! Personne n’est venu non plus! C’est ce qu’un autre voilier nous avait dit, un jeune homme en solitaire vivant sur son bateau pour un an… On ne l’avait pas tout a fait cru et il avait raison, la machine à carte ne fonctionnait pas et il n’y a personne à contacter!

5Statue à notre entrée au port de Svolvær, avec sa mouette en guise de couronne!

17:32 Nous revenons au quai après des commissions dans trois épiceries et un marchand de vin! Charmante petite ville dont les terrasses de restos d’hôtels et des magasins longent les quais animés même sous la pluie! J’ai pu poster mes cartes de fête et des cartes postales.

6Notre quai tout près du Sentrum, le centre ville de Svolvær
7Une autre vue de notre quai au centre, et le gros bateau de croisière arrivé en ville.
8Les belles terrasses le long des quais, l’église au loin

9Une belle fenêtre sur une collection de minous!

10Nous sommes vraiment en ville!

20:41 Belle promenade après souper dans les rues et sur les quais. Nous avons rencontré un chauffeur d’autobus chechene qui parlait russe, chechene et norvégien, pas un mot d’anglais mais nous avons pu comprendre les indications pour la station de propane pour remplir nos bonbonnes vides. Il pleut toujours. Un gros paquebot de passagers est arrivé en ville pour quelques heures, amenant son lot de touristes, ainsi que des vendeurs sur la place! Belle boutique d’hôtel, j’y ai acheté du thé d’été, de Norvège, qui sent tellement bon! Et de Bex savons faits à la main en Norvège. Le bateau Nordlys, de Tromsø, vient de quitter son quai. Et nous ne sommes pas allés au cinéma, même si on y jouait U.N.C.L.E,  film re make de la série de mon enfance, “Des Agents Très Speciaux”… J’aurais aimé y aller mais, 40$ pour deux billets, c’est un peu cher! Chez nous, avec notre carte spéciale Cure, au Guzzo, nous payons 14$ pour deux! On se contentera de notre série sur ordi, au chaud dans notre lit!

France  et Claude

English web translation here

Lundi 31 août 2015 Reine

Pluie toute la journée! On s’habille pour la pluie, incluant pantalons de pluie et bottes de montagne! Je me souviens trop bien d’une occasion en Islande où nous avions été trempés par une pluie constante, d’où souliers mouillés pour quelques jours! Now pantalons nous collaient sur la peau! Trop! Non, nous devons mettre nos pantalons de pluie!

Et ce fut une bonne chose, car nous avons fait une longue promenade à pied jusqu’au village voisin, 6km. Nous nous sommes rendus de l’autre côté de la baie, au Coop (dire coupppe! Pas co-op…), petite épicerie assez chère! (Donc pas très co-op non plus!)

Tout au long de notre marche se succèdent des maisons de tout genre, mais souvent colorées de jaune, dans diverses nuances d’ocre, ainsi que de beige et de vert Jade… Des toits d’ardoise et d”autres de tourbe, et même des fois, moitié, moitié! Un toit orné de pointes viking, comme les Drakkar. Et souvent, de petits jardins fleuris, des aménagements proprets.

1

L’église de Reine, vue à travers les maisons sur pilotis, le long du port. Ces cabanes de bois portent le nom de “rorbuer”,  utilisées par les pêcheurs de janvier à avril puis louées aux vacanciers pendant l’été.

2
Les rorbuer, maisons sur pilotis, aux toits d’ardoise et/ou de tourbe. Au fond la montagne qu’on grimpera demain.
3
Des séchoirs à poisson partout…

4
Toits décorés à la Viking!

5
Les montagnes disparaissent dans la grisaille…
Retour au bateau, il pleut toujours. Reprisage de la toile: je cache 30 abrasions en une pièce de 3-4 pieds de long!

6
Ma toile par terre et mon soulier pour montrer l’ampleur de la patche! En gris foncé, pas encore cousue, juste un peu collée au duct tape!

Et Claude va chercher le souper au petit dépanneur resto à côté du quai, nous mangerons ce soir des Fish burger et je ne ferai pas de vaisselle non plus, juste de la toile!

Mardi 1er Septembre 2015 Reine, Lofotens

Belle journée sans pluie ni trop de soleil par contre mais nous avons pu gravir la belle montagne Reinebringen, à deux km du bateau à pied. Cette trail, très courue par plus de 100 touristes par jour, par beau temps j’imagine, n’est pas recommandée par la communauté de Reine en raison de l’érosion de ses pentes, et surtout après de la pluie. Néanmoins, plein de monde la montaient en même temps que nous. Elle montait continuellement, jamais de bout plat, beaucoup de rochers lisses mouillés par les rigoles d’eau et les mini-ruisseaux créés par la pluie incessante de la veille. La tourbe détrempée semblait solide, mais la boue envahissait la piste par bouts! Nos guêtres nous protégeaient bien et nos bâtons étaient très utiles! Montée de 1 heure trente minutes, lunch au sommet à environ 615 mètres et une heure de descente.

7Reine par temps plus clair que la veille! On voit mieux les montagnes tout autour!

8En montant notre Sentier

9Vue de Reine à partir du sommet de Reinebringen. On distingue aussi la chaîne de montagnes des Lofotens qui s’étire au loin…

10Vue d’un fjord voisin dans les Lofotens

11Couleurs ocre et vert Jade à Reine

De retour au bateau, Claude a démarré le moteur pour faire chauffer l’eau et il a parti le chauffage: oh, douce douche chaude! Souper de morue. Un peu de reprisage de toile.

Mercredi 2 septembre 2015 – Kirkefjord, Lofotens, 67°59.6′N 13°01′E
                7.17mn, 1252.84mn (2015-2), 1681.92mn (total 2015) QPÊ

11:25 Après déjeuner et l’achat de cartes postales et de raisins au dépanneur près du quai, nous avons quitté facilement le quai, sans aucun vent, ni profondeur! Départ à marée basse pour pouvoir passer plus loin le pont de 18 mètres alors que nous en faisons 17! Mais le départ fut un peu ralenti par les hauts fonds du port! Un peu trop marée basse ici! Plein de roches, rochers plats, d’énormes chaînes sont clairement visibles dans deux ou trois pieds d’eau à l’avant du bateau! On a dû reculer un peu, contourner la chose en passant près d’un autre quai. Sous le pont, par contre, ça a passé! Le mât n’a pas accroché! Incroyablement difficile à jauger d’en bas! Ouf! Ça a passé. En plus, juste à droite du milieu du pont, point le plus haut. Il y avait des constructions suspendues sous la structure, comme à Montréal! Ça aurait abaissé le passage à 16 mètres! On n’y serait pas passé!

Belles montagnes tout autour de nous maintenant, peu de soleil, aucune pluie, vent très frais cependant! Heureusement pas de vrai vent! Juste le nôtre! Je devrais donc dire, l’air est très frais! Et l’eau est maintenant baissée à 11.5°C! Il est vrai qu’on est à 67°58′N… Donc 26 milles nautiques au nord du cercle polaire! Ça doit être pour ça! Hihi! Les falaises à l’allure égratignée sont surmontées de pics acérés et à leur base, de qtrares petits groupes éparses de maisons colorées, munies de leurs quais personnels et zodiacs motorisés… Aucune route ne se rend ici. De longues chutes d’eau agrémentent le roc ainsi que de la tourbe bien humide et des petits buissons de bleuets entre autres! Quelques plaques de neige ici et là, en hauteur.

12:23 Nous voici amarrés à un quai de pêcheurs d’un minuscule village au creux des montagnes, où se trouve le parc national des Lofotens que nous parcourrons un peu tout à l’heure. Temps calme, eau 12.4°C! Ça a monté!

19:52 Le souper est en train de réchauffer! Nous revenons d’une longue promenade de cinq heures, une dizaine de kilomètres à zigzaguer d’une roche à l’autre entre les  marécages, les ruisseaux tabulaires (mon invention: des roches plates en pente où l’eau ruisselle) vers une jolie plage déserte côté océan Atlantique, partie du parc national des Lofotens… De drôles de dunes, une tente et deux autres campeurs arrivaient encore à notre départ. Nous sommes partis d’un côté de la montagne, avons grimpé 700 pieds sur le col entre les deux vallées. Facile et très achalandé, quand même! Nous avons croisé au quai du bateau-taxi 3 ou 4 paires de hikers.

Quant à notre quai de pêcheurs, le pas gentil petit pêcheur trapu dans son tout petit bateau mignon (lui) est arrivé comme nous allions partir pour notre randonnée, et quand nous lui avons demandé si c’était correct pour nous d’être à ce quai, il nous en a chassés! Mae caiern! Mae caiern! Ça sonnait comme ça mais ça ne doit pas vraiment s’écrire comme ça! Nous avons compris que c’était son quai! “Mon quai! Mon quai!” en norvégien. Pourtant le guide de voyage disait que l’on pouvait se mettre à ce quai! Qui semblait municipal! Bref nous avons dû aller nous mettre à l’ancre car le méchant troll ne voulait rien savoir!

21:11 Au lit! Il fait frette! Un trimaran est venu nous rejoindre à l’ancre. Pas beaucoup de voiliers dans les Lofotens. À Reine, pendant trois jours, il n’y en a eu qu’un au quai, et un énorme voilier vu d’en haut de la montagne qui ressortait…juste fait un tour je crois. Et dans notre petit fjord, que nous et le trimaran…

1
Quittant Reine, nous voyons Reinebergen la montagne que nous avons grimpée, le plus haut pic à gauche.

2
Voici le petit village et le quai du méchant troll, et son mignon petit bateau rouge.

3
Notre ancrage, finalement, à Kirkefjord.

4
Notre ancrage et le petit village de chalets, alors que l’on gravit le col de 700 pieds. On voit le ruisseau tabulaire dont je parlais, ces pans de roches plates où l’eau coule abondamment!

5
Et de l’autre côté du col, on aperçoit la plage de Horseide au loin entre les montagnes. Vue sur l’Atlantique!

6
Les drôles de dunes vers la plage.

7
Et voici la vue du col au loin alors que nous sommes sur la plage côté Atlantique!

France et Claude

28 Août 2015 – Andrée Anne Rachel EN Norvège 2015

English web translation here

Encore ce matin, ce magnifique ciel rayé de bandes étagées de longs nuages denses et bas, blancs et gris acier sur fond bleu poudre au loin, très loin… C’est là que j’ai compris la raison pour laquelle j’aimais tant ces cieux! Ce sont les peintures de Monet! Il est venu passer un mois d’hiver ici en Norvège et y a peint en un mois 28 tableaux! Il adora l’hiver quand même atroce pour lui!

Nous nous sommes levés tard, 10:00, récupérant le sommeil perdu en mer pendant les six derniers jours et leurs cinq maigres nuits!

Après le petit déjeuner, nous sommes partis à pied vers les douanes pour régulariser notre situation d’immigrant! En effet, nous sommes encore illégaux, car les douanes étaient fermées hier soir. Longue promenade depuis notre quai, situé complètement à l’entrée du port… Tout le long de cette magnifique jetée de ciment, très large, moderne,  nous longeons la marina sur notre gauche, au début tous de vieux bateaux de bois petits et gros, bien entretenus, d’allure viking ou bien de canots renversés, fermés par des cabines de bois foncé bien vernis…. Puis se succèdent une pléiade de bateaux moteurs et de voiliers de plaisance… Sur notre droite, vers la mer, posées sur le muret, se trouvent des sculptures intéressantes, des blocs de béton d’environ cinq pieds de long, sur un diamètre de trois pieds, de forme conique irrégulière, un peu celle de menhirs, mais troués à la drille de façon bien régulière sur toutes leurs surfaces… De gros morceaux de gruyère symbolisant le vent, nous dira-t-on plus tard… Nous croyions que c’était un rappel de la seconde guerre mondiale qui, en 1940, avait bombardé et détruit toute la ville sauf trois bâtiments, dont une vieille église et l’édifice bas et gris qui abrite les douanes.

1
Mes gruyères de pierre sur la jetée du port de Bodø sur un magnifique ciel de Monet!

2

Le bureau des douanes dans ce vieil édifice 1912, l’un des trois seuls survivants des bombardements de 1940

Effectivement, au loin, ce dernier détonne parmi les hautes structures des nombreux hôtels environnants au sein d’un centre ville animé et ultramoderne, super civilisé, où les automobilistes s’arrêtent des que vous faites mine de traverser la rue, les rues sans aucun stop par ailleurs! D’immenses places piétonnières sont fréquentes, parsemées de multiples terrasses de restaurants et de chic boutiques. Les gens sont d’ailleurs bien habillés, d’un chic urbain stylé mais pas trop… D’ailleurs le coût de la vie est très cher ici… En allant faire l’épicerie, je suis allée voir un sac à dos de cuir qui m’attirait, très simple, 2800 krones ou 450$… Notre Pepsi Max nous coûtera à l’avenir $4 par 1.5 litre! On fera comme au Groenland, on goûtera la dernière goutte avec délectation! Malgré le coût de l’épicerie, nous reviendrons chargés de nos quatre sacs Thermos remplis des provisions manquantes!

Avant l’épicerie, la douanière ne nous a donné aucun problème, ni aucune étampe dans notre passeport! Snif! Dommage! “Pas le droit”, a-t-elle répondu???? Elle nous a par contre accordé un an pour laisser le bateau en Norvège à Skattora Marina, à Tromsø après que nous ayons rempli un long formulaire détaillé, mais assez simple quand même, quand on est bien préparé comme mon Minou!

 

3
Retour au bateau avec nos sacs de commission. Notez le bateau ancien en bois, en forme de canot renversé

Retour au bateau pour ranger les commissions et surtout laver le frigo qui se faisait sentir… C’était le poisson d’hier soir qui avait dégelé… Et le fond du frigo était maquillé de quelques traînées suspectes. Pendant ce temps, Claude rassemblait ses pièces et outils pour les réparations à venir, pièces situées sous le lit de la cabine arrière, c’est à dire très loin, cette cabine nous servant de rangement extrême!

Après le lunch, Claude est monté dans le mât pour vérifier ou changer la lumière “Steaming Light”, et finalement l’ampoule n’était pas brûlée! Juste un mauvais contact! Nous avons également retiré le drapeau de quarantaine, ayant passé la douane!

Promenade à vélo ensuite, dans le centre-ville, où Claude ne cessait de s’exclamer “As tu vu la Leaf?”, “Encore une autre!”, “Et une Tesla!”, “Une autre!”, “Encore!”… Plein d’autos électriques ou hybrides… Information touristique, des timbres au Bureau de poste… Puis nous sommes sortis de la ville pour nous rendre au bout de la presqu’île en face du port et de notre bateau, où est érigée la redoute Nyholms et ses 12 canons, de 1810…

4À la redoute, vue de la ville

5À la redoute, vue de la mer

6
À la redoute, vue du port et de la marina où se trouve Andrée Anne Rachel. Et ses canons! “Non,non,non! Pas sur mon bateau! NON!” (Citation de notre bébé Caroline en 1992 en Floride, au fort Castillo de San Marcos, à Ste-Augustine, où Andrée Anne Rachel était ancrée non loin et où son grand-père lui expliquait comment on chauffait les boulets de canon avant de les projeter sur les bateaux ennemis à incendier!)

Puis nous avons monté la montagne en arrière de la ville vers un point de vue, le Keysergerden, d’abord sur route, puis le long d’une trail, plus facile à redescendre qu’à monter! Pas mal plus le fun!

7Vélos en Trail!

8Vue de Bodø du haut de notre montagne

Retournés en ville, à cette heure, plutot vide, presque ville fantôme à 18:05 un vendredi soir!  Presque pas d’autos  stationnées, aucune qui roule, zero piéton!  Ils sont ts en train de souper! Je suis allée compléter mon épicerie puis nous nous sommes payé un Take away, un cheeseburger frites et un rullakebab, deux petits formats de coke pour la modique somme de $45! Que nous avons dégusté au bateau, mais juste le hamburger, suffisant! Nous mangerons le kebab un autre jour! Ça réduit le coût du resto, finalement!

Belle journée fraîche sans pluie! Et même chaude à vélo de jour.

Samedi 29 Août 2015 Bodø

11:30 Lever à 11:00! Il faut dire que nous nous sommes couchés très tard, 02:00 am! Wi-Fi, Breaking Bad (nouvelle série pour nous, c’est terrible!  Comment se compliquer la vie, ou la mort!) et un gratteux gagnant!)… De plus il fait un temps terrible! 38.5 noeuds Max, ça continue, 37 juste là! On gîte au quai! Heureusement du bon bord, ma cafetière sur le poêle penche du bon côté! Il est supposé faire mauvais ainsi deux jours, aujourd’hui et demain, code rouge sur la mer! Ouf! 42.7 noeuds de vent, Force 9! Style 85.4 km/h… Et le génois et le foc d’un bateau voisin, antique bateau en bois, sur un quai de l’autre côté de l’entrée, menacent de se hisser seules sur leur drisses encore attachées! Et les voiles veulent se sauver ou se déchirer!

9

Voiles au vent! Au quai! Le génois s’est détaché et claque au vent de 35-42.7 noeuds! Pas bon!

20:07 Vaisselle terminée! Journée passablement occupée finalement… Réparations diverses, comme d’habitude, braquette changée car rouillée dans le coffre arrière pour éviter la proximité entre des fils et le tuyau très chaud du système moteur, rétablissement du système de chauffage, yessss! Claude a réussi en changeant à nouveau de pompe diesel (on alterne entre la très vieille et la moins vieille! Et en changeant les tuyaux de diesel, et en poussant du diesel propre dans l’injecteur… Ça semble marcher à date! Et moi, ma toile! J’ai fini de coudre mes huit carrés de toile pour rapiécer quatre trous, et j’en ai cousu deux sur la toile, plus deux que j’avais débutées le jour de notre arrivée en mai! Retrouvées par hasard! À moitié cousues, quand je m’étais découragée après plusieurs heures de raccommodage assise sur mon bloc de bois sous le bateau hors de l’eau à l’époque, les valises encore dans l’auto, lors de notre retour en avion en Écosse, part one de l’été 2015! Il me restera à trouver d’autres trous…

Il fait toujours ce temps exécrable dehors, pluie et vents jusqu’à 42.7 noeuds, nous gîtons toujours au quai, solidement collés sur ce dernier! Le cockpit est trempé car la pluie se faufile à travers les fermetures éclair du dodger! Mon plant de ciboulette dehors sur la cabine, sous le dodger, est en train de se noyer!

Dimanche 30 Août 2015 , Reine, Lofotens 67°56′N 013°05′E
                67.81mn, 1235.67mn (2015-2), 1674.75mn (total 2015) QPL

07:22 Aaahhhh! Position semi-couchée dans le cockpit, sur mes beaux coussins épais et sous ma couverture! Levés à 06:00, nous avons quitté le quai de Bodø sur une mer peu agitée mais quand même soumise à des vents du Sud-Ouest de 16-19 noeuds. Il devrait venter plus loin, plus tard et les conditions actuelles jaunes deviendront rouges cet après-midi … On a plus de 50 milles nautiques à faire, pour se rendre à Reine, dans les Lofotens, grande chaîne montagneuse au large. Pas de soleil, tout est gris! On ne voit rien à l’horizon!

12:51 J’ai dormi jusqu’à 11:00, le cœur un peu chaviré ce matin! Là, ça va beaucoup mieux! Nous voguons au vent de travers – petit largue (presque vent arrière) de 16 à 20 noeuds encore, et des pointes à 25.8 noeuds. Notre vitesse de croisière est de 8 noeuds environ sur une énorme houle de 3 mètres, quand même, que nous dévalons de temps en temps assez brusquement! Nous avons parcouru 46 milles nautiques à date, il en reste une dizaine à faire. Il ne pleut pas, mais c’est gris, et la visibilité faible ne nous permet aucune joie! Nous devrions pouvoir voir ces superbes montagnes au loin, en mer! Mais non! Rien! On les voyait avant-hier de Bodø! Le plafond est complètement rempli d’ouate blanche, où de légères, très minces déchirures laissent poindre un ciel bleu poudre derrière nous! Mais pas en avant!

Nous avons dîné avec notre énorme kebab de vendredi soir, froid et c’était excellent!

14:50 Nous approchons des Lofotens! Le mur de roches sort enfin de la grisaille après 62.6 milles nautiques à ne rien voir! Nous roulons à 8.63 noeuds sous un vent de travers de 23 à 27 noeuds (pointe à 28.5!).


Vidéo de notre approche de la chaîne… by Boathouse_ca

Vidéo de notre approche de la chaîne montagneuse des Lofotens qui sortent de la grisaille!

10Photo de notre approche des Lofotens, à Reine, avec un peu d’éclaboussures!

11
Les hautes montagnes enneigées au pied desquelles le petit port de Reine se trouve!

16:45 Nous sommes au quai de Reine, village principal des Lofotens, la plus belle région de la Norvège, semble-t-il, avec du soleil et une mer plate, ajoute le guide! Je suis d’accord avec les deux conditions! L’approche fut assez sportive jusqu’à la fin! Et même au quai le bateau s’en décollait au gré des rafales de vent! Finalement, nous n’avons trouvé personne pour nous renseigner sur le quai des visiteurs, à part les petits écriteaux blancs et noirs sur le quai, où sont amarrés plein de petites chaloupes pleines d’eau! Que nous avons déplacées pour se faire un beau bout de quai!

12Andrée Anne Rachel tranquille au quai de Reine, enfin!

France et Claude

Written on September 6th, 2015 , Croisière/Cruising, Croisière/Cruising info, Photos, Voyages

English web translation here

Vendredi 21 Août 2015 Lerwick

Belle journée finalement, même si un peu nuageuse. Un peu de soleil en début d’après-midi, mais pas de caméra sur moi! Pas de photo soleil!

Nous avons été bien occupés à remettre le bateau en ordre, changer les drapeaux anglais pour le norvégien, changer mon pistolet du boyau d’arrosage (mon vieux va faire l’affaire pour l’instant), refaire le plein d’eau, d’épicerie… Nous sommes allés à vélo faire deux commandes dans deux épiceries différentes à deux km chacune dans deux directions opposées avec retour au bateau au milieu pour vider nos sacoches de vélos et nos sacs à dos! Promenade dans les belles rues et ruelles de la vieille Lerwick…

1
Promenade bien aménagée vers l’école de voile et le Lerwick Boating Club, sur la rue des Lodberries

2

Au bout de la promenade, en se retournant, on voit la vieille ville et le zèbre qui défigure un peu le tout!

3
Ma belle rue commerciale qui vient des lodberrries, derrière moi.

4

Les lodberrries, ces maisons entrepôt sur le bord de l’eau, sièges de contrebande.

5
Un exemple de lodberry

6Une autre lodberry et un Drakkar à l’ancre au loin, réplique d’un bateau ancestral des vikings.

Souper au Fish And Chips du port, puis encore le Boating club, où huit musiciens amateurs se rencontrent le vendredi soir pour jouer de leurs divers instruments, guitare, accordéon, tambour, flûte traversière, violon, violoncelle… Très belle ambiance pour faire notre Wi-Fi!

Au quai il y avait plusieurs voiliers, dont Exodus, un américain de Jupiter, Florida mais nous n’avons pas eu la chance de le voir, probablement en visite sur les îles. Deux bateaux néo-zélandais, un à moteur, énorme, et l’autre, un gros catamaran fermé à l’arrière comme une tente ronde mongole, une yourte! Un norvégien, arrivé durant la nuit sur un Bavaria de 36 pieds qu’il a amarré temporairement sur le mur au bout du quai, est venu nous voir pour changer de place et venir se mettre au quai devant nous, entre nous et notre bon vieux Swan, le gros voilier ancien que l’on avait vu à Fair Isle en 2013. Très gentil, il a vécu à Montréal deux ans. Et aussi à Vancouver. Il a fait du ski de fond à Morin Heights, mais aussi toute sorte de sport, semble-t-il, “When I was skating in Montreal” a-t-il dit à son ami devant nous, skating ???? Un athlète, mon premier pari, ou bien un joueur de hockey finalement? Aussi deux autres voiliers français, Jovel et un autre parti en après-midi, comme Swan.

Retour dans les belles rues anciennes de Lerwick, une atmosphère particulière de soir, on se croirait au Moyen Âge si ce n’était de l’éclairage électrique et des autos.

7Le port la nuit

8Et le zèbre la nuit, avec sa passerelle mobile au toit ondulé!

Samedi 22 Août 2015 En mer 61º01′N 000º15′E

13:45 Nous sommes en mer depuis ce matin 9:30 environ… Après le plein de diesel et avoir redonné clef et paperasse de douane, nous avons rangé planches et défenses, monté les voiles sur une mer agitée, un peu désagréable par son roulis incessant et sa houle de deux mètres.. Temps brumeux mais pas de pluie, à date! J’ai dormi de 11::15 à 13:15 et après dîner, ce sera le tour de Claude, tout de suite après son verre de liqueur. On doit mettre nos verres fumés car la clarté est aveuglante même sans soleil… Le ciel est tellement blanc de brume! Et le radar on and off…

15:17 Claude a repris le banc du capitaine après une petite heure de sommeil, sans plus… La mer est plus tranquille que ce matin, moins de roulis, moins de houle, mais le temps est encore gris, pas froid cependant… Il n’y a plus que deux cargos sur notre AIS, au lieu d’une vingtaine ce matin à notre départ de Lerwick!

Et nous nous dirigeons vers Bodø, en Norvège, pas mal au nord finalement, à  67*17′N, au delà du cercle polaire! Ce sera la position la plus nordique qu’Andrée Anne Rachel aura atteinte, au-delà même de la pointe nord-ouest de l’Islande, en 2013, à 66*32′N, notre record à date en bateau… Et à pied au nord de l’île Grimsey, l’île la plus nordique de l’Islande.  Et ce ne sera qu’un début, vu que nous nous dirigerons ensuite sur Tromsø, 300 ou 400 milles nautiques plus haut,  à 69*39′N. Et après l’hiver 2015-2016 passé à Tromsø hors de l’eau, à la fin juillet 2016, nous irons aux Svalbard ou les Spitsbergen, les îles les plus nordiques de la Norvège, à 600-700 milles nautiques de Tromsø, ou 400-500 milles au large de la côte norvégienne, et habitées d’ours polaires… À 79*51′N… En fait, Claude vise le 80ème degré de latitude nord, 9 minutes (9′) plus haut que 79*51′N.

24
Notre position et notre direction (ligne rouge: notre cap, ligne verte: notre vraie direction considérant la dérive).. Nous nous dirigeons vers la Norvège, vers Bodø West… ? x rouge dans un carré?? ! Notre waypoint

Je lis que Tromsø est la Paris du Nord ! Non en raison de sa vie de café, mais de la mode très suivie là bas! Ville universitaire très bien organisée, sophistiquée et attirante, très amicale selon le guide de croisière norvégienne écrit par un couple de britanniques (je pense). Nous avons la 7ème édition.

16:20 Vent arrière de 11-12 noeuds du sud, sud-est qui nous fait avancer à petits pas à 4 noeuds sur une houle réduite à 1.5 mètres et peu de vagues… Ça fait du bien!

18:00 Je file vraiment mal… Trop lu, trop écrit… Souper à faire…

Dimanche 23 août 2015 – en mer 62º45′N 003°12′E

138.00mn, 710.95mn(2015.2), 1157.22mn(total 2015) M

03:35 Je suis à la roue depuis 35 minutes, 03:00 am, depuis que Claude s’est couché alors que je m’éveillais. Je me suis couchée hier soir à 19:00, trop nauséeuse après avoir fait le souper et mangé un peu… Heureusement souper facile, je réchauffais du poisson fait il y a deux jours et faisais rissoler les pommes de terre déjà cuites, puis dessert 3 cerises de France pour moi, c’était déjà beaucoup pour moi, c’est donc dire, moi la gourmande! Puis je me suis couchée et endormie rapidement jusqu’à 21:30 puis roule et roule jusqu’à 23:00 environ, quand je me suis rendormie solidement enfin! Je ne pensais avoir qu’une heure à dormir de plus, jusqu’à minuit et quelque mais Claude attendait que je me réveille! Merciiii mais il faut que tu dormes toi aussi!

Nous sommes dans un no man’s land depuis quelques heures, il n’y a plus de carte marine car nous ne sommes dans aucune eau reconnue par un pays! Aucune des cartes que nous avons, Islande, Norvège, Royaume Uni… Pour 48 milles nautiques! Donc 10 heures de temps! Actuellement, il me reste 18 milles, je pense avant d’atteindre un carré de carte appartenant au Royaume Uni!

9

Le No Man’s Land! Ou Waters!

10

Écran Raymarine de nuit avec le radar 30 sec/3min …L’écran est ici divisé en deux parties, radar à gauche: nous sommes au milieu de la tache jaune centrale, et la ligne est notre direction, le gros écho jaune à gauche est de la pluie et les petits échos en ligne sont les bateaux ou les plateformes… Carte marine à droite: on voit les bateaux sous forme de triangle gris AIS, le gros écho rose à gauche de notre direction est la pluie, et les lignes roses, les plateformes.

Heureusement, nous avons un radar qui m’indique probablement deux plateformes pétrolières et deux cargos selon mon AIS, à 4, 6 et 12 milles nautiques… Et je vois des lumières au loin sur mon travers, mais rien devant! Parfait! Un nouvel écho 6 milles derrière moi, non identifié, mais qui semble me suivre… Et tout le monde  a semblé avoir fermé leurs AIS tout d’un coup, les échos y sont mais pas d’AIS… Les deux cargos sont arrivés probablement à leur plateforme, et l’écho derrière moi n’a jamais ouvert son AIS s’il en a un!

Il commence à faire clair, il est 04:18… Je peux distinguer le ciel de la mer… Bonne visibilité, pas de brume ni de brouillard ce matin! Nos feux de navigation, Running Lights, vert et rouge à l’avant et blanc à l’arrière fonctionnent bien, mais maintenant nous ne voyons plus le feu de navigation à moteur, Steaming Light, blanc, en haut du mât… Un autre projet pour le prochain port!

05:00 Claude se lève pour vérifier ma plateforme droit devant à 18 milles nautiques environ… Selon la carte, on passerait à côté??? Selon le radar, droit dessus! On verra rendus là! Il se recouche, gelé! On ferme toutes les lumières, comme la plateforme, pourtant si éclairée il y a encore quelques minutes! Il fait jour!

1Soleil levant du dimanche matin 23

06:23 Claude dort toujours, le vent forcit jusqu’à 20 noeuds, au grand largue sur tribord, nous roulons ad 8.14 noeuds dans 599 pieds d’eau, en gîtant de façon stable.
Nous sommes à 6.7 milles nautiques d’une carte marine répertoriée! Yesss! Et ma plateforme sera évitée.

06:55 Claude est maintenant couché depuis quatre heures! Mon iPod est mort! Alors je branche mon écouteur sur mon iPad sur lequel j’ai plein de chansons inconnues de moi  de Joe Dassin que je me suis achetées sur iTunes… Des vieilles affaires, plus vieilles même que toutes celles que j’ai déjà, des chansons jamais entendues! Caro n’y croit pas, mais c’est vrai!

07:10 Je viens de rencontrer un beau voilier, pas mal gros, sur mon bâbord, à environ deux milles et je devine à l’avant à 4.5 milles sur mon tribord le profil inquiétant de la plateforme… Ne pas savoir qu’il s’agit d’une plateforme me ferait imaginer un très haut vaisseau fantôme avec plein de cheminées ou de mâts tout croches! Voire des canons! Oui, un vaisseau de guerre fantomatique! Je mesure sur l’écran que l’on passera à 1.69 milles nautiques… J’espère que c’est suffisant et qu’ils ne me mettront pas la police maritime aux trousses! Ou lancer un appel radio pour réveiller Claude! Je crois que ça nous était déjà arrivé entre l’Islande et les Faeroe je crois, pas la police, mais l’appel radio dans la nuit… Et j’en vois une autre se profiler plusieurs milles plus loin! Très bonne visibilité aujourd’hui!

A son lever vers 07:50, après cinq heures de dodo cockpit (donc pas solide), Claude s’est rendu compte,oups, (avec fureur et raison!) que je n’avais pas mon AIS ouvert! En révisant mes notes, je vois que j’avais dû l’accrocher et donc le fermer sans m’en rendre compte pas mal plus tôt, quand j’ai fait tomber et raccrocher le petit gps portable sur la console du computer, juste à côté du commutateur AIS! Et donc, quand le dernier bateau a disparu de l’écran, vers 03:35! Moi qui étais choquée contre les gens qui n’ont pas d’AIS émetteurs, donc ne sont pas visibles! Comme je l’étais donc ce matin, invisible pendant un bon trois heures! Oups, oups, oups! Mea culpa!

Et finalement, avec l’AIS OUVERT (!) je vois que ce n’était pas une autre plateforme à l’horizon mais un gros bateau Search And Rescue qui doit se tenir pas loin des plateformes…

Et aussi, que le “pas mal gros” voilier était vraiment “très gros”! 102 pieds! Chimera…
Vive l’AIS! Et je vais surveiller mon interrupteur dorénavant… Le petit icône sur l’écran signifie seulement que l’alarme AIS va retentir si un bateau dangereux s’annonce!

Et je laisse ma place au capitaine… Pour aller préparer le déjeuner (fraises, viennoise à l’érable et pacanes, yogourt et fromage)…

3

Mon vaisseau fantomatique (il en avant plus l’air une heure avant! Plus loin!)

4

Mon vaisseau fantôme est devenu une plateforme! Magnus, et le bateau est celui de Search And Rescue.

12:21 Après le petit déjeuner de 7:30 am et une bonne sieste de 9:am ad 11:30am, on vient d’avoir un bon dîner tranquille, toujours au grand largue, mais un peu moins de vent 13-15 au lieu du 19-20 de cette nuit et trois voiles au lieu de deux, encore un bon 7 noeuds de vitesse sur une houle 1.5 mètres et beaucoup de soleil! Donc pieds nus et super bonne salade fraîche (salade iceberg, champignons hachés, échalote, mangue, noix mélangées, mélange de Mayo, huile, jus de citron, sel et poivre et surmontée de ma petite ciboulette restante de mon plant!)… Pas d’autre voilier en vue actuellement.

14:05 Claude se réveille d’une petite sieste d’une heure trente peut-être… Il fait beau et chaud, sur une mer calme (pas miroir, quand même, mais léger ballotage d’une houle d’un mètre tout au plus) avec un vent encore réduit à 10-12 noeuds du sud, sud-est, donc au grand largue pour nous, ms donnant une vitesse à voile de 6 noeuds environ.
Bon temps pour la lecture, je viens de finir le National Geographic d’août 2015, particulièrement l’article sur le pape Francis, l’espoir du renouveau de l’église catholique, comme tous l’espèrent, mais peut-être pas tout le Vatican! Brrr! On verra!

18:56 Belle journée ensoleillée, tranquille… J’ai pu faire de la couture de “patches” pour ma toile… Et un souper élaboré et plein de vaisselle! Sauce rosée et pâtes fraîches farcies aux saucisses épicées! Il faudra me rappeler de ne pas racheter cette sorte là, vraiment fade! Je me suis alors rattrapée avec le dessert: gâteau au fromage décoré de fraises et nappé de sirop d’érable! Je devrai me coucher bientôt pour prendre mon quart de nuit par la suite…

Le vent a tourné Est, Nord-Est, donc de face, autour de 10 noeuds. Heureusement la mer n’est pas encore montée contre nous, à date! Nous sommes donc à moteur depuis deux heures… J’ai donc pu laver ma vaisselle à l’eau chaude!

21:26 Je viens de lire mes premiers chapitres de “L’île des chasseurs d’oiseaux ” de Peter May que m’a offert Isabelle Autissier lors de notre visite sur Ada en juin. Très bon à date, belles descriptions de Stornoway sur l’île de Lewis aux Hébrides Extérieures…
Et là, je dois me coucher!

Lundi 24 Août 2015 – En mer – 64°03′N 005°46′E
121.40mn, 832.35mn(2015-2),1278.62mn(total 2015) M

02:00 Ooohhh! J’ai bien dormi, mais juste 3 heures, de 21:30 à 00:30 ou 01:30 notre nouvelle heure norvégienne! Il est maintenant 02:00 am… Il ne fait pas froid, juste un peu humide… Le vent, de face, est à 8.5 noeuds Est, Nord-Est et notre vitesse de 4.5 noeuds. Il nous reste 371 milles nautiques à faire d’ici Bodø ou entre 79 à 103 heures selon les variations de notre vitesse… Hier il restait 60 heures car on roulait à 8 noeuds!

L’eau s’est réchauffée à 12.4 au lieu de 12.1 même si on est plus au nord! S sommes dans 2500 pieds de profondeur! Notre record est quand même 12000 pieds aux Bahamas, je pense. Nous sommes à moteur assisté de la grand voile qui ne sert à rien!

04:33 Une bande pastel orangé et bleu très pâle s’installe tranquillement à l’horizon depuis environ trente minutes… Le jour arrivera bientôt, une heure plus tard qu’hier…à l’heure norvégienne. Et un cargo arrive dans l’écran à 39 milles nautiques derrière moi… Le Golden Bull… Et oups, un second à 56 milles nautiques, à mon bâbord, fonçant sur nous, mais nous ne serons plus là!

1

Une bande orangée apparaît avant le soleil…

04:53 À part une légère houle d’un ou deux pieds, la mer devient miroir, comme je l’aime! On n’a même plus d’écho de vague de déplace,ent sur le radar! Yeeeesss! J’adore!

06:41 Claude dort toujours et a manqué le lever de soleil sur mer miroir vers 06:06… Le vent faiblit toujours, il est maintenant à 2.9 noeuds même s’il vient du sud, sud-est il ne nous aidera pas beaucoup! Nous sommes maintenant dans 3281 pieds d’eau! Très bonne visibilité ce matin encore…

2Lever de soleil du lundi 24…

07:26 Claude dort depuis six heures! Le soleil commence à me réchauffer… Il est aussi aveuglant!

10:48 Aaaaaaahhhh! Je m’assois enfin! Grand ménage ce matin… Quand Claude s’est levé à 07:30, nous avons déjeuné et comme la journée était parfaite pour cela, le grand ménage! Toilette, pont, plancher, vêtements, douches, et tout replacer! Ça valait la peine même si je n’ai pas beaucoup dormi, seulement trois heures… Je dormirai après-midi ou en soirée plus tôt avant mon quart de nuit… Beau soleil

3

Séchage du linge sur les filières sur le pont et sous le dodger!

15:06 Je viens de me réveiller après 1,5 heures de 13::00 à 14:30… Il fait super chaud dans le cockpit, fenêtres ouvertes! Nous décidons d’aller tous les deux sur le pont… L’été! Et le lavage sur le pont est presque sec…  Nous rencontrons un cargo qui va vite!    Et je vois que la poche arrière  du pantalon North Face de Claude est défoncée! Il comprend maintenant pourquoi son portefeuille serait resté sur un banc au Boatclub à Lerwick en se relevantg! Ouf! Il aurait pu le perdre à vélo, ou dans l’eau!

16:01 Nous venons de rencontrer une baleine, probablement un rorqual commun, qui a fait un détour entre 500 et 1000 pieds du bateau, en soufflant une quinzaine de fois et restant en surface tout le long, loin derrière encore!

4

Un rorqual commun souffle au loin

19:54 On ne s’ennuie jamais sur un voilier! Toujours quelquechose à réparer ou faire! Désalinateur d’eau, souper, vaisselle, couture, rotation du séchage, pliage du linge, poubelles, lavage de toilette, remplissage des cruches d’eau pour la toilette, rechargée des batteries de tout un chacun, et les nôtres! Pas le goût de dormir! J’aimerais mieux lire!

Mardi 25 Août 2015 – En mer – 65°26′N 008°37′E
103mn, 935.35mn (2015-2), 1381.62mn (total 2015) M

00:35 Claude vient de me réveiller, il ne tient plus debout et s’endort immédiatement! J’ai dormi profondément depuis 20:30, un bon quatre heures, (hier toute ma nuit et ma journée 4.5 heures! Claude six heures)…

01:30 Hier soir, à 23:00, j’ai entendu Claude appeler un cargo derrière nous qui ne semblait pas nous voir à 2.5 milles nautiques alors qu’on avait un gisement de collision depuis 15 milles nautiques! Il ne devait pas regarder son AIS souvent! Et le nôtre était ouvert! Après l’appel de Claude il a changé de cap et nous a dépassé sur notre tribord à 0.4 milles nautiques finalement! Il est maintenant rendu à bâbord à 19 milles nautiques en avant, ce que je vois bien sur mon radar mais son AIS n’est pas tout le temps ouvert… Il pouvait bien ne pas nous voir, hier soir.

02:14 Nous roulons à moteur depuis l’autre soir, plus de 36 heures maintenant, et moins vite, ce qui fait que notre waypoint est encore entre 66 et 103 heures de route! En fait on a quand même avancé! Il reste 265 milles nautiques d’ici Bodø West. Nous roulons à 4.34 noeuds max contre un vent presque de face de 14 noeuds de l’est, à 64 milles nautiques de la côte. On galope sur la mère, pas dans le sens aller vite, mais monter descendre!

02:50 Ouf, le temps restant a grimpé jusqu’à 126 heures! 263 milles nautiques à faire! On avance, mais pas vite, entre 2.65 et 4.06 noeuds… Malgré l’ajustement des voiles par Claude. Rien à faire… Vent trop de face et vagues!

06:50 Un autre 3.5 heures, total 7.5 pour moi cette nuit! C’est au tour de Claude d’être sur la corde à linge! Il n’a dormi cette nuit que deux heures, relevé à 2:50 et faisant de la voile depuis… Un beau lever de soleil manqué, bcp de nuages enflammés, mais trop de brassage pr le photographier…

Je suis donc maintenant à voile aussi, à 6.20 noeuds, au vent de 16-17 noeuds Est, Sud-Est, donc au près, près serré. Il reste 243 milles nautiques en 38-44 heures, plus ou moins, plus plus que moins… Donc, au moins deux autres nuits en mer, ce qui fera cinq au total depuis notre départ de Lerwick le 22 août.

5

Carte marine du 25-08… On grimpe le long de la Norvège! Voir la flèche jaune…

07:30 Nous sommes à 64 milles nautiques de la côte…  Et huit cargos tout autour! Dont un seul ds notre direction, à 12.9 milles nautiques de nous et qui devrait croiser notre route incessamment d’ici une heure, (s’il roulait à sa vitesse normale de 10-15 noeuds alors qu’actuellement il semble rouler à 0.7 noeuds, donc, arrêté?) au point où nous serons dans deux heures, donc pas de collision! En fait, six des huit cargos affichent une vitesse quasi nulle de 0.1 noeuds, donc arrêtés… Un seul roule rapidement vers le sud.

Sur une bonne houle de 1 à 1.5 mètre et le bateau tremble, cogne et craque comme tout le temps dans ces conditions de  vagues et de vent de face qui semblent s’aggraver aujourd’hui selon le message de Phil, remplaçant Michel depuis quatre jours maintenant. De mémoire, je crois qu’il annonçait jaune ce matin avec des vents ad 20 noeuds et vert cet après-midi… Il y a de l’espoir!

08:50 Claude s’est levé à 07:50 pour diminuer la voilure! J’allais trop vite, 8 noeuds! Non, mais nous avions trop de voile pour les vents attendus jusqu’à 26 noeuds bientôt… Alors un point de ris sur la grand-voile, réduction du génois en ouvrant le foc… Beaucoup moins de gîte! 19 noeuds de vent Est, Sud-Est, nous roulons maintenant à 5.5 noeuds. Plus agréable, et maintenant je me couche!

12:40 Claude est maintenant couché et je viens de reprendre la roue après avoir dormi jusqu’à midi puis avoir fait le dîner et dîné de façon un peu acrobatique, en gîtant Pas mal de montagnes russes up & down aussi! De plus, on est forcés de remonter vers le nord un degré à la fois pour éviter le vent de face, plus de l’Est que de l’Est, Sud-Est, à 20-23 noeuds maintenant… Contre une houle grandissante de deux mètres sûrement!

Et il fait chaud dans le coin! Un gros soleil arrière me plombe le dos et l’eau est à 14.5°C! Rien vu de tel depuis des lunes et des années! Surtout si au nord! Je viens d’entendre un bruit d’hélicoptère mais je suis incapable de le voir, probablement caché par les voiles…

Ohhhh! J’ai réussi à remonter d’un degré à la fois de 38º jusqu’à 50°, et on va peut-être reprendre notre cap original éventuellement! Dans de nombreuses, nombreuses heures! Si le vent continue à redescendre vers le Sud-est, au lieu de l’Est, Sud-Est…

13:34 Claude se lève! Après une seule petite heure où il dit avoir juste rêvé! Et moi j’ai découvert une chanson spécialement faite pour les grosses vagues que je monte et descend sans cesse comme à l’instant même où la chanson jouait sur mon iPod! “L’instant présent” de Plamondon, chanté par Cocciante, un bijou très adapté à nos voyages marins des dernières années! “Pour vivre intensément l’instant présent je vais t’amener sur un bateau blanc, (…), que le vent nous emporte, (…), sans laisser d’adresse, en laissant un mot sur la porte “Partis pour un moment, pour cause de stress”… ” Hihihi! Le timing était parfait!

6Andrée Anne Rachel éclaboussant la vague


VIDÉO montrant les ups & downs de la mer du 25-08 by Boathouse_ca
 

15:20 Séance radis et piments rouges doux! Les vagues sont encore surmontées d’écume au loin et autour de nous, mais c’est plus confortable, le vent s’affaiblissant un peu, 17-19 noeuds au lieu de 24-27.4 noeuds, quoique plus de l’Est, ce qui est franchement moins bon pour notre direction! Et on ne va pas vite! 2.7 à 4.11 noeuds max! 203.4 milles nautiques à faire… Mais nous allons plus au large que supposé! Il faudra corriger encore! Je pourrais faire de la couture!  Mais j’ai peur de la nausée! Er de me piquer dans des mouvements imprévus! On va laisser faire!

16:50 Je me relève d’une sieste depuis 15:40 et Claude prend ma place, et il dort! Nous roulons toujours à voile à 4-5 noeuds, 4.5 en moyenne, dans une mer démontée de houle et de moutons… Les jours se suivent et ne se ressemblent pas! En tout cas j’espère que demain ne ressemblera pas à cela! J’aimerais comme hier, une mer plate, miroir! Il reste 197 milles nautiques donc 40-50 heures…

18:20 Claude est à la barre finalement depuis trente minutes, incapable de dormir plus, gelé… Il ne fait pourtant pas si froid. On va souper chips. Trop de mouvement et j’ai un mal d’œil à me l’arracher! Je m’étais cogné la tempe sur le moyeu de la roue en lavant le plancher du cockpit depuis quelques jours et quand je l’Islande plus que trente minutes, l’œil veut me sortir de la tete!

21:48 Je me relève après une sieste de deux heures après avoir soupé chips, noix, fromage, biscuit… Et maintenant Claude est couché et je n’ai plus mal à l’œil ni l’hémiface droite (arcade sourcilière, sinus maxillaire, maxillaire supérieur… Les dents d’en haut… Tout ça à cause de ma tempe droite!)… Le tylenol fonctionne bien avec du repos!

Actuellement il reste 173 milles nautiques d’ici Bodø soit de 30 à 43 heures ça  achève! Deux autres nuits, celles du 25-26 et du 26-27, on devrait arriver jeudi matin 27!???
Le vent est malheureusement même franc Est des fois! Nous roulons entre 4.6 et 5.6 noeuds pour un vent de 17-18.5 noeuds de l’Est… Et nous sommes à 5 milles nautiques à l’ouest de notre direction souhaitée! Pas le choix de dériver en raison du vent trop de face depuis plus d’une centaine de milles… Au début, quelques degrés signifiaient une déviation de notre route d’à peine 300 mètres, mais au bout de plusieurs heures, l’erreur se multiplie! Il faudra corriger ceci plus loin, encore beaucoup plus loin!

France et Claude

English web translation here

  Fair Isle , 59,32’ N  1,36 W
110.70mn, 455.00mn (2015-2) 901.07mn (total 205)

Dimanche 16 août,

02:11 En mer, Mer du Nord, au nord est du Cape Wrath 58*57′.513N 004*17′.426W

Claude m’a éveillée à 01:20 am pour prendre la relève… Ouf j’ai dormi de 22:00 à 01:20 seulement, j’ai trop lu jusqu’à la nuit tombante! Nous sommes maintenant en train de boucler la boucle, complétant notre circuit en huit autour de l’Écosse et de l’Irlande. En effet, la carte annotée de nos positions a l’air du chiffre huit, deux boules, ou un bonhomme de neige à deux boules, la troisième étant les Shetlands! Un huit en italique, étiré vers le nord est! La mer est tranquille, un peu de roulis, pas trop de houle, vent à 12 noeuds quand même, du sud, sud-ouest. Un courant de 1.7 noeuds contre nous, avec une vitesse finale apparente de 6.13 noeuds mais réelle de 4-5 au sol…

03:43 Claude dort toujours mais vient de me demander s’il peut continuer à dormir! Mais oui, minou! Tout est sous contrôle! Deux cargos, un en arrière à 9 milles nautiques, l’autre en avant à 24 milles nautiques. Vent stable, 12 noeuds, le jour commence à poindre, je vois l’horizon s’allumer tranquillement… Et de petites traînées nuageuses minces et noires sur un fond pastel encore sombre et délavé…

04:44 Claude dort encore!!! Une belle journée semble s’annoncer? Peu de nuages à date… Je suis toujours à la voile tranquille, (quoiqu’un peu, beaucoup aidée par le moteur), sur un vent arrière stable sud sud-ouest de 12 noeuds, voguant vers un ciel pâle orangé traversé de temps en temps par une mouette esseulée… Au loin, à bâbord, une petite rangée de mignons cumulus, troupeau allongé de moutons floconneux tous alignés à la queue leu leu…  Une île montagneuse lointaine se profile au loin sur mon tribord, les Orkneys? Eh oui, après vérification sur l’ordinateur de bord! Tellement pratique, cet engin! On ne pourrait plus s’en passer! Moins de travail que sur les cartes papier! Oh! Petit brise fraîche sur le capot! Je me tiens juste derrière le pare-brise du dodger, debout sur la plus haute marche de l’escalier de l’écoutille arrière… Meilleure place pour surveiller et écrire en même temps! Mais frisquet à cette jeune heure du matin! J’ai le bout du nez gelé! Je me suis réchauffée tout à l’heure en faisant des squats, mais ça ne semble pas suffisant! Même si je me dandine sur ma musique au rythme endiablé de Rickie Martin et  Lost Fingers, entre autres, sur mon iPod! Dont la batterie est en train de mourir! Longue nuit à jouer aux cartes (solitaire)! Vivement ma batterie de poche! Ça aussi, très pratique! Ma trouvaille 2014! J’en ai offert à plein de monde depuis Noël dernier! Ah je vois se pointer le cargo Dettifoss, sûrement islandais avec un nom pareil (foss signifie chute d’eau en Islande)… Selon l’ordinateur de bord, nos routes devaient se croiser! Il est à 6.5 milles nautiques droit devant, disparaissant par moments derrière la houle grandissante! Je ferme maintenant les feux de route et l’éclairage de cabine, il fait clair à 05:12… Et Claude dort encore… Il lui reste encore 2.5 heures à dormir pour dépasser son record de sommeil dans le cockpit d’hier (6.5h)… Gageons qu’il ne se rendra pas à 08:00 ce matin… Une ligne rouge-feu droit devant annonce la levée officielle du soleil, 05:17…

05:47 Finalement, 05:33 est l’heure du lever du soleil, la grosse boule de feu droit devant moi, et 05:45, celle du minou! Pas battu son record! Alors, c’est moi qui vais me coucher!

image4

Lever de soleil du 16 août

13:54 Et je me suis réveillée à 12:54 il y a une heure après avoir dormi un bon sept heures! Nous roulons à voile, au près serré, et il commence à faire chaud au soleil sous mes deux couches de polar et la couverture! On ôte les souliers aussi! Diner sandwich salade jambon fromage et encore quelques biscuits de juin! Il ne reste plus qu’une boite de Walkers, ces bons sablés écossais donnés au début par Phil et Amélie, puis rachetés compulsivement par la suite!… Comme les bons biscuits maison faits chez Morrison’s… Ces derniers étaient moins bons hier que d’habitude, trop vieux et non industrialisés… Même au Rollo! De juin quand même!

Je suis à faire de l’eau avec le désalinateur, on avait sauté une journée hier car nous étions à voile et voulions économiser de l’électricité. Ça prend quand même 12 minutes par bouteille, au moins deux bouteilles test, puis la vraie! Mais là, il faut bien le faire fonctionner souvent! Au moins une fois par semaine, et pas au quai comme nous le serons dans quelques heures pour quelques jours, à Fair Isle, 25 milles nautiques d’ici. Nous longeons les dernières Orkneys, plus plates que l’île d’entrée et sa belle montagne que j’apercevais plus tôt ce matin.

15:24 Claude se recouche… Nous sommes à 2.5 heures de notre destination, Fair Isle! Et un peu plus vraiment pour l’approche finale et entrer dans le port…  Ça aura pris 4 jours et 3 nuits pour nous rendre! Nous sommes en avance de trois jours sur notre horaire qui prévoit toujours du temps de plus au cas où (mauvais vent, mauvais temps, maladie, whatever!)… Quel sage capitaine prévoyant!

Il fait super beau encore, gros soleil, vent de 12 noeuds, juste confortable même si on gîte pas mal au vent de travers! Nous roulons toujours aux alentours de 5.5 à 6 noeuds. Légère houle d’un mètre nous fait galoper sur la mer, sans plus, pas trop de roulis, on a la houle de face-travers (mon invention de terminologie, désolée, Richard! Hihi)

Quelques photos de notre position et de notre itinéraire depuis 2011 sur la carte d’Ecosse, d’Europe, et du monde nord Atlantique! On a passé l’hiver 2011-2012 au Labrador, à l’Anse au Diable,  l’hiver 2012-2013 en Islande à Reykjavik, les hivers 2013-2014 et 2014-2015 en Écosse à Troon… On passera les hivers 2015-2016 et 2016-2017 en Norvège à Tromsø. Pas nous, mais Andrée Anne Rachel! De beaux étés depuis 2010: 2010 et 2011 au Labrador, 2012 au Groenland, 2013  autour de l’Islande, puis aux Faeroe, Shetlands, Fair Isle et le nord de l’Écosse, 2014 autour de l’Irlande, des Hébrides et des Orkneys en Écosse. Cette année, à date, nous avons refait les canaux d’Ecosse (Canal Crinan et Canal Calédonien) pour nos invités Phil et Amélie en juin et nous voguons vers la Norvège, Tromsø, en passant par le Fifth of Clyde, le Ñorth Channel, la mer des Hébrides, la mer du Nord, les Orkneys, Fair Isle et les Shetlands, soit l’ouest, le nord-ouest, le nord puis le nord-est de l’Écosse.

Notre position vers Fair Isle, entre les Orkneys (en bas à gauche) et les Shetlands (en haut à droite)

image3
Le beau HUIT rouge autour de l’Irlande et de l’Écosse ! Notre position sur l’accent aigu! (Avec la flèche jaune)

5
Notre périple parcouru depuis 2011… Montréal, Labrador, Groenland, Islande, Faeroe, Shetlands,  Écosse, Irlande, Hébrides Extérieures, Orkneys… Vers la Norvège!

6

16:15 Je vois clairement, au loin encore, Fair Isle, son profil particulier aux flancs de montagne très pentus…  On arrivera dans 1.5 à 2h environ…

7

La partie sud de Fair Isle, son phare et le village

8

À droite, la partie nord de l’île, sauvage, réserve naturelle pour les oiseaux migrateurs

16:58 Claude s’est réveillé et prend la relève.

20:06 Nous sommes maintenant amarrés au quai de Fair Isle et Claude a  le mal de terre! Tout étourdi! Il fait beau, temps calme, un cormoran pêche à côté du bateau… 12£ pour rester ici jusqu’à 4 jours en tout!

 17 Aout 2015

Fair Isle

19

La côte rugueuse de sud de l’île

20

Plein de piliers (ou “stacks”) tout le long des falaises, tout autour de l’île

10

Notre marche tout autour de l’île, sur ce beau gazon vert jusqu’au bord des falaises!

21

Et le phare du Nord pour compléter notre journée de hiking

Au retour, le bateau de l’île, “Good Shepherd IV” est revenu au quai après ses aller-retour vers Lerwick, mais il est sorti de l’eau, sur son ber, au bout des rails qui le mènent hors de l’eau… Attend il une tempête? Pourquoi être sorti de l’eau? Il nous inquiète un peu… Un autre voilier arrivant pendant que je préparais le souper, Claude est allé à la quête d’infos météo, mais non, pas de tempête en vue! Ouf! Plus tard un autre voilier arriva et se mît à l’épaule de notre voisin qui l’attendait.

 

Mardi 18 août 2015 Fair Isle

15:37 Le lunch est prêt, mais pas le capitaine, encore dans la cale à fixer les fils pour les feux arrière et le compas que nous avons changés complètement, à partir de la boîte de disjoncteurs en haut de la table à carte jusqu’au fond du cokpit près du compas…sous le banc, place magnifique entre toutes… Il avait commencé la journée dans le fond de la cale arrière complètement, pire encore!

12

Claude me tendant la main pour sortir de son trou! Sous le banc du capitaine…

13Il progresse…

14
Il s’extirpe dans un mouvement de rotation, et beaucoup de friction et d’efforts!

21:55 Et il l’a refaite plusieurs fois, ce trou d’enfer, où quelqu’un de juste un peu plus grand ou moins mince que lui ne pourrait  s’y faufiler! Pour sûr! Il a toujours peur d’y rester coincé de plus, et ça se pourrait presque! Il a toujours besoin que je le tire par les pieds ou une main pour sortir!

Nous avons réussi à faire fonctionner les feux de route, arrière ainsi que la lumière du compas, et en même temps Claude a filé à nouveau l’ancien feu de route arrière, plus bas, qui était alors caché par le dinghy situé plus bas à l’époque … Comme il a allongé le David qui soutient le dinghy dans les airs à l’arrière, trouvant le dinghy trop près de l’eau en mer aux Bahamas, le feu arrière maintenant apparent pourra servir en cas d’urgence!

Nous avons travaillé toute la journée, moi comme poteau de lumière ou valet d’outils, de tierap, de corde, de tape, de ci, de çà… J’avais sorti ma grande, énorme toile, la partie qui recouvre tout le bateau en avant du mât… Je l’ai dépliée partiellement sur la table dans la salle à dîner, encore occupée par la dite toile… Je n’ai réussi à coudre que deux “patches” pour un seul des huit trous! Je me suis équipée à Laval de trois dés à coudre en cuir et métal et deux en métal et silicone qui tiennent vraiment bien par succion… Je suis déjà à courber mon aiguille ultra solide de cordonnier! La dame de Laval ne voulait pas m’en vendre plus que deux, me disant qu’elles étaient très solides, même si je lui disais en casser souvent! Les voiles, le tissu du dodger et les toiles sont tellement épaisses!

15

Ma toile, un gros paquet déroulé!

16

Mes dés très spéciaux! Deux en silicone et métal (jaune et rose) et un en cuir et métal (rose ancien sur mon majeur), et mon aiguille meurtrière de doigts, en biseau à trois côtés…

Nous sommes au lit! Après un souper rapide à 21:00 et une douche tiède ensuite au bateau!

Nous partons demain très tôt pour Lerwick! 41 milles nautiques et je pourrai faire du lavage, m’acheter du yogourt et du savon à vaisselle! Aaahhh

Mercredi 19 août 2015 Fair Isle

10:30 Eh bien, non! Nous ne sommes pas partis, le vent étant contraire, du nord-est… Nous partirons demain!

13:07 Il ne fait pas très beau mais au moins il ne pleut plus! Après au moins 36 heures de pluie en ligne, si ce n’est plus, les champs sont délavés, des rigoles coulent partout, même des cascades se forment! Les fossés secs d’hier se sont remplis d’eau et sont devenus des ruisseaux et les crottes de mouton deviennent dangereusement baveuses tout le long de la route à vélo! Ouache! Au retour, j’ai nettoyé mes pneus sur le ciment du quai, exempt des dites mines antipneus! Pendant que Claude continue des réparations dans le cockpit, je suis allée faire à vélo une petite épicerie au village… J’ai changé un 15 livres anglaises pour au moins vingt livres en poids dans mon sac à dos! Des patates, une mangue, 6 yogourts, du lait, du savon à vaisselle, un cantaloup, du poisson (whitefish), et du pain congelé… Le proprio de l’épicerie m’a confirmé ce que j’en avais compris! Le bateau ravitailleur qu’il attendait hier, n’a jamais quitté le port, resté encore au sec à côté de nous… Oui, le Good Shepherd IV ne sort pas par mauvais temps! Le retour à vélo fut par contre finalement plus facile, vent de côté, pentes descendantes! Yahoo! Fallait juste éviter les moutons et leurs cadeaux!

Remplissage des bouteilles d’eau douce du quai, puis ajustement de nos amarres dont l’une raguait sur le quai de ciment et était sur le point de briser quand un bon samaritain nous en a avisés! Ouf! Nous avançons donc Andrée Anne Rachel et changeons les amarres… Puis on ôte la lumière de secours qu’on avait fixée avec plein de ruban adhésif sur le mât de l’éolienne… Claude continue de faire ses réparations dans le cockpit… Bon, je vais faire le dîner!

16:47 Ouf! De retour au bateau après une longue promenade à vélo sur toutes les routes carrossables de l’île, du sud au nord! Et du vent de face incroyable sur la montagne jusqu’à 30 noeuds, et de la petite brumasse dans les lunettes!

Et d’en haut de la montagne, je vois arriver un nouveau voilier, qui lutte contre le vent pour éviter récifs et brisants en se dirigeant vers le port! Oh la! La seule place qui reste sera à notre épaule ou celle d’Atlantica, l’énorme gros voilier ancien! J’espère qu’il le choisira! Mais, ne pas prendre de chance, il faut pédaler à toute vitesse pour les aider dans ce gros vent! Quand j’arrive, il y a déjà un jeune marin de l’autre gros voilier anglais devant nous qui me demande s’il peut m’aider à mettre l’arrivant à couple avec nous! Claude, arrivé sous peu, va compléter le trio pour les attacher à nous puis finalement les aider à aller plutôt se mettre à couple sur Atlantica, plus long, 80 pieds, plus adapté à recevoir ce gros voilier d’une quarantaine de pieds et beaucoup plus haut que nous… Ce qui était un peu apeurant avec cette marée de six pieds… La rencontre fut quand même agréable: en attachant des défenses sur leur bateau, la fille du couple français  me racontait que ses parents sont partis de Nantes, en Bretagne, il y a deux mois, pour faire le tour de l’Irlande et ils se dirigent demain vers Lerwick puis la Norvège comme nous. Elle, sa sœur et son frère sont venus les rejoindre pour une semaine dans les Orkneys et les Shetlands.

17

Cinq voiliers au quai de Fair Isle.

18

Et encore notre Good Shepherd au sec!

19:35 Et un sixième arriva pendant le souper! Parti se mettre à l’épaule du Français.
Souper morue tomates basilic petites patates et pour dessert un melon de miel mûr à point acheté ce matin.
Finalement Philippe reçoit nos messages via cell satellitaire! Enfin! Ça faisait trois messages qu’il ne recevait pas et il devait prendre la relève de Michel dans quelques jours pour nous donner la météo et nous surveiller à distance! Ouf! Ça fonctionne! Super! Prise 2 pour la préparation du bateau pour la mer demain matin 6:00!

Jeudi 20 août, 2015 Lerwick– Shetlands 60,09’ N 1,09 W

44.55mn, 499.55mn (2015-2) 945.83mn (total 2015) QPL

11:23 Nous venons de faire 30.15 milles nautiques depuis Fair Isle aux gros vents de travers, puis petit largue, et maintenant grand largue, plus tranquilles maintenant mais quand même encore assez forts ,  28-29 noeuds et on en a eu jusqu’à 34 noeuds… Assez pour en parler! Ou juste dormir! Après avoir fait plein de manœuvres ma foi pas mal efficaces ce matin et bien réussies, même si assez périlleuses! Comme détacher le bateau du mur en ne gardant que l’écoute arrière et y descendre par l’échelle du bout des pieds en sautant sur la petite lisière arrière du bateau… Fixer les cinq amarres, puis remonter planches et défenses alors que la mer nous ballottait en tout sens et les planches me remontaient jusqu’au bord du pont et tout près du nez car j’étais penchée au dessus des filières, donc de l’eau! Puis, rapatrier toutes ces défenses et les ranger à l’arrière du bateau… Puis aider Claude à  monter la grandvoile avec deux points de ris et sortir le foc, et un quart du génois pour nous stabiliser! Brrrrr, malgré la pluie et le froid, j’étais en sueur quand je suis rentrée… Et là, dans le cockpit, brassée en tout sens, j’avais le cœur au bord des lèvres! J’ai ôté toutes mes pelures, ceinture de flottaison, manteau de pluie rouge, polar marine… Et j’ai tenté de me coucher pour apaiser mon oreille interne et mon estomac! Ça m’a pris plus long que d’habitude, j’ai failli vomir deux fois, je ne réussissais pas à m’endormir, et finalement, mon esprit a disparu dans les limbes du sommeil profond jusqu’à 11:00… Maintenant au grand largue, c’est plus confortable mais la houle de deux ou trois mètres, inconstante,  est plutôt agaçante avec ses vagues de côté qui éclaboussent de temps en temps nos fenêtres latérales de dodger! Pas mal contents d’avoir le dodger fermé! Je me répète à chaque année, à chaque tempête,  tous les jours même, je ne sais pas comment font les autres équipages pour vivre constamment dans leurs imperméables à ciel ouvert, même sans dodger du tout parfois! Pour nous c’est un luxe dont nous ne pourrions nous passer! Même s’il se découd souvent et que je doive me trouer les doigts pour le réparer!

On vient de dîner Pringles et biscuit au chocolat et coke diète! Menu de grosse mer!

Zéro photo aujourd’hui! Jusqu’à Lerwick, ma belle, où nous sommes arrivés vers 15-16:00, accueillis par la douanière! Qui nous a reconnus, et nous aussi, de 2013… C’est elle qui nous avait alors annoncé la taxe et les frais de douanes grimpant à 30% de la valeur du bateau si nous restions plus de 18 mois au Royaume-Uni…

22

Les quais de plaisanciers de Lerwick… À droite, le bateau français de Fair Isle nous a rejoints dans le temps de le dire, à dix noeuds!

23

Et voici le zèbre! “Sans vitesse” est son nom! C’est un genre de bloc appartement flottant sur une barge, déplacée pour accommoder les travailleurs d’une grosse industrie, au centre ville ou près d’une plateforme pétrolière, ou une île inhabitée!

Puis, souper dans un resto chinois, The Great wall, Far East… Et la soirée douche, lavage et Wi-Fi au Lerwick Boating Club… Jusqu’à minuit passé! Trois brassées, et bien des mails de mon journal, on hold depuis le 20 juin! Claude a fait ses labos et nous avons jasé longuement avec les Français, le couple et leurs trois enfants (sur six!) tous adultes, un ingénieur civil, les deux filles sont médecins, dont une s’en vient à Ste-Justine comme fellow en pédiatrie, l’autre encore interne se dirige en pneumo et la mère est pédopsychiatre! Le père est à sa retraite toute récente comme pilote de port. Très gentils, plaisante soirée!

France

 

Written on August 30th, 2015 , Croisière/Cruising, Croisière/Cruising info, Photos, Voyages

Web translation in English here

Du 11 au 15 Août 2015 – Andrée Anne Rachel vers la Norvège 2015

Nous voici revenus en Écosse après cinq semaines de travail au Canada, du 4 Juillet au 10 Août 2015… Voici la suite de notre été en Écosse, la partie 2, vers la Norvège, en passant par le nord de l’Irlande du Nord, la Mer des Hébrides, le Cape Wrath, la Mer du Nord vers les Orkney.  Après plusieurs jours en mer sans toucher terre, nous atteindrons d’abord Fair Isle, au nord est des Orkneys. Déjà visitée en 2013 lors de notre voyage Islande – Faeroe – Shetlands – Écosse, située entre les Shetlands et l’Écosse mère, Fair Isle est une île des Shetlands mais spéciale, hébergeant un complexe hôtelier et de recherche pour ornithologues avertis.  Après une autre petite traversée de 24heures, nous resterons quelques jours aux Shetlands, dans ma belle ville médiévale de Lerwick, mon coup de cœur 2013! Puis, longue traversée vers la Norvège, périple avorté par des réparations futiles exigées par un inspecteur trop consciencieux en mai 2015 à Troon. Après avoir déposé nos invités Phil et Amélie à Inverness au bout des canaux Crinan  et Calédonien, à la mi-Juin 2015, nous avons dû rebrousser chemin vers Troon, notre port d’attache depuis septembre 2014, afin de ressortir le bateau de l’eau et faire réparer des fissures à notre coque-quille (ne pas lire “coquille”, quoique notre Bayfield 36, Andrée Anne Rachel, nous semble bien petit parfois, en mer ou en comparaison avec d’autres merveilleux gros voiliers de 50 à 150 pieds vus dans les environs!)…

Mercredi 12 août 2015, Troon, au quai

Journée où l’on passe au cash!
Encore une mise à l’eau! Notre deuxième cette saison! La coque améliorée est lisse: un beau lifting au coût minime de 9000$! Et la sortie de l’eau, l’entreposage requis, la remise à l’eau,  un autre $1600!

image1

Il n’y a plus de fissure entre la coque et la quille, et le devant de la quille a été réparé aussi. On a fait changer sa botte! (Vieille réparation à Montréal)
Et en retournant notre auto de location, la gentille demoiselle a remarqué une bosse que nous n’avions pas vue, couverte de saleté au bas de la carrosserie… Même si ce n’est pas de notre faute, ça nous coûtera $1000, sûrement causé par le client précédent! La veille, à l’aéroport de Glasgow, le représentant d’Europcar nous avait prévenus que l’auto était pleine d’égratignures… Nous avons donc fait le tour visuel de l’auto comme à l’habitude: nous avions vu les mottes de terre et de foin sous les roues et sur les pneus mais pas vu le léger renfoncement du bas de la porte avant gauche, caché par de la saleté résiduelle. Nous n’avons fait aucun chemin de terre, nous n’avons pas traversé de champ ou de fossé entre l’aéroport de Glasgow et la marina de Troon, ni même en route vers l’épicerie de Troon ou cet après-midi vers l’aéroport de Prestwick! Nous n’avons eu aucune pluie dans les dernières 23 heures où nous avons eu possession de cette auto Corsa gris souris, nuit incluse!  Grrrrrr! Une autre réclamation à faire! L’employée d’Europcar nous a dit qu’elle nous croyait, que ce n’était pas nous qui avions bossé l’auto mais que nous n’aurions pas dû accepter l’auto sale comme elle était, propre sur le dessus mais le dessous de la carrosserie plein de terre et de foin… L’auto aurait dû être complètement propre… Mais ça, ce n’est pas notre faute!!! Et qu’elle n’a pas le choix de nous charger la facture de 1000$!!!

image

Notez la bosse sale au bas arrière de la porte avant! Pas évident!

image2

Voyez le foin et la boue, tels qu’on a pris l’auto la veille!
À notre arrivée au bateau, mardi soir, hier, nous avons inspecté la réparation de la quille, superbe, et vérifié avec Neil que le boute-hors était bel et bien en bon ordre… En effet, ils ont pris deux carottes dans le bois et elles étaient parfaites, aucune pourriture! Ils ont rempli avec de l’époxy les trous faits ainsi que l’espace entre les madriers qui, en tout premier lieu, avait achalé notre inspecteur obsessionnel… Et cet espace n’allait nulle part et existait depuis que nous avons le bateau, soit depuis 24 ans (acheté par nous en 1991) sur 27 ans de vie (construit en 1988)… L’inspecteur était revenu visiter après les réparations et semblait très satisfait! Ça nous a coûté plus de $10600 et beaucoup de temps perdu! En plus du billet d’avion du 3 juillet pour nous rendre à Bergen, Norvège au lieu de nous y rendre en voilier à la mi-juin…

À l’intérieur, une autre surprise nous attendait! Une forte odeur de diesel! En remettant en fonction les disjoncteurs, un bruit inattendu se fit entendre: l’une de nos trois pompes de cale, électriques,  celle qui est automatique en avant du mât, donc plus haut, donc celle qui ne fonctionne jamais (grâce au ciel, nous n’avons jamais pris l’eau tant que ça! La cale était remplie de liquide brunâtre, allure diesel et eau! Rappelons que nous sommes au sec, sur terre! Donc beaucoup, beaucoup de pluie, (ce que Neil nous a dit) ou une fuite du réservoir d’eau ou d’un tuyau, et/ ou une fuite de diesel, soit d’un tuyau ou du réservoir, ou d’une pompe… Et Claude de s’écrier, quelqu’un est venu changer ma pompe de diesel… Mais Neil nie ceci, et personne n’a utilisé notre clef laissée au bureau de la marina… Donc, Claude a oublié qu’il avait lui même installée, au printemps, l’ancienne pompe 2011 qui avait l’air neuve, contrairement à celle de nos bagages qu’il vient de faire vérifier au Québec en juillet… pompe pour le système de chauffage qui ne fonctionnera donc toujours pas!  Et finalement, Claude  a sorti 80 gallons dont 70 d’eau et 10 de diesel de la cale… On ne sait toujours pas d’où c’est venu! Le réservoir de diesel rempli le jour de la sortie de l’eau début juillet a quand même baissé de 26 à 23 po… Mystère et boule de gomme! On verra? Espérons que je n’aurai pas à réécrire sur ce sujet cet été, ou les autres!

Puis, mardi soir, nous avons fait une grosse épicerie, la dernière avant de partir en mer, demain jeudi très tôt… Puis remplir le frigo, souper avec nos salades de chez Morrison’s, peut-être les dernières! Vider les valises, tout serrer et nous coucher, après 16 heures d’aéroport, d’avion et de transport de Montréal à Troon!

Aujourd’hui mercredi, la mise à l’eau ce matin, puis quelques réparations, préparer les vélos et redistribuer les  valises vides au fond (pas très loin, le fond de cette cabine est déjà rempli jusqu’au plafond!) Lavage des vêtements de la dernière semaine de travaux début juillet… Lavage du bateau à grande eau savonneuse pour se débarrasser de quelques  cadeaux de mouettes!  Une nouvelle bonbonne de propane, yeeeesss, un peu encombrant par contre, on a les deux petites jaunes islandaises de 2 kg chacune, vides, à droite du poste de pilotage dans le cockpit, et à gauche, la nouvelle écossaise rouge de 3.9 kg… Enfin on en aura une de rechange! Nous avions été chanceux en juillet d’être à Inverness dans une grosse marina avec une auto de location quand la seule et unique bonbonne de propane s’était vidée! Nous avons toujours eu au Canada une bonbonne de rechange, mais ici, en Europe ils ne rechargent pas les bonbonnes vides, et nous gardions celles de l’Islande, vides, pour les échanger en Norvège, car elle vient de la Norvège, semble-t-il… Car on ne recharge rien  en Europe!  Mais finalement Claude a décidé  d’en acheter une troisième! Yeeeessss! On pourra chauffer un peu le bateau le soir venu, car notre système de chauffage n’est toujours pas réparé. On va le changer l’an prochain, mais comment? Il faudra trouver un dépositaire Espar en Norvège ou faire livrer un système neuf en Norvège à partir de l’Allemagne… Et le changer! Pas facile, surtout les tuyaux sous le lit de la cabine arrière, dans la cale, avec si peu d’accès!

En revenant à vélo de l’aéroport de Prestwick où nous sommes allés rapporter l’auto, nous sommes passés par le bureau de poste pour acheter quatre timbres pour mes cartes de fête/anniversaire/félicitations pour le mois d’août, car ce ne sont pas des cartes postales et le prix n’est pas le même, ni fixe! La dame a refusé de me vendre des timbres sans peser les cartes, que j’ai donc dû aller chercher au bateau, déjà adressées, et remplies partiellement car je voulais les poster plus loin, à ma belle ville de Lerwick dans les Shetlands… Mais comme je ne sais jamais si je trouverai un bureau de poste ouvert, pas le choix! Car, après Lerwick, ce sera la Norvège mais au bout de plusieurs jours, voire plus d’une semaine! Trop tard! Pas le choix! Retournons au bateau chercher les dites cartes, qu’en rétrospective, j’aurais bien dû poster ici! (C’est ce que viens de penser, dans le cockpit sur la mer, car Lerwick c’est bien le 22 août quand même un peu tard! Tant pis! Peut-être qu’à Fair Isle, quelques jours avant Lerwick, je pourrai les poster! À Fair Isle, il y a un magnifique complexe hôtelier spécialisé pour les ornithologues amateurs sérieux et chercheurs… Ils doivent sûrement avoir un service postal!?!?)

Puis, après le bureau de poste, nous sommes passés par la corniche du bord de l’eau, promenade de pierre façonnée dans la côte d’un promontoire artificiel protégeant la ville des marées, embruns et tempêtes maritimes. Au bout, l’idée nous vint d’aller au fameux Take Away Weee Hurry, pour s’y procurer de succulents fish and chips à déguster au bateau, non loin. Yesss! Pas de vaisselle! Ni de dessert! Copieux repas! Nous y étions allés avec Phil et Amélie en juin dernier… Belle trouvaille bien cotée sur Trip Advisor… On a tout de même fait 14-15 km de vélo!

Et ce soir, en revenant de la douche, Claude me demande d’allumer les feux de route (running lights) pour vérifier notre réparation d’en avant, les feux vert et rouge dont nous avons changé le filage avec difficultés et grand succès néanmoins après une journée de travail! Le fil passait par le balcon avant, dans les tubes d’acier inoxydable, avec des courbes et des angles droits! Ouf! Réussi!

Et oui, elles s’allument, mais pas le feu arrière, posé sur le mât de l’éolienne! Et pourtant, ce feu arrière fonctionnait! On ressort le voltmètre, et surprise horrible, ce n’est pas l’ampoule qui est brûlée! Il n’y a pas de courant! Et en replaçant son volt mètre Claude l’échappe sur le plancher et il ne fonctionne plus lui non plus! Il est 22:30 et on part à 7:00 am… Pas de magasin! Finalement, en vérifiant la batterie du voltmètre, c’est le châssis qui tient la batterie qui est un peu écartelé! Ouf, sauvés! Au moins le voltmètre fonctionne à nouveau, mais fragile! Quant au feu arrière, je trouve le système temporaire de lumière d’ancrage que mon beau-père avait fabriqué avec un long fil sur 12v, une petite et faible ampoule dans un contenant clair de médicaments! On l’installera demain à partir d’une prise 12 v dans le cockpit! Sauvés! “Merci, papa!”, s’est écrié Claude! C’est pour ces raisons qu’on garde plein de “cossins” sur le bateau!  Au cas où! Et de plus, la lumière du compas ne fonctionne pas non plus, elle aussi sur le même fil des “Running Lights”…

Jeudi 13 août 2015, en mer

13:56 En route depuis ce matin 7:00 pour passer à l’ouest de la partie nord de l’Écosse, en mer jusqu’à Fair Isle, dans six ou sept jours sans toucher terre.

Levés à 6:30, partis à 7:00, nous avons rangé les défenses à l’arrière du bateau pour éviter de les perdre à la flotte et d’être obligés de sortir du cockpit les récupérer, pendues à l’extérieur du bateau. Puis déjeuner sur une mer tranquille, heureusement…

Après la vaisselle, dodo sur le nouveau coussin de cockpit, que nous venons de faire fabriquer, rouge vin, beaucoup plus épais et confo que les minces matelas de sol bleus d’un cm d’épaisseur… Et j’ai dormi jusqu’à 11:36! Oups! Je m’étais éveillée au bout de deux heures, vers 9:36, pour laisser la place à Claude, qu’il a refusée! Donc je me suis tournée de côté et j’ai dormi un autre deux heures, jusqu’au diner!

15:56 Nous  venons de contourner Sanda Island, Écosse et nous passons au nord de l’Irlande du Nord… Rathlin Island…

Nous avons installé le feu arrière temporaire (le kit de mon beau-père) et j’ai fait de l’eau avec le désalinateur… Il fonctionne bien… Et je viens de convaincre Claude de s’allonger et dormir…

16:46 Claude se relève, ne peut pas, ne veut pas dormir! Il fait vraiment  beau aujourd’hui, peu de vent, 9 noeuds maintenant, vent arrière, aucune voile, mer plate, mais la houle vient tout juste de commencer… Il fait chaud, pieds nus, et fenêtres du cockpit ouvertes!

Je viens de terminer mon journal de bord des 29-30 juin et 1-2 juillet! Je peux recommencer à envoyer ces mails… Mais j’ai peur de mélanger le monde… On verra! J’avais eu des problèmes de mémoire de iPad la dernière fois à partir du 20 juin… Tous les courriels étaient prêts mais je n’ai pas pu les envoyer en  juin du bateau… Je m’étais promis de les envoyer de la maison en juillet, mais la vie folle du retour à la maison et au travail, préparant le présent départ, en plus de s’occuper des autos pendant la saison de l’antirouille, avec un bonus cette année, le bris du feu arrière de ma Malibu, qui m’est tombée dans les mains après deux semaines de cliquetis dans le hayon arrière, dont l’origine m’était encore inconnue! Et rappel pour concessionnaire pour le camion! Donc, divers garages  plusieurs fois en cinq semaines, même deux fois par semaine!  Quelques fêtes familiales chez nous et chez Phil et Amélie, une rencontre familiale à la ferme de maman pour faire sa recette de pain maison un beau samedi, après le précédent dimanche de très grand ménage de la dite cuisine, habitée seulement par nos gars bûcherons de fins de semaine (un jour à la fois) depuis quelques années ainsi que des souris pas mal tous les jours, peut-être surtout pendant les mois de froidure!??? Et deux soupers d’amis, l’un après plus d’un an sans s’être vus (le temps passe si vite, c’est incroyable) et l’autre, la veille de notre envolée, dimanche soir 9 août, deux couples de Lavallois en exil, des rats de campagne et des rats de ville!!! Et le ménage de la maison, ayant perdu ma femme de ménage re fracture de la hanche, (non, pas chez nous, ouf, mais en autobus qui a freiné trop vite)… Espérons qu’elle reviendra, car franchement, je n’ai épousseté, passé la balayeuse et lavé le plancher que de trois étages sur quatre, laissant le sous sol tout seul et sale! Sauf la salle de bain, quand même! Faut dire que chaque fois que je faisais le ménage, c’était le jour que je recevais en soirée! Donc manque de temps! Mais ça sentait bon! En plus, désherber le pavé uni, et le jour du départ en avion, la dernière heure avant de souper et partir vers l’aéroport, donc “à la dernière heure”,  (plus long que “à la dernière minute”, hihi) nettoyer les platebandes de Hostas, dont les longues tiges fanées trahiraient notre absence… De plus, plein de téléphones et de courriels faits pour des retours sur garantie! Deux claviers de iPad, l’étui Otter Box de mon iPhone, (deux fois car erreur de numéro, même numéro pour une pièce de silicone et une pièce de plastic! ), deux couvercles de bacs de la ville (recyclage et poubelles), ma gourde d’eau de hiking Camelback finalement remboursée et remplacée par un modèle Osprey, qui sera plus solide et ne perdra pas mon eau dans le désert du Utah, mon nouveau modèle de bouteille filtre d’eau Kathadyn qui, neuve en octobre 2013, perdait son eau par manque d’une valve, comme j’ai réalisé en juin 2015 en voyant celle de Philippe être bien étanche, (elle!),  des réparations de bijoux, de montres, et visites/sorties avec Caro et maman à voir régulièrement, ainsi que la Dermato deux fois, toujours pour mon fameux pouce (toujours enrubanné depuis plus de deux ans  et demi maintenant! Évitez les manucures en série et en manque de stérilisation!) Et je suis même allée travailler un lundi de plus pour baisser mes piles de dossiers et éviter de sortir à des heures indues! Rien à faire! Il n’y avait plus de pile à mon départ final, mais je suis convaincue qu’elles sont déjà hautes à l’heure qu’il est!

Et une journée de sept heures à faire les valises! Compliqué! Car nous transportons plein d’objets fragiles ou très lourds, ou très gros, ou très longs pour le bateau,  alors nous nous servons de gros sacs de toile, allure sacs de hockey, très longs et souples pour accommoder nos caprices… Et aussi se ranger plus facilement ds le bateau… Mais ces sacs n’offrent aucune protection, et il faut éviter le ballotage! Donc je range dans des boites de diverses grosseurs les petits ou gros objets lourds (des outils, des fois tranchants, des pompes, etc), les petits ou gros objets super fragiles (bulbes d’ampoules, liquides, lampes en vitre, etc)… Toutes ces boîtes sont ensuite réunies dans de grands sacs de magasinage, noués pour éviter le vagabondage! Je place dans des sacs Thermos d’épicerie des victuailles rares ou trop chères  en Europe (beurre d’arachides, du vrai Kraft et non l’insipide sans sucre, ni sel, qui ne pourrait pas nous sauver la vie, hihi; une grosse boîte Costco de 48 barres Mars; deux gros sacs Costco d’amandes au chocolat; deux paquets Costco de sachets d’amandes salées; deux gros sacs de peanuts salées en écale; deux sacs d’arachides salées cocktail Planters; trois sacs de mélange perlé, style Trail mix; trois boites Costco de noix mélangées de luxe, une fortune ici en petits sacs de 45 g; un gros sac Costco de pistaches, hors de prix ici en Europe, et bien sûr, des réserves de petits contenants de sirop et de beurre d’érable pour donner en souvenir ou cadeau d’invités)… Et du Purell! Introuvable en Angleterre… Je crois qu’il y en avait au Groenland et en Islande, par contre! Et tout ceci emballé séparément, un dans chaque valise,  pour ne pas perdre un item si l’on perdait un sac en transit! Et des défis de taille, c’est le cas de le dire, comme les moustiquaires et le coussin de cockpit cette année! Trop long et trop rigide, ce dernier doit être défait en deux morceaux, la mousse et l’étui de vinyle enroulés chacun de leur côté, mais dans le même sac on s’entend, dans ce cas! Collés ensemble et avec les moustiquaires montés sur des cadres très fragiles à ne pas plier! Donc, les moustiquaires sur cadre doivent être plastrés dans des morceaux de carton coupés d’une énorme boîte, tous entortillés avec du gros ruban adhésif, qui relie aussi coussin, étui, moustiquaires afin d’éviter un déplacement fatal pour les moustiquaires! Au final, quatre longs sacs de tissu, l’un très volumineux et léger (les coussins et moustiquaires, bourré de petites affaires légères au bout des moustiquaires), les trois autres de 32 – 34 livres chacun … J’aurais dû, finalement, faire deux sacs de 45 -50 livres chacun pour éviter de payer le quatrième sac au coût de 95$ pièce, les deux premiers étant gratuits… Pour 95$ est ce que j’aurais pu avoir en Europe plein d’amandes au chocolat, de pistaches, d’amandes, de sirop d’érable, de noix, etc?? Peut-être bien? Il faudrait calculer! Mais pas de beurre d’arachides Kraft, ni de Purell!

19:36 Je viens de sortir de ma cuisine! Vaisselle finie après un souper élaboré juste à temps! Le mal de cœur s’annonce qd on se tient trop longtemps à l’intérieur! Pâtes fraîches farcies à la bolonaise avec ma sauce maison (ail, romarin frais haché, piment rouge fort, épinards, tomates assaisonnées d’huile d’olive aux herbes et agrémentées de coulis de vinaigre balsamique, fromage restant du 2 juillet (ce qu’il en restait, pas grand chose finalement après manucure!), et parmeggiano, et j’oubliais , ma crème fouettée en bonbonne! Délice, mais là, la houle de deux mètres va finir par m’atteindre! Je devais sortir de la cuisine!

Vendredi 14 août 2015, en mer

01:15 am En mer, à l’ouest de l’Écosse et au nord de l’Irlande, vers Tilee,
55*48′.123″N 006*48′.693W

Claude est enfin couché depuis environ 45 minutes, me laissant la surveillance de nuit depuis minuit trente environ. Le courant nous a brassés pas mal dans les dernières heures,  rendant difficile la position couchée sur le nouveau coussin, fait de vinyle, un peu glissant finalement… J’ai dû mettre un antidérapant entre moi et le coussin! Habituellement, on n’en mettait qu’entre le coussin et le banc!

Nous venons de croiser deux cargos, plutôt un cargo et son tug, Toisa Élan et Toisa Explorer… Un autre vient d’apparaître sur le radar… Sur la route des cargos, plus loin dans ma direction… Vent de 6 noeuds, arrière. Dans 175 pieds d’eau. Courant de 1.2 noeuds de travers… Je me suis branchée sur mon iPod, mon vieux, car je n’ai pas eu le temps encore de configurer mon neuf, reçu en cadeau à ma fête en mai!

Petites gorgées de coke diète car nous n’en avons pas prévu assez finalement!

3

Vue de nuit dans le cockpit! Du poste de pilotage devant l’ordinateur de bord, on voit les instruments au mur au dessus de Claude couché, une rareté!

02:26 Claude reprend du service… Après deux heures de repos seulement! Je reprends le banc…

06:44 Je reprends la surveillance et Claude essaie de dormir après quatre heures de voile à moteur que je vais continuer sous un beau soleil chaud déjà…

07:22 Le beau soleil se cache derrière les nuages qui avancent… Au loin, une barre plus foncée à l’horizon… Ouache!

08:04 Claude reprend la roue: le vent est de face, on change de waypoint, le vent est limite encore, au près trop serré… 9-10 noeuds, le moteur est fermé. On va déjeuner….euh non… Claude n’est pas prêt…et le vent surtout! Ballottés par une houle de 3.5 à 4 mètres aux 16 secondes..

10:00 Je suis finalement à la roue, au moteur, yeeesssss… Le vent est trop faible et erratique, quoique maintenant arrière tout croche à plus ou moins 45 degrés de chaque côté!… Plus tôt, quand Claude a repris la roue, le vent errait ainsi mais de face et avec les voiles!

11:34 Claude se relève… Je reprends la couche! Moi je ne me fais pas prier pour dormir en bateau, ça vient tout seul! Hihihi!

14:00 Claude est couché, je n’écris pas “dort” car il surveille la surveillante! Faut dire qu’il m’a éveillée à 13:24 pour que je fasse le diner, et là, je surveille le désalinateur aussi en même temps que le bateau à l’extérieur et ma vaisselle, et la poubelle! Nous avons dîné léger, salade iceberg, tomates, pommes, raisins secs, croûtons, Mayo… Ça fait du bien! Ce matin, nous avions mangé une brioche, du fromage et de jolies fraises rouge clair et quand même succulentes! Surprenantes!

20:18 Le temps s’est calmé pas mal, la houle de 3-4 mètres est maintenant réduite à presque rien, des vaguelettes au pire! Claude a ainsi dormi un petit bout, une autre heure et demie, levé à 15:30 environ… Puis il a fait de la voile, vérifié les communications satellite avec Michel et Phil qui le remplacera fin août. Souper de morue, pommes de terre et tomates, et ma fondue Mars! J’ai lu deux éditions de la presse sur mon iPad, mais la troisième n’était pas vraiment téléchargée! Il fait un beau soleil sur Barra et les îles des Hébrides Extérieures que nous longeons de l’intérieur…

Samedi 15 août 2015 , en mer, sur la Mer des Hébrides

03:16 Je suis à la roue depuis minuit trente environ, c’est un record de dodo pour Claude… Il doit être épuisé afin de pouvoir dormir! Nous sommes à voile et moteur depuis environ 1 heure maintenant, au début juste à la voile, mais le vent a faibli et rendait la route erratique avec le gros courant de 2 noeuds… Belle soirée et belle nuit, calmes toutes les deux à date! Mieux qu’hier!

05:00 Grand record! Il fait bientôt jour et Claude dort encore malgré son éveil  pour m’aider à changer les voiles pour mon quatrième  waypoint, il y a quinze minutes! Retourné se coucher parce que je ne veux pas manquer le lever de soleil quoique beaucoup de nuages risquent de gâcher le spectacle! Rien d’impressionnant encore!, sauf que c’est plaisant de ne plus voguer à l’aveugle, dans le noir d’encre de la nuit, percé de temps en temps par une lumière de phare, de bouée, de cargo ou de pêcheur… Vent de 8-9 noeuds du sud-ouest, au grand largue sur tribord maintenant… On roule un peu moins vite, 5.25-5.5 noeuds au lieu de 6-6.5 comme tout à l’heure sur l’autre amure… courant de 0.9 noeuds, pas pire. L’eau est à 12.1C mais on dirait qu’il fait frisquet! Et gros nuages noirs tout droit à l’horizon! Chanceux à date, nous n’avons eu que de brèves averses, de nuit. Mais mettons que la couverture est de mise par dessus les polars en double! Et la tuque pour Claude!

4

Mon lever de soleil du 15 août (la nuit du 14 au 15 août)

06:57 Claude se lève après 6.5 heures de sommeil, entrecoupé de deux brefs éveils pour des ajustements de voile… Je vais faire le déjeuner puis me coucher dans le cockpit, cette fois bien réchauffée par le soleil dans le solarium très chaud que nous procure notre dodger fermé…

10:26 Claude me réveille car l’écoute du génois est prise dans mon boyau d’arrosage sur le pont à l’avant. Par mesure de prudence, nous ne sortons du cockpit que si l’autre en est conscient… Ou bien on s’attache! Je vais donc mieux fixer mon boyau. Puis je me mets à la recherche de mon Plexus, ce fameux produit tellement efficace et merveilleux pour nettoyer et protéger nos fenêtres de Lexan à l’avant du dodger, notre pare-brise, quoi! Le Lexan est un genre de plastic très rigide, très  clair, mais très  fragile aux égratignures et on ne peut pas le laver avec n’importe quoi… Il ne me reste qu’une seule petite cannette de Plexus fait aux USA et je ne peux pas m’en procurer en Europe, et je ne peux pas le transporter dans nos bagages en avion car c’est en aérosol! Mal informée à l’époque, j’ai  tenté de poster des produits par Postes Canada vers l’Islande il y a deux ans, mais certains ont été retirés, non acceptés, d’autres ouverts pour vérifier, mal refermés et la teinture avait coulé, le pot complètement vidé à l’arrivée en Islande. Au retour au Canada, j’ai fait des recherches pour faire transporter par bateau en container, mais au prix astronomique de 600$ pour une valeur de 60$ de produits! Oublions cela! C’est fou! Alors, cette fois-ci, j’ai acheté au Canada à nouveau un ancien produit, également pour nettoyer et protéger le Lexan, Klear-to-Sea, en vaporisateur légal en avion! Bref, je viens de laver mon Lexan et ce n’est pas si mal, finalement! Après avoir découvert Plexus  il y a quelques années, j’avais fini ma bouteille de Klear-to-Sea sur les hublots et les miroirs! Je vais encore épargner ma petite cannette de Plexus pour les cas extrêmes!

15:02 J’ai lavé (encore une fois, il faut faire cela tous les jours si possible!) mes planchers de la cabine et du cockpit! Plus agréable quand on se promène pieds nus et quand on se fait une manucure d’orteils! Il faut dire que le temps est très calme, beau soleil, vent arrière de 15 noeuds, léger roulis… Un beau grand voilier de 97 pieds (un cotre, comme nous, à deux voiles en avant) apparaît soudain derrière nous, sur tribord, avec une grand voile marine (rare) et un beau drifter deux couleurs, marine et turquoise, voile spéciale pour vent arrière que nous n’avons pas et qui fait avancer plus vite, hein?! 8 noeuds qu’il fait, nous seulement de 5 à 6 actuellement! Mais nous n’allons pas exactement dans la même direction! Hum! Il nous a croisés par en arrière! Et il est plus long que nous, un avantage certain pour la vitesse!

Je disais donc que j’ai peaufiné ma lettre de réclamation à Europcar, rédigée cette nuit et complétée avec les photos de divers documents (facture, rapport d’accident ou dommage) ainsi que l’avis sur l’enveloppe du contrat de déclarer dans les 24 heures un dommage non vu au moment de la prise de l’auto! Ce qui était le cas, 23 heures 39 minutes après la prise de l’auto, toute couverte de bouette sous les ailes, sur les pneus, sous l’auto près des portes avec du foin coincé ici et là en plus! On avait remarqué le foin mais pas le léger renfoncement du bas de porte! En tout cas, qui n’essaie rien, n’a rien, on verra, ça ne nous tente pas de payer $1000 pour des dommages déjà présents sur l’auto quand on l’a prise! Mais c’est notre parole seulement!

5

Ciboulette et basilic!
Un jardin au bateau! Je me suis acheté des plants de ciboulette et de basilic! La gîte et le roulis les affectent un peu, mais j’utilise les tiges tombantes au fur et à mesure!

17:28 Piqué par la rapidité de l’autre bateau (3 fois plus long que nous, il faut bien dire!), Claude a décidé de mettre les voiles en ciseau… Plus stable. Moins de roulis, mais le vent capricieux fait flacotter les voiles, et ne nous fait pas avancer plus vite! Ça prendrait un spinnaker ou un drifter! Hein! Mais où le ranger? Telle est la question!

18:47 Ouf! De jolis marsouins s’amusant autour du bateau ont attiré mon regard vers mon fameux boyau d’arrosage, dont la base accrochait encore dans l’écoute du génois, ou le contraire! En allant rectifier la situation, en rajoutant d’autres élastiques, je me suis aperçue que le manche de mon pistolet arroseur a été cassé par la dite (mau—-) écoute! Et que le bout piquant risque d’accrocher aussi l’écoute! Un amour infernal, ces deux-là! Donc d’autres élastiques! De retour dans le cockpit, je suis rassurée par Claude qui a trouvé dans le coffre un vieux pistolet à eau! Merciiiiii! Mon pauvre boyau neuf n’aurait pas pu servir aussi bien sans son pistolet! Je viens de racheter ce boyau noir de 75 pieds remplaçant mon boyau bleu de 50 pieds mort en juillet, fuyant de sa base… Ce sont des boyaux “racotillants” que je les appelle! Sans pression d’eau, il raccourcissent comme un accordéon! Je vais devoir me trouver un nouveau pistolet à Lerwick, système anglais, ma dernière chance avant le système métrique de la Norvège!

France et Claude

Cliquez sur les flèches pour voir le 360
Click on the arrows to see 360 view

Vous ne pouvez pas le faire fonctionner ….. essayez ici

Can’t get it to work …..try here

Written on May 19th, 2015 , Info, Photos, Video Tags:

nautilus

Written on May 14th, 2015 , Environment, Photos, Video Tags: , ,

At 598 meters (1,962 ft) below the Gulf of Mexico off the coast of Louisiana, ROV Hercules encountered a magnificent sperm whale. The whale circled Hercules several times and gave our cameras the chance to capture some incredible footage of this beautiful creature. Encounters between sperm whales and ROV’s are very rare.

Explore the ocean LIVE with Dr. Robert Ballard and the Corps of Exploration
Nautilus live here

Written on May 11th, 2015 , Documentaire, Environment, Photos, Video

exp

Nos voiles et l’Expedição Oriente sont arrivés en Antarctique

Our sails and the Expedicao Oriente have arrived in Antarctica

Neil-Pryde-logo

 

10613004_619470211530751_7771788677784653248_n

 

10346005_612065282271244_3469354836980891720_n

 

10640995_618242418320197_3684752044788893244_n

 

Les voiles Neil Pryde  chez Boathouse contactez nous:

Neil pryde sails at Boathouse contact us:

1-800-361-2966

 

Neil Pryde Sails a travaillé avec Wilhelm Schurmann un ancien champion Boardsail Neil Pryde  et son nouveau projet Expedicaoriente, Ce était un grand projet, la grand-voile “P” = 28m / 92 ‘(!) . Les voiles sont en Dacron pour la longévité avec des chute à deux plis sur à peu près tout. Ces images mettent en évidence les voiles, mais aussi les paysages incroyables dans et autour de Tierra del Fuego. Incroyable!

 

Neil Pryde Sails  worked with Wilhelm Schurmann a former Neil Pryde Boardsail Champion and his new project Expedicaoriente,  It was a big project, the mainsail “P” is 28m/92′ (!) and required some very special hardware. The sails are dacron for longevity with two-ply leeches on just about everything. Thesepictures highlight the sails, but also the INCREDIBLE landscapes in and around Tierra del Fuego. Amazing!

Neil-Pryde-logo

Les voiles Neil Pryde  chez Boathouse contactez nous:

Neil pryde sails at Boathouse contact us:

1-800-361-2966

Written on February 1st, 2015 , Croisière/Cruising info, Info, Photos, Technical

Boathouse Blog is proudly powered by WordPress and the Theme Adventure by Eric Schwarz
Entries (RSS) and Comments (RSS).

Boathouse Blog

Boathouse blog