laser-bug-03

Brochure Francais

bug_brochure_fra2

Appelez-nous pour en savoir plus 1-800-361-2966

Brochure english

bug-brochure

Call us for more info 1-800-361-2966

Written on September 23rd, 2016 , Info Tags: ,

Web translation here

Dimanche 28 Août 2016 – Hasvik

16:26 Quelle belle journée de repos! Nous sommes restés au lit jusqu’à 14:00! Étions nous fatigués? Je crois que oui!

Très bon sandwich tomate-Jalsberg-tranche de viande-salade-Mayo au pain frais acheté d’hier! Et bonne pâtisserie agrémentée de framboises pour notre 34ème anniversaire de mariage! C’est dire qu’on vieillit!

Puis la douche! Après avoir lavé planchers et toilettes! Vêtements propres, cheveux séchés au séchoir! Je revis! Ongles d’orteils à revenir, tiens! Il fait tellement mauvais dehors qu’on ne sortira pas, j’espère!

Claude vient de trouver une prise électrique au quai! Nous branchons donc notre chaufferette norvégienne directement dessus! Nous économiserons du diesel!

Je viens de ranger dans un garde-robe notre dinghy de secours et ses rames, 29.99$ chez Walmart. Pas certaine que ça servira! C’était juste au cas où,  pour descendre sur terre occupée par des ours polaires qui aiment mâchouiller les dinghys!

J’ai asséché l’armoire en coin de notre chambre! Mon cadeau pour Claude, pourtant bien scellé dans un gros ziplock solide était mouillé! Je n’ose pas ouvrir le garde-robe du coin avant! On plongeait l’étrave du bateau dans l’eau pendant des jours en traversant!

Au lieu, je vais faire l’autruche et coudre ma patche de toile! Ciao.

23:44 Nous allons nous coucher! Nous étions en train de regarder nos séries quand on a cogné sur le bateau, vers 22:45! Un gros bateau commercial de récupération d’huile voulait prendre notre place au quai et qu’on se mette à son épaule, ce que nous avons donc dû faire! S’habiller en impers et bottes par dessus nos pyjamas, débrancher notre extension et quitter le quai pour revenir à l’épaule du gros bateau orange dans cette nuit noire d’encre, sous la pluie. Donc ôter les planches aussi, remonter les défenses et manœuvrer dans la nuit noire… Pas facile! Et en courant pour lancer les amarres aux gars du bateau, je suis tombée sur ma hanche gauche, misère! Sciatalgie en plus! Mais les gars étaient gentils et nous ont offert de nous rebrancher sur leur propre électricité! Merci!

Ce soir pour souper j’ai fait des crêpes que nous avons nappées de sirop d’érable! Mais ça a pris une heure pour que le propane veuille bien fonctionner, puis une heure pour faire les crêpes! Mais ça valait la peine!

Zéro photos aujourd’hui!

Lundi 29 Août 2016 -  Hasvik

12:08 J’attends que mon système de propane veuille bien cesser de partir des alarmes comme hier soir! Il a fini par partir après une heure hier soir, pourquoi pas aujourd’hui? Il reste 40 minutes! On va manger froid! Le pire, c’est le café!

Nous avons encore fait la paresse ce matin mais moins qu’hier! Nous nous sommes levés à 11:00! C’est que la météo ne nous est pas favorable, ni pour quitter, ni pour grimper la montagne! Je vais faire de la toile!

12:40 Et voilà, ça fait une heure que je tente d’ouvrir le propane pour réchauffer les crêpes, que nous venons de finir de manger froides! Sans le café, que je peux maintenant faire car le propane fonctionne! Un petit défaut électrique quelconque apparu au début de l’été, disparu pendant des semaines et qui réapparaît maintenant depuis quelques jours! Au moins, il finit par fonctionner!

13:36 Nous venons de nous déplacer encore pour permettre au gros bateau orange  Tor Arne de Boreal Maritime, 73 pieds, de partir et nous pouvons nous remettre au quai de ciment. Il vente maintenant beaucoup moins, autour de 10 noeuds au lieu des 30 noeuds de cette nuit.

22:01 Claude est par terre au pied du fourneau et de la vaisselle sale. En train de tenter un diagnostic et un traitement de notre système d’alarme propane! Car ça nous a encore pris une heure avant de pouvoir partir le propane pour souper! Et bon souper, j’ai fait de bons cheeseburgers car nous étions en manque! Nous pensions aller souper au  Go2 Grill, le casse-croûte à côté du traversier ce soir en revenant de notre Trail au haut de la montagne, mais non, encore fermé! Fermé à 18:58 ce soir lundi, comme l’autre soir, samedi, fermé aussi à 16:00! Et fermé le  dimanche. Aucune chance! Alors, j’en ai fait!

Partis vers 15:00, nous avons fait une belle marche à travers le village d’abord pour rejoindre le bas de la montagne que nous avons grimpée côté bleuets!

Très à pic en montant, sous la pluie,  nous nous sommes rendus à un premier petit sommet puis un cairn au dessus de la ville pour ensuite grimper au sommet des antennes!

Sommet à 1701 pieds, à 17:06, le Til Dag, au pied des antennes, complètement dans la brume et au gros vent. Au moins il ne pleuvait plus! Nous sommes redescendus un peu à l’aveugle au début, par la crête arrière, qui s’est finalement dégagée pour redescendre une pente beaucoup moins dangereuse que la montée de face!

Superbes jardins de petits arbustes bas remplis de petits fruits rouges, noirs et bleus. Des fleurs, des feuilles rougies par l’automne qui arrive bientôt!

23:18 Bon, vaisselle finie pendant que Claude finissait sa job de fils de propane dans la cale du moteur! Réorganisation du linge à sécher: suite de la douche d’hier et les bas de la pluie d’aujourd’hui , et nos gants, et nos bottes trempées!

On va se coucher pour regarder la suite de notre série!

image1Vue de l’église à partir du champ au pied de la montagne

image2Et la brume et la pluie commencent côté bleuets

image3Vue de la ville de Hasvik à partir du cairn côté bleuets!

image4On continue à monter vers le sommet aux antennes

image5Le Til Dag, sommet à 1701 pieds. Dans la brume.

image6On voit la crête que nous avons parcourue de gauche à droite dans la brume avant de redescendre dans la passe à droite, pour aboutir dans la route d’hiver de ski dodo ou de ski de fond avec ses lampadaires en plein champ!

image7Retour en ville! Beau parterre de fleurs jaunes surmonté d’une jolie charrue rouge et verte juchée sur un socle de roche.

image8Voici la montagne au loin que nous avons grimpée, et Andrée Anne Rachel au quai.

image9Montagne de Hasvik que nous avons grimpée et redescendue! Les plans antérieur et postérieur!

Mardi 30 Août 2016 -  Bergsfjord – 70°15′N 21°47′E     – 18.71mn/1845.95total -Q

09:18 Le propane fonctionne du premier coup! Nous attendons le café.

Debout à 08:30, j’ai rangé tous les vêtements séchés cette nuit par notre chaufferette électrique norvégienne! Il ne reste plus qu’à sécher nos bottes de montagnes et une paire de gants oubliés dans la cabine arrière, habituellement notre sécheuse quand on fait fonctionner le chauffage central au diesel! Déjà secs, mes gants. Pas les bottes, par contre!

10:36 Partis de notre quai de trois nuits! Ça a fait du bien, un peu de repos stagnant! Nous sommes à moteur, peu de vent, ça aussi ça fait du bien! Un peu de roulis, mais pas suffisant pour que je sorte de la cabine car je fais de l’eau désalinée pour les bouteilles à boire et pour le réservoir qui sera bientôt à sec!

image10Juste avant notre arrivée à Bergsfjord

14:36 Nous sommes amarrés à un quai flottant de Bergsfjord, petit village au pied de montagnes, comme partout ailleurs! Nous avons déplacé deux chaloupes pour se faire une place mais finalement nous pouvons rester où nous sommes arrivés car l’usager habituel de ce bout de quai est en train de se faire réparer à l’atelier de l’autre côté! Claude est parti voir le proprio pour être certain. Il fait beau, même si le soleil joue à cache cache un peu! Un petit café se trouve juste à l’entrée de la marina selon le guide. Je vais tenter de convaincre Claude d’aller y prendre une bouchée!

image11Andrée Anne Rachel au quai de Bergsfjord

image12Le quai de plaisanciers de Bergsfjord

Zut! Il n’y a plus de café… C’est le proprio du voilier en face de nous qui me l’a dit quand je l’ai abordé car il est un collaborateur du guide de croisière norvégien dont nous nous servons, j’avais vu une note à cet effet, sur son bateau Troll II dans le guide.

Alors, je vais faire un bon sandwich pour nous préparer à grimper la montagne!

20:52 Retour au bateau, tout mouillés encore une fois! Partis à 16:00 avec nos pantalons de pluie dans nos sacs à dos, espérant ne pas avoir à nous en servir, nous avons dû les enfiler finalement une heure plus tard en pleine montée, dans un endroit heureusement plus plat et fait de gros rochers stables quand la pluie a commencé. Puis la brume et le vent se sont mis de la partie, pour nous gâcher la vue à partir du sommet de Krollaren, à 18:13 , à 2191 pieds à notre montre mais selon le GPS, plus de 2700 pieds. Ou 777 mètres sur la carte du magasin! Ou 2564 pieds? En tout cas, en haut de hautes pentes bien abruptes, un très bon sentier pour débuter puis aucun pour la grosse partie raide où la dernière entrée de marcheurs fut le 2 août, il y a 28 jours, alors que la belle petite Trail jusqu’au poteau et la première boîte a reçu 18 inscriptions, la dernière le 28 août! Une différence, je ne sais pas pourquoi! Hihi! Oui je sais!

image13Au début de la montée, facile, belle vue et soleil sans pluie!

image14La montée! Moins facile!

image15Le sommet dans la brume! Quelle vue! Hum! Au moins, le sourire!

image16Et un superbe coucher de soleil du haut de la montagne en redescendant

La descente fut plus facile et moins dangereuse que la montée! Mais, toujours pas de resto!

Et tout est mouillé encore mais on a du chauffage et les pieds secs! Les bottes sont trempées!  Encore!

Souper tard encore une fois, et à la noirceur, car le soleil se couche de plus en plus tôt!

Ciao

France et Claude

Web translation here

Mercredi 24 Août 2016 – En mer – 73°07′N 20°37′E    – 71.02mn/1605.09total – M

11:11 Et voilà, c’est reparti! La deuxième traversée du retour! Cette fois-ci, de Bjornøya vers le continent norvégien! Ou plutôt la Norvège continentale! Hihi! 240 milles nautiques à faire environ. 3 jours 2 nuits, vers Sørøya que nous visons, puis quelques ancrages ou quais, je ne sais trop, vers Tromsø.

Nous nous sommes levés au cadran de 9:30 am, pas pire! Mais nous avons passé cette nuit-ci à tanguer d’un bord à l’autre, encore une fois. Si nous étions restés au nord, où c’était l’enfer ce matin, du roulis identique mais au vent du nord, ça aurait été mieux cette nuit par ce vent du sud! L’enfer nous a suivis!

Dernier bon déjeuner, au pain doré et sirop d’érable ce matin, vaisselle et désancrage, puis désalinateur, comme nous sommes à moteur pour une heure environ. Ça me prend 32 minutes pour faire 4 bouteilles test avant qu’elle ne soit bonne, alors ça me prend au moins une heure pour que ça vaille la peine! On pourrait faire de la voile seulement, mais il faut faire de l’eau!

12:51 J’ai fini les bouteilles d’eau potable à boire! Et je fais de l’eau maintenant pour le réservoir! Tant que Claude voudra bien faire du moteur! Nous rechargeons ordis, caméras, iPod, iPhone et cie.

13:08 Claude me coupe le courant! Nous sommes à voile uniquement, sous un petit vent de 10 noeuds du sud ouest, peu de houle, deux ou trois pieds. Il fait froid, très froid et humide, aucun soleil!

21:52 Je me couche pour mon quart de nuit plus tard.

Journée tranquille à voile calme. J’ai donc passé la journée à me mettre à jour dans mon journal de bord, mes mails sont préparés jusqu’à hier! Il ne me reste que les photos d’hier à rajouter et la journée d’aujourd’hui ! Je suis à date! Wow! Il ne me manque que de l’internet! Un détail! Très peu ici!

Pour diner,  nous  avons mangé des chips épaisses avec une guacamole que j’avais achetée toute préparée à Longyearbyen. Super bon! Et ce soir, pour me réchauffer, je suis aller concocter une bonne soupe aux légumes! Et au fond de la tasse, j’avais mis des croûtons et du cheddar en morceaux avant d’y verser la soupe chaude! Un délice réchauffant pour souper!

Jeudi 25 Août 2016 – En mer – 70°50′N 23°06′E    – 163.08mn/1768.17total-M

03:10 Je remplace Claude à la barre depuis 02:30 quand il m’a réveillée pour mon quart de nuit, quart et nuit étant de bien grands mots! Claude est bien plus souvent aux commandes et la nuit est fort claire! Devant moi, je vois du ciel bleu derrière les nuages! Et derrière moi, le soleil se prépare à se lever, vers 03:23, éclairage rose des nuages.

Il vente encore. Nous sommes à petite voile tranquille, au grand largue, à 6.36 milles nautiques, avec du vent nord ouest de 14 noeuds. Petite gîte constante toute la journée.

03:29 C’est rose tout autour! Rose et bleu! De toute beauté!

image1Lever de soleil du 25 août

03:46 nous atteindrons très bientôt le 73e degré de latitude Nord! On a descendu de 7 degrés depuis le 80ème! 7×60 ou 420 milles nautiques! Nous sommes quand même à la hauteur de la Terre de Baffin! Encore assez haut sur le globe!

03:54 Le vent monte à 18-19 noeuds et la vitesse a fait des pointes jusqu’à 9 noeuds. Et au près! Moins tranquille!

07:32 Claude dort toujours! Un record! 5 heures! Il reste 107.7 milles nautiques, ce qui nous prendra entre 17 et 19 heures.

En parlant du loup, il se réveille! Et nous échangeons nos places!

13:21 Réveil par Claude  à 13:00 pour changer les voiles. Il vente de plus en plus, plus de 20 noeuds et de travers. Nous devons réduire les voiles, mettre le foc pour déventer le génois qu’on retire ensuite,  et mettre un point de ris sur la grand-voile. Done!

Puis le diner en petits plats! Pringles, carottes, fromage, Orange,amandes au chocolat pour finir!

Et Claude se couche vers 13:30.

Il fait soleil à travers les nuages. Les vagues ruissellent sur le Dodger. Et passent la barrière plus ou moins étanche, arrosant un peu l’autre banc.  Le vent rugit un peu. Il reste environ 65 milles nautiques à faire, 10-12 heures.

15:15 Le vent forcissait jusqu’à 25-26 noeuds et Claude se réveille. Il reprend la barre, et moi, la banquette! Le vent est de travers et occasionnellement au près. On se fait mouiller même sous le Dodger fermé. Il reste 54 milles nautiques jusqu’au waypoint, mais 65 jusqu’à notre destination à l’ancre, Sørøya.

Vendredi 26 Août 2016 – Akkarfjord – 70°48′N 23°25′E.   – 20.12mn/1788.29total – Q

05:27 am … L’ENFER!

Enfin arrivés! Je suis dans mon lit tellement froid et humide que je le crois mouillé au complet, pas juste la bande de 6 pouces le long du mur comme depuis un mois! Une chance qu’il y avait nos sacs et un gros polar qui a pris toute la mouille! Je mets aussi toujours des couvertures synthétiques par dessus les valises et les ordis sur le lit! Une chance!

Je suis tellement tannée et fatiguée mais aussi très contente d’avoir fini cette traversée merdique qui avait pourtant bien commencé.

Une première journée et une première nuit très plaisantes, contrairement à la fin, soit depuis 15:15 hier après midi, la fin de mes notes, quoi! Pas eu mal au cœur, mais nous avons été arrosés malgré le Dodger, au point de devoir mettre nos pantalons et manteaux de pluie. Tout était trempé dans le cockpit et dans le bateau!

À l’intérieur en effet, la table de la cabine principale contenait un demi-pouce d’eau à un moment donné, le mât pleurait, les coussins de la cabine principale et de notre chambre à l’avant sont secs car les serviettes les recouvrant ont absorbé beaucoup d’eau! Le plancher ruisselait à l’intérieur, mon cabaret contenant mes plants de ciboulette et de romarin, ma belle cafetière et ma boite de compost, habituellement très très stable à côté de l’évier de cuisine, s’est vidé dans l’évier (la boîte de compost) et ma belle cafetière espresso italienne s’est ramassée dans la cabine arrière avec mon petit poêlon pour les œufs que je tiens toujours sur la grille du poêle, sans jamais, jamais, jamais, qu’il n’en sorte, habituellement! Nos souliers dans la cabine avant (notre chambre) sont trempés et tentent de sécher maintenant devant la bouche de chauffage, qui, comble de malheur, vient de s’arrêter! On ne sait pas encore pourquoi! Et pourtant, le chauffage est actuellement un luxe dont on ne veut pas se priver! Des couvertures, un oreiller, nos sacs à dos, nos vêtements, les serviettes des coussins sont étendus partout pour sécher! Le chauffage est reparti! Ouf!

Et nous voulons nous coucher!

Traversée merdique en raison d’un gros grain inattendu (tempete de pluie et de gros vents) qui a demandé un autre point de ris, les vents montant jusqu’à 36.8 noeuds. Ces gros vents ont duré plus de 16 heures! Quelle joie!

Traversée merdique surtout parce que la grand-voile s’est déchirée, coincée dans l’enrouleur de bôme! Résultat : trouée et deux lattes cassées. Cette nuit, notre première vraie nuit noire où l’on n’y voyait rien, en arrivant à Sørøya, notre ancrage vers 01:00 ou 02:00 am, en tentant de fermer la grand-voile dans une mer encore très montée, de grosses vagues et du gros vent encore jusqu’à 22-24 noeuds…

Et le pire, dans tout ça, c’est qu’on n’a pas pu s’ancrer, car l’eau était trop agitée, l’endroit trop dangereux, dans cette baie supposément la plus belle mais très étroite et exposée aux grands vents et vagues du nord ouest! Arriver là de nuit, la vraie nuit noire, était aussi assez risqué. Passer entre les îles et les récifs très hauts qui semblaient si proches était vraiment épeurant! Je détestais, et finalement nous avons dû rebrousser chemin et repasser par le même étroit passage! Terrible!

06:31 Pas capable de dormir: trop mal entre les omoplates, la faim me tenaille, et des spasmes musculaires me secouent un membre après l’autre! D’accord, je me lève, prend des médicaments, du yogourt et mon livre. Je dois retourner au lit pour lire par contre, car il fait trop froid ailleurs, je grelotte! Heureusement qu’il fait vraiment jour, 7:00 le matin! Nous dépendons plus du soleil à nouveau normalement! Finies, les nuits claires comme le jour!

11:20 Fini le dodo! Claude éveillé depuis 10:27:  debout! Nos souliers sont encore mouillés, pas couchés assez longtemps! Une chance que j’en ai d’autres propres et secs! Ouf.

Le restant est assez sec sauf quelques gants, l’oreiller de dehors qui a vu passer pas mal d’eau hier, des ruisseaux et des averses dans le cockpit!

16:27 Il pleut, il pleut: je suis rentrée car j’ai mal au dos, et les doigts gelés, debout sur le pont, à côté du mât, le dos appuyé sur les étais, penchée  sur ma couture de grand-voile. J’ai fait du macramé à un endroit, car je ne pouvais pas coudre, j’aurais trop rapetissé le tissu et je ne pouvais en ajouter à cause de la gaine pour la latte.  Macramé, c’est une série de noeuds et ça devrait être assez solide! J’en faisais beaucoup dans mon adolescence!

image2Place de choix pour faire de la couture! Sous la pluie en plus!

Claude est en train de réparer les lattes, deux sont cassées, la troisième, pliée.

Après déjeuner, avant de sortir regarder les réparations à faire, nous avions rangé le fusil après l’avoir déchargé,nettoyé et barré. Il n’y a plus d’ours et on le rapporte au Canada.

J’ai aussi récupéré mon sac à dos en le vidant de ses extras : l’arsenal anti ours, le dinghy de secours, les rames, la pompe, ainsi que les flares, les munitions, le poivre de Cayenne, le Klaxon, alouette!

21:23 Au lit!

Nous revenons d’une petite promenade dans le charmant petit village d’Akkarfjord, qui ressemble étrangement à l’Écosse avec ses bleuets et ses moutons sur les parterres et dans les rues! Séchoirs à poisson le long de la rive par contre, ce qui rend l’endroit plus norvégien! Un superbe quai flottant attenant à l’usine de poisson. Le petit café-épicerie était fermé quand Claude l’a découvert vers 17:00 et m’y a amenée. Pause grand-voile. On aurait pu avoir de l’électricité si on avait trouvé quelqu’un à qui l’acheter, et il n’y a pas non plus d’eau courante, zut ! Il y a de la pluie par contre, encore!

Et encore de l’humidité dans le bateau! Les hiloirs et le garde robe sont détrempés. J’ai trouvé le divan de la salle à diner trempé le long des murs: pour la nuit je l’ai donc levé et lui ai ouvert la fermeture éclair espérant qu’il soit sec demain matin! Pas joli!

Bon souper salle à diner! J’en ai soupé ;) du cockpit pour un bout! Hihi!

Et de la pluie! J’ai passé l’après midi tard à coudre la grand-voile sur le pont, ce n’est pas très joli mais au moins ça devrait faire l’affaire et nous éviter un voyage d’une journée au sud de Tromsø pour la faire réparer par le bel atelier de voilerie trouvé l’an dernier… Ou encore de remplir une valise d’avion! On aura bien assez de l’arme à feu!

Et pendant que je réparais la grand-voile, Claude m’a installé plusieurs crochets de laiton un peu partout! Le besoin se fait sentir! Pour faire sécher plein de choses!

image3Séchoirs à poisson le long de la rive et de la route!

image4Beau petit village d’Akkarfjord

image5Decos originales sur un parterre

image6Des moutons!

Samedi 27 Août 2016 – Hasvik  – 70°29′N 22°09′E    – 39.45mn/1827.24total-QP

11:31 Je m’assois enfin! Matinée occupée!

Nous sommes partis à 8:00, en nous levant! Il faut dire, une heure après le cadran de 7:00!  Donc, avant de déjeuner, avant de remettre le bateau en ordre! Mais il faisait si beau en quittant le quai d’Akkarfjord! Une belle lumière dorée éclairait les petites maisons de couleurs vives groupées sur trois étages de ce petit coin de paradis! Peu de vent, juste parfait!

image7Au départ de Akkarfjord

Déjeuner, replacer le bateau, désalinateur, et vidange de la fosse septique.

15:45 Il fait plus froid! Gants, cache cou et une autre couche de Polar! Ça roule à voile assez vite, à 6.87 noeuds, au vent de travers de 14-15 noeuds. J’ai pu finir de préparer tous mes e-mails jusqu’à hier! Je suis complètement à date maintenant!

Je vais me remettre sur la couture de ma dernière patch de toile de remisage! Unis il restera à les fixer sur la toile. Et ma batterie de iPad est à plat! Ça tombe bien!

17:20 Finalement, pas eu le temps de coudre! On arrivait dans 10 minutes!

Nous sommes maintenant à un gros quai de ciment, à pneus, donc à planches! Très beau quai par contre. Tous les petits quais de plaisanciers sont occupés. Il fait une belle lumière mais il fait frisquet!

image8Vue de la partie ouest du port où nous sommes amarrés

image9Vue de tout le port de Hasvik

Joli village avec une belle petite église octogonale blanche. Nous allons visiter tout de suite.

20:43 Vaisselle de toute la journée faite!

Jusqu’à 19:00 visite à pied de la petite ville d’Hasvik au pied d’une belle montagne verte, avec un grand port, pas mal de maisons et de constructions post guerre, les allemands ayant tout rasé trois fois! L’église est vraiment jolie à l’extérieur, très moderne à l’intérieur, avec des fenêtres à carreaux, un clocher noir en tôle sur un toit de bardeau gris et noir surmonté d’une petite cheminée de briques noires.

image10L’église de Hasvik

Épicerie intéressante, pour renflouer légumes, fruits, œufs lait et pain!

France et Claude

Written on September 20th, 2016 , Croisière/Cruising, Croisière/Cruising info, Voyages Tags: , ,

Web Translation here

Samedi 20 Août 2016 – Josephbukta – 77032′N 14°33′E – 1.64 mn/1315.07total – A

13:33 Petite pause mi-montagne à 1014 pieds, actuellement. On voit les yourtes d’ici! Et Andrée Anne Rachel à l’ancre.

Nous sommes partis à 12:00 après notre rituel de préparation, mais en plus, ce matin, un transfert de poids! Claude, au lieu de 16.7 livres, en aura 20 ce am avec le VHS et les toiles d’urgence et moi 20 au lieu de 25.7, plus maintenant mon manteau et mes pantalons, je dois être revenue à 23! Quand même mieux!

En grimpant la belle vallée verte de mousse, un vrai jardin, nous avons observé deux caribous brouter et sauter!

image19

Jardin de mousses et fleurs minuscules.

image20Vue à partir de la mi-montagne:  notre ancrage et les yourtes plus à gauche, le petit point blanc sur la rive!

Nous tentons ici d’appeler la mère de Claude pour sa fête, 7:42 c’est son heure, mais nous appellerons Éric pour sa fête aussi mais plus tard, on est samedi!

Ma belle mère a reçu sa carte hier comme Michel,  donc ça prend 16 jours à la poste pour se rendre du Pôle Nord de Ny Ålesund au Canada! Du 3 août jusqu’à hier le 19 août!

Le sommet est à 1854 pieds. Belle grimpe facile jusque là, mais il ne faut pas marcher sur la crête trop étroite, dont l’autre versant donne des vues vertigineuses sur la baie du glacier Recherchebrenn! Un gros bateau de croisière, Princess Cruise s’y trouve. Les nuages vont et viennent, un halo de brume est très curieux à voir! Les vues sont grandioses de tous les côtés. Des glaciers partout! Et surprise, Claude avait apporté une cannette de Pepsi Max pour chacun! Quel luxe, adieu le rationnement! C’était pour notre dernier sommet des vacances!

image21Claude est presque au sommet. Je le suis de loin! Mais je suis!

image22J’arrive au sommet, pas très large, assez pointu!

image23Vue vertigineuse de l’autre côté, celui du glacier Recherchebrenn. On voit en bas le Princess Cruiseship.

image24À droite au milieu, on voit un halo circulaire, un arc en ciel de brume!

En redescendant, c’est encore plus facile! D’abord, sauter d’une grosse roche à l’autre: autant de chemins que de roches s’offrent à nous! Puis, talons devant dans le scree, cet amoncellement de pierres minces et plates, d’éclats de roches.

Puis de beaux escaliers de mousse décorée de fleurs minuscules de toutes les couleurs, jaunes, roses, rouges, blanches. Et la mousse offre des nuances riches de tous les verts, bien éclairée par un beau soleil radieux et nourrie par de petits ruisseaux étincelants dans la lumière du jour.

De plus, nous avons le vent dans le dos!

C’est ainsi que nous décidons d’aller rendre visite aux yourtes. Ce sont trois géologistes russes qui nous offrent de prendre un café dans leur yourte-cuisine plutôt sombre!

Ils se montrent très gentils, parlant anglais surtout un jeune. Ils changent d’équipe ce soir, attendant un cruiser de 40 pieds de “plastic” dont le plus vieux a une peur bleue, nous demandant comment on a bien fait pour se rendre ici en voilier de “plastic” si petit et aussi laisser notre bateau à l’ancre sans surveillance! Il en tremblait (pour rire!).

Nous avons échangé  sur des photos de Barentsburg,  d’ours , de renard Arctique, tout blanc, vu il y a moins de deux semaines à leur campement. Leur campement est entouré d’un fil électrique anti ours. Ils ont une bécosse pas loin et la toute petite cabane  plus loin, dont la cheminée boucane, était leur douche russe!

image25Le campement russe

Nous repartons et pendant notre désancrage, le cruiser arrive avec ses deux dinghys, faisant embarquer nos compères à bord. Larges signes de la main! Ciao!

Maintenant on vogue “bare pole”: on s’en va le vent dans le dos, pas de moteur ni de voile!  Pas vite, 1.72 noeuds avec un vent  de 20 noeuds du sud sud ouest vers la baie de Josephbukta tout près, à 1.64 milles nautiques.

19:17 Apres avoir franchi une frontière maritime spéciale, entre l’eau bleue de la mer et l’eau grise de moraine, transition à trancher au couteau, nous nous ancrons dans de la moraine…

Il fait frette dans le bateau!  13°C!

Souper à faire

19:49 Souper prêt, j’attends Claude qui envoie sa position à Michel par iridium.

Dimanche 21 Août 2016 -  En mer        – 76°54′N 15°00′E – 53mn/1368.07 total – M

6:00 Cadran! Je suis plus en forme après 6 heures de sommeil que 10! Plus je dors, plus je suis fatiguée! Hein!

Il est maintenant 8:21, il fait un temps superbe, beau soleil, quelques nuages, il est vrai, mais des points de vue fabuleux d’abord sur Josephbukta d’où nous venons de partir, et Calypsobyen, une pointe magnifique où des bâtiments russes supposément abandonnés sont encore établis. On y voit actuellement deux gros dinghys d’expédition, du bois de chauffage et leur drapeau russe. Les jaunes et les bleus se conjuguent de façon très artistique au blanc des glaciers et à toute la gamme des bruns et beiges des montagnes environnantes, produisant un tableau féérique!

image1Départ de Josephbukta

image2Passant près de Calypsobyen, poste russe.

Il ne vente plus, 4.5 noeuds, et le vent vient de l’ouest, contrairement aux prévisions du nord! Tant pis, on est parti pour Bjornøya, l’île située entre Svalbard et la vraie Norvège continentale! À deux jours d’ici! Selon le vent, bien sûr!

Le vent a repris un peu, 13.7 noeuds. Le soleil vient de disparaître! Il fait plus froid! Je me rhabille, cache oreilles, cache cou et gants! Peut-être bientôt la couverture! La houle commence aussi, gracieuseté des vagues de face!  Et nous gîtons maintenant et de mon banc, je ne vois plus que le ciel. Alors, bientôt, l’oreiller aussi et la position couchée!

11:00 Et voilà! Ma branche droite de lunettes est cassée! Hier, en peaufinant mes textes du 6 août entre autres, celui de ma chute et du coup sur ma tête, j’écrivais que je trouvais incroyable que mes lunettes ne soient pas cassées! Ça y est! La soudure sûrement affaiblie a lâché! Je l’ai recollée et j’ai mis mes anciennes, anciennes lunettes de secours, dont les verres sont super usés par le vent et le sel de mer d’il y a 3-4 ans. Je les gardais juste pour la voile dehors, il y a bien des années, mais j’avais cessé de les porter en raison du mauvais focus! Les verres sont finis! Bref, pas le choix aujourd’hui.

12:27 Trois dauphins sautent autour du bateau.

13:30 Le capitaine rend les armes: il met le moteur en marche. Le vent est trop faible et instable, 7 noeuds, trop de face, car il a perdu le nord! Le vent, bien sûr, qui a perdu le nord! Pas le capitaine! Pas encore, du moins, je l’espère! Le vent devait être du nord-ouest selon les prédictions mété,  mais il est du sud sud ouest! Et en plus, nous avons une houle du sud sud ouest, assez grosse en plus. Pas agréable! Mais au moins je peux enfin faire de l’eau! Ces derniers jours, l’eau près des glaciers était trop laiteuse pour notre filtre Kathadin que nous ne voulons pas salir indûment!

14:25 Fini de diner aux crottes de fromage, chips, fromage, carottes et amandes au chocolat! Pas de vaisselle! La mer est trop agitée pour manger mieux!

20:12 Je prends la roue. J’ai passé la journée en position horizontale et j’ai dormi entre 15 et 19:00. C’est au tour de Claude.  On a fait 31.66 milles nautiques en plus de 12 heures. Mauvais record! La mer est maintenant plus calme; la houle, encore désagréable est cependant moins grosse. Nous roulons de côté surtout maintenant. Le vent pas assez fort, mais au moins d’arrière maintenant, venant du nord nord ouest depuis 15:00, ne suffit toutefois pas à nous faire avancer plus vite que 3.6 à 4 noeuds avec le moteur. On ménage notre diesel aussi car nous sommes très loin de Tromsø! Nous sommes encore à 176 milles nautiques de la pointe nord de Bjornøya! Nous sommes à 77°07′N 14°90′E.

20:22 Non, ça ne sert à rien! Claude se relève après dix minutes couché! Pas capable de dormir! Ventre plein. Nous avons mangé une petite portion de pâtes sauce rosée aux saucisses que j’ai réchauffée dans ce roulis! Puis un biscuit au chocolat pour moi et deux pour Claude. J’ai fait la vaisselle dans le roulis aussi! Et reparti le désalinateur. Et là, si tu ne veux pas te coucher, je vais y retourner, sur la banquette du cockpit!

Lundi 22 Août 2016 – En mer – 74°46′N018°39′E – 141 mn/ 1509.07total – M

01:00 Claude me réveille pour se coucher 76°51′N 15°10′E

L’hiver s’en vient, la clarté de la nuit se réduit à de la brunante de chez nous, probablement car c’est nuageux. On voit clair encore très bien néanmoins.

01:54 On dirait un lever de soleil derrière les montagnes et glaciers de Horsund, jaune foncé! Malheureusement le plafond nuageux est bas.

image3Lever de soleil, finalement, à 01:54

04:30 Claude se réveille, je prends sa place.

07:30 Claude me réveille pour faire le déjeuner et qu’il se couche ensuite, il fait un soleil magnifique et le ciel est bleu. La mer, tranquille.

08:20 Claude est couché. Nous sommes maintenant à la pointe sud de Svalbard, à 125 milles nautiques de Bjornøya. Il ne vente presque plus mais ça roule (dans le sens “roulis”) encore même si les vagues ont beaucoup diminué. Il reste encore une houle gênante! Et le soleil disparaît derrière les nuages, retirant toute la chaleur qu’il apportait il y a une heure! On se rhabille!

9:20 Ma mer miroir s’installait, et le soleil me chauffait debout dans l’écoutille quand Claude s’éveilla et décida qu’un peu de vent serait suffisant! Bon, j’arrête le désalinateur, je branche mon iPod et je me couche! Il ne veut plus dormir!

13:37 Claude se couche. Il m’a réveillée à midi pour faire le diner. Je dors tant! Salade de thon quand même, au grand largue  à 7.6 milles nautiques à  20-25 noeuds de vent et des pointes à  29!
Chaud soleil, heureusement!
Dans la dernière heure nous avons descendu en bas du 76e degré Nord.

image4Entre les Svalbard et Bjornøya, l’île aux ours.

14:42 Claude se lève, incapable de dormir et le vent tombe de 27-30 à 20-22 noeuds.

15:15 Claude prend ma place à la roue

19:45 Je retourne me coucher après souper (autre salade) et vaisselle acrobatique!

22:11 Coucher de soleil!  Le premier de notre été de voyage se couche au nord jusqu’à 03:13!

image5Coucher de soleil, notre premier de l’été!

Et coucher de Claude à  22:20!

Cet été, selon les données de marée, les heures de coucher et lever de soleil étaient respectivement 23:56 et 01:12, donc une petite génuflexion seulement!

Mardi 23 août 2016 – Herwighamna, Bjornøya -74°30′N 18°59′E
-18.31mn/1527.38total – A

- Austervåg   – 74°2424′N 19°11′E

- 5.69 mn/1534.07total – A

03:30 Nous voici maintenant ancrés, séchés, chauffés. Et nous avons mangé des Ritz d’Amélie et pris des photos du soleil levant, avant d’aller nous même nous coucher!

image6Soleil levant!

Grosse, grosse houle venant du nord, dont nous ne sommes aucunement protégés dans cette petite baie sur la pointe nord de Bjornøya où se trouve la station météo, aux multiples bâtiments, à Herwighamna.

09:20 Premier éveil pour dire l’heure à Claude qui ne s’en souvient même pas à 11:00.

10:20 Ben la, est ce que c’est une alarme de profondeur? Est ce qu’on bouge? Pour la quatrième fois, je lui demande, et il répond, c’est juste l’alarme de profondeur. Finalement il saute du lit car j’insiste qu’on aille voir! Ok on n’a pas bougé, c’est juste la marée basse…

12:33 Bon, nous quittons Herwighamna. Nous avons désancré après le petit déjeuner de 11:30  car les hauts fonds à 100 pieds du bateau ou même moins, juste derrière, dans l’axe du vent,  nous énervaient pas mal dans cette mer houleuse. Nous irons nous réfugier plutôt à Austervåg pour marcher 6 km vers la station plutôt que de laisser le bateau sans surveillance ici dans cette situation périlleuse!

Il fait un temps superbe, même chaud, un beau soleil aveuglant dans un ciel super bleu. Pas trop de vent, 7 noeuds, mais toujours cette houle agaçante. Nous avons roulé dans notre lit, le vrai lit, autant sinon plus qu’en roulant sur le banc du cockpit! Et le vrai lit était glacial ce matin à 3:30, après deux nuits sans occupant, ni chauffage intérieur!

En route vers Austervåg, à quelques milles d’ici, de l’autre côté de la pointe nord est de l’île, nous rencontrons quelques magnifiques stacks, ces gros piliers rocheux au large de la côte, pas très loin, et quatre cargos à l’ancre, au même endroit que l’autre fois, en juillet! Nous apprendrons plus tard qu’il s’agit de cargos et de bateaux de pêche russes qui usinent ici du poisson!

image7En route vers Austervåg, sur Bjornøya.

14:29 Bon, nous sommes ancrés, au même endroit qu’en juillet alors qu’on montait vers le nord et que nous étions allés visiter le village minier abandonné d’Austervåg. Claude vient de finir le plein de carburant en vidant tous nos réservoirs de diesel du bain, 80 litres, faisant passer le niveau de diesel de 15.5 à 28 pouces. Il nous restera un réservoir de secours de 20 litres dans le sous-sol du cockpit!

Le temps est maintenant plus frais, nuageux: disparu, le ciel bleu! Et la chaleur! Claude envoie le message de position à Phil qui remplace Michel, en vacances pour quelques jours. Philippe nous envoie la météo depuis dimanche soir.

20:19 Nous prenons un petit lunch sur la côte en retournant au bateau après une très belle visite de la station météo norvégienne de Herwighamna, au nord de l’île, là où nous étions ancrés ce matin.

Nous avons marché de 15:30 à 17:30 au moins à partir du bateau ancré à Austervåg, supposément à 6 km de marche selon un livre, et 4.29 milles nautiques selon l’autre. Et ce, à travers des champs de roches à escalader et “d’escalader” continuellement, des lacs à contourner et finalement des petites collines vers les antennes  et les bâtiments rouge vin. 6 km à vol d’oiseau peut-être!

Champ de roches en route d’Austervåg vers la station météo d’Herwighamna

Accueillis par des jappements, puis trois hommes sur un balcon qui nous invite à rentrer et prendre un café. Nous leur donnons nos deux petits pots de beurre d’érable et de gelée  d’érable.  Du café, un morceau de gâteau, des biscuits nous sont servis dans de gros fauteuils de cuir super confortables, dans un salon luxueux aux murs de pin clair remplis de plaques honorifiques, de souvenirs, une peau d’ours polaire dont une patte est accrochée au plafond, une peau de phoque. De belles bibliothèques vitrées accueillent plein de livres aux belles reliures de cuir rouge ou brun, des Atlas, des jeux de toute sorte, des collections de roches et d’ artefacts.

image8Salon de la station météo

image9À droite, le chef météorologue qui nous a fait faire un long tour guidé!

Attenante, la longue salle à diner donne sur un cinéma maison avec projecteur au plafond et écran ainsi qu’une télé d’au moins 50 à 60 pouces.  Des chandeliers en argent. Des napperons sur la longue table. Chic et propre! Et le tout, bien fenestré, très clair, donnant sur la mer, le nord!  Confortable et chaud, les murs de ciment sont épais, bien isolés et recouverts de bois à l’extérieur. Une cuisine moderne, blanche, bien organisée, propre. Les chambres sont à l’étage. Et il y a même un sauna extérieur!

Cette station météo accueille des équipes de 9 personnes aux six mois, dont deux cuisiniers, deux assistantes météorologues, un ingénieur mécanique, un technicien informatique et Techno, un mécanicien, un charpentier, et le chef météorologue qui nous a fait faire le tour de toute la station! Tout est ultra propre, même les garages et ateliers!

Nous avons vu la salle de communication radio, celle des ballons atmosphériques lancés deux fois par jour l’été et 4 l’hiver, à 5000 kr le petit moniteur à chaque fois, sans compter le ballon, la production d’hydrogène dont nous avons vu la productrice: une machine Proton 2. Ça dit tout! Nous avons vu aussi la salle des quatre immenses réservoirs d’eau potable, qui provient d’un puits et d’une source. Aussi, les deux salles de génératrices, deux neuves et une vieille. L’atelier d’ébénisterie, celui du technicien, le garage servant d’immense atelier mécano et aussi à hélico (ils peuvent faire entrer jusqu’à deux hélicos en même temps, et les  réparer d’urgence, ayant deux héliports et un hangar à carburant d’hélicoptères, le garage à deux portes face à face pour faire sortir le ballon atmosphérique d’un côté ou de l’autre selon le vent! Aussi, la réserve de nourriture et l’ancien bureau de poste, transformé en magasin de souvenirs! J’ai fait étampé mon iPad Life proof orange. Ça lui donne un style! Toutes ces salles sont reliées par un très très long corridor, dont chaque bout est occupé par quelques trottinettes pour se déplacer plus rapidement! Les murs,  percés de petites mais très profondes fenêtres de bois, sont ornés de nombreuses photos prises aux six mois de toutes les équipes postées ici depuis 1920! En fait les bâtiments que nous avons visités datent de vingt ans environ, remplaçant une maison ancienne, encore sur les terrains adjacents, près du petit port muni d’un quai de ciment. Et près d’un bâtiment de secours advenant un feu ou autre sinistre , et aussi d’un hangar à carburant diesel, réapprovisionné par la Coast  Guard une fois par année.

image10Salle météo

image11Machine Proton pour faire de l’hydrogène pour lancer le ballon météo dans l’atmosphère!

image12L’un des longs corridors de la station!

image13Partie Ouest de la station

image14Partie centrale de la station

image15Partie est, l’un des bouts de la station (garage du ballon atmosphérique!)

Ils sont armés jusqu’aux dents mais ne voient plus d’ours depuis trois ou quatre ans, car la glace ne prend plus autant entre Svalbard et cette Île aux Ours, Bjornøya. Aucun renne non plus, ils n’ont que des renards de l’Arctique et des oiseaux. La dernière fois qu’ils ont vu un ours, celui ci frappait de ses pattes la grande fenêtre du living room. Je crois qu’ils l’ont tué.

Le chef météorologue était vraiment très aimable et prenait plaisir à nous montrer ses trésors! Il nous a expliqué une carte de l’île, au mur, très belle, avec tous les lacs, les montagnes, les sites intéressants, les cabines avec leurs photos. Ils ont six cabines tout  autour de l’île, qui leur servent de chalet de week-end! Ils travaillent trois jours puis ont trois jours off et en profitent pour aller se reposer dans la campagne! Comme la cabine de Trunheim que nous avons visitée le 22 juillet sans savoir ce que c’était, non loin de la mine abandonnée de Austervåg. La belle cabine que nous pensions être un musée, et qui s’était révélée un douillet chalet très propre, avec des sacs de couchage suspendus, du bois de chauffage, des Crocs et des paniers d’osier à côté de beaux divans de cuir! Cette cabine était en fait un ancien entrepôt d’explosifs aux murs de maçonnerie très épais et au plafond léger qui en cas d’explosion serait le seul à en souffrir!

Cette longue visite a duré environ deux heures. jusqu’à 20:00!

23:00 Retour au bateau! Même si le moteur du dinghy n’a pas voulu démarrer, même si les vagues étaient énormes rendant difficile le retour, l’amarrage du dinghy au voilier puis la remontée du moteur et du dinghy sur le bateau!

Belle soirée, vraiment, à marcher le long de la côte et ses falaises brunes et noires, l’écume des vagues, les oiseaux nichés dans les murs quelquefois verdoyants, mais habituellement peints de blanc!

image16Station sur ses falaises rocheuses

image17Vue à partir de la côte est

Nous avons manqué le coucher de soleil, caché par les nuages. Et il fait de moins en moins clair. Quand même assez clair pour marcher tard, mais vraiment, les journées éternelles achèvent! Elles feront bientôt place aux nuits continuelles! Vivement le retour à la maison! Mais en fait, j’aimerais beaucoup aller passer une semaine, pas quatre mois, de nuit continuelle à Longyearbyen, vivre ce ciel bleu minuit, mais en hotel chic! Retour à nos moutons: bref, c’est la première nuit où il faisait si sombre que nous avons pensé à allumer la lumière d’ancrage! Mais nous ne l’avons pas fait! Pas beaucoup de bateaux dans le coin! Et dehors. On voit quand même assez!

Ciao

France et Claude

The FAST FIND 220 is small and light enough for you to carry on yourperson at all times. Using advanced technology, the FAST FIND 220transmits a unique ID and your current GPS co-ordinates via theCOSPAS-SARSAT global search and rescue satellite network, alerting therescue services within minutes. Once within the area, the search andrescue services can quickly home in on your location using the unit’s121.5Mhz homing beacon and flashing LED SOS light. boathouse.ca

Mcmurdo FAST FIND 220 i

 

opti

 

Optimist Boathouse.ca

 

Racing dinghy parts Optimist vago, bug,bahia, laser ,rs feva rs 400, canada montreal quebec

 

 

Written on September 18th, 2016 , Video Tags:

Jeudi 18 Août 2016 – Fleur de Lyshamna

9:28 Levée du corps difficile à 9:00, cabine placée, il ne reste que le déjeuner, pourtant dormi 10 heures! Mais, c’est ça, moi je trouve que si on dort trop, on est plus fatigué! Le ciel bleu un peu plus tôt a disparu! Le vent a tourné!

Déjeuner au pain doré puis nous irons nous promener sur l’île, et peut-être grimper la montagne.

À notre arrivée en dinghy sur la plage, un renard nous guettait! Ainsi que le même caribou d’hier soir.

Nous allons marcher d’abord vers les trois barques de baleiniers au bout de la plage.  Quand même encore en bon état, surprenant!

image1Trois anciennes barques de baleiniers en assez bon état!

image2Close up d’une grosse barque de baleinier. On y voit les petits clous qui devaient fixer  des morceaux de cuir pour rendre étanche le tout!

À la pointe de l’île, une caisse de bois bien vieilli accompagne un panneau de métal rouillé sur un trépied également très rouillé indiquant “Bourbon’s 1953-11-17″, on dirait! La baie se nomme Fleur de Lyshamna ou bien Bourbonhamna. Il faudrait vérifier pourquoi.

image3Bourbon’s 1953-11-17?????

Puis nous avons marché de l’autre côté de la plage vers la cabane que l’on croyait du Sysselmann, brune, bien entretenue, très solide, mais aucune indication officielle… À vérifier aussi. Et plus loin, une cabane solide aussi, mais non entretenue, toute en bois de grange bien gris.

image4L’autre bout de la plage avec les cabanes de bois de grange à gauche et bois brun neuf à droite.

Puis le long de l’arête qui mène à la montagne, nous avons décidé d’essayer notre fusil et nos vieilles cartouches de cinq ans (Labrador et Groenland). Chacun un coup! Ouais, ça marche et ça défonce encore la main! Je ne pourrais pas faire comme Rambo et mitrailler du poignet vingt à trente coups d’affilée! Après un coup, j’étais par terre, à me frotter la main! Et morte, s’il y avait eu un ours! On aurait dû le tester avant, avec Amélie et Phil, mais ça n’a pas adonné.

Un peu plus loin, j’ai tiré un coup aussi avec mon revolver à flares: signaux d’urgence, vieux de 1986! Super le fun, ça envoie assez loin un projectile enflammé rouge avec de la fumée qui devrait faire peur à un ours, et qui ne m’a pas fait mal du tout! Et le plus beau dans l’affaire, même nos vieux flares de 1986 fonctionnent encore! Nous ne les avions jamais essayés!

Puis, après une longue approche facile sur terrain plat et rocailleux, nous avons grimpé facilement jusqu’à notre premier sommet. Le soleil pointait ici et là, et au moins, il ne pleuvait pas. 963 pieds, petit lunch de friandises pour grimper le restant, plus abrupte et dangereux, oui, Claude!

Juste le bout avant la crête du sommet, avec un vent à écorner les bœufs, en tout cas à perdre Pompon! Au point où il ventait le plus, et où j’étais dans une situation des plus précaires, le bout des pieds sur des roches instables sur un mur droit, juste passé la fenêtre du mur qui tombait droit des deux côtés, incluant le mien, j’ai vu s’envoler devant moi quelque chose de noir, très haut et loin dans le ciel derrière moi.

Au début je croyais que c’était un oiseau, mais j’ai réalisé que ça venait du sac de Claude! J’ai pensé que c’était le gros élastique à velcro pour retenir habituellement le fusil debout dans son sac, et qui, lorsque nous marchons, est juste enroulé seul sur son sac car le fusil est sur son épaule. Quand j’ai rattrapé Claude au sommet, nous avons vu que c’était Pompon!

Pompon est le nom que nous avons donné à la tuque noire en polar et à franges que Claude mettait sur le canon de son fusil pour éviter l’eau de mer en dinghy et aussi quand il voulait passer inaperçu en ville (moi, je ne trouvais pas ça très discret!). C’était une tuque de Caroline, au primaire. Nous ne l’avons pas retrouvée en redescendant plus tard.

Nous avons donc atteint “notre” vrai sommet (il y en a toujours un plus haut à côté) à 1342 pieds et nous y avons mangé notre sandwich, au vent un peu moins furieux que dans la dernière montée. Et dans ma tête, roulait la phrase “Je ne sais pas comment je vais redescendre? “… Finalement, Claude a trouvé une alternative au mur qui me faisait tellement peur avec ses roches qui se fracturaient. Ça descendait vite, mais les talons devant, dans le sol meuble, puis dans la mousse. Et aucune trace de Pompon!

image5Nous sommes au premier petit sommet de 963 pieds où nous avons grignoté  et nous voyons le prochain de 1342 pieds où nous irons manger notre sandwich!

image6Claude, que dois suivre!, grimpant à quatre pattes le dernier petit bout de mur avant le sommet plutôt plat, heureusement!

image7Mes pieds dans le vide (pas vraiment dans le vide, je suis trop peureuse! Plutot juste les orteils au dessus du vide!), alors que je suis assise pour manger mon sandwich.  Je ne bouge plus! On aperçoit la petite baie où est ancrée Andrée Anne Rachel, juste sous l’île verte.

image8
Vue à partir de notre sommet, derrière nous.

Puis nous avons atteint la plage et y avons vu une colonne vertébrale de petite baleine et plus loin, une belle vertèbre seule. Nous avions aussi trouvé la moitié d’un gros panache superbe. Mais quel dommage, il est interdit de rapporter de tels artefacts.

image9De retour sur le plancher des vaches, ou plutôt des os de baleine!

Le caribou qui supervise les ancrages et les touristes! Toujours sur sa plage! Troisième fois qu’on le croise!

image10Retour en dinghy avec nos sacs à dos garnis de notre arsenal anti ours, dinghy de secours avec rames et pompe, Klaxon, trompette, poivre de Cayenne, flares, fusil, couteau.
Après 5 heures de marche, nous voici de retour au bateau à 17:29, et notre anémomètre indique des vents de 19-20 noeuds du sud qui ont atteint un max de 28.3 noeuds. En effet! On l’a senti! En haut je marchais presque à quatre pattes pour ne pas m’envoler par bouts!

23:00 Dodo après deux épisodes de Shields et un gratteux, 5$, le premier gain depuis juillet! Et il fait de plus en plus sombre. Ou plutôt de moins en moins clair la nuit! Je ne peux plus lire la nuit sans lumière dans la cabine, mais on pourrait dehors par contre! Il fait encore jour la nuit!

Vendredi 19 Août 2016 – Fagarbukta, Recherchebrenn – 77°29′N 14°42′E – 8.77 mn – A – Vestervågen- 77°30′N 14°33′E -1.47 mn/1350.03 total- A

01:35 Claude est de retour dans le lit à 01:10: jamais entendu se lever, ni pourquoi! Je dors dûr!

Parti vérifier l’ancrage car les bourrasques de vent l’inquiètent, plus particulièrement la réduction à 10 noeuds au lieu des pointes à 30.7 l’éveille! Tout est ok, mais vraiment, je ne suis pas certaine que j’entendrais un ours entrer! Pas entendu le vent, ni Claude se lever, s’habiller, débarrer la barrure métallique anti ours de la porte donnant sur le cockpit, ni la rebarrer!

10:05 Lever! Un gros bateau privé ou un petit de croisière vient d’ancrer à côté des cabanes! Le Hanse Explorer. Ils mettent à l’eau deux gros zodiac d’expédition et deux kayaks doubles. Nous aurons le temps de partir avant qu’ils partent en expédition. Ils ne semblent pas être plus que quatre touristes et leur équipage!

image11Le Hanse Explorer arrivé ce matin à notre ancrage.

14:23 Nous sommes à l’ancre à Fagarbukta, en face du glacier Recherchebrenn, où se trouve également un voilier polonais marine de 55 pieds, Operon.

image12Le voilier polonais Operon

Nous sommes allés marcher sur la plage devant le glacier, en fait une très grande bande de sable, très éloignée du glacier qui continue d’avancer dans l’eau et y perdre des tonnes de petites glaces!

Paysages féeriques aujourd’hui: lumière jaune qui fait ressortir les bleus du ciel et de la mer ainsi que le vert de la superbe montagne.

image13La bande de sable est vraiment loin du glacier Recherchebrenn

image14Une véritable peinture!

image15Des pas dans le sable parsemé de glaces provenant du glacier Recherchebrenn

image16La montagne verte que nous grimperons par l’autre côté demain. On voit Andrée Anne Rachel à l’ancre.

image17Petite dune qui devient grande! Moraine.

Au retour je pèse nos deux sacs à dos, 24.7 lbs le mien et Claude, 16.5 lbs. Oh la! Je vais rétablir le tout demain! Je vais lui transférer quelques pièces d’équipement!

-Vestervågen- 77°30′N 14°33′E -1.47 mn/1350.03 total- A

19:10 Deuxième ancrage de la journée. Nous n’aurons fait que 10.24 milles nautiques total aujourd’hui. Nous sommes maintenant dans une petite baie, Vestervågen, entre des vallées glaciaires, non loin de Recherchebrenn, juste de l’autre côté de la superbe montagne verte, que nous grimperons le lendemain! Des tentes d’allure yourtes sont installées sur la plage, des gens s’y promènent.

On repart! On quitte le glacier et on contourne la montagne verte pour aller s’ancrer de l’autre côté.

image18Trois tentes d’allure yourtes à gauche sur la plage.

Souper aux pâtes sauce rosée et avant-dernière Patisserie comme dessert! Rationnement! Une pour deux! Il nous reste 15 jours sans épicerie! Et un pain! L’imagination et la débrouillardise seront de mise!

Minuit : on a regardé 2 Shields et gratté deux gratteux! 2$ de Nicole! Hier 5$ de maman!

Ciao
France  et Claude

Railblaza boathouse.ca ,montreal,dorval,quebec canada, toronto,vancouver,kingston,winnipeg,calgary,edmonton,ottawa,hawksbury,halifax,charlottetown,st john,st johns,regina,saskatoon,moosehead,moncton,frederickton,sudbury,thunder bay,kamploops,kelowna,nanaimo,victoria,surrey,richmond,

Railblaza tablet holder

Stéphane Caron, un descendant de l’Île Verte, nous fait découvrir ce coin bucolique du Québec à travers ses racines, l’enfance et l’amitié. Un documentaire  réalisé par Paul Bourgeault pour 2 sous grâce à la caméra de poche Flip. Avec la participation spéciale de Kathy Boucher.

Web translation here

Lundi 15 août 2016 – Barentsburg (Russie) – 78°03′N 14°13′E – 17.4 mn/quai – Randvika – 78°04′N 13°38′E -  6.8 mn/1267.92 total- A

6:00 Cadran

8:15 Je peux m’asseoir, nous sommes en route depuis 30 minutes.

Déjeuner et placer le bateau. Tenter de partir le moteur, oups, batteries à plat! Deux jours sans moteur, sans soleil, et sans vent! Première fois depuis longtemps que ça arrive! Même pour la batterie de spare du moteur! Mais finalement ça a réussi! Ouf! Puis, quitter le quai, rentrer amarres et défenses, faire la vaisselle, placer les vêtements mouillés pour qu’ils finissent de sécher à l’air car lavés hier soir  dans une bonne  douche au port. Bonne pour certains!

En effet, Claude a perdu 20 kr dans le compteur de la douche, celui qui affiche tout de suite 3 min 59 dès que tu mets ton 10kr ou $1.60 pour 4 min. Aucun temps ne s’affichait! J’entendais frapper répétitivement sur la machine alors je suis sortie de ma cabine pour vérifier ce qui se passait dans le corridor et Claude manquait d’argent! Il n’avait pas voulu apporter plus que 20 kr, heureusement que j’en avais plus! Et aussi, qui choisit prend pire! Il avait décidé de prendre ma douche de l’autre jour et de me laisser la sienne qui avait été trop froide l’autre jour! Haha! Puni! En tout cas la mienne fut plus chaude que l’autre jour et l’eau venait du pommeau de douche au lieu de la douche téléphone qui ne s’accrochait pas en haut! Beaucoup mieux! Et prise électrique pour mon séchoir! Que demander de mieux! L’autre douche n’en avait pas, celle de la toilette pour femmes était hors d’usage, alors j’avais dû me rabattre sur la toilette des hommes l’autre jour!

Aujourd’hui, à date, vents de 9 à 12 noeuds, nuageux sans pluie, mais frisquet, mer assez calme mais vent de face, donc vagues de face, donc un petit rodéo!

8:35 Pas assise trop longtemps! Il faut que je fasse de l’eau et surveiller le désalinateur aux 8 minutes, pour que les 3 bouteilles tests ne renversent pas! Et avec ces trois bouteilles test,  je remplis les cruches d’eau pour rincer la toilette.  Puis je remplirai le réservoir car Claude est allé faire le plein d’eau douce à boire hier au quai, revenant avec 8 bouteilles de 1.5 litres,  vidées dans le temps de le dire depuis vendredi. A quatre,  ça passe plus vite! Et Phil boit beaucoup, beaucoup d’eau! Le secret de sa minceur et de son extraordinaire forme physique!

9:25 Je ressors dans le cockpit, ayant fini mes quatre bouteilles test, quatre finalement, car je trouvais une petite odeur à l’eau… Le filtre peut avoir besoin d’être changé. En sortant, j’entends Claude se faire appeler par Radio Svalbard pour vérifier notre radio! Bien, très bien! Au moins on sait que notre AIS fonctionne, au moins partiellement, car ils voient notre nom et position, et aussi que notre radio émet bien!
Petit dodo, car frisquet et mal au cœur un peu à 9:39.

Lever à 11:08, c’est au tour de Claude de dormir! Barentsburg est encore à deux heures d’ici.

Le soleil pointe un peu et repart, zut! Mais au moins il ne pleut pas comme hier. L’eau est à 9.8°C, incroyable, car la température extérieure est surement de beaucoup inférieure.

12:14 On tourne le cap Herr vers Barentsburg et Claude se lève pour faire son point de midi à Michel via le téléphone satellitaire Iridium. Il pleuvasse, peu de soleil sauf des colonnes de lumière loin en avant qui viennent d’un soleil lointain, très caché dans les nuages gris! Très peu de bleu! Juste ma grosse couverture bleue du cockpit que je viens de récupérer avec la banquette, Claude ayant repris sa chaise de capitaine derrière la roue.

image1Montagnes vers Barentsburg, nuages et colonnes de lumières.

Barentsburg est une autre ville russe, centrée elle aussi sur les mines de charbon, mais conservée, celle ci, les russes ayant sacrifié Pyramiden, pourtant nantie de charbon de meilleure qualité mais en bien moindre quantité que Barentsburg, qui avait aussi l’avantage d’abriter le consulat soviétique à Svalbard! C’est ce que nous avait expliqué “Raspoutine” (nom fictif que m’avait inspiré la vue de notre petit soldat russe!) à Pyramiden.

13:00 On a parcouru depuis Longyearbyen 17.4 milles nautiques jusqu’à Barentsburg. Amarrés à un beau quai de gros PVC comme à Longyearbyen et Pyramiden, je suis à préparer le diner pour ensuite aller nous promener et visiter cette ville à l’allure aussi délabrée que Pyramiden, du moins de loin! Style soviétique, selon les guides! On verra!
Eau à 11°C!

image2Notre beau quai de Barentsburg

image3Le bureau du port en vert à droite et les escaliers en zigzag perpendiculaires montant vers la ville à gauche!

15:37 Retour de notre promenade sous la bruine et dans le froid dans cette ville typiquement soviétique en effet!

Bâtiments rappelant beaucoup Pyramiden, les blocs construisant les immeubles, les rues faites de gros pavés de ciment déposés par des grues (via attaches de fer rouillé encore incrustées dans le béton), trottoirs et escaliers de bois défoncés et encore en place, des maisons abandonnées aux fenêtres cassées et parées de rideaux déchirés ou de panneaux de bois/gypse, une statue de Lénine et publicité soviétique typique aux flambeaux brandis à bout de bras et slogans dont je ne peux lire un mot, mais dont le sens nous semble évident, peut-être à travers nos préjugés, mais encore.

image4Escaliers et trottoirs nouveaux (gris) et anciens (rampes bleues et jaunes) se croisent à travers les vieilles maisons abandonnées sur la pente escarpée.

image5Et oups, la moderne ville apparaît, avec sa boutique de souvenirs, son Hotel (qui semble vide par contre!) derrière son monument aux morts de 39-45.

image6Les rues de blocs de béton placés par grue!

Par contre, cette ville est encore habitée par 300 personnes, dont de jeunes enfants. L’école est quant à elle le plus beau bâtiment selon moi, étant toute peinte de scènes de Russie et de Svalbard. Ours polaire, baleine et phoque côtoient le Kremlin!

Le consulat soviétique est quant à lui fort moderne, mais ceinturé de hautes clôtures grillagées d’allure impénétrable! Le “gratte-ciel le plus au nord” est annoncé avec grande pompe, alors que ce n’est qu’un immeuble à logements de quatre étages! Super drôle! Et à carreaux svp! Les seules annonces sur les murs, à part l’école, Skola, sont celles de l’hôtel, du bar, d’un restaurant pub et du magasin de souvenirs. Ce dernier fut la troisième plus belle chose vue au début de la visite, après un monument aux morts de 1939-1945 et surtout le superbe escalier de bois en terrasses et en zigzag à angles bien droits, menant du port à la ville le long d’une pente fort escarpée, passant entre d’anciennes maisons, jolies dans leur jeunesse, mais abandonnées depuis longtemps, comme leurs trottoirs délabrés. Un téléphone antique, le même qu’à Pyramiden, orne l’un des murs d’un perron du bureau du port, qui me semble désaffecté.

image7L’école, le plus beau bâtiment de Barentsburg, aux murs peints de scènes soviétiques et de Svalbard.

Le bureau de poste est spécial aussi! Au cœur d’un hôtel très glabre, j’ai finalement trouvé le bureau de poste après l’avoir demandé à trois personnes, dont les explications étaient fort limitées par leur anglais minime. Une petite affiche au sol l’indiquait à côté de l’escalier extérieur. À l’entrée, il fallait laisser les bottes. En montant l’escalier, je vois à gauche une porte fermée indiquée restaurant! Porte opaque en bois. Peu de publicité! À droite, je continue le long corridor beige et je trouve la réception de l’hôtel, très minimaliste, où la jeune femme très sympa m’indique le chemin de la boutique de souvenirs et du bureau de poste. De retour dans mon corridor, de minuscules flèches m’indiquent de tourner à droite. J’entre par une porte neutre qui donne dans une toute petite salle vide. Deux portes pleines,  une à droite est fermée sans inscription, l’autre donne sur un petit bureau occupé par deux personnes qui hochent négativement de la tête, ” non, ce n’est pas le bureau de poste ici”, jusqu’à ce qu’un troisième sorte de ses écouteurs derrière la porte ouverte pour me dire oui, oui, suivez moi. C’était l’autre porte fermée que la réceptionniste vient débarrer pour le jeune homme et moi. Très affable, il me montre des timbres soviétiques anciens ainsi que deux récents, dont un, norvégien mais uniquement pour Svalbard à l’effigie russe. J’ai pu, comme à  Ny Ålesund, étamper mon LifeProof iPad! J’y ai acheté quelques souvenirs ainsi qu’à l’une des deux boutiques de souvenirs. L’autre était fermée! Et nous n’avons jamais trouvé d’épicerie. J’aurais aimé me procurer des douceurs russes ou un mets typique. Mais rien d’invitant, ni d’évident à trouver!

image8Statue de Lénine, devant le gratte-ciel le plus haut de Svalbard! Hihi, quatre étages!

image9Le consulat soviétique barricadé!

image10Jolie chapelle où nous avons fait brûler deux lampions pour nos deux mères! Retour de prière pour ma belle mère qui nous en fait tant brûler!

image11Deux lampions!

image12Cloches de la chapelle

image14Trottoirs et escaliers finis! Mais encore en place! Ouf!

18:30 Nous sommes maintenant ancrés dans une petite baie plus au sud ouest de Barentsburg. Il fait vraiment froid ce soir, une chance que l’ancre a pris tout de suite, car j’avais les doigts gelés même avec mes gants. Il ne pleut plus, mais le soleil est maintenant totalement disparu! Le chauffage est très bienvenu!

Mardi 16 Août 2016 – Akseløya          – 77°43′N 14°42′E – 26.0mn/1329.92 total – A

18:00 Ancrés dans Bellsund à nouveau (en juillet en montant vers Longyearbyen la première fois) mais au sud de l’île Akseløya, sur laquelle se trouve la hutte d’un trappeur des îles Faeroe, Louis Nielsen, qui a vécu là plus de trente ans (selon notre livre annoté en 2010) hiver comme été! Vie rude assurément!  Nous irons visiter demain et lui apporter des petits pots de beurre d’érable et de gelée d’érable! Il parait qu’il est très intéressant de jaser avec lui! S’il vit encore là!

Journée moins froide qu’hier!
Peu de vent même si de face.

Cadran 6:00 mais il ventait trop de face, alors nous avons dormi jusqu’à 8:30 am, merci!

Journée tranquille!

Encore mal à ma main droite, petit doigt, phalanges et métacarpe, à cause de ma chute en plus de mon arthrose antérieure! Il m’est aussi encore difficile de bailler et d’ouvrir grand la bouche pour mastiquer, 10 jours quand même après ma chute et le choc à la tempe!  J’ai  encore mes bleus violacés sur les cuisses mais pas au genou ni au pouce, disparus là par contre!

J’ai eu le temps de faire ménage de mes photos dans mon iPad  et j’ai découvert plus de 100 photos fofolles prises en rafale par Phil en deux occasions! Le tannant! Un coup 15, un autre jour 85! Photos du winch, du halebas, d’Amélie sous les couvertures, ses bottes à lui, moi sur le pont en épouvantail rouge et jaune pour désancrer le matin! J’ai libéré pas mal d’espace sur mon iPad! Le comique! Mais il n’a pas eu la chance de ,e voir les trouver! Pauvre lui! Il devait être déçu!

J’ai pu aussi faire quelques parties du 31 juillet au 3 août pour mon journal de bord! Pas mal en retard! Comme ça la mère d’Amélie ne sera pas trop inquiète quand elle verra la suite! Amélie sera déjà revenue à la maison!

Bon, je dois faire le souper! Restant des pâtes sauce rosée.

Dodo tôt, hum, après trois épisodes de Shields ! 23:00!

image15Notre ancrage à Akseløya

Mercredi 17 Août 2016  Fleur de Lyshamna- 77°34′N 15°01′E – 9.87mn/1339.79total – A

04:06 Éveil par des bruits bizarres sur la coque avant. Toc toc toc,  un ours? Ou la bouée d’ancrage? Ou juste les vagues du courant de marée? Retournons nous coucher
Jusqu’à 10:00 am! Il pleuvasse, il fait froid!

Déjeuner au pain doré et au sirop d’érable.

11:30 Préparation pour le départ pour l’île de la cabane de Nielsen et apportons des petits pots de gelée et beurre d’érable comme cadeaux s’il vit encore là ! Il aurait 84 ans?

En tentant d’accoster le Dinghy sur l’île, un pied dans l’eau, l’autre pris dans l’amarre,  je tombe à l’eau sur le côté, juste assez pour me mouiller la manche gauche jusqu’au coude, ouf pas si pire! Problème de débutant! Mais c’est mon genre de m’accrocher partout! Pour ceux et celles qui me connaissent!

L’île d’Akseløya est vraiment spéciale. Longiligne, aux côtes droites comme des murs de roches sédimentaires verticales au lieu d’être horizontales, d’allure volcanique, elle est composée de formations étranges, parallèles,  basculées, séparées par des routes de mousse verte! C’est magnifique et plaisant à gravir et marcher.

image16Formations Rocheuses longilignes

Les si belles montagnes que nous connaissons heureusement ont la tête dans les nuages. La base verdoyante est par contre spectaculaire et fait penser à Napali Coast de Hawaï.

Des traces de caribou et le caribou! Des étangs à travers le sol spongieux de mousse et de lichens, plein de jaunes ocre. Superbe, même sans soleil!

Nous arrivons bientôt à la pointe sud où se dressent trois cabanes, une première rudimentaire en bois de grange, la seconde aussi petite mais en grosses pierres et munie d’une terrasse en belles pierres plates noires incrustées dans le sol. Et la vraie maison, deux étages, avec des rallonges, une antenne allure épouvantail et du bois coupé  en petites longueurs régulières et super  bien rangées, obsessionnellement je dirais même, sous le perron. Plusieurs panaches. Traîneau, éolienne, station météo Norvège. Un support surélevé pour tenir haut la viande et les peaux à sécher, à l’abri des ours polaires si grands. Tout un domaine, malheureusement personne ne s’y trouve actuellement. Les portes sont cadenassées et la plupart des fenêtres basses sont placardées et barrées. Est ce encore à Louis Nielsen ou bien est-ce maintenant un chalet de vacances? Nous ne le saurons pas aujourd’hui!

image17Maison à droite et les deux cabanes de bois et de pierre. Belles montagnes au loin.

image18Cabane de pierres

image19Mon caribou

image20Retour au dinghy. On voit bien les lignes parallèles de roche.

Grosses vagues pour revenir en dinghy, et le sortir de l’eau ainsi que son pesant moteur.

18:15 Ça va mieux! Le voilier roule maintenant à voile, le capitaine n’était pas content de brûler du diesel! On va en manquer pour le retour vers Tromsø! Il vente et ça n’avance pas!

Au moins on a vu une baleine de très près, juste sur le côté tribord arrière! Super!

19:00 Nous sommes enfin ancrés! Un caribou nous regardait faire en grignotant le peu de mousse et de lichen sur la plage! Trois anciennes barques de baleiniers témoignent d’un naufrage ancien. Il y aurait une vieille épave non loin?

image21Notre ancrage à Fleur de Lyshamna

Il fait trop froid pour se promener ce soir, on ira demain! Surtout que Michel nous annonce du très mauvais vent pour nous jusqu’à dimanche! Sud-ouest 12-14 noeuds jusqu’à 20 noeuds du sud! Donc, nous resterons possiblement à l’ancre dans ce fjord au lieu de nous diriger plein sud vers Hornsund.

21:56 Au lit! Nous regarderons la suite de nos épisodes de Shields!

France et Claude

iris 50  plastimo boathouse.ca ,montreal,dorval,quebec canada, toronto,vancouver,kingston,winnipeg,calgary,edmonton,ottawa,hawksbury,halifax,charlottetown,st john,st johns,regina,saskatoon,moosehead,moncton,frederickton,sudbury,thunder bay,kamploops,kelowna,nanaimo,victoria,surrey,richmond,

iris 50

Vendredi 12 Août 2016 – Longyearbyen – 78°14′N 15°38′E – 34.20mn/1243.72 total – Q

14:00 Nous sommes en route depuis trente minutes environ, après nous être levés tard à 10:00 am, déjeuné puis avoir marché encore dans Pyramiden, mais d’abord du côté du quai effondré, côté glacier,  à  travers le dépotoir de carcasses automobiles et mécaniques diverses toutes rouillées et classées depuis fort longtemps on dirait! Les câbles métalliques qui retiennent les tas sont tous rouillés!

image29Scrap!

image30Quelques immeubles industriels évidemment vides et vétustes, abandonnés depuis 1998. Et le quai défoncé.

Cherchant une route pour grimper la montagne, nous devons rebrousser chemin vers la ville fantôme. Il pleuvasse et les nuages bas couvrent les sommets des montagnes qui étaient si belles hier, colorées de diverses nuances de roses et beiges, percées ici et là de trous de mines, décorées de graffitis écrits en planches de bois très haut en montagne. Des vestiges incroyables de l’époque   soviétique avec la statue de Lénine devant le centre culturel, la piscine et la place olympique dirait-on, marquée par une flamme olympique allure carton ou de dessins animés!

image31Au retour vers la ville fantôme

image32Photo d’hier pour montrer les belles couleurs des montagnes. Je triche un peu! Aujourd’hui on ne voit rien des sommets!

image33Et le vieux téléphone russe à l’arrêt d’autobus!

15:34 Nous venons de finir le diner, une bonne soupe aux légumes améliorée, celle de l’autre fois, additionnée des récents restes des récents jours, pour ce qui en reste, car Phil mange beaucoup!

Minuit 24 : Au lit! Juste avant d’arriver à Longyearbyen vers 19:30, j’ai commencé à faire cuire des crêpes pour le petit déjeuner de samedi matin car nous serons très occupés demain (aujourd’hui). Et Amélie a terminé mes crêpes pendant que j’allais mettre planches et défenses pour le quai à diesel, puis pour aller nous mettre à l’épaule, sans nos planches évidemment, à un autre voilier français.

Au bout du quai était amarré Despina, le voilier Suisse rencontré à Tromsø l’automne dernier alors qu’il sortait de l’eau comme nous pour l’hiver à Skattora Marina. À notre retour en juin cette année, ils étaient déjà à l’eau et on les croyait partis pour ici, mais non, ils étaient partis vers le sud, les Lofoten et ils sont maintenant à Svalbard depuis 6 semaines, et en ont fait le tour.

Puis, pour souper Amélie a concocté ses quessadillas (tortillas grillées au thon, fèves rouges, mais et fromage) et j’ai réchauffé quatre de nos crêpes de demain matin pour faire un dessert cochon à la crème fouettée, nappée de sirop d’érable, de sucre d’érable et de perles chocolatées et à l’érable!

Ensuite, cinéma bateau: mon deuxième cadeau d’anniversaire de mariage de la part de Claude, un DVD du film britannique jusque là inconnu de tous, Extinction. Histoire de dinosaures! Nous avons tellement ri à visionner cela qu’Amélie  veut acheter à Claude la suite, si elle existe, Extinction 2! À vérifier! Claude était désolé d’avoir acheté un tel navet  mais nous avons eu un plaisir fou à regarder ça en famille! Super plaisant! Ça finit en disant “We’ll go back!”. Et nous aussi!

 Samedi 13 août 2016 – Longyearbyen

Au lever  à 7:00, le plan est de passer une belle journée d’abord en ville, au musée, puis magasinage de cadeaux, en lunchant peut-être au café chocolaterie Fruene, pour finir par l’épicerie à rapporter au bateau en fin d’après midi pour aller marcher en montagne ensuite!

Mais, comme nous sommes à l’épaule d’un bateau, nous ne sommes pas au quai et indépendants! Et ce bateau français veut quitter pour 13:00! Ça nous raccourcit trop la journée, alors Claude demande au bateau allemand si on peut se mettre à son épaule, et malcommode, il ne veut pas trop, et nous dit alors qu’il veut quitter lui aussi à midi ou 13:00!

Nous nous mettons finalement à son épaule quand même, et nous partons en catastrophe pour la ville, à 3 km, à pied, à 9:30 pour aller visiter d’abord le musée Svalbard, qui ouvre à 10:00 comme tous les magasins de toute façon! Beau musée, beaux casiers à clefs pour les bottes finalement!

image34Les casiers à clefs et à crocs du musée pour y déposer nos chaussures.

Vers 11:30 nous nous dirigeons vers les cadeaux au centre d’achat et y laissons Phil et Amélie magasiner leurs cadeaux pour aller faire notre épicerie  pour les prochaines trois semaines. Ce fut très difficile, plein de monde, peu de légumes et de fruits. Et le peu de légumes  qui restaient étaient chers ou pitoyables, comme les 4 salades Iceberg. Il restait un seul brocoli jaune, aucune carotte ou patate en vrac, aucune échalote, quelques oignons, aucune banane,

Phil et Amélie nous attendent à la sortie de l’épicerie pour nous aider à transporter nos sacs, et en passant, je vais acheter mes cadeaux à la Chocolaterie Fruene, la plus au nord de la planète!

Nous nous dépêchons, sans luncher, de revenir au bateau vers 13:30 finalement!

Et ni les français, ni les Allemands malcommodes ne sont partis! Même qu’ils revenaient à pied eux aussi de leurs commissions! Et nous avons attendu leur départ jusqu’à 15:50 pour prendre place au quai!

Pendant ce temps, j’ai déballé l’épicerie frigo only jusqu’à 15:00 pendant que Phil et Amélie faisaient leurs valises. Puis j’ai préparé des sandwiches pour le diner dans le cockpit, regardant les allemands déballer tranquillement leur épicerie, trier et trier encore dans des paniers d’osier et de plastic qu’ils laissaient dans le cockpit exposé.

image35Pour dessert, j’avais acheté chez Fruene des ours polaires et des glaciers de chocolat blanc!

Nous avons donc pu décoller à pied à 16:00 pour suivre Phil et Amélie sur la route vers la ville, puis revenir par une route de montagne en haut de la mine et de son “téléphérique-convoyeur” jusqu’à la porte de la voûte Global Seed Vault, la réserve mondiale de graines, près de l’aéroport…puis remonter la montagne et gravir le sommet de 1604 pieds et redescendre vers la ville encore! Nous aurons marché presque 25 km cette journée là!

image36Les convoyeurs sur téléphérique de la mine de charbon de Longyearbyen. En arrière plan, le port: Andrée Anne Rachel est enfin au quai. Infrastructures très limitées et mal situées pour les bateaux de plaisance!

image37Global Seed Vault, instaurée il y a peu d’années. Nous n’en voyons que la porte et le déshumidificateur.

Trail difficile au début, du côté de l’aéroport,  grimpe ardue  en raison de grosses roches très  instables, sur une pente à 50° se prêtant facilement aux éboulements et glissement de terrain! Tu piques un pied et ton bâton et une masse de roches de toute grosseur se met à bouger sur trois ou quatre pieds au dessus et en avant! Pas encourageant!   En fait, épeurant!

image38La montée difficile

Du côté de la ville, à partir de la montagne, on a pu observer les traces de l’avalanche qui a détruit en décembre 2015  11 maisons pointues typiques de Longyearbyen, les fameuses maisons colorées, faisant deux morts, petite fille de deux ans et un homme de 43 ans.

image39La ville vue du sommet, et on voit à droite, deux rues maintenant vides dont les maisons ont été détruites par l’avalanche de décembre 2015.

En redescendant très facilement sur notre première vraie Trail officielle du voyage, nous avons rejoint la ville vers 22:00 mais raté toute opportunité de manger en ville. Plein de restos encore ouverts jusqu’à 02:00 am mais qui ne prennent plus de nouveaux clients pour la bouffe, juste pour le bar! Même pas la cantine à commander kebabs jusqu’à 04:00 am !

Retour donc à jeun (mais non, on a des friandises) au bateau à  23:00. De loin, on voit
le Suisse de Despina inspecter notre bateau avec les Allemands (toujours au quai, ceux là, pas partis encore!).

C’est que  Despina a subi au quai de gros dégâts: sa rail de côté fut arrachée, son ordinateur renversé par terre et des verres brisés quand le bateau s’est mis à bouger dangereusement, couché d’un bord à l’autre sur  45°, touchant donc le quai aa plusieurs reprises, deux heures auparavant! C’est le gros traversier catamaran qui est arrivé à toute vitesse dans le port, créant ainsi de grosses vagues dérangeant tous les bateaux de plaisance. C’est la même capitaine qu’hier que Claude avait vu aller à 22 noeuds et qui a failli nous épingler sur le quai pendant qu’on amarrait. Cet immense bateau, comparé à nous, très haut, était rendu à 10 pieds de notre flanc bâbord, quand Claude, en train d’amarrer du côté tribord avec moi et Phil, m’envoie du côté babord, “France fais quelque chose!” Que faire, sinon crier et gesticuler? Je vais me faire écraser sinon! Et ouf, elle a reculé! Comme disait le Suisse, rien à faire, tu dois te pousser! Malheureusement sa rencontre à lui avec elle, lui coûtera un bout de vacances, retardé par le rapport au Harbourmaster et aux assurances du traversier pour le rail qui coûte environ $1000 du pied! Donc au moins $6000-9000$ plus la poulie arrachée, et le temps.

image40Rail tordue et poulie arrachée du taquet arrière de Despina

Les Allemands, eux,  ont perdu à la mer une grosse partie de leurs provisions laissées dans des bacs de plastic dans le cockpit non fermé, épicerie qu’ils avaient déballée et triée pendant des heures cet après-midi!

Dans notre cas, rien de grave, à part quelques points de friction noire le long du franc bord, donc assez haut! On a touché un peu les grosses bittes du quai, mais aucun autre dommage extérieur. Nous avions bien peur de rentrer dans le bateau, car nous étions partis rapidement sans bien ranger. Moi, j’avais laissé mon sac de beaux chocolats sur la table à cartes déjà à angle vers le sol! Mais non! Rien de rien n’avait bougé! Notre bateau est bien lourd et ça lui prend beaucoup pour gîter au quai! Quelle chance! $200 de chocolat!

Nous avons donc soupé tard, autour de minuit, encore une fois,  au beurre d’arachides et quelques pitas avec le  reste  d’hier de  thon pour Phil! Suivi par un beau dessert aux fraises, crème fouettée, sirop, perles et sucre d’érable!

Et nous avons reçu un beau cadeau des enfants, la grosse boîte à 365 kr (ou $61) de chocolat  Fruene pour nous et une belle petite boîte de bonbons.

image41Nos chocolats Fruene que nous dégusterons deux par jour pour les douze prochains jours de notre voyage en pensant à nos invités.

Phil et Amélie peaufinent leurs bagages pour demain matin 5:00 et vont prendre une douche chaude, cette fois, au port.

Dimanche 14 Août 2016 – Longyearbyen

19:22 Fini de ranger le bateau: les cadeaux, les sacs à dos, les vélos, la literie à ôter de la chambre d’invités qui redevient débarras uniquement! Ça m’a pris deux heures!

Claude s’est occupé du moteur et a réparé l’anneau de la porte du frigo.

Ce matin nous nous étions levés à  5:00 am pour un petit déjeuner rapide aux croissants, fraises et fromage, afin de partir à pied vers l’aéroport pour leur avion de 8:00. Nous les accompagnions à pied avec nos vélos pour revenir plus rapidement à vélo après avoir fait un peu d’Internet à l’aéroport, mais vraiment pas fort!

image42Phil avec sa nouvelle coupe de cheveux, Amélie et Claude à l’aéroport pour leur retour au Canada.

Retour à vélo sous la pluie, on va se recoucher et dormir jusqu’à 12:20!

On repart à pied sous une bonne pluie pour aller faire de l’internet en ville, un lunch et acheter du pain qui manquait à mon épicerie de 700$ de la veille!

image43Bel arc en ciel sur la ville

Pas de Wi-Fi au Fruene. Alors je déniche un endroit super, le Café Rabalder, avec mezzanine où nous serons tranquilles pendant 2.5 heures de 13:30 à 16:00 pour surfer et déguster notre baguette sandwich, café et gâteau! Super bel endroit! J’ai pu envoyer quelques parties de mon journal et répondre à quelques courriels. Mais je suis très en retard dans mes mails de journal de bord, très occupée dans les dernières deux semaines!

image44Notre Café Rabalder du haut de la mezzanine. Wi-Fi!

Puis à 16:00 nous irons compléter notre épicerie de la veille avec un léger supplément de $110, deux pains, guacamole, fromage, et quelques fruits et légumes fraîchement arrivés! La vie est chère en Norvège!

Ciao

France et Claude

Bourage de Presse-étoupe Graphtex GTU 3 / Graphtex GTU stuffing box Packing  ,montreal,dorval,quebec canada, toronto,vancouver,kingston,winnipeg,calgary,edmonton,ottawa,hawksbury,halifax,charlottetown,st john,st johns,regina,saskatoon,moosehead,moncton,frederickton,sudbury,thunder bay,kamploops,kelowna,nanaimo,victoria,surrey,richmond,

Bourage de Presse-étoupe Graphtex GTU

Web translation here


Mardi 9  Août  2016 – Sarsbukta – 78°43′N 11°32′E  – 82.77 mn/1092.27 total – A

9:02 Enveloppée dans la couverture bleue, c’est ma récompense enfin pour 3 heures de travaux forcés! Lever à 6:00 am, levée de l’ancre à 6:15, avec mes gros gants de caoutchouc épouvantablement trop grands que je manque d’échapper à l’eau en tentant d’arracher les innombrables algues enchevêtrées autour de l’ancre qui virevoltent alors au vent pour se coller partout au bateau, étais, pont, cordages, toute pièce d’accastillage,  etc. Que je pourchasse assidûment avec ma dextérité de phoque grâce à mes gros gants orange! Au moins, j’ai eu chaud aux mains, contrairement à l’autre matin où j’avais décidé de ne pas mettre de gants pour éviter de les mouiller, surtout par peur de ne pas rentrer dans mes gants en raison de ma main droite enflée et douloureuse re chute en Hiking la veille.

4-5°C aujourd’hui hier 1-2°C! On était au 0ème!

15:07 Phil conduit encore le voilier alors que Claude se réveille. Ce matin Phil a dormi du déjeuner au dîner 7-13, moi 9-12, Amélie 12-13 et Claude 14-15. Diner au grill cheese de riches, comme dit Caro: prosciutto, brie, pomme, canneberge et romarin. Mais mon dessert maison au microondes, gâteau au choco dans une tasse, a été avorté par le vent qui forcissait! Tant pis, des biscuits feront l’affaire!

Refait le plein d’eau désalinée, encore! Bouteilles et réservoir. Douches hier soir, pauvre Amélie, la sienne fut froide, juste après moi, et pourtant je n’avais pas pris tant d’eau chaude il me semble! La prochaine fois, ce sera elle qui passera en premier.

Il fait beau soleil aujourd’hui, dans un ciel bleu. Nous longeons la côte vers le sud, belle côte aux montagnes escarpées, brunes, beiges, grises et noires, tachetées de neige et de glaces, entrecoupées d’énormes glaciers bleus.

image10 Belle côte alors que nous sommes à voile.

Dodo pour Amélie le restant de la journée! La distance et le temps ont eu raison de sa vaillance! 82 milles nautiques, c’est long! Elle a donc peu soupé, même si j’avais fait une variante de sa recette de Poisson avec mangue et clémentines, et même sa dent sucrée a refusé le Muffin bateau avec crème fouettée, sirop d’érable et perles chocolatées du Québec!

21:00 vaisselle
21:30 fini de laver le poêle! Il en avait bien besoin. Nous sommes toujours en route.
Ancrage à 22:30
Amélie dort toujours

23:00 Amelie est maintenant en forme! On part en dinghy! On va marcher sur la péninsule habitée par les morses, mais juste l’arsenal anti ours … Pas les bottes de marche, ni les bâtons! Nous ne grimperons pas de montagne, juste marcher sur la plage à deux côtes! Ça ne me tentait tellement pas de descendre, mais la lumière était si belle! Finalement je me suis forcée, et je ne l’ai pas regretté!

On a vu des morses se rouler vers l’eau! Ils sont tellement gros et lourds que c’est leur technique de mise à l’eau! Un mâle brun foncé tacheté de rose et ses deux femelles à la peau laiteuse! Vraiment d’un beige très pâle!

Et la lumière sur le dinghy, le voilier, le glacier, les montagnes environnantes, la plage de cailloux, d’algues  et de sable marqué par toute sorte d’empreintes d’humains, d’oiseaux, de morses. Les algues donnent une couleur dorée imprenable à la bande de sable coincée entre la baie d’un côté et l’écume des superbes vagues de la mer de l’autre. Et les glaciers au loin éclairés par le soleil couchant (hum). Magnifique!

image11En marchant vers les morses

image12Côté mer et vagues

image13Morses, montagnes et glaciers

image14Gros morse et l’une de ses deux femelles dans l’eau

image15Retour vers Andrée Anne Rachel à l’ancre à droite

01:00 Nous nous préparons à nous coucher! Et mettre le cadran à 7:00 am! La route sera encore longue demain pour Pyramiden à 50 milles nautiques. Aujourd’hui nous en avons fait plus de 80!

Mercredi 10 Août 2016 – Ymerbukta – 78°16′N14°’E      – 65.70 mn/1157.97 total – A

08:28 Nous sommes en route depuis 07:15 – lever ardu à 7:00

Et lever raide pour Phil! Poulie de la grand voile arrachée en empannage (quand, par vent arrière, la grand voile a changé de côté subitement). Bruit d’enfer! Et à réparer! Une chance qu’on a toujours des pièces de rechange! Hier c’était le mousqueton à émerillon de la corde d’ancrage qui avait été forcé par la chaîne d’ancre et les forces violentes de la mer de l’autre nuit!

Bon déjeuner à faire! Une idée! Pain doré ce matin!

10:08 Ménage fini, vaisselle finie, je m’assois enfin! Claude et Amélie dorment depuis le déjeuner et Phil est à la roue. Il fait très beau aujourd’hui encore, beau ciel bleu, petit vent arrière calme

14:10 Nous venons de finir le diner en route, une bonne salade au thon , artichauts, mini épis de mais, orange, pomme, croûtons de Ciabatta du Québec, raisins secs, fromage, et ma salade iceberg encore bien conservée du 29 juillet. Je m’étais couchée de 10:22 jusqu’à 12:30, éveillée par les mouvements erratiques du bateau parti voir les baleines bleues indiquées par la vigile Amélie réveillée depuis 10:30. Claude avait repris sa place vers 11:00 et Phil est venu prendre la mienne à 12:30 pendant la préparation du repas. Nous manquons de sommeil et nous nous rattrapons de jour! Alors banquette musicale! Car nous faisons du Hiking tard en soirée et même de nuit, claire il faut dire!

Et à la fin du repas, une autre baleine mais qui saute cette fois sur notre tribord assez loin qui ramène Amélie vers son poste de vigie!

Et Phil reprend son lit dans la cabine principale.

15:00 Claude cogne des clous, je prends sa place à la roue. Amélie avec ses verres fumés guette les baleines dans le soleil sur notre tribord et en avant. Il fait beau et chaud dans le cockpit. L’eau est à 7.3°C. La côte toujours splendide, est composée de montagnes chapeautées de blanc, des glaciers enchâssés dans les vallées à leurs pieds.

image16
Le capitaine dort dans le cockpit, Phil dans la cabine et Amélie fait la vigie à son poste dans l’escalier de l’écoutille, son endroit de prédilection pour survivre et apercevoir des baleines.

16:08 Phil est levé ainsi que Claude, éveillé par l’alarme “No Data” sur le chart plotter! De temps en temps notre computer perd ses satellites! Rare mais ça arrive!

20:12 Vaisselle finie du souper, souper en route, et nous sommes toujours en route. Nous devrions arriver d’ici une demi-heure.

image17Arrivés à notre ancrage. Soleil magnifique!

21:53 Enfin, soirée plus normale! Je suis en pyjama au lit en train d’écrire tranquille! Pas de Hiking ce soir/cette nuit! Pas de souper à minuit! Pas de vaisselle à 01:00 am!
Mais cadran demain matin pour 6:00 am pour faire du Hiking demain matin avant de quitter à midi pour faire 50 milles nautiques jusqu’à Pyramiden!

Jeudi 11 Août 2016 -Pyramiden (Russie) – 78°39′N16°24′E – 51.55 mn/1209.52 total – Q

Lever 6:00
Déjeuner
En Hiking à 8:02 en train de monter assez abruptement une pente de mousse et de roches plates non fixes. Sommet à  1605 pieds.

Crêtes magnifiques de roches de couleurs, arêtes de dinosaures, descente sur les talons dans les roches sédimentaires instables.

image18

image19Vue à partir de la crête, pas du sommet.

Amélie recherche des fossiles pour ralentir Phil! Il a désormais une mission.

Nous avons trouvé sur la plage un trépied composé de deux étuis à carabines. Encore cadenassés,  un “received damaged” et plein, l’autre vide ?

image20

Les étuis de fusil abandonnés sur la plage d’Ymerbukta.

Retour au bateau 11:40

Levée de l’ancre à midi

Vaisselle à 15:00 du diner aux boîtes de conserve! Pois chiches, thon, fèves rouges, bambou, raisins secs, miettes de bacon, persil en feuilles, pomme, fromage parmesan râpé.

1408  Phil se couche
14:40 Claude se couche

Je couds mon gant de kayak pour la quatrième fois! L’ancre et l’eau de mer l’attaquent bien! Et les guêtres de Claude, Phil et les miennes!

Il fait un temps magnifique actuellement! Encore du ciel bleu et peu de vagues! Parfait pour la douche!

Il fait super chaud dans le cockpit chauffé au soleil du 78°17′N!

En nous dirigeant vers Pyramiden, nous passerons bientôt devant Longyearbyen où nous devons être vendredi soir Max. En effet, Phil et Amélie repartent dimanche matin très tôt de l’aéroport de Longyearbyen et veulent faire des commissions-cadeaux samedi, et les heures d’ouverture sont très courtes le samedi! Surtout pour l’alcool! 15:00! Ils veulent rapporter de la bière brassée ici aux Svalbard pour la voisine qui s’occupe de leurs lapins pendant leurs vacances.

Et nous voulons aussi aller acheter des cadeaux et peut-être luncher au Café Chocolaterie Frunen dont les tablettes regorgeaient de splendides chocolats, certains en forme d’ours polaire! Si mignons! Et ça sentait si bon! Et le lieu était pittoresque avec ces énormes photos d’ours polaires au dessus d’un décor moderne et chic!

Pas de vent

Désalinateur bouteilles et réservoir.

Douches chaudes en route

Le cockpit se transforme en salon de coiffure: les longs cheveux de Phil se font couper  par Amélie! Ça fait du bien! On va lui voir les oreilles et les yeux!

image21Salon de coiffure  (par la comptable!)

Souper en route à la sauce rosée

Arrivée à Pyramiden à 21:00 sur un beau quai comme à Longyearbyen , en PEHD. Et pourtant, une ville abandonnée!

Nous allons faire un tour de la ville que nous finirons à 00:30!  Très déprimante pour moi! Les autres ont beaucoup aimé. Je trouvais cela très ressemblant aux films actuels de science fiction post fin du monde, style Hunger Games,  Divergence, Labyrinthe, La guerre des mondes et autres. Au cinéma c’est mieux qu’en vrai!

Au tout début, “Raspoutine” nous interpelle,  un petit soldat mince, armé d’une carabine en bandoulière, et vient d’un pas rapide et énergique vers nous sur le bout du quai en gesticulant et parlant un russe ou un norvégien très rapide!

Et finalement tres gentil et de l’anglais, un très bon anglais! “Il ne faut pas toucher à la grue!” Malgré son air décrépi, elle sert toujours et il y a là un dangereux voltage.

Aussi, il est interdit de pénétrer tout bâtiment,  sauf l’hôtel et le bar qui sont les seuls vivants, ou à peu près! Il nous raconte quelques histoires d’ours polaires, quatre ont été vus sur le glacier non loin hier, aujourd’hui deux seulement, alors les deux autres peuvent être n’importe où autour!

Une nuit de début d’hiver, il y a deux ans, vers 03:00 am alors que plusieurs soldats dormaient à l’étage, un ours a défoncé les portes du bar, a agrippé et percé plein de canettes de bière qu’il a léchée sur le plancher. Il a finalement quitté l’hôtel au coup de feu du soldat, mais rodait autour de l’hôtel tout le temps que les soldats attendaient l’hélicoptère de secours. L’hélicoptère l’a fait fuir mais ils n’ont jamais pu retrouver l’ours pour le sédationner et l’envoyer beaucoup plus loin sur la côte est…

Il y a actuellement 25 personnes à l’hôtel, des touristes venus en zodiac et quatre scientistes logés dans des containers au port!

Vaisselle à faire, remettre tout dans la salle de bain (re douches plus tôt dans la journée)!

Faire les lits! Au lit à 01:30! Pas de cadran!

Photos de Pyramiden du 11 août

image22Beau quai en PEHD pour Andrée Anne Rachel, mais le reste des quais laisse à désirer.

image23Quai patché, demi effondré au bout, qui mène à la fameuse grue encore active!

image24La grue

image25Vue d’ensemble

image26Statue de Lénine devant le centre culturel

image27Passerelle en manque d’amour, vers plein de bâtiments en manque aussi!

image28Bâtiment de la mine de charbon abandonnée en 1998, comme toute la ville par ailleurs,  1998!

Ciao
France et Claude

demone marine batteries  boathouse

Batteries marines Demone boathouse.ca

Web translation here

map

Samedi 6 août – Smeerenbukta – 79°45′N 10°57′E – 18.04 mn/957.58 total – A

15:27 Nous sommes en route à moteur depuis midi trente environ… Matinée calme à dormir jusqu’à 9:20 (Phil 10:20!).

La brume ainsi que l’ours d’hier,  même absent ce matin, nous empêchent de descendre à terre.

image400Brume et bateaux du matin.

Pendant notre déjeuner de crêpes et sirop d’érable, nous assistons à un spectacle intéressant:  de gros groupes de passagers débarquent sur la plage en motons de 24! Bien sûr, le surveillant à la carabine est juché plus haut et s’assure de la sécurité de l’endroit! Quelques touristes vont même plonger nus dans l’eau parsemée de icebits! Avec quelques cris! Non merci!

image401La file de touristes sur la plage de l’ours! Je ne sais pas s’ils savent que l’ours avait assiégé cette plage hier!

La route est belle entre montagnes, glaciers et glaces flottantes, dont un ours à la nage! Amélie est très bonne pour détecter les animaux! Notre quatrième ours polaire!

image402Il faut deviner mais c’est un ours polaire à la nage!

Pendant ce temps, j’ai cuisiné pour demain matin des muffins au chocolat, auxquels j’ai ajouté canneberges, raisins secs et pépites de chocolat! Ça semble délicieux!

Vaisselle et préparation du souper, déjà! Préparation de la marinade pour les poitrines de poulet achetées du cuistot de Ny Ålesund.

01:35 am, oui, 1:35 du matin!  Souper, et pas du poulet! Non!

Partis vers 16:00 à terre avec le dinghy, nous sommes revenus vers 01:00 am! Nous avons grimpé 1561 pieds aujourd’hui, et sur un glacier en plus.

Mais juste avant la neige et la glace, en grimpant la face abrupte de la montagne, une empilade de gros rochers, j’ai reçu d’en haut une énorme roche volante! Déplacée par Claude. Qui m’a criée! Attention! Je la suivais des yeux, voler dans le ciel vers moi, puis casser en deux en frappant un rocher, et encore un gros morceau en ligne directe sur moi!

J’ai reçu la roche sur mon sac à dos alors que je tentais de m’enfuir, pliée en deux, heureusement! Le choc m’a renversée sur le côté et j’ai roulé sur une dizaine de pieds selon mes témoins interrogés après! Tout ce dont je me souviens c’est de tomber tête première vers le bas de la pente et de ne souhaiter qu’une chose, m’arrêter de tomber! Et de planter mes mains dans le sol et les roches pour cesser ma descente! Quelques bosses sur la tempe droite enflée et douloureuse,  et non loin, un cratère saignant encore, le tout sous ma casquette,  heureusement, plaie non salie. La main droite m’élance, surtout le petit doigt, écorché, saignant et incapable de plier ou déplier fort, pas cassé mais contusionné solidement!

Je rassure les autres, tous en haut de moi, impuissants et inquiets. Correcte! Ok! Je continue de monter! Je n’aurais pas voulu redescendre par là, ANYWAY. Sauf que je suis rendue dans un endroit d’avalanche, de pierres instables et de terre meuble, et toujours dans une pente à 50°!

image4035 minutes avant ma chute, je regardais vers le haut et j’ai pris cette photo d’Amélie et ses batons de marche argent, qui suivait Claude au sac à dos noir et mauve, et Phil plus haut avec un sac à dos orange.

 


Vidéo de ma chute by Boathouse_cap>

Vidéo de ma chute, vidéo par hasard allumé pendant 8min 29 sec. sur mon iPad! Qui a roulé avec moi!  Ici je l’ai écourté de cinq minutes et vous voyez / entendez la chute  de 30 secondes et le rétablissement dans les débris d’avalanche!

Je rejoins Amélie finalement et les gars plus hauts avant qu’on continue à monter une pente plus douce et plus facile le long d’un glacier (à gauche, et d’une falaise à droite!) pour finalement traverser le glacier à son sommet aplati parsemé d’algues rouges comme en Antarctique

image405En marchant sur la crête, le long du glacier à gauche et une falaise à droite.

image406Marche sur le glacier. Claude mène devant. À droite, falaise!

De l’autre côté du glacier, un sommet très vaste et très très très plat, constitué de belles grosses pierres beiges.

Un petit lunch de chocolat et on continue la marche pour redescendre de l’autre côté, vers la plage des morses, tout au bout de la pointe aux 4-5 lagunes ayant abrité une communauté de 200 hollandais chasseurs de baleine dans les années 1600. On peut voir encore les tombes des baleiniers, et certains os humains, ainsi que les ruines des fours pour faire fondre la graisse de baleine.

En route vers le bateau, vers minuit trente, sur le ciel jaune éclairé par un soleil blafard et fatigué, néanmoins magnifique, on aperçoit la silhouette fière et forte d’un magnifique renne au panache imposant qui semble nous observer. Il saute et saute encore, montrant sa fourrure blanche et brune aux reflets du soleil à contrejour!

Nous suivons sur la plage les traces d’un renard et de son petit, passant à côté d’un gros oignon qui semble encore bon, mais surement imbibé d’eau de mer!

De retour au dinghy, puis sur Andrée Anne Rachel vers 01:00 du matin,  nous soupons, mais pas au poulet mariné prévu car il est 01:35 am mais plutôt au Beurre d’arachides  Kraft (le seul vrai et bon) sur des rôties qui seront faites par Amélie et non moi, à cause de ma  main droite enflée et douloureuse (petit doigt enflé, rouge et bleu, articulations diverses hypersensibles et la paume ecchymosée  de mon pouce droit, l’éminence thénar). Je ne pourrai plus faire la pince ni forcer pour 36 heures. Et en fait le petit doigt encore enflé, mais moins pire, me fera mal encore au moins jusqu’au 19 août, date à laquelle je peaufine mon texte! Un peu en retard!

Philippe trouve que j’ai une nouvelle teinture de cheveux, des mèches rouges! J’ai saigné, finalement! Et je suis enflée sur tout le côté de la tête, particulièrement sensible sous ma branche de lunettes! Incroyable que celle ci ne soit pas cassée!

Et je découvre en me déshabillant une seconde plaie à mon pantalon Arcteryx! Phil, en me voyant arriver en haut, juste après ma chute, m’avait dit “Maman tu as pris toute une débarque!  As tu vu ton pantalon? “, me signalant une déchirure  à angle droit sur ma cuisse droite, longue de 6 po, et large de 4 po, que je n’avais pas vue encore. Et au bateau je trouve une seconde déchirure à mon pantalon, sur la fesse gauche, mais plus petite, un pouce sur un pouce. Mais rien de rien sur ma casquette ni mon manteau! Aucun accroc! Ouf! Et surtout je suis vivante! Quelques bleus apparaîtront le lendemain, genou gauche, cuisses gauche et droite, c’est tout! Pas mal chanceuse! I will survive!

Et, alors que Claude regardera ses photos jusqu’à 2:15, je me couche à 2:05 am, avant lui, ce qui est super rare, pour tenter de m’endormir, mais je ne vois que des flashbacks à répétitions de l’énorme roche cassant en deux gros morceaux à trente pieds ou plus au dessus de moi, traquée comme un lapin ou un chevreuil par une automobile sur une route! Sursauts et reprises pendant au moins une demi-heure. Finalement la fatigue m’a emportée!

Ça fait quand même deux fois que je manque de me tuer dans une montagne! L’automne dernier, aussi en Norvège, aussi dans une montagne sans Trail! Peut-être pas une bonne idée, que de faire si même sa Trail! Et sans casque ni corde! La corde, je m’en passerais, mais le casque je commence à penser que je devrais m’en apporter un!

Dimanche 7 Août 2016 – Holmiabukta -  79°48′N11°35′E – 13.50 mn/971.08 total – A

L’ancre  a chassé toute  la nuit… Gros vents, grosses vagues. Ancrage mal protégé.
Claude est sur les dents dans le cockpit depuis 7:00 am, nous laissant dormir jusqu’à 12:38! Rien à faire! Temps brumeux. Froid. Vagues et vent froid.

Je décide après le diner de lever l’ancre à mains nues comme traitement glacial de ma main enflée, paume ecchymosée et petit doigt enflé et douloureux. Mais ce fut une très, très mauvaise idée! J’ai eu les mains si gelées que j’en tremblais intérieurement.
Je suis rentrée me coucher pour me déglacer les mains et le restant!

image1Mon petit doigt est plus gros que les autres, 20 heures après le trauma! Et la base du pouce encore rouge.

Nous nous sommes ancrés dans la belle baie très protégée,  toute entourée de montagnes et au fond un énorme glacier,  sans chute de glace! Une chance, car on pourrait risquer d’être piégés par de la glace dans l’étroit goulot de ce magnifique endroit très protégé de la mer. Aucune vague, aucun vent.

Mais il fait froid et la brume enveloppe le décor.

Pas de Hiking ce soir, repos et souper tôt! 20:00! Vaisselle 21:00!

Cinéma ce soir 21:30, si capable de le regarder! Eh oui finalement, après le second ordi! RIPD! Un mélange de Men in Black et Ghost Buster en moins bon, un peu! Mais drôle quand même, beau cadeau d’anniversaire de mariage d’avance de la part de Claude! Il reste un autre film à visionner!

23:35 on se couche, pas si tôt finalement!

Hiking demain am donc cadran 6:00 am …
Puis 80°N demain !

Aucune bebitte aujourd’hui! “Le radar à bibittes (Amélie) ne marchait pas” (Phil!)

Lundi 8 Août 2016 -  Virgohamna – 79°43′N 10°56′E – 38.42 mn/1009.50 total – A

image2Nous quittons notre ancrage dans la baie derrière, où se trouve le glacier.

9:32 En route, à voile et moteur, désalinateur en marche vers le 80e Nord… Il nous restait 12 milles nautiques à parcourir ce matin. Mais pas levés à 6:00 am ni 6:30 am mais plutôt 7:00-7:15… Le capitaine était fatigué, finalement, Yesss!

10:57 …. 79°57′N Il reste moins de 3 milles nautiques avant le 80ème degré Nord, le plus haut qu’on ira!

80°00.479′N 11°25′E, donc il restait 599.5 milles nautiques pour se rendre au Pôle Nord quand on a tourné à 11:36, dans 502 pieds d’eau à  5.2°C. Pas si froide, quand même!

image3Notre computer Raymarine n’a plus de carte alors nous devons utiliser notre backup, le GPS Garmin. On voit la flèche qui monte et redescend, notre trajet!

image4Et nous voici, plein sud, après être allés toucher le 80e Nord! On aperçoit la côte nord ouest des Svalbard, la pointe la plus au nord ouest.

11:48 Nous retournons maintenant vers le sud après avoir fêté aux tranches de gelée à la saveur de fruits Laura Secord,  cadeau de mon amie Francine.

01:05 am Nous nous couchons après la vaisselle!

Après le souper, qui fut après la douche, qui fut après la promenade sur l’île Virgohamna pour voir des vestiges historiques, bien protégés par un permis spécial.

image5Notre ancrage à Virgohamna et un cairn du sommet.

L’île a été occupée par des  explorateurs qui voulaient survoler le Pôle Nord  en ballon dirigeable (Whellan) en 1909 et en montgolfière (Andrée) en 1896… Monuments, restes de hangars, ruines de la maison de Lord Pike, le premier à passer l’hiver ici par pur plaisir! Belle grimpe pour revenir de notre escapade! Grosses roches solides noires, grises, roses, blanches, colonisées par plein de lichens orange, jaune, noir, vert et serties dans de la mousse grise, beige, rose et verdâtre.

image6Monument historique relatant les exploits des explorateurs Andrée 1896-97

image7Toute cette plage en bas est occupée par des restes des hangars à ballon et à dirigeable d’Andrée et de Whellan, la maison de lord Pike etc. Beaucoup de rouille et de bois!

image8Ce qu’on voyait, entres autres débris. Des barils au fond, et au premier plan, du fer en décomposition!

Des phoques sur rochers et dans l’eau sur notre chemin à l’aller et au retour ont ralenti notre cadence! Tellement curieux et agiles dans l’eau, ils s’approchaient facilement et très proche,  faisaient la pose et nous envoyaient la nageoire en guise de salut, aimerait-on croire!

image9Phoque se prélassant sur un rocher.

Quelques heures plus tôt, nous nous étions ancrés avec  grande difficulté, cinq essais, dans des algues monstrueuses, de sorte que l’ancre ne faisait que gratter sans bien prendre… Et du vent et des vagues! Encore maintenant. Pas bien protégés du tout!

En regardant  plus tôt aujourd’hui mes photos d’avant hier sur mon iPad, j’ai réalisé que j’ai enregistré une vidéo de 8.29 minutes par hasard qui montre la montée très verticale du pic fatal et ma chute causée par la grosse pierre déstabilisée par Claude. On voit d’abord toujours ma main gauche agripper les rochers, et mon bâton de marche Leki, le décor grandiose en bas et au loin derrière la pente abrupte de roches empilées couvertes de lichens jaunes, la montée pénible, Philippe en haut au loin, Claude un peu plus bas puis Amélie juste en haut de moi sur ma droite, puis l’avertissement de Claude “Attention, une roche, France!” Et je déboule, tourne et descend d’une dizaine de pieds. Puis, caméra noire pendant quelques secondes, je ne bouge  plus, puis on voit ma manche gauche de manteau toute sale et les éboulis à remonter! Incroyable d’avoir ce vidéo! Et d’être encore vivante, encore une fois! Mais ça devient de plus en plus grave et dangereux! La roche de 2x3x1 pieds a cassé, heureusement, mais en deux gros morceaux allant frapper d’autres roches.  Une grosse roche a frappé mon sac à dos. J’ai eu quelques coups à la tête, en tout cas quelques bosses sur le côté de la tête, me laissant la tempe droite douloureuse, mais aucune idée comment, si c’est en roulant et tombant ou si j’ai reçu des roches car Phil me disait qu’il pensait que j’étais enterrée sous plein de roches… Mon pantalon Arcteryx réparé en deux endroits avec du Duct tape noir Gorilla, le meilleur Duct Tape, semble tenir le coup. Ce sera peut-être une nouvelle mode! Duct Tape noir luisant comme les fermetures éclair siliconées de mon pantalon! Un beau gros chiffre sept sur ma cuisse droite, long de 6 pouces et large de 4, alors que ma patch sur la fesse gauche n’est qu’un morceau de Gorilla Tape de 1 pouce carré.

Alors ce soir, j’ai montré ma vidéo à Claude, Phil et Amélie! Cinéma bateau encore une fois! Impressionnant quand même! Et en plus, mon iPad a survécu! Vive mes protections sur mon mini iPad! Les étuis LifeProof, le noir, Shock et Water proof et le gros orange, flottant et Shock proof! C’est prouvé! Pour Shock Proof! Flottant et waterproof, je n’ai pas testé! Hihi! Vraiment incroyable en visionnant la vidéo! Sans compter ma tête et mon corps! Mon pantalon Arcteryx n’a pas résisté mais mon manteau oui! Allons voir si c’est sous garantie maintenant!

J’ai aussi recousu mon sac à dos, un accroc sur la partie supérieure, ainsi que deus déchirures sur l’étui de mes rames qui étaient sur le côté de mon sac.

Je commence à avoir l’air maganée!

Bonne nuit!

Ciao

France et Claude

yanmar parts pieces ,montreal,dorval,quebec canada, toronto,vancouver,kingston,winnipeg,calgary,edmonton,ottawa,hawksbury,halifax,charlottetown,st john,st johns,regina,saskatoon,moosehead,moncton,frederickton,sudbury,thunder bay,kamploops,kelowna,nanaimo,victoria,surrey,richmond,

Yanmar parts

Web translation here

Jeudi 4 Août 2016 – Julibukta,  Fjortende – 79°07′N 11°50′E – 17.50 mn/889.44 total – A

15:04 Amélie vient de rendre les armes, couchée sur la banquette du cockpit. Bercés par les vagues, à voile seulement depuis 10 minutes, nous sommes partis de Ny Ålesund vers 12:30 après avoir fait quelques commissions ce matin. Diesel d’abord, juste un 20 litres en jerrycan, avant déjeuner, transporté par Claude. Puis, déjeuner avec mes derniers croissants et brioches, omelette au fromage et clémentines, pendant qu’un énorme bateau de croisière français de 462 pieds, Le Boréal, déversait sa foule de touristes dans les quelques rues du village. En nous dirigeant vers la boutique de souvenirs, on voyait des filées de manteaux rouges d’explorateur à l’allure de fourmis entrant et sortant du magasin.

image100L’immense bateau de croisière français Le Boréal est arrivé durant la nuit à Ny Ålesund

image101Les touristes rouges déversés dans la ville de Ny Ålesund ce matin! Il y en avait plus que ça! Retard de photo!

Et à la porte du magasin, un charmant petit hall décoré de vieux skis de bois et de raquettes ancestrales accueille les souliers et bottes des clients qui doivent se promener en bas de laine ou en crocs prêtés. Petit entrepôt de souvenirs dont une employée s’empresse de remplir les tablettes de linges à vaisselle, toutous, tee-shirts et bebelles diverses sans arrêt! De la belle vaisselle ornée de cartes marines ne prend pas beaucoup de preneurs, ni les coupes de verre, ni les lainages pourtant magnifiques (semelles, gros bas, tuques, cache cou, mitaines et chandails)? Mais les tasses en métal au nom de Ny Ålesund 78°56′N m’attirent beaucoup, ainsi que les linges à vaisselle et surtout les serviettes de table. Je m’en suis payé quelques échantillons pour moi et pour des cadeaux!

image102Le hall d’entrée du magasin de souvenirs!

Puis, direction épicerie! Devant le centre de services de la station de recherche, la harbourmaster n’avait aucune idée de ce service et me disait que le cuistot pouvait dépanner mais ne rien vendre?! Contrairement à tout ce qu’on lisait partout et ce qu’on s’était fait dire par d’autres marins autour! Et finalement, en entrant dans l’immeuble, la réceptionniste ne semble pas plus au courant mais appelle quand même quelqu’un et nous fait entrer! Ouf! Les parquets de bois luisants et propres accueillent ici aussi les touristes en pieds de bas! Nous nous dirigeons vers la belle cafétéria, où un gentil cuistot prend notre liste et nous explique formats, quantité à prendre et les noms norvégiens de la liste que nous avait donnée un aimable touriste britannique sur le voilier marine de Plymouth à notre arrivée. Et quinze minutes plus tard, nous remplissons nos sacs d’épicerie avec des côtelettes de porc, des poitrines de poulet, du poisson blanc, du saumon, un gros bloc de fromage, deux énormes pains de blé entier, une douzaine de pommes et d’oranges, 2 kg de pommes de terre à a chair jaune, un litre de yogourt aux bleuets, un litre de crème, trente œufs (le plus difficile à transporter et serrer!), deux paquets de biscuits Ballerina et des gousses d’ail, chinoises, me dit-il, donc trop petites, prenez en plus!

image103Dans la cafétéria du centre de services, attendant notre commande d’épicerie!

image104Le centre de recherche et la statue d’Amundsen.

image105Partis de Ny Ålesund, nous nous promenons parmi les glaces.

16:30 Arrivée à notre ancrage, préparation de notre excursion en Dinghy vers le glacier puis la montagne aux neuf sommets, dont le dernier était à 2232 pieds, finalement!

On n’en finissait plus d’atteindre des sommets. Des petits bouts pas mal escarpés.  Et nous sommes redescendus par la même crête! Très belle sortie!  Retour au bateau vers 23:30 Donc Souper 00:30 et Coucher 1:30 en mettant le cadran pour 6:00!  Donc, peu de texte mais plein de photos!

image201Andrée Anne Rachel ancrée près du glacier, mais plus loin que ça a l’air!

image202En route vers le sommet, après plusieurs faux sommets!

image203Belle vue sur le glacier

image204Voici bientot le vrai sommet! Phil et Claude y sont, Amélie pas encore et moi, je suis derrière la caméra!

image205Au sommet, enfin! Quelle vue!

image206Vue grandiose à partir du sommet vers la mer. Andrée Anne Rachel est le tout petit point  juste en dessous de l’îlot au milieu de la photo, un peu à gauche! On est très loin!

Vendredi 5 Août 2016 – Trinityhamna – 79°33′N 11°03E – 50.1 mn/939.54 total – A

Partis de Julibukta à 6:30 après le lever pénible à 06:00.
Levé l’ancre, pas trop de boue ni d’algues. Surprenant!
Mais beaucoup, beaucoup de glace…
Et 2 ours polaires au loin! Maman et son gros Bébé embarquant sur terre au bout de l’île! Pas loin d’où on était! Amélie est vraiment notre radar à bibittes!

Déjeuner en route aux rôties, en deux services car il n’y a plus de propane. Une chance que ce n’est pas arrivé au souper d’hier soir, à minuit trente!

9:45  Tout le monde dort,  sauf moi! Amélie depuis 7:00, Phil 10:15, Claude 9:30 jusqu’à ce que je finisse les bouteilles d’eau. Ça tangue d’un bord à l’autre,  petit vent de 9 noeuds, arrière, endormant au possible!

image300Amélie qui dort

image301Claude qui dort de l’autre côté … Et Phil dort dans la cabine!

13:00 Lunch, tout le monde debout! Je viens de dormir 1.5 h, Phil 5.5 h, Claude 2h, Amélie 3.5h plus 1.5h, environ. Le ciel est nuageux et le temps, très froid.

image302Notre arrivée à notre ancrage, déjà occupé par de gros bateaux.

16:40 Notre troisième ours polaire du voyage et de la journée! Ce dernier fait le mort sur la plage, la tête plantée dans le sable sous la ligne de marée, les pattes avant par en arrière, le derrière en l’air, la peau sur les os, il a vraiment l’air mort… Pendant une heure il avait l’air mort, mais personne n’osait mettre le pied sur la plage! Tous les dinghys s’affairaient dans la petite baie! Trois voiliers, dont un hollandais de 125 pieds, un yacht privé de 140 pieds et  son petit bateau moteur qui est allé planter dans l’eau près de la rive sa caméra  GoPro perchée sur une longue gaffe, à partir de son pont! Et l’ours bougea la tête un peu, puis dix minutes plus tard une patte! Vivant! Pas mort! On ne peut pas descendre sur la plage! Plus tard il se lève enfin sur ses quatre pattes et va faire un numéro 2! Pas l’air si malade finalement! C’est sa plage! Il se recouche, même position bizarre! Puis il fait encore plus peau d’ours! A plat ventre! Il fait le tapis, comme dit Phil!

image303Juste en haut du dinghy, l’ours polaire qui fait le mort pendant une heure!

image304Et voici l’ours qui va faire ses besoins!

Un bateau de croisière vient d’arriver aussi après le départ de tous, sauf nous. Mais personne ne semble aller en dinghy, il faut dire que c’est l’heure du souper!

Mais nous, pas de propane, pas de souper! On surveille l’ours! Amélie parle à l’ours et au petit guillemot qui tourne autour du bateau. Il fait si froid!

L’ours se lève et va fouiller dans les gros sacs blancs près du rocher non loin de la cabane de surveillance Sysselmann. Et il fouille, fouille, fouille, longtemps, longtemps et très longtemps! Nous soupons et arrivent deux dinghys de Sysselmann qui s’affairent, pendant que l’ours est parti, à tout ramasser, sacs blancs près de la cabane plus loin aussi, même si l’ours n’y a pas touché, et tout le matériel, bonbonnes etc. Mais on ne descendra pas ce soir sur terre!

France et Claude

yanmar parts pieces ,montreal,dorval,quebec canada, toronto,vancouver,kingston,winnipeg,calgary,edmonton,ottawa,hawksbury,halifax,charlottetown,st john,st johns,regina,saskatoon,moosehead,moncton,frederickton,sudbury,thunder bay,kamploops,kelowna,nanaimo,victoria,surrey,richmond,

Les pièces Yanmar parts boathouse.ca

 

Web translation here

Lundi 1er Août  2016 -  Poolepynten, Forlandsundet – 78°27′N 11°48′E – 67.60 mn/814.84 total – A

Oooooh le cadran de 7:00 am a sonné à 5:00 am. Erreur de deux heures de ma part! Yeux trop petits pour vérifier l’heure, nous nous sommes juste levés!

Longue journée de voile pénible, au près serré, à 17-27 noeuds en plus! 67 milles nautiques .

Donc, les filles somnolentes ont dormi! Moi,  moins qu’Amélie, qui a dormi 12 heures, peu mangé,  juste des Ritz.

image74

Je triche, comme je n’ai pas beaucoup de photos du 1er août, voici une photo du 31 juillet, 11:00 am, nos invités ont leur baptême de la mer! Ils dorment tous les deux dans le cockpit.

image75Et quelques heures plus tard, toujours  le 31 juillet, avant notre arrivée à Trygghamna et notre promenade sur le glacier.

image76Le soleil de minuit! Minuit dans la nuit du 31 juillet au 1er Août… À notre ancrage de Trygghamna, après la promenade sur le glacier, hier donc.

image77Photo prise à 19:09 le 1er août, je ne sais plus où, oups!

Souper aux crevettes, brocoli et pommes de terre. Et nous avons fini la vaisselle à 22:00 Peu de photos aujourd’hui!

Mardi 2 Août  2016, Engelsbukta 78°49′N 11°53′E 32.80 mn/847.64 total – A

Cadran 6:am, déjeuner tôt pour aller voir en dinghy des morses sur la pointe de l’île, près de l’amer orange et de la cabane des Sysselmann. Ils ont vraiment l’air de grosses saucisses dodues se roulant dans un poêlon! Juste sur la plage, en bas de la marée haute qu’ils attendent probablement pour déplacer leurs corps si énormes vers la mer!

image78Un autre voilier venu voir les morses mais sans débarquer. Les morses sont les saucisses que l’on voit sur la plage devant la cabane. Je n’ai aucune photo d’eux sur la plage car j’avais oublié mon iPad sur le voilier.

Puis retour sur Andrée Anne Rachel qui voguera sur des eaux tranquilles à moteur, et au soleil encore!

image79Beau soleil et belle mer tranquille. Rare d’avoir deux voiliers derrière nous!

image80Journée parfaite pour douches et lavage, et surtout séchage! Glacier Comfortlessbreen au fond de la baie Comfortless ou English Bay.

15:51 Arrivée dans la baie Comfortless, connue ainsi en 1513 puis nommée English Bay par le capitaine d’un baleinier anglais, William Scoresby en 1820.

Départ pour le glacier Comfortlessbreen que nous rejoindrons en dinghy et à pied. Nous grimperons sur le glacier et marcherons dessus jusqu’à 510 pieds, traversant de petites crevasses inoffensives et leurs ruisseaux.

image82Nous voici en train de parcourir le glacier. On voit la baie derrière nous.

Mardi 2 Août  2016 -  Poolepynten, Forlandsundet – 78°27′N 11°48′E

image83Belle rivière un peu épeurante passant sous le glacier par endroits!

image84Belle journée pour le bronzage!

Puis, pour le retour, au lieu de revenir sur nos pas, nous grimperons la montagne voisine, dont la pente à 50° nous mènera au sommet! 1402 pieds pour la collation
Et 1421 pieds pour le sommet. Nous redescendrons via la crête très plaisante.

image85Notre sommet à 1421 pieds. Nous avons grimpé de ce côté et redescendrons de l’autre derrière Claude, en fait le long de la crête.

image86Descente le long du glacier

image87Le glacier, sa partie brune! Sale et parcourue de rivières souterraines grises.

22:30 Retour au bateau. Et à mes pantoufles qu’Amélie adoptera! Pantoufles de Hiking en duvet. Sinon, c’est les bottes de voile ou de montagne ou les pichous! Les jeunes n’ont pas apporté leurs espadrilles! Les pauvres!

Pour souper, du poisson avec mangue et pois mange-tout et pommes de terre, suivi par mon éternelle  fondue Mars, cette fois-ci avec kiwis et nectarines. Souper accompagné de mon éternel vin riesling, éternel aussi, car le moins cher en Norvège, et, comme centre de table, notre arme à feu au milieu de notre arsenal anti ours! Il faut être prêt quand nous sommes à l’ancre!

image88

Le premier d’une longue série de soupers très tardifs!  Style entre 23:30 et 00:30 pour débuter! Et avec nos armes anti-ours comme centre de table! Il manque ici le poivre de Cayenne et les fusils à flares orange! La trompette d’Amélie est cachée par la bouteille deau,

00:35 La vaisselle est finie
00:42 Nous sommes enfin au lit!

Mercredi 3 Août 2016 – Ny Ålesund, Kongsfjorden - 78°55′N 11°56′E -
Lever à 10:30 am! Repos matinal! Départ rapide avant déjeuner! Ancre pas si sale ce matin, de façon surprenante, considérant l’emplacement près du glacier et des eaux brunes de moraine!

Petite voile par vent arrière au début, précautions d’usage par Amélie: position horizontale dans le cockpit, yeux fermés! Moi j’écris mes 18 cartes postales que je veux poster à Ny Ålesund ce matin! J’ai déjà mes timbres, Amélie doit s’en acheter et le bureau de poste, le plus au nord de la planète, est ouvert seulement pendant une heure de 12:30 à 13:30! Peut-être une boutique de souvenirs aura des timbres!

De beaux gros bateaux vont et viennent en proximité de Ny Ålesund: l’énorme voilier Oceania (164 pieds) vu plus tôt à la station polonaise, le gigantesque bateau de croisière Europa de 650 pieds de 800-1000 passagers, un petit cargo, deux ou trois voiliers!

Des glaciers magnifiques d’un blanc éclatant souligné de bleus Aqua, turquoise et acier. Le ciel est bleu par endroits, le soleil se pointe par moments, mais pas assez longtemps pour réchauffer le temps frais d’aujourd’hui. On remonte toujours vers le nord… Ça parait dans l’air, mais l’eau se réchauffe, 7.3°C! Mais redescend à 6.2 environ.

image89Glaciers et beaux navires blancs, alors que nous sommes en route vers Ny Ålesund, vers la droite.
image90Nous arrivons à Ny Ålesund, ville minière et touristique!
image91Beau port, quand même! Face à nous, Arctic Breeze, le grand voilier blanc et rouge vin, 47 pieds, loué à 35000 euros pour quatre semaines!22:44 Bon! Je suis au lit. Je n’ai pas pris de douche au port, pas le goût, mais il semble qu’elle était très chaude pour Claude au début, assez chaude pour Phil et froide pour Amélie… Donc, j’ai bien fait de ne pas me motiver!Nous sommes arrivés à Ny Ålesund vers 15:30 juste avant un voilier britannique de Plymouth vu à Longyearbyen. Il est venu se mettre à notre épaule, très gentils ils nous ont expliqué qu’ils étaient là la nuit dernière au même quai mais qu’ils ont été délogés par des icebergs qui entraient dans le port. Ils ont dû aller se mettre à l’épaule d’un bateau officiel au quai de service,  même si ce dernier n’aimait pas trop cela. Ce soir le vent ne vient pas de la même direction donc nous devrions être bien à ce quai. Quant à eux, ils vont se placer à un autre quai après nous avoir donné la liste de victuailles que nous pouvons nous procurer chez le cuisinier du centre de recherche en y allant à 6:45 am! Pas sûre que nous pourrons! Enfin! En plus, sur la liste, il est inscrit de la soumettre 48 heures avant! On verra! Sinon, j’ai des conserves!Amélie et Phil ont réussi à se rendre à la boutique de souvenirs, fermée quand je m’y suis dirigée à 16:25!Petit village,  maisons anciennes de bois, jaune ocre, bleu Provence, rouille, alignées sur des rues de gravois, et des affiches rudimentaires plastifiées  expliquant l’origine et la fonction des divers bâtiments: musée, centre communautaire (cinéma, théâtre, danse, gym, sauna, piscine),  école transformée en centre de recherche indien (oui, de l’Inde!), le bureau de poste le plus au nord de la planète, la boutique de souvenirs, un café évidemment fermé, un Hotel, un centre de recherche dans divers bâtiments (délégations chinoise, coréenne, française), une mine de charbon abandonnée par la compagnie King’s Bay à qui appartient encore la ville!  Derrière les cages à chiens de traîneau, dont les photos et les noms sont affichés à la rue, s’étend un grand champ de recherche sur les oiseaux, au moins des bernaches. Malgré  la protection de l’affichette de papier plastifiée, une bétonnière miniature et très jolie appartenant à la cimenterie voisine s’y est lavée au moins deux fois! On voit les effluves de ciment couler de chaque côté de la pancarte dans la tundra au bord de la route! Pas très discret!
image92

Peu de maisons, un décor lointain grandiose!
image93Le bureau de poste le plus au nord au monde! Le petit bâtiment turquoise.Une statue du norvégien Amundsen, sa tête, trône au milieu du village pour rappeler son voyage en ballon dirigeable qui a survolé le pôle nord de l’Europe vers l’Alaska en 1926! Une première! On voit encore le pilier d’ancrage du ballon Norge. En 1909 il s’était rendu à pied et en traîneau au pôle nord, en compétition contre Perry, un américain, dont on avait vu l’emplacement de sa conférence de presse dans un grenier à Battle Harbour, Labrador.
image94La statue d’Amundsen, ce grand explorateur et voyageur norvégien.De retour au bateau, nous avons jasé avec le capitaine français du Arctic Breeze, très grand voyageur de l’Australie à la Polynésie et l’Antarctique et autres!Puis j’ai fait le souper pendant l’excursion des jeunes et de Claude vers la mine. Question de se coucher moins tard ce soir! Il est quand même 23:20 maintenant! La clarté continuelle nous joue des tours!France et Claude
carousel-item-4

Web Translation here

Dimanche 31 Juillet 2016 – Trygghamna 78°16′N 13°42′E – 29.6 mn – A

22:21 Nous sommes partis de Longyearbyen ce matin après avoir attendu que nos voisins polonais nous libèrent le chemin (car nous étions à l’épaule entre deux bateaux polonais). Belle route de 30 milles nautiques vers notre belle baie devant un glacier.

Peu de vent, peu de vagues, belle mer presque miroir, et une baleine! Pourchassée par un bateau de touristes, la pauvre. Ce bateau est apparu de nulle part alors que nous étions seuls avec notre baleine. Il allait vite et fonçait sur la baleine! Super choquant! Illégal, sûrement.

Puis nous avons mis l’ancre au fond d’une baie glaciaire déjà occupée par deux voiliers, quand même! Et très loin l’un de l’autre. Cette baie se nomme Trygghamna, signifiant “safe harbour”.

image67Paysage grandiose

Nous sommes ensuite partis en dinghy, les quatre en sardines avec nos bottes de montagne ensachées ainsi que quatre sacs à dos, et l’arsenal anti ours (trompette, Klaxon, deux pistolets à flares, deux poivres de Cayenne, un couteau de pêche, une hache et un fusil et des pour chacun! Et un dinghy de secours dans mon sac à dos avec les rames, et la pompe, pompe qui sera portée par Phil dés le lendemain pour alléger mon sac! Merci!  Et nous avions oublié nos bâtons de marche!

Sur le bord de l’eau, nous avons mis nos bottes de montagne et commencé notre marche pour revenir rapidement les changer pour nos bottes de voile afin de traverser de gros ruisseaux de moraine ou de décharge du glacier.

image68Phil, en gentleman, tend la main à sa douce pour traverser!

image69Amélie super contente d’avoir traversé la rivière avec ses nouvelles bottes Gill. Dont on avait vraiment besoin! Philippe en arrière, encore dans la décharge jusqu’à mi-mollet!

Belle promenade le long d’une rive devant un mur de glaces. Un petit guillemot se prélassait dans de l’eau glacée, à l’abri du vent derrière un icebit. Joli!

image70Glaces tombées du glacier

image71Sur la rive devant le glacier, Amélie et Phil posent avec de gros morceaux de charbon!

Et un phoque curieux nous a suivis au retour, comme des sternes qui croyaient se faire lancer de la nourriture alors que Philippe faisait rebondir des galets sur l’eau.

Aucun ours. Ok!

Marche sur le bord du glacier dans de la belle boue grise, la “sticky mud” de l’autre matin, mais presque du sable mouvant! Claude a failli y perdre ses bottes. Et nous avions les bottes bien sales! Rinçage dans les ruisseaux avant de reprendre le dinghy, direction Andrée Anne Rachel et sa mud room! Sur le pont à l’avant tout le monde! Rinçage des bottes pour les quatre et des pantalons des gars, boue presqu’aux genoux!

image72Sur la partie sale et stable du glacier.

image73Bottes jaunes de voile  (chercher le jaune!) de Claude et ses pantalons ARC’TERYX maculés de boue grise de moraine.

Souper tortellini sauce rosée saucisses, fondue au chocolat et amandes au chocolat.
Vaisselle et dodo!

 France et Claude

yanmar_560

Samedi 30 Juillet 2016 – Longyearbyen

Midi vingt, on se lève, même si on a eu une nuit très écourtée par le début tardif (couchés à 3:00 am), les cris des défenses coincées entre les voiliers aux mouvements erratiques en raison d’un courant incroyable venant de la mer et ce matin se sont ajoutés les passages incessants de la douzaine de passagers du voilier polonais en double équipage vers le quai, les toilettes ou l’autre bateau polonais. Pas lourds, bottes de montagne claquant sur le pont au dessus de nos têtes, chutes et faux pas “sans pied marin” (comme dira Claude) s’accrochant dans les voiles, les taquets, les poulies, les drisses, les filières, tout ce qui peut faire du bruit sur un bateau! Trois à la fois, plusieurs allers retours, avec ou sans bagages! A un moment donné, j’ai vu un passager assis dans son sac de couchage sur le pont voisin, regardant vers le nôtre! Svp pour vomir, allez de l’autre côté! Il semble qu’il ait dormi toute la nuit sur le bateau. Ce dernier devait être trop rempli, ayant à son bord le nouvel équipage de 6, arrivés dans  la nuit de vendredi à samedi en même  temps que Phil et Amélie, et le précédent qui ne doit quitter que dimanche matin! Mauvais planning!

On déjeune et on laisse tout en plan, car les magasins ferment très tôt le samedi, 15:00 pour le centre d’achat et la saq locale, 18:00 l’épicerie,  et encore plus tôt le dimanche, 15:00-18:00 l’épicerie! Et Phil et Amélie doivent savoir s’ils auront leur bagage ou pas et s’ils doivent se procurer au moins des bottes d’eau! Appels à leur assurance sans succès à partir du téléphone public des toilettes, et aussi de son cellulaire. Et le compte Skype d’Amélie a été annulé. Internet de la librairie n’est pas terrible.  Philippe réussira à rejoindre son assurance grâce au téléphone de l’info touristique. Mais peu d’infos valables finalement, sauf un no de réclamation à faire sur internet.

On cherche des bottes d’eau et on trouve finalement des 12 et  8.5 d’un modèle hyper cher, de Néoprène et caoutchouc, super isolé pour -40-50°C! 230 et 200$ respectivement pour les grandeurs différentes! Et c’est ouvert demain dimanche 10-16! Super! On reviendra si on ne reçoit pas à temps le sac rouge!

image62

La place centrale entre le centre d’achat bleu Lompen à gauche et l’épicerie à droite (on n’en voit que l’ombre), le fameux Café-Chocolaterie Fruene  (les escaliers en terrasse à gauche), le bureau de poste plus bas en jaune à droite et l’hôpital plus loin encore sur la gauche. Tout au bout de cette rue, le musée de Svalbard qu’on ira visiter beaucoup plus tard, à notre retour dans deux semaines.

On va faire une épicerie complémentaire de gâteries pour nos invités, on trouve quelques cadeaux en passant et on repart à pied vers le bateau pour rapporter le tout! Nous revenons à pied pour souper au resto Thai bien ordinaire même si cher selon nos standards canadiens! 25-26$ l’assiette!

image63

Sur notre chemin de 3 km vers le centre ville, la mine de charbon dans la montagne et ses convoyeurs par téléphérique! La structure à 4 branches est un échangeur!

image64La boîte aux lettres du Père Noël, succursale norvégienne car le siège social, on le sait, est au Pôle Nord Canadien!

image65La chocolaterie Fruene, la plus au nord de la planète! Avec des chocolats ours polaires et glaciers!

image66Le quai des voiliers


France et Claude


De l'extrême et de bétise by voiles-aventures1

Written on September 1st, 2016 , Video Tags:

Boathouse Blog is proudly powered by WordPress and the Theme Adventure by Eric Schwarz
Entries (RSS) and Comments (RSS).

Boathouse Blog

Boathouse blog